Crise de la dette : La faillite est possible et nécessaire, l’Histoire nous le montre (François Ruffin)

crise de la dette la faillite est possible et nécessaire, l'Histoire nous le montreExtraits du livre « Vive la Banqueroute », par Thomas Morel et François Ruffin aux éditions Fakir.

« La banqueroute est nécessaire une fois tous les siècles, afin de mettre l’Etat au pair. » Qui théorise cette saine gestion ? Un fantaisiste ? Un pamphlétaire ? Pas du tout : l’abbé Terray, qui exerçait comme contrôleur général des finances de Louis XV. Qu’on imagine alors ses homologues contemporains, un Pierre Moscovici, un François Baroin, un ministre de l’Economie s’exprimant avec pareille audace ! A relire notre histoire de France sous cette lumière, on éprouve comme une jouissance anachronique à cette habitude qu’avaient prise les monarques de régler leurs comptes, pour de bon, aux créanciers…

Philippe le Bel ne chipote pas : il chasse d’abord ses créanciers du royaume avant de saisir, de condamner, de brûler « les banquiers de l’Occident »… plus radical dans ses actes que Jean-Luc Mélenchon dans ses discours ! Quand le « sieur Barbeite », conseiller du roi, recommande qu’on en revienne au « franc fort » et qu’à cause de lui les loyers triplent dans la capitale, on se le représente volontiers sous les traits de Jacques Attali, conseiller spécial de François Mitterrand, persuadant le prince moderne d’accrocher le franc au mark, de ne pas quitter le Système monétaire européen et de désindexer les salaires. Et c’est donc chez Jacques Attali que se déroulerait l’émeute, ouvriers et artisans au rendez-vous, saccageant sa résidence, buvant son vin, cassant ses meubles.

Pourquoi les Grecs et les Espagnols ne rembourseraient pas leurs dettes à un créancier sur trois ?

S’avance Henri II, qui emprunte des deniers à s’en faire péter le gosier, qui renverse le « too big to fail » d’aujourd’hui : c’est son royaume de France qui apparaît alors, aux yeux des financiers,« trop gros pour faire faillite », et eux lui prêtent donc par millions, par crainte de tout perdre. Qu’importent, pour ce souverain, les « générations futures » : qu’elles se débrouillent après lui avec l’endettement public.

Son fils met en place une loterie : seul un rentier sur trois, tiré au sort, sera dédommagé ! C’est une « alternative », ça, non ? Et si on montait un loto géant, un Euromillions qui permettrait aux Grecs, aux Espagnols, aux Portugais, aux Chypriotes, de ne payer leurs créances qu’au hasard ?

Arrive l’honnête Sully: dès son entrée au ministère, il mène « un audit de la dette » comme en rêvent aujourd’hui Attac ou le CADTM. Et le compagnon d’Henri IV écarte les« dettes illégitimes », opère une banqueroute, rejette les plaintes des prêteurs. La trésorerie est ainsi assainie, et il peut lancer un plan de grands travaux digne du New Deal.

Colbert fait mieux : il dresse le procès des oligarques. Des clans entiers d’affairistes, 494 d’entre eux, sont démantelés, poursuivis, leurs biens adjugés, eux qui vivaient sur l’impôt comme des parasites. Il faut mesurer le choc, à l’époque, la peur qui règne chez les nantis: comme si, en 2013, d’un coup, les gros actionnaires d’EADS, de Veolia, de Dassault, etc., ces sangsues accrochées à la société, étaient emprisonnés, spoliés.

Louis XVI rompt avec cette coutume : à l’audacieux abbé Terray, qui s’inscrivait dans une lignée, il préfère le spéculateur Jacques Necker, un genre de « Goldman Sachs boy », le chouchou de la bourgeoisie. Bien mal lui en prit : la crise de la dette, aggravée, conduira tout droit à la Révolution, et le roi à l’échafaud.

Expropriations et confiscations de biens en 1789, pourquoi pas aujourd’hui ?

Comment Mirabeau, dès lors, à l’Assemblée nationale, envisage-t-il de le combler, « ce gouffre effroyable » ? « Eh bien ! Voici la liste des propriétaires français. Choisissez parmi les plus riches ; car ne faut-il pas qu’un petit nombre périsse pour sauver la masse du peuple ? Allons ! Ces deux mille notables possèdent de quoi combler le déficit. Ramenez l’ordre dans les finances, la paix et la prospérité dans le royaume. Frappez, immolez sans pitié ces tristes victimes. » C’est mieux que du Besancenot ! La CGT n’oserait pas signer pareil pamphlet !

Finalement, en cette année 1789, à la place de « deux mille », un seul propriétaire suffira: le patrimoine de l’Église sera confisqué.

Et comment Talleyrand, évêque lui-même, justifie-t-il cette mesure extraordinaire ? « Le clergé n’est pas un propriétaire à l’instar des autres propriétaires, puisque les biens dont il jouit et dont il peut disposer ont été donnés non pour l’intérêt des personnes, mais pour le service des fonctions. »

À notre tour, qui pourrions-nous exproprier – et sous quels motifs ? Sont-elles bien légitimes, au fond, les fortunes accumulées par cette classe d’inspecteurs des finances, Minc, Messier, Naouri, qui ont tout privatisé, tout libéralisé, avant de passer au privé et de ramasser la mise ? Sont-ils bien légitimes, les tas d’or amoncelés par les PDG des sociétés d’autoroutes, de télévision, de distribution d’eau, de gaz, d’électricité – qui ne doivent leurs prébendes qu’à leur connivence avec les dirigeants politiques ?

L’histoire est insoumise. C’est elle, par ses convulsions, par ses solutions hardies, qui nous enseigne la dissidence, voire la violence, c’est elle qui se braque contre les aboyeurs de la rigueur, contre les caniches du « il n’y a pas d’alternative », contre ces intellos toutous postés dans les écrans de télé comme les vigiles dans le sas des banques, protecteurs des coffres-forts, préférant ne plus penser ».

Avec Thomas Morel.

Source : Economie Matin, le 15 juin 2013

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

29 commentaires pour Crise de la dette : La faillite est possible et nécessaire, l’Histoire nous le montre (François Ruffin)

  1. L’idée est bonne, mais le système financier s’est déjà organisé pour faire supporter les impayés à tous les particuliers qui ont cru placer leurs économies et gagner un peu plus que le 1% offert à la plèbe. Comme toujours les banquiers se cacheront derrière le citoyen, derrière le contribuables et ils obtiendront raison comme systématiquement depuis 10 ans. Au 16ème siècle, seules quelques nantis pouvaient prêter de l’argent. La finance moderne à déjà pris une grande partie de la population en otage et elle n’hésitera pas à l’exécuter si elle n’obtient pas raison.

    • C’est vrai. C’est pourquoi la solution réside dans un défaut partiel, sélectif, qui frappera en priorité les détenteurs de dette les moins légitimes (i.e. ceux qu’on appelait autrefois les « rentiers »). D’où la nécessité d’un « audit de la dette ». Cela dit, il faut bien reconnaître que ce ne sera pas un travail facile et que tout le monde y perdra des plumes, à des degrés divers. Mais entre ça et l’asphyxie conduisant à une mort lente de tout le pays…

      • jimmimack dit :

        avant de faire defaut, encore faudrait-il commencer par le bon bout, et taper sur les depenses inutiles, qui sont partout: en exemple, depuis 2 ans, le prix des céréales est au plus haut, pour le malheur des consommateurs, qui voient le prix du pain et des pates augmenter, pourtant, les cerealiers, qui sont en moyenne bien plus riches que le consommateur lambda, continuent de toucher de somptuaires aides de l’etat pour  » baisse du prix des céréales  ». cherchez l’erreur !!

      • ducat dit :

        sur le thème de l’audit citoyen de la dette un interview d’un économiste belge, Olivier Bonfond :

      • Ce serait super, mais je sens déjà l’aristocratie financière mondiale nous expliquer qu’un défaut sélectif est : impossible, contraire à le réglementation européenne, à l’OMC, ou à la ‘justice » pour les plus cyniques. De mon coté j’aimerais un refinancement sans intérêts par les banques centrales. On rembourse par anticipation les dettes encours et zou on économise 50 Milliards d’intérêts annuels et on peut payer nos 2 milliards de déficit des retraites. Mais non c’est déjà trop pour un monde financier qui en est à rogner sur le taux du livret A…

      • Eric dit :

        la vidéo de cet économiste est très intéressante, merci.

  2. Ping : Crise de la dette : La faillite est possible et nécessaire, l’Histoire nous le montre (François Ruffin) - gastraudiome

  3. Ping : Crise de la dette : La faillite est possible et...

  4. OOPS dit :

    L’Etat pouvait faire défaut tant que les banques centrales n’existaient pas, c’est-à-dire pour autant que l’Etat pouvait manipuler la valeur de la monnaie à sa guise, ce que n’a pas manqué de faire le fameux Philippe Le Bel qui sert de référence dans le dit bouquin. Seulement voilà; les classes commerçantes et financières de l’époque n’ont pas apprécié ce genre de fraude à la valeur monétaire – en fait un impôts prélevé sur la valeur des produits échangés- qui compromettaient la bonne tenue de leurs affaires acculées à la ruine par la banqueroute royale. C’est une des causes de la guerre de cent ans que cette manie du pouvoir royal de manipuler l’étalon monétaire (les anglais avaient trouvé une parade intelligente grâce à la création d’un étalon non manipulable), comme de collecter de nouveaux impôts dont l’envolée avait fortement déplu dans les provinces soumises au Roi de France. L’ultime parade aux abus du pouvoir royal a été la création de la banque centrale, dont les Anglais avec les Flamands ont été les initiateurs. Ses actionnaires étaient aussi les financeurs de la dette émis en contrepartie d’actions supplémentaires (ou d’annuités permettant de transformer la dette court terme en dette long terme) dans les compagnies coloniales soutenues par la force armée de l’Etat partout où l’expansion coloniale, gage de croissance économique future sans laquelle la dette marginale émise par la banque centrale ne pouvait être remboursée. Il faut donc comparer ce qui est comparable, afin d’éviter de proposer des solutions toujours en retard d’une guerre, ce qui est une habitude bien française.

    • Vous plaisantez, j’espère ! Environ 90 pays ont fait défaut depuis 1975 selon Standard & Poor’s… ils n’avaient pas de banque centrale ?
      La Russie, l’Argentine, le Pérou, etc. et même la Grèce il y a quelques mois, qui a fait un défaut partiel (nommé pudiquement haircut) avec la bénédiction de la banque centrale européenne…

      • OOPS dit :

        Vous voyez bien qu’un pays peut faire défaut à l’intérieur de la zone euro, mais à cette différence près avec les banqueroutes précédentes qu’il ne s’agit pas d’une perte sèche pour les banques, mais d’une diminution du principal par le biais du rachat de la dette par un organisme de garantie sur la dette restante dont il assure le refinancement de concert avec les banques. Ces ploucs d’Argentins en sont toujours à ce battre avec les créanciers américains, dont la justice américaine a reconnu le non droit, alors que les Grecs, bien plus malins, se sont débarrassés de la leur avec en prime des aides financières qui assurent le remboursement des tranches restantes. Le prix à payer est naturellement une certaine perte d’autonomie de gestion. Mais on ne saurait contester que la société grecque ne se serait jamais sortie toute seule du bourbier socialiste dans laquelle elle s’était laissée enfermer par l’Europe alliée à une clique de politiques et autres syndicalistes mafieux, sans le coup de pied au cul infligé par la Troïka. Personnellement, je trouve remarquable le processus de décongélation en cours à Athènes qui se débarrassent progressivement des lobbies socialistes qui étouffaient la société grecque. En ce sens il s’agit d’un hard landing contrôlé débouchant sur un take off avec post combustion en option, plutôt que d’un hard landing argentin avec capotage dans la verdure, sans grue pour venir vous extirper du décor.

      • OOPS dit :

        J’en profite pour retransmettre cette alerte sur la bulle immobilière chinoise qui parvient au point d’implosion, faute de crédit suffisant pour alimenter la spéculation. Le problème du shadow banking qui a conduit aux excès de liquidités sur le marché immobilier chinois ressemble étrangement au précédent américain de 2007. Même causes, mêmes effets avec une banque centrale obligée de financer des crédits pourris à des municipalités, sous prétexte de plans de relance, qui les refourguent en les titrisant au shadow banking en empochant la plus-value au passage (cf. enrichissement des élites chinoises qui dépensent leurs liquidités bancaires convertis en cash dans les boutiques de luxe), mais en laissant l’ardoise aux autorités chinoises, Le jour semble arrivé où le shadow banking siffle la fin de partie, une fois la confiance disparue, ce qui semble le cas aujourd’hui.
        http://www.fxbriefs.com/major-currencies/fitch-says-china-credit-bubble-unprecedented-in-modern-world-history/

      • OOPS dit :

        Hallucinant ce qui se passe dans l’immobilier chinois est un copier coller de le crise américaine, en pire. La Chine n’est somme toute qu’un clone du modèle américain tel qu’il a été inspiré et favorisé par les Rockefeller, Rotschild&Co. Les Chinois ont eu massivement recours à la tritrisation, via les relais du shadow banking, malgré tout le blabla réglementaire raconté par le parti communiste chinois qui fait tout ce qu’il peut pour cacher la corruption massive de ses cadres qui ont parfaitement assimilé les règles du « get rich quickly » inculquées par leurs mentors yankees. Chinese credit is the mother bubble of all:

        The 160pc debt ratio for China is based on a conservative measure of credit. Fitch says it is 200pc if you count all offshore vehicles, trusts, letters of credit etc.
        This morning China Securities Journal – an arm of the regulators – said it may really be 221pc.
        For Chinese readershere is the link, courtesy of Sinocism, a terrific source of info in China. I don’t read Chinese. My son translated it for me.
        Needless to say, there is a huge problem here, and Fed tampering may bring it into the open
        http://blogs.telegraph.co.uk/finance/ambroseevans-pritchard/100024872/chinas-credit-is-literally-off-the-charts/

      • OOPS dit :

        Here is the megalomaniac plan, compared to which the subprime credit bubble is a mere child play:

        .. Across China, bulldozers are leveling villages that date to long-ago dynasties. Towers now sprout skyward from dusty plains and verdant hillsides. New urban schools and hospitals offer modern services, but often at the expense of the torn-down temples and open-air theaters of the countryside. « It’s a new world for us in the city, » said Tian Wei, 43, a former wheat farmer in the northern province of Hebei, who now works as a night watchman at a factory. « All my life I’ve worked with my hands in the fields; do I have the educational level to keep up with the city people? »

        China has long been home to both some of the world’s tiniest villages and its most congested, polluted examples of urban sprawl. The ultimate goal of the government’s modernization plan is to fully integrate 70 percent of the country’s population, or roughly 900 million people, into city living by 2025.
        http://www.thedailybell.com/29256/Chinese-Leaders-Turn-to-Urbanization-to-Cure-Economic-Woes

  5. Jack dit :

    Nos politiciens en aidant les banques à surnager se font les complices de la criminalité financière et de surcroît devraient être punis pour non assistance à personne en danger en suivant les dictats du FMI et de la Troïka qui saignent les peuples.

  6. soyouZ dit :

    On se croirait dans une secte : l’incroyable lettre d’allégeance de Christine Lagarde à Nicolas Sarkozy !

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/17/la-lettre-d-allegeance-de-christine-lagarde-a-nicolas-sarkozy_3431248_3224.html

  7. THEOPT NEWZE dit :

    Abracadabra : la dette ?
    Comme un ménage surendetté…
    Fini la dette ! Fini les impôts !
    « Non, rien de rien, non je ne regrette rien : tout le bien qu’on m’a fait, tout le mal tout ça m’est bien égal » (….) « je repars à zéro »

    Super Edith !

  8. Hat dies auf silbershark110neverdie rebloggt und kommentierte:
    Ajoutez votre grain de sel personnel… (facultatif)

  9. zorba44 dit :

    @ ducat

    Intéressante information. Il est clair que si nous devons rembourser, nous sommes dans le mur.
    Entre dette légitime et dette illégitime un audit nous sauvera mais pas entièrement loin de là.
    Tous les pays qui se trouvent avoir des fondamentaux mauvais : pyramide des âges, organisation de la santé obérée par des redondances et des excès, des erreurs stratégiques industrielles marquées (le tout nucléaire par exemple), un excès du poids de l’état mauvais corollaire du chômage souffriront…
    Les défis inédits de l’eau, des ressources, de la pollution et des dérèglements climatiques…
    font le reste.

    Les nouveaux paradigmes pour reprendre un terme cher @2fis ne seront pas faciles à trouver et, en tout cas, pas sans conséquence sur la vie de nos concitoyens du monde.

    Mais sabrer la dette illégitime, interdire les marchés à terme, séparer les métiers bancaires (le leur imposer ainsi que des règles et des contrôles drastiques – il est temps de punir durement l’immoralité financière et ses sphères-acolyte) , ne pas payer, bien sûr, pour des dettes non légitimes et, bien souvent, frauduleuses …100% oui.

    Il semble que les seules manières de l’organiser sont les pétitions à grande échelle, la résistance civile et la poursuite de la délinquance financière et politique devant les tribunaux.

    Au nom des droits fondamentaux des peuples, qui souffrent et qui ont faim au bonheur que voudraient, seuls, s’arroger les puissants sur leur sueur, leur sang et leurs larmes ce n’est que l’équité, de façade, sous laquelle les francs-maçons s’abritent (les grands idéaux) pour mieux organiser des turpitudes à bannir, c’est un devoir d’action pour mener un rééquilibrage d’une équité réelle – la seule pouvant éviter les situations de « fort chabrol » et porteuse des germes féconds de la paix sociale et du recul des crimes (souvent conséquence du désespoir et de la pauvreté).

    Jean LENOIR

  10. njaisson dit :

    Que se passe-t-il au Brésil?? Je croyais que c’était un « émergent » phare de la croissance mondiale??:

  11. njaisson dit :

    Devinez quoi: face à toutes ces turbulences civiles et financières – les émergents qui dévissent, la bulle obligataire US qui menace d’exploser, la bulle immo chinoise qui rend nerveux les investisseurs, la fin du QE aux US, le fiasco de l’abenomics, etc – l’euro est désormais considéré par les investisseurs comme une monnaie REFUGE. Et oui dans la finance, il faut faire savoir tourner les capitaux, alias rotation des actifs du portefeuille, en fonction des opportunités de marché qui sont cycliques, comme chacun sait ou presque.

    Von japanischen Aktien über Anleihen der Schwellenländer bis hin zu US-Staatsanleihen sind alle Anlage-Optionen in diesem Frühjahr unter Druck geraten. Denn die Investoren bereiten sich darauf vor, dass sich die führenden Zentralbanken der Welt vom Kurs des billigen Geldes abkehren könnten. Doch während Währungen wie der Dollar und der Yen schweren Schwankungen ausgesetzt waren, konnte sich der Euro dieser Volatilität größtenteils entziehen. Die europäische Gemeinschaftswährung legte in den vergangenen vier Wochen gegenüber dem Greenback um rund vier Prozent zu und markierte im späten Freitagshandel mit 1,3345 Dollar fast ein Vier-Monats-Hoch.

    http://www.wallstreetjournal.de/article/SB10001424127887324520904578550742547048534.html

  12. njaisson dit :

    La rotation des actifs en faveur de l’euro se poursuit, en fonction de la restauration des indicateurs macro qui servent de boussole aux gestionnaires de fonds:

    Today Herman Van Rompuy, the president of the European Council, said that the single currency was no longer facing an “existential crisis”.
    “The euro is no longer under existential threat, financial stability has been restored, deficits have been halved, competitiveness is improving and as a result exports are picking up,” he said.
    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/g8/10126201/Quitting-EU-would-damage-Britain.html

  13. njaisson dit :

    Le rapport du FMI sur la mutation du modèle de développement chinois vers un modèle de consommation tiré par son marché intérieur qui serait entretenu par l’urbanisation à outrance de sa population rurale. Apparemment la réalité sur le terrain est assez différente de l’optimisme qui prévaut dans les milieux financiers qui ne considèrent que les chiffres macro en passant systématiquement sous silence le coût humain et environnemental de ces mutations gigantesques compromises par des fractures sociétales se traduisant par une révolte endémique du peuple chinois contre ses maîtres megalomaniaques:.
    http://www.imf.org/external/pubs/ft/wp/2013/wp1383.pdf

  14. zorba44 dit :

    @ njaison

    La préfecture de police de Paris, au vu des images au Brésil, confirme qu’il y a entre 2 et 3000 manifestants. La situation n’a aucun caractère de gravité comme les broutilles contre le mariage homosexuel…
    (HUMOUR)

    Jean LENOIR

  15. brunoarf dit :

    En Europe, quels sont les Etats qui ont été en défaut de paiement ?

    Réponse :

    1- L’Espagne a été 13 fois en défaut de paiement.

    2- L’Allemagne a été 8 fois en défaut de paiement.

    3- La France a été 8 fois en défaut de paiement. Rappel : le dernier défaut de paiement de la France remonte au 30 septembre 1797 (les historiens l’appellent « la banqueroute des Deux Tiers »).

    4- L’Autriche a été 7 fois en défaut de paiement.

    5- La Hongrie a été 7 fois en défaut de paiement.

    6- Le Portugal a été 6 fois en défaut de paiement.

    7- La Turquie a été 6 fois en défaut de paiement.

    8- La Grèce a été 5 fois en défaut de paiement.

    9- La Russie a été 5 fois en défaut de paiement.

    10- La Pologne a été 3 fois en défaut de paiement.

    11- La Roumanie a été 3 fois en défaut de paiement.

    12- L’Italie a été 1 fois en défaut de paiement.

    13- Les Pays-Bas ont été 1 fois en défaut de paiement.

    (Carmen Reinhart, Kenneth Rogoff, « Cette fois, c’est différent », édition Pearson, page 120)

    • njaisson dit :

      Certes mais on eut aussi faire défaut à l’intérieur de la zone euro, en faisant empocher leurs pertes par les investisseurs qui ne demandent rien tant que la perpétuation du système de la dette pourvu qu’ils continuent à garder la maîtrise du financement de l’économie et des Etats, puisque ce contrôle absolu sur les flux monétaires est la condition sine qua non de la domination oligarchique dont les banques constituent le bras armé dans la société civile en imposant le central planning sous le masque du libéralisme. A vrai dire tous les Etats du sud de l’Europe ont déjà un fait un défaut partiel sur leur dette qui a été masqué par la reconfiguration des structures de refinancement avec le soutien de la BCE qui sert de prêteur de dernier ressort aux banques, sauvant ainsi les Etats de la faillite, dusse-t-elle violer les traités européens. Comme la BCE se surveille elle-même depuis qu’elle a hérité de la supervision unique des grandes banques européennes, elle n’a pas grand chose à craindre des arguties juridiques en Allemagne, qui comme la cour des droits de l’homme servent à entériner l’inacceptable par le droit allemand, sous le voile pudique posé par les juges de la Cour suprême allemande sur un coup de force fédéral européen.

    • njaisson dit :

      Ah ces malheureux oligarques russes spoliés par la Troïka, qui leur a piqué leurs avions avant qu’ils ne planquent leurs picallions à l’étranger….

      Cypriot president Nikos Anastasiadis has come under pressure from opposition politicians to explain why he made a formal trip to Paris last week on the plane of a Russian billionaire, reports Vestnik. Anastasiadis says he turned to his friend due to a strike by French air traffic controllers.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s