Henri Guaino : « Toutes les fortunes de France négocient leurs impôts »

(France 2, 3 juin 2013)

« Soumis aux questions du journaliste de Mediapart, Laurent Mauduit, sur le plateau de l’émission « Mots croisés » consacrée à l’affaire Tapie, le député UMP des Yvelines Henri Guaino a donné une preuve de la collusion entre les milieux d’affaires et les représentants politiques UMPS. Il déclare clairement que l’égalité devant l’impôt n’existe plus dans ce pays. Interrogé sur les éventuelles négociations fiscales entre l’ancien secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, et l’homme d’affaires, Bernard Tapie, l’ancien conseiller spécial du président de la République Nicolas Sarkozy a balancé :

« Laissons les impôts de côté. Pardon, toutes les fortunes de France négocient leurs impôts », lâche le député UMP.

Devant l’indignation de la députée socialiste Karine Berger et de la députée européenne Corinne Lepage, Henri Guaino maintient ses propos. « Mais c’est vrai », réplique-t-il.

On rit de voir l’oligarque dévoiler les principes mafieux de la caste. Et les deux mégères qui tentent de nous faire croire que c’est fini, ça ne se passe plus comme ça…. Ce qui est drôle, c’est qu’un peu plus tard (mais cela n’est pas dans l’extrait vidéo), la socialiste Karine Berger déclare que le gouvernement s’est donné comme objectif de faire cesser ces passe-droits…ah,ah,ah… ils se foutent vraiment de nous… »

Prêchi-Prêcha, le 4 juin 2013

N.B. Quelle est la frontière entre l’optimisation fiscale et la fraude fiscale ? La discussion et la négociation ? Le compromis et le chantage ? Francetv info a posé la question à Vincent Drezet, secrétaire général du syndicat Solidaires finances publiques, première force syndicale de la Direction générale des finances publiques. A lire ses réponses, on est confirmé dans l’idée que tout se décide vraiment en coulisses, selon un rapport de forces. Et que le principe d’égalité des citoyens devant l’impôt n’est plus qu’une chimère (« Selon que vous serez puissant ou misérable »…) :

« Peut-on négocier ses impôts, a fortiori quand on est fortuné ? « Cela dépend de ce que Henri Guaino appelle ‘négocier’. Il n’existe pas de négociations au sens où on l’entend dans le commerce, entre deux parties qui s’accordent pour perdre chacune le moins possible », explique Vincent Drezet.

Une discussion s’engage dans certains cas

« En revanche, il est exact de dire que les plus fortunés ont accès à un conseil et à une information supplémentaire. Pour optimiser leur situation, ils peuvent par exemple réaliser un montage fiscal, légal. Si ce montage est complexe, on peut rentrer en contact avec l’administration fiscale, en amont, avant de déclarer ses impôts. Dans ce cas, l’administration valide ou non ce montage fiscal. Si elle ne valide pas, s’engage alors une discussion avec le contribuable, mais en aucun cas une négociation, insiste le secrétaire général de Solidaires finances publiques. En cas de contrôle fiscal, le même type de discussion s’engage entre l’administration et l’administré. »

Cette discussion entre l’administration fiscale et le contribuable est-elle réservée aux plus riches ? « Potentiellement, tout le monde peut le faire, mais l’optimisation fiscale est, de fait, utilisée par les plus fortunés, qui sont aussi les plus conseillés et les plus informés », estime le syndicaliste.

Les cas de pressions et de chantages

Autre hypothèse aux yeux de Vincent Drezet : « Il y a des informations que nous ne connaissons pas, ce que l’on appelle ‘l’angle mort’. » Dans ce genre de cas, « il peut s’agir de pressions, de chantages directs ou indirects ».

« C’est beaucoup plus difficile à détecter et cela concerne les plus aisés aussi, des contribuables fortunés mais aussi des entreprises, ajoute le secrétaire général de Solidaires finances publiques. Cela peut être une entreprise qui menace de délocaliser, mais aussi une entreprise en difficulté, ou un contribuable fortuné pour telle ou telle raison. On sait qu’historiquement, les ministres du Budget ou de l’Economie sont intervenus pour des décisions d’opportunité. »

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

27 commentaires pour Henri Guaino : « Toutes les fortunes de France négocient leurs impôts »

  1. brunoarf dit :

    Les riches négocient leurs impôts auprès de l’administration fiscale ?

    Ben oui.

    C’est comme ça.

    Les lois françaises ne sont pas pour les riches. Les riches sont au-dessus des lois françaises.

    Nous sommes en train de basculer vers l’Ancien Régime, avec la reconstitution d’une nouvelle aristocratie.

    Cette nouvelle aristocratie est au-dessus des lois.

    Et pendant ce temps, le tiers-état agonise.

    Mercredi 5 juin 2013 :

    Le naufrage de l’Union européenne continue.

    L’Union européenne s’enfonce vers le fond de l’océan, lentement, mais sûrement.

    Pourcentage de variation du PIB par rapport au même trimestre de l’année précédente :

    Hongrie : – 0,3 %.
    Allemagne : – 0,3 %.
    France : – 0,4 %.
    Belgique : – 0,5 %.
    Danemark : – 0,8 %.
    Pays-Bas : – 1,3 %.
    Finlande : – 2 %.
    Espagne : – 2 %.
    République tchèque : – 2,2 %.
    Italie : – 2,3 %.
    Slovénie : – 3,3 %.
    Portugal : – 4 %.
    Chypre : – 4,1 %.
    Grèce : – 5,3 %.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-05062013-BP/FR/2-05062013-BP-FR.PDF

  2. Geraldine dit :

    De la la part de l’ancien conseiller spécial d’un président de la République acoquiné, de notoriété publique, avec les très riches… l’aveu est savoureux.

    L’oligarchie politico-financière est depuis longtemps en place mais elle a de plus en plus de mal à le cacher. Avec la crise son cynisme et ses turpitudes éclatent au grand jour car les jalousies, les frustrations s’exacerbent.

  3. Ping : Henri Guaino : "Toutes les fortunes de France négocient leurs impôts" - gastraudiome

  4. zorba44 dit :

    Optimisation fiscale : oui. Marchandage au-dessus de la loi, là ça ne devrait même pas s’envisager. En fait ces « négociations » sont proprement indignes et constitue un rançonnement de l’état.

    Désolé de le dire crûment, mais lorsqu’on n’est pas d’accord on peut toujours choisir de partir, de même qu’un africain peut choisir la France pour des raisons semblables vis-à-vis de son pays d’origine.

    Au risque de heurter le signataire considère la grève collective comme une prise en otage …avec un rançon au bout. Là aussi le choix, quand on est mal et pas d’accord, dans les conditions d’exercice de son contrat de travail, est de démissionner …Or souvent les plus vindicatifs ne voudraient pas pour un empire quitter leur vache à lait.

    Au risque de choquer, notre société française, n’a jamais quitté la lutte des classes.

    Là se situe le contre-sens historique avec le mur au bout. Les premières responsabilités se situent (comme le signataire l’a écrit en 1996)  » au niveau des politiques qui n’ont pas su animer et gérer le changement »

    Ils avaient, il est vrai et depuis une quinzaine d’années, tout cédé aux banquiers et à l’oligarchie politico-industrielle – en vrais lâches qu’ils sont.

    Le scandale et l’ignominie voudraient qu’ils se sauvent et eux seuls sur le dos des classes moyennes et populaires.

    Ils se trompent : cela n’a jamais fonctionné comme cela. Ce sont des « morts » en sursis.

    Jean LENOIR

  5. 2fis dit :

    … et pendant ce temps une délégation du Sénat français se rend en Suisse … on peut s’interroger sur les vraies raisons de cette visite … et tant qu’on y est se demander aussi qui a payé leurs frais de voyage … lire l’opinion ironique d’un Suisse …
    http://lespetitssecretsdupalais.bleublog.lematin.ch/archive/2013/05/06/d-accord-d-accord.html

  6. balt dit :

    il faut absolument montrer le plus possible Karine Berger:plus on la voit plus elle fait plonger le ps.courage,encore 30 pour cent de satisfaits,on peut baisser encore!

    • Matthias dit :

      On se demande d’où ils l’ont sortie celle-là. A quoi tient sa récente promotion. Quand elle parle d’économie on voit bien qu’elle n’a pas compris dans quel genre de crise on est, elle croit encore au retour de la croissance! « Les Trente Glorieuses sont devant nous » : son livre ! Mais bon c’est pas étonnant quand on se rappelle que pour Hollandouille « la crise est derrière nous »….

      • N.O.M dit :

        Bien sûr que si, la croissance est devant nous. Mais avant cela il faut détruire les acquis sociaux des pays riches. Lorsque vous serez devenu chinois tout ira mieux, le travail ne manquera pas. Après chaque guerre il y a un retour à la croissance pour l’instant nous sommes en train de vivre cette guerre. Lorsque l’Europe sera fédérale et totalement arrimée aux monde anglo saxon par l’alliance transatlantique en 2015, et que vous gagnerez 400 euro par mois avec une retraite de 200. Vous verrez, ils vont relâcher la pression. En gros, il vaut mieux vivre comme un crevard que de mourir tout court. Et d’ailleurs comme dans toutes les guerres il y a beaucoup de morts. Zignew Brzezinski écrivait dans son ouvrage  » Le grand échiquier  » :  » A l’ avenir, nous aurons seulement besoin de vingt pour cent de la population productive pour faire tourner l’appareil économique. » Mais ne vous inquiétez surtout pas, ils vont vous laisser  » votre  » République démocratique laïque. N’est ce pas l’essentiel après tout ?

  7. N.O.M dit :

    Vous pouvez mettre cette vidéo en ligne, monsieur Demeulenaere, pour que tout le monde comprenne bien dans quel système nous sommes depuis des années :

    La France des tricheurs – Les impôts ( You Tube : 9mn55s ).

    • Encore faudrait-il que vous mettiez le lien, que je puisse voir si ça m’intéresse…

      • N.O.M dit :

        C’est un extrait de l’émission pièce à conviction présentée par Elise Lucet. Il faut taper dans Google :
        La France des tricheurs – Les impôts ( You Tube : 9mn55s ).

  8. N.O.M dit :

    Avec Myret Zaki maintenant :

    Offshore : évader le fisc, cela s’achète ( You Tube : 5mn40s ).

  9. N.O.M dit :

    En attendant :

     » Soixante- huitards…!  » http//www.Lecontrarien.com

  10. Ping : Société | Pearltrees

  11. Ping : PART 01 | JUIN 2013 | Business BANKS | Pearltrees

  12. OOPS dit :

    La vérité est que l’Etat se nourrit des plus-values réalisées sur les actifs financiers des banques qui spéculent sur la valeur boursière de nos fleurons nationaux globalisés. Les titres de dette comme les actions servent de collatéral pour le financement de leur produits dérivés dont les gains spéculatifs repartent dans les caisses de l’Etat via les frais de TVA, l’IS et autres impôts dont s’acquittent les banques sur les plus-values réalisées dans le cadre de leurs activités de marché. L’agence France Trésor qui gère les besoins de financement de l’Etat spécule elle-même sur la dette française négociée sur le second marché en jouant sur les différences de taux entre les différents compartiments de dette, les banques servant de contrepartie sur les swaps de taux vendus eou achetés par cette agence. C’est ainsi que l’Etat peut très bien se retrouver avec un coût de la dette négatif lorsque sa térsorerie pratique un carry trade astucieux entre les différentes maturités de dette en fonction des taux forward de la dette de l’Etat. L’impôt ne joue donc plus qu’un rôle marginal dans le financement des dépenses publiques qui sont couvertes la plus grande partie de l’année par l’émission de dette en direction du marché, les rentrées fiscales ne remplissant plus qu’un rôle de garantie sur le remboursement de la dette. Par contre l’Etat faute d’avoir sauvegardé sa souveraineté monétaire doit prouver sans cesse au marché sa capacité à rembourser sa dette sur la base d’indicateurs macro destinés à jauger la capacité de l’économie française à générer du profit pour les financeurs du crédit bancaires qui vont observer les écarts entre les flux entrants et les flux sortants de l’économie française de façon à estimer la profitabilité de leurs investissements en France tant sur le marché des produits fixed income que des marchés equity, charge à l’Etat de pratiquer une politique favorable aux ratios de liquidité et de solvabilité bancaires. Nous voilà donc enchaîner à la politique économique et social décidée en fonction de l’intérêt des banques et non de la population du pays concerné. La politique de financement de l’Etat a donc un impact C’est ainsi que l’économie nationale est livée aux prédateurs étrangers qui font leur marché parmi les actifs français dignes d’être rachetés tandis que les entreprises française suivent la capital financier qui drainent les ressources en direction des économies émergentes qui alimentent les ratios de nos banques comme de nos multinationales. Le financement de l’Etat est donc étroitement dépendant de la poursuite de la globalisation qui nourrit la liquidité de nos actifs qui constituent le portefeuille boursier des banques alimenté par les facilités de financement accordées par la BCE. L’Etat se moque pas mal du nombre de personnes imposés tant que la liquidité bancaire est maintenue car elle la condition essentielle de la poursuite du financement de la dette publique par les banques comme la globaiisation de nos actifs est une des conditions imposées pour l’alimentation de cette dette via la titrisation de nos actifs source infinie de profits pour les banques sur les places financières internationales.

  13. Ping : Henri Guaino : "Toutes les fortunes de Fra...

  14. OOPS dit :

    Maurice Allais avait parfaitement explicité dans « la crise mondiale d’aujourd’hui » (1999) (pdf sur Internet) quelle sont les mesures à prendre pour sortir du marasme actuel. Lui-même ne faisait que reprendre en les actualisant des propositions émises par mains économistes dans les années 1930 et oubliées depuis lors. Si rien n’a changé, c’est que nos gouvernants ont les mains liés par le gouvernement occulte que nie Asselineau ni Marine Lepen ne dénoncent, en se « contentant » de rejeter la faute sur l’empire anglo-saxon qui ne constitue que la cause seconde u problème qui nous préoccupe. Tant que cette mafia n’aura pas été écartée du pouvoir, la situation ne fera qu’empirer. la question est donc de savoir comment se débarrasser de cette clique criminelle qui fera naturellement tout pour défendre ses intérêts globaux et ce d’autant qu’elle dispose de la force publique. L’histoire a montré que seul un raz de marée populaire peut venir à bout de telles résistances politiques au prix de beaucoup de sang versé, comme en témoigne les multiples guerres civiles qui ont ensanglanté l’Europe dans les années de l’immédiate avant-guerre marquées par l’offensive tous azimuts des forces révolutionnaires comme des forces contre-révolutionnaires. Nous nous acheminons donc quoi qu’il arrive vers un scénario catastrophe composé de sang et de larmes à l’image des luttes intestines qui déchirent nos voisins moyen-orientaux, à moins qu’une force de paix ne s’impose d’en haut, mais ce serait du jamais vu depuis le déluge.

    • N.O.M dit :

       » Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au Time Magazine et autres grandes publications, dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté les promesses de discrétion pendant près de quarante ans. Il nous aurait été bien impossible de développer notre projet pour le monde si nous avions été soumis aux pleins feux de l’ actualité pendant ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et disposé à marcher vers un gouvernement mondial… La souveraineté supranationale d’ une élite intellectuelle et des banquiers mondiaux est sûrement préférable à l’ autodétermination nationale que l’ on pratiquait les siècles passés… » David Rockefeller, le 8 juin 1991 à Essen en Allemagne, au terme d’ un colloque de l’ un de ses  » clubs  » ( Groupe Bilderberg, commission Trilatérale ).

  15. Jack dit :

    Pour Changer : A lire de toutes urgences: Le Forum Monétaire de Genève. Tout va péter !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • N.O.M dit :

      Ils ont encore des cartouches Jack :

      1- Laminer les retraites.
      2- Prendre votre épargne par saisie de vos comptes bancaires + augmentation constante de l’ inflation.
      3- Baisser votre salaire de 20% ( dans un premier temps ).
      4- Ne plus financer votre santé.
      5- Privatiser en totalité la sécurité sociale.
      6- Vendre le patrimoine national et notamment foncier aux plus offrants.
      etc… bref, d’ ici quelques temps nous serons un mélange de chinois et d’ africains.

      Ils sont juste en train de se poser une question Jack, comment vont- ils mettre tout cela en place en limitant au maximum les remous sociaux.

      • zorba44 dit :

        Le signataire vient de trouver cette réaction de N.O.M d’il y a cinq ans…

        Montrez donc cela aux incrédules de la destruction « en marche » !

        Cinq ans après on est en plein dedans : du Macron avant l’ère !
        Lui d’ailleurs (Macron) ou un autre c’était le même programme…

        Jean LENOIR

    • OOPS dit :

      Leconte se plante régulièrement dans ses prévisions. Il ne suffit pas de dire « tout va s’effondrer, achetez de l’or », pour faire un bon gestionnaire de fonds. Il recommande maintenant de libeller son cash en euros ou en Francs suisses….

  16. OOPS dit :

    50% of 2012 LTRO have been refunded by banks. Interbank market funding has recovered from its disarray. Excess liquidity is vanishing in the euro zone. Central bank balance sheet is downsized withour affecting credit supply.

  17. H.G. very WELL dit :
  18. coming doom dit :

    La vidéo a été censurée ??

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s