Philippe Dessertine : « L’économie mondiale tutoie la zone de krach »

krach-economie-mondialeUn article d’un pessimisme justifié, qui critique avec raison les folies monétaires des banques centrales. On aurait aimé cependant que Ph. Dessertine définisse exactement ce qu’il appelle « problèmes structurels d’économies en déclin »

« L’économie mondiale approche d’une zone de krach majeur ; des signes avant-coureurs l’indiquent : effondrement brutal (et toujours inexpliqué) du marché de l’or ; décrochage spectaculaire (et temporaire) du marché japonais ; conditions aberrantes du marché des obligations pourries (junk bonds) aux Etats-Unis ; financement à taux réels négatifs de pays comme la France, pourtant en récession, avec chômage en explosion, déficit commercial abyssal et compétitivité perdue. L’ouragan approche, il pourrait balayer à nouveau la planète Finance.

Cette crise historique commencée en juillet 2007 a déjà connu plusieurs phases de répit. Elles furent présentées, l’une après l’autre, comme la fin du tunnel, le début d’une reconquête de la croissance perdue, avant que le tocsin ne se remette à sonner et que les ennuis ne recommencent, toujours là où personne ne les attendait. A chaque fois, l’arrêt de la spirale récessive a résulté de mesures vigoureuses prises par les autorités politiques. Leur particularité a été de s’attaquer aux symptômes du mal, jamais à son origine première : l’accumulation historique de dettes par l’ensemble des richissimes démocraties d’Occident.

Ce furent la relance fiscale de George Bush du printemps 2008, la garantie des dettes bancaires par les Etats fin 2008, les plans de relance à la suite de celui d’Obama début 2009, la garantie des dettes des Etats faibles par les Etats forts en 2010-2011, puis, « last but not least », à partir de fin 2011, l’émission massive de monnaie par les propres banques centrales des États surendettés.

Cette ultime solution est la plus délirante, quand on y songe. S’il suffisait de créer de la fausse monnaie pour résoudre les problèmes structurels d’économies en déclin, on se demande pourquoi avoir perdu tant de temps et n’avoir pas lancé depuis longtemps, à plein régime, la planche à billets. La vérité est que ce que l’on qualifie en termes pudiques de « politique non conventionnelle » est la dernière cartouche, dont on sait désormais qu’elle pourrait faire long feu. L’énorme afflux de liquidités artificielles détruit les équilibres, interdit toute projection rationnelle dans le long terme, fausse l’ensemble des statistiques sur lesquelles devraient s’appuyer les décisions économiques. Entendons-nous bien : ce remède de cheval fut bienvenu, quand se profilait le spectre d’un effet domino commençant par les faillites de banques européennes ; il devient mortifère s’il est appliqué sans limitation de temps ni de quantité.

Ce moment approche. Deux bulles inquiétantes se sont créées : l’une sur le marché de la dette avec des taux d’intérêt tellement bas, l’autre sur les marchés d’actions qui battent records sur records. La fièvre s’est emparée de Wall Street, comme dans les années 1920 de « Gatsby le Magnifique », annonçant l’effondrement d’un certain « jeudi noir ».

Le sentiment de fragilité devant cette fuite en avant est partagé par un nombre croissant d’acteurs financiers. La question n’est plus de savoir si le krach aura lieu mais quand et l’ampleur qu’il prendra. Le détonateur est connu : ce sera la remontée des taux à laquelle devra se résoudre la Federal Reserve, un jour ou l’autre. Plus on attend, plus la déflagration sera forte, plus les effets seront importants ; ils prendront la forme de faillites retentissantes des grands fonds n’ayant su se dégager à temps. Quand commence une panique boursière, le perdant est celui qui se dégage trop tard ; et là, l’erreur fatale peut se compter en secondes.

Dès lors, en cet étrange printemps 2013, bien hétéroclite apparaît la coalition en faveur d’une poursuite, voire d’une accentuation de la politique d’intervention des banques centrales. On y trouve les fanatiques d’une croissance à n’importe quel prix, par tradition, de très nombreux économistes ou politiques américains ; on y trouve aussi les ennemis de l’austérité, les extrémistes et populistes de tout poil ; et par extension, les opportunistes qui sentent à quel point la population souffre de la correction des erreurs passées. Pour le coup, la baguette magique des banques centrales risque d’être la pire. Quand la foudre touchera les indices boursiers, elle apparaîtra pour ce qu’elle était : une bombe à retardement. »

Philippe Dessertine, Sud Ouest, le 8 juin 2013

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Philippe Dessertine : « L’économie mondiale tutoie la zone de krach »

  1. Ping : Philippe Dessertine : "L’économie mondiale tutoie la zone de krach" - gastraudiome

  2. N.O.M dit :

    Ce que nous voyons en ce moment est historique et sans précédent. http://www.KingWorldNews.com

  3. Ping : Philippe Dessertine : "L'économie m...

  4. brunoarf dit :

    Un Etat qui fait faillite, c’est possible.

    On s’est habitué à l’idée que les Etats remboursent toujours leurs dettes. Mais l’Histoire regorge de cas où cela n’a pas été le cas. Même la rigueur allemande a parfois été prise en défaut.

    http://fr.finance.yahoo.com/actualites/un-etat-qui-fait-faillite–c-est-possible–123131635.html

    Au total, l’Allemagne s’est déclarée en défaut de paiement 8 fois (et non pas 7 fois comme il est écrit dans l’article ci-dessus).

    Dans les années qui viennent, quels sont les six premiers Etats européens qui vont se déclarer en défaut de paiement ?

    1- Médaille d’or : la Grèce. Dette publique de 303,918 milliards d’euros, soit 156,9 % du PIB.

    Le premier défaut de paiement de la Grèce avait effacé 107 milliards d’euros de dettes. Mais depuis, la dette publique continue à augmenter, à augmenter encore, à augmenter toujours. La Grèce va de nouveau se déclarer en défaut de paiement.

    2- Médaille d’argent : l’Italie. Dette publique de 1988,658 milliards d’euros, soit 127 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : le Portugal. Dette publique de 204,485 milliards d’euros, soit 123,6 % du PIB. Là encore, le soi-disant « plan de sauvetage » a échoué. La dette publique du Portugal continue à augmenter.

    4- Irlande : dette publique de 192,461 milliards d’euros, soit 117,6 % du PIB. Là encore, le soi-disant « plan de sauvetage » a échoué. La dette publique de l’Irlande continue à augmenter.

    5- Belgique : dette publique de 375,389 milliards d’euros, soit 99,6 % du PIB.

    6- France : dette publique de 1833,810 milliards d’euros, soit 90,2 % du PIB.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22042013-AP/FR/2-22042013-AP-FR.PDF

  5. N.O.M dit :

    Le Nikkei = -6,35%. Le Japon est en train de couler ! c’est peut être bien par là que va commencer la  » zone de krach. »

  6. Geraldine dit :

    Oui Olivier, on devine bien ce que Dessertine met derrière nos « problèmes structurels » : une protection sociale trop chère, des salaires trop élevés, un salaire minimum à abolir, un patrimoine national à privatiser au plus vite, etc.

    Un néolibéral en phase avec le système : abaissons le coût du travail des Français jusqu’à en faire des Chinois ! Suivons la voie de la Grèce…

  7. Déjà le PIB mondial ne représente plus que 12% des actifs financiers en circulation. Que se passera t-il alors quand toute la richesse mondiale créée en une année ne suffira même plus à payer les intérêts du pari financier que nous avons pris sur l’avenir?

  8. zorba44 dit :

    En relisant cet article, force est de constater que l’écroulement des dominos ne se produit pas et que la conjoncture joue avec nos nerfs. La communication bat son plein mais, quand se révèle l’impitoyable dureté des chiffres et des statistiques, il y a de quoi être paniqué…
    La certitude d’une agonie prolongée pour le monde malade n’est pas une perspective réjouissante.

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s