Risque systémique : les banques françaises sont les moins capitalisées du monde !

Olivier Berruyer a réalisé un travail remarquable sur la solvabilité réelle des banques systémiques mondiales (i.e. en utilisant les mêmes normes comptables et en ne gardant que les valeurs d’actif et de fonds propres tangibles, « dures »). Conclusion : La France a les banques les plus pauvres (en capital) du monde… « Il leur faudrait en moyenne presque doubler leurs capitaux propres pour être dans les clous de la recommandation OCDE ».

12-ratio-capital-sifi-paysVoici le classement par banque :

11-classement-sifi

Ce qu’il faudrait de fonds propres (en % du PIB) pour atteindre l’objectif OCDE :

31-recapitalisation-ocde

Lire l’article dans son intégralité

Rappel : Le « modèle français de banque universelle » en un graphique

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Risque systémique : les banques françaises sont les moins capitalisées du monde !

  1. soyouZ dit :

    Géniale la situation du Crédit Agricole… tous aux canots !!

  2. OOPS dit :

    Comment calculer du capital réglementaire sur des actifs bancaires dont l’évaluation change en permanence du fait des possibilités infinies de modifier le prix en fonction de l’évolution du cours des devises, des positions de hedging, netting et autres couvertures par des swaps financés par du collatéral circulant, lui-même netté et hedgé par des consoeurs qui échangent du capltal entre leurs filiales par le biais d’instruments hybrides de capitalisation propres à la banque-saasurance (mariage incestueux entre le financeur et le couvreur). Les banques achètent des usines à gaz informatiques, type Fermat, pour calculer ce capital qui a la fâcheuse tendance à devenir de plus en plus opaque, à mesure que s’empilent les couches réglementaires qui démultiplient les possibilités de calcul sur des produits financiers complexes requérant le croisement entre des dizaines de tables dont la modification d’un paramètre fait planter l’ensemble que seul un hyper-spécialiste du boulonnage informatique peut démêler, au prix d’infinies souffrances mentales subies à force de circuler entre les multiples services en charge de la validation du ratio de solvabilité. C’est la version moderne de la question moyenâgeuse.

  3. THEOPT NEWZE dit :

    Clients. Fuyez ! Avant l’écroulement en dominos…
    « Si j’avais su » …trop tard !

  4. Adrien dit :

    On ne peut pas dire que ces chiffres soient forts réjouissants… Il y a pas mal de banques françaises dans le classement des banques les plus problématiques. Cela n’annonce rien de gai.

  5. Barrez-vous ça sent la chypriotisation dit :

    bon ben les français dégagez du crédit agricole pour aller à bpce… ou mieux… appelez cahuzac qui vous dira comment mettre votre argent en sécurité à singapour.

    • N.O.M dit :

      Si le crédit Agricole saute tout le monde saute c’est le principe même des CDS. J’assure mes pertes sur le voisin qui fait de même avec un autre établissement financier. C’est pour cela que l’on parle aujourd’hui de banques  » too big to fail. »

  6. Ping : Risque systémique : les banques françaises sont les moins capitalisées du monde ! - gastraudiome

  7. Geraldine dit :

    Sarkozy est allé faire la p… chez les banksters de Goldman Sachs. Une conférence payée des dizaines de milliers d’euros au cours de laquelle il aurait annoncé son « come back » en politique !

    Beurk, chassez-moi cette honte de la France.

    http://www.leparisien.fr/politique/a-londres-sarkozy-conferencier-pour-goldman-sachs-03-06-2013-2862189.php

    • N.O.M dit :

      Sous la République c’est tous les mêmes Géraldine. Copé qui dit en privé qu’il est pour le mariage pour tous mais qu’il manifeste contre pour  » des raisons électorales. » Jean Marc Ayrault qui ponctionne toujours plus les classes moyennes sur un  » principe de justice. » Avec d’ailleurs un ancien ministre des finances qui planquait son pognon à Singapour et qu’il s’avère que c’est l’ensemble de la trésorerie du PS qui fonctionne sur le même principe. La République est la fille de la Franc- maçonnerie qui a elle même été créée par les Rothschild. Vous attendez quoi de cette mafia ?

      • N.O.M dit :

        Le petit gueuleton à 10 000 euro de députés payé par l’industrie du Tabac. ( Source : Le JDD ).

        A deux journée de la  » journée mondiale anti- tabac, » ces députés vont se faire payer un bon gueuleton, à savoir des  » cuisses de grenouille et rognons de veau, » arrosés des  » meilleurs crus de Bourgogne, » le tout accompagné de  » gros cigares. » L’addition est réglée par British American Tobacco. Le Journal Du Dimanche révèle également que  » plusieurs membres du cabinet de l’économie, Pierre Moscovici, et de l’intérieur, Manuel Valls  » ont été convié dans la loge louée par les dirigeants de British American Tobacco à Roland Garros, ainsi qu’un autre haut fonctionnaire des Douanes, Henri Havard.

    • Cid dit :

      Sarkozy et GS : entre mafieux on se comprend…

  8. Ping : PART 01 | JUIN 2013 | Business BANKS | Pearltrees

  9. brunoarf dit :

    Les banques européennes ont dans leurs livres 1500 milliards d’euros d’actifs pourris.

    Lisez cet article :

    La BCE s’inquiète du poids des créances douteuses en zone euro.

    La Banque centrale européenne (BCE) s’inquiète de plus en plus de voir le poids des créances douteuses dans les portefeuilles de prêts des banques européennes entraver le redémarrage du crédit dans un contexte de priorité donnée au renforcement des fonds propres, selon plusieurs responsables de l’institution.

    Selon KPMG, les créances douteuses des banques européennes atteindraient près de 1.500 milliards d’euros, dont 600 milliards pour les seuls établissements britanniques, espagnols et irlandais.

    Entre l’hypothèque des créances douteuses et les effets potentiellement pervers des ratios de fonds propres, la BCE n’a guère d’autres choix que d’innover une nouvelle fois.

    Plusieurs pistes sont évoquées par les intervenants de marché, allant d’achats directs mais limités de prêts aux entreprises à un accès au refinancement pour la Banque européenne d’investissement (BEI) en passant par la création d’une banque dédiée aux PME de la zone euro.

    Dans tous les cas, la BCE sera amenée à faire peser sur son propre bilan une partie du risque liée au financement des entreprises. Même s’il s’agit d’un risque résiduel, elle ne pourra en décider seule car les pertes éventuelles seront supportées collectivement par ses dix-sept Etats actionnaires, qu’il lui faudra donc convaincre.

    http://www.usinenouvelle.com/article/la-bce-s-039-inquiete-du-poids-des-creances-douteuses-en-zone-euro.N196064

  10. Ping : Risque systémique : les banques fran&cce...

  11. Daniel dit :

    juste pour dire que Berruyer a fait un gros travail certes mais que JP CHEVALIER fait le même travail depuis des années : http://www.chevallier.biz/

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s