Le Petit Nicolas et la théorie du genre

petit-nicolasOn m’a envoyé ce joli pastiche du « Petit Nicolas » à propos de la loi Taubira et des ambitions de notre ministre de l’Education nationale pour la jeunesse de France. Je ne résiste pas au plaisir de le publier.

« A l’école, la maîtresse était toute bizarre aujourd’hui. Elle nous attendait dans la classe en poussant des gros soupirs, alors que d’habitude elle est toute rigolote, et qu’elle pousse des gros soupirs que quand elle interroge Clotaire et que Clotaire est tout rouge.

Elle a dit : Bon ! Que comme M. Peillon, le ministre chargé de notre éducation, avait décidé de s’appuyer sur la jeunesse pour faire évoluer les mentalités, on allait faire un cours d’éducation sexuelle et que le premier qui rigole, il irait voir le Bouillon (le Bouillon c’est notre surveillant, c’est pas son vrai nom, il s’appelle M. Dubon, mais quand il vous gronde il vous dit : « Regardez-moi dans les yeux » et dans le bouillon, il y a des yeux ; ce sont les grands qui m’ont expliqué ça).

Nous on n’avait pas du tout envie de rigoler parce que le Bouillon, c’est pas un rigolo. La maîtresse nous a regardés et elle a dit que l’important dans la vie, c’était d’être tolérant. Nous on est drôlement tolérants alors on a tous fait oui et Agnan qui est le chouchou, et qui se met toujours devant, il a dit qu’il était encore plus tolérant que tout le monde puisque de toute façon il est le premier de la classe partout sauf en sport. Eudes, il lui a dit : « Fais pas le malin, mon petit pote, sinon tu vas voir comment je suis tolérant ». Et là, je crois que la maîtresse elle a compris que ce serait pas facile aujourd’hui.

Elle est allée au tableau, elle a attendu qu’on se taise, et elle a demandé avec un air très sérieux : « Bon… Alors… Si vous êtes une fille, levez la main ! » Toutes les filles ont levé la main, et aussi Clotaire, qui avait l’air embêté. Mais la maîtresse elle a dit comme ça : «Très bien Clotaire, c’est ton choix, si tu veux être une fille, c’est à toi de décider». Là, Clotaire, il est devenu tout rouge et il a dit « Non, M’dame, c’est juste que je veux aller faire pipi ». « Bon, a dit la maîtresse, tu peux y aller ». « Va pas chez les filles ! », a dit alors Eudes en rigolant. Mais la maîtresse a tapé sur son bureau et elle a dit que si Clotaire voulait aller dans les toilettes des filles, c’était son choix, et qu’il fallait par rigoler avec ça. Et que c’était la théorie du genre, et qu’il fallait que chacun choisisse, et elle nous a fait écrire sur nos cahiers : « Chacun est libre de choisir son genre ».

« N’empêche, a dit alors Rufus, moi j’ai un kiki, et je vais pas décider que je suis une fille ». La maîtresse a répondu que c’était de l’hétérosexisme, et qu’il fallait en finir avec l’hétérocratie, et que si ça continuait comme ça on finirait au bagne parce qu’on était tous homophobes. J’ai regardé Agnan, et j’ai vu que même lui il avait rien compris.

Ça devenait vraiment compliqué et j’aurais presque préféré faire de l’arithmétique. Elle a senti qu’on était un peu perdus, alors elle a essayé d’expliquer de manière pas pareille : « Vous avez un corps… c’est à vous de décider de… « . « Moi, j’ai un goûter, mais j’ai pas un corps !, il a dit Alceste. Mon corps, c’est moi ! » Faut que je vous dise, Alceste, c’est un copain, il aime bien manger, il mâche lentement un peu toute la journée, et ça lui donne sûrement le temps de bien réfléchir à la vie. Souvent quand il se bagarre, c’est moi qui lui tient ses croissants et après il m’en donne toujours un bout.

Un petit rond blanc sur le tableau tout noir

Bon, a dit la maîtresse, je continue. Nous on a trouvé ça bizarre, mais on a rien dit parce que des fois la maîtresse c’est comme si elle allait pleurer et nous on veut pas lui faire de peine. Elle s’est mise à faire un petit rond blanc sur le tableau tout noir en disant : « Ça, c’est un spermatozoïde ». Et elle m’a demandé d’expliquer ce que c’était. Ça tombait bien parce que Papa m’avait expliqué la semaine dernière le coup des petites graines que le papa donne à la maman… et après ça fait un bébé dans le ventre de la maman et paf !, le bébé sort. On lui fait des tas de câlins et on appelle Mémé pour la prévenir qu’elle est encore grand-mère.

« Merci Nicolas, a dit la maîtresse, je reprends la leçon. Bien sûr vous pensez tous qu’une famille c’est un papa, une maman et des enfants. Eh bien, il y a d’autres modèles, et ce serait drôlement rétrograde de pas l’accepter. Et si deux monsieurs s’aiment, ou deux dames, on voit pas ce qui les empêcherait de se marier et de faire ou d’adopter des bébés ».

« Ça tombe bien ! a dit Rufus. Moi j’aime bien Léanne et Chloé, alors je me marierai avec les deux en même temps puisqu’on s’aime ». Léanne a dit qu’elle était pas d’accord du tout, et Chloé a dit que de toute façon elle épouserait son papa, et que puisque deux monsieurs qui s’aiment pouvaient se marier, elle pourrait bien se marier avec son papa, parce qu’elle aimait très fort son papa. « Oui, a dit Rufus, mais il est déjà marié avec ta maman ! »

GPA gestationLa maîtresse a dit que c’était pas le sujet et elle s’est remise à taper sur sa table, juste quand on commençait à drôlement bien s’amuser. Et elle a continué à expliquer : avec la technique on peut faire tout ce qu’on veut et tout ce qu’on pourra faire on le fera. On peut faire des PMA ou des GPA, et d’ailleurs louer son ventre ou louer ses bras à l’usine, c’est du pareil au même. Et elle a expliqué qu’un monsieur peut donner une petite graine à deux dames, qui avec un docteur sauront bien se débrouiller pour faire un enfant. Ou bien deux monsieurs peuvent mélanger leurs petites graines et aller voir une dame pour qu’elle donne sa petite graine à elle, et on donne tout ça à une autre dame qui va faire le bébé dans son ventre et le revendre aux deux monsieurs.

Puisque je m’aime, j’ai droit à mon clone !

Moi, a dit Rufus, j’ai vu un reportage à la télé, et on pourra bientôt faire des clones ! Puisque je m’aime, j’ai droit à mon clone ! Mais Agnan a dit que ce serait mieux de le cloner lui, parce qu’il était le premier de la classe et que M. Peillon préférait sûrement qu’on le clone lui et pas Rufus.

Ils allaient commencer à se battre quand Geoffroy a rangé ses affaires et pris son sac. « Où vas-tu ? », a demandé la maîtresse. « Je m’en vais, a dit Geoffroy. Puisqu’on peut choisir son genre, bah moi, je vais aussi choisir mon espèce. Je suis un pingouin. Et comme les pingouins vont pas à l’école, je rentre chez moi. » J’ai regardé Geoffroy, et je me suis dit que c’était vrai, il avait un peu une tête de pingouin et qu’après tout, c’était son choix. Mais Geoffroy, lui, il a regardé la maîtresse et il a compris que pingouin ou pas, il valait mieux revenir à sa place.

On allait chahuter, mais on s’est arrêté parce qu’au fond de la classe Juliette pleurait. Juliette on l’entend jamais, elle dit jamais rien… Et Juliette elle a dit que si c’était comme ça, elle allait se jeter sous un pont… Parce que déjà c’était pas facile de grandir surtout quand on a des parents séparés, que si en plus on faisait des enfants sans papa ou sans maman, alors c’était pas juste, c’était simplement moche, et que si tout le monde a le droit de s’aimer il faudrait pas oublier non plus qu’un enfant, ça a besoin d’un papa et d’une maman, et que c’est peut-être ça d’abord l’égalité des droits, et qu’on pourrait donner autant de papas qu’on voudrait à un enfant ça lui ferait jamais une maman.

Elle a dit tout ça d’un coup, et la maîtresse elle est restée longtemps la bouche ouverte et j’ai bien vu qu’elle avait très envie de pleurer. Mais elle a pas pleuré. Elle a pris Juliette dans ses bras, elle lui a fait un gros câlin comme Maman fait avec moi, en lui disant des choses gentilles dans l’oreille. Après, elle nous a regardés. Et puis d’un coup, comme ça, elle a essuyé le tableau en disant que zut, tout ça c’était des bêtises et qu’on allait pas se laisser faire, et que si M. Peillon voulait faire cours à sa place, qu’il essaie un peu, mais qu’en attendant on allait faire de la grammaire. Non mais sans blague ! »

Luc Tesson, Famille chrétienne n°1830 du 9 février 2013

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

34 commentaires pour Le Petit Nicolas et la théorie du genre

  1. Ping : Le Petit Nicolas et la théorie du genre - gastraudiome

  2. zorba44 dit :

    Rafraîchissant, Cher Olivier… Cela me fait penser à P’tit Gibus (pour l’atmosphère) bien que ça n’ait aucun rapport.
    Vive les paroles des enfants, ils ont la vérité naturelle ! Pas déformés qu’ils sont par les grands c… qui nous gouvernent.

    Jean LENOIR

  3. Marianne dit :

    Très bon pastiche. Que vont-ils nous sortir ensuite, de leurs cerveaux malades ces oligarques dégénérés qui nous gouvernent ? Quel principe naturel, quel fondement de la société et du droit naturel ?
    Il ne fait pas bon être enfant aujourd’hui. Quelle « société » (peut-on encore utiliser ce mot) allons-nous leur laisser?

  4. gilles dit :

    juste excellent !!

  5. OOPS dit :

    Les vrais pères n’existent plus depuis longtemps, du moins dans les sociétés occidentales hyper-normées et réglementées. Donc théorie du genre ou pas, le fait est que l’Etat (ou/et la mère) s’est attribué très largement la place du père tutélaire auprès des enfants dont ils assurent la non éducation au même titre que les multiples agents d’influence comme les médias, les réseaux associatifs, les entreprises, enfin tous les organismes servant de courroies de transmission au collectivisme, où l’individu est éduqué par la collectivité et non plus par ses parents naturels faisant office de forces réactionnaires hostiles au changement. L’application de la théorie du genre n’est que la dernière étape d’un long processus conduisant à l’abolition de l’individualité personnelle pensant et agissant de façon autonome en dehors du cadre normatif public L’homme nouveau est appelé à se comporter en fonction des normes collectives dictées par le groupe, en la personne de ses représentants légaux porteurs de la volonté générale qui réclame l’abolition de l’espèce humaine en la personne du sapiens sapiens appelé à être remplacé par une nouvelle espèce bionique plus adaptée à son époque toxique et technologique où les simples facultés humaines ne suffisent plus à faire face aux défis du « meilleur des mondes » marqué par le triomphe de la volonté de puissance à travers une guerre sans fin contre des ennemis imaginaires de plus en plus perfectionnés. La guerre des robots ne peut déboucher que sur l’annihilation de notre espèce par des machines dotées de programmes d’intelligence artificielle rendant progressivement notre planète inhabitable pour les simples humains trop dépendants de leur conditionnement génétique qui les emprisonnent dans les frontières étroites des lois naturelles. L’homme nouveau réclame le droit de voyager à travers les confins intersidéraux et de reconfigurer son métabolisme à l’infini en fonction de son environnement en traversant des univers réels ou virtuels, où l’être humain pourra transférer sa conscience électronique en changeant de support cérébral bionique. Ca décoiffe, non?

  6. leducmichael dit :

    Avec ce gouvernement, il semble préférable d’etre homo en manque « de mariage » que chomeur en manque de travail…..

  7. Enseignant-chercheur en lettres dit :

    Je suis consternée de voir jusqu’où peut aller la bêtise et la paresse intellectuelle dans notre pays – la rigueur intellectuelle qui distinguait notre pays a malheureusement fait place aux fantasmes, aux demi-vérités et aux slogans faciles. Donnez-vous donc la peine de lire, de vous renseigner, de grandir intellectuellement avant de débiter des âneries. La théorie du genre n’a strictement rien à voir avec ce qu’un petit groupe veut lui faire dire. En revanche, il conviendrait en effet de ne pas l’enseigner au lycée, vu le niveau de cette discussion.

    • Geraldine dit :

      Tiens, une sociologue… qui nous parle de rigueur intellectuelle à propos de la théorie du genre ! Les ânes ne seraient-ils pas ceux qu’on croit ? lol

    • Nathan dit :

      Le fantasme, c’est de considérer que le garçon est garçon, et la fille est fille, non par déterminisme naturel, par ses caractéristiques physiques et biologiques… mais par suite de l’éducation reçue.

      C’est intelligent, ce genre de théorie ?

      • Chassez le naturel... il revient en force dit :

        voilà une économie à faire pour l’état : virer cette personne qui se revendique enseignant-chercheur pour incompétence.
        Enfin, ça c’est si elle l’est vraiment parce que vu le niveau de nullité, je préfère moi-même faire le cours science de la vie à mes gosses…

        Petite info pour ceux qui en doutent :
        un garçon est un garçon; il a XY comme chromosomes sexuels
        une fille est une fille; elle a une paire de chromosomes sexuels XX

        Cela est un fait inaliénable qui existe depuis que l’humain existe.

        Aucune manipulation grossière et argutie phallacieuse des groupements théosophiques ne pourra jamais rien contre ça.
        Le pseudo-enseignant chercheur peut retourner à ses chères études.
        Et ça aussi c’est inaliénable.

    • eiram dit :

      continuez à chercher, vous avez encore du chemin à faire pour dire autant d’âneries!

  8. Miserere dit :

    L’oeuvre Babélienne !! Destruction des structures ancestrales et des libertés naturelles, prise de pouvoir totale par le cartel bancaire, tout ça est pensé et planifié. Les mondialistes cherchent à mettre en place leur dictature universelle.

  9. soyouZ dit :

    NKM : les franc-maçons d’abord

    [Exclusif] Sans perdre une minute, la candidate UMP à la mairie de Paris Nathalie Kosciusko-Morizet va plancher le 11 juin devant les frères du Grand Orient de France, dans le temple Arthur Groussier de la Rue Cadet à Paris.

    Les membres de cette obédience classée à gauche, et en présence du Grand Maître José Gulino (par ailleurs socialiste), vont écouter NKM -qui n’est pas maçonne-, et débattre avec elle sur le thème de « La Réciprocité ». Un choix énigmatique.

    Ce qui l’est moins, c’est qu’elle accepte ce passage au siège de la première obédience française. Elle sait nécessairement que sa concurrente Anne Hidalgo va bénéficier de réseaux maçonniques parisiens.

    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/nkm-les-francs-macons-d-abord_1254513.html

  10. Margaux dit :

    Bonjour, je me suis fait violer par mon père (qui est croyant catholique au passage, mais ce n’est qu’un détail). Mais tout va bien parce que le principal c’est d’avoir reçu une éducation équilibrée, d’une mère et d’un père, je suis sauvée !

    Ouvrez les yeux, s’il vous plaît.

    • Geraldine dit :

      Quel rapport avec la choucroute, s’il vous plaît ?

    • PY dit :

      Bonjour,
      Je compatis à votre souffrance, mais il ne faut pas confondre le modèle général avec les cas particuliers. Il y aura toujours des parents indignes et monstrueux, malheureusement. Cependant, cela n’a aucun rapport avec l’orientation sexuelle, nous n’avons aucune preuve que les couples homosexuels ne maltraiteront pas leurs enfants adoptés. Le mariage homosexuel est un modèle rompant avec la loi inaliénable de la nature, l’homme ne veut en faire qu’à sa tête, défier les lois de la nature, la réalité lui reviendra en pleine figure tôt ou tard.

  11. Ping : La Socialie n’aime pas les claques mais adore le Genre | Hashtable

  12. Perspective dit :

    Le petit Nicolas hollandais c’est l’inverse, il comprend pas pourquoi 2 hommes ou 2 femmes ne pourraient pas se marier (témoignage d’un instit http://bit.ly/1c2QIGE).

  13. Ping : La Socialie n'aime pas les claques mais adore le Genre | Contrepoints

  14. zorba44 dit :

    @ Perspective

    Et au petit Nicolas hollandais …on serait curieux de savoir comment on lui explique comment chemine la petite graine ! Vraiment c’est écoeurant cette perversité institutionnalisée quelque soit le pays.
    Vouloir nous faire croire que les hétéros sont à égalité avec les homos : quelle bouffonnerie.
    Que les homos vivent en homos mais sans nous les briser avec leurs revendications d’égalité avec la condition normale d’une famille composée de XX et YX et de sa descendance…

    Jean LENOIR

    • master t dit :

      La solution d’avenir pour les homos c’est la parthenogénèse… mais c’est pas encore pour demain.
      Blague à part, puisque selon la théorie du genre qui n’est pas autre chose qu’une hypothese distillée comme vérité absolue tout est affaire d’acquis, un célebre chercheur qui a travaillé sur de tres jeunes singes refilait des jouets type: camions/poupées et observait ceux-ci… et devinez quoi, les males s’éclataient avec les camions et les femelles avec les poupées…. mais c’est bien connus, leur papa conduit des camions c’est pour cela qu’ils les miment! quant aux femelles materner c’est naturel comme démarche tout comme porter un bébé… l’attirance est logique et spontanée.
      cf RICHARD WRANGHAM.

      Une autre spécificité, les femmes ont globalement un soucis avec « l’espace »… quand dans l’urgence, par exemple, je dis de tourner à droite…elle tourne à gauche.
      Mes 2 filles, à 3 ans et un peu plus, inversaient l’écriture des lettres.

  15. Gurvan dit :

    Encore un gros mélange sans queue ni tête… Vous essayez de déformer la réalité des études sur le genre pour en faire quelque chose de stupide qui n’existe pas. Il n’y a aucun chercheur en « théorie du genre », qui voudrait envoyer un garçon aux toilettes des filles, ca n’a aucun sens.
    Arrêtez vos fantasmes.

    • master t dit :

      Des toilettes mixtes dans les écoles c’est cool non? Apres tout l’éducation sexuelle sera plus motivante pour les élèves. Des douches collectives pour nos enfants apres le sport, c’est bon cela pour leurs hormones indifférenciées, des 3emes mi-temps plutot sympas avec concours de savonnettes en perspective!
      En Suede, pays de l’indifferenciation, on supprime le « il » et « elle » pour un néologisme sortis ex nihilo de la caboche des sociologues: « HEN »… c’est la haine quoi.
      Toujours en Suede, pays de l’humour s’il en est, un homme politique a cru bon de vouloir imposer une révolution posturale typiquement masculine: pisser debout! C’est vrai que pour une femme cela devient compliqué, alors au nom de l’indifférenciation allons plus loins prenons des oestrogenes pour faire disparaitre ces vilaines barbes qui piquent et nous rendent si different des femmes (a l’exeption de ma voisine la mamie qui a la moustache et la barbichette clairseméé)

  16. toscane7 dit :

    A reblogué ceci sur Théorie du Genre and commented:
    L’humour aussi est une arme.

  17. baliverne dit :

    bien sur que si on peu choisir. il y a bien les opérations chirurgicale pour soulager des esprits tourmenté d’un homme coincé dans un corps de femme et inversement. on peu meme refaire sa carte d’identitée en changeant de genre masculin ou feminin suite a cela. l’important c’est que la france va mal et que tout ces debats nous eloigne un peu plus du sujet. diviser pour mieux regné. alliez vous (hommo sexuel hetero catho ou autre on s’en fou chacun fait ce qu’il veut de sa vie dans le respect de l’autre) et battez vous pour quelque chose de reelle augmentation du pouvoir d’achat, marre des impots …. etc,

    • Doc dit :

      Impossible de changer de genre. Si des opérations d’ablations des attributs masculins ou féminins peuvent effectivement être pratiquées il est totalement impossible de les remplacer par les attributs du sexe opposé. Il est effectivement possible de modifier son état civil depuis la sanction faite a la France par la Cour Européenne des Droits de l’Homme en 1990 et le revirement de jurisprudence de 1992 mais celà ne remplace pas les attributs qui font réellement le sexe d’un individu, et ne fait ainsi pas totalement disparaitre le malaise qui découle du syndrome du transsexualisme que vous avez cité.
      On en déduit que même au sein d’une société « tolérante » (puisqu’elle reconnait le droit de changer son état civil sous certaines conditions cependant) le malaise transsexuel perdure..
      En conclusion: Baliverne, il n’est pas possible de choisir son sexe. Le malaise qu’on tente de nous décrire comme étant le résultat d’un société intolérante (puisque constituée de vilains « fachos » et autres « homophobes »..) est enfait bien plus profond que celà.

  18. Einstein dit :

    PITOYABLE!!!!!!et DESESPERANT pour l’HUMANITE !!!!!!!!!!!!!

  19. Dan dit :

    Avec la théorie du genre j’en arrive en fait à douter du genre humain….grave ! Najat est-elle un être humain ou une mutante ? Hollande n’est-il qu’un hologramme ? un alien ?? pire: un cauchemar ???

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s