Menace de « credit crunch » en Chine

Menace de credit crunch en Chine

« Le marché interbancaire chinois a été pris de panique ce vendredi et a contraint la banque centrale à intervenir. Les marchés craignent des faillites bancaires : le risque de restriction du crédit est élevé.

Est-on au seuil d’une crise bancaire en Chine ? En tout cas, la panique s’est emparée ce vendredi du marché interbancaire chinois. Le taux de référence au jour-le-jour, équivalent de l’Eonia européen, a atteint un record à 13,91 %, avant de reculer nettement jusqu’à moins de 8 % sous la pression, prétendent les rumeurs, d’une intervention de la banque centrale. Selon Bloomberg, 50 milliards de yuan (environ 6,15 milliards d’euros) auraient été injectés dans le marché par la banque centrale.

« Assainir » le système bancaire

Ce mouvement de panique s’explique par la volonté des autorités monétaires et politiques de mettre fin à l’expansion très rapide du crédit de ces dernières années. Dans le viseur de Pékin se trouveraient les petites banques qui ont beaucoup prêté et qui ont également beaucoup spéculé. Leur endettement serait devenu intenable. Le gouvernement semblerait déterminer à « assainir » le marché bancaire et coupant les vivres de ces établissements, quitte à provoquer des faillites. Une logique qui n’est pas sans rappeler aux marchés l’audace des autorités américaines en septembre 2008 dans l’affaire Lehman Brothers…

Confusion

Reste que le gouvernement rajoute de la confusion à l’inquiétude. On l’a vu : prompt à stopper la hausse du taux interbancaire, il multiplie les déclarations fermes vis-à-vis du secteur bancaire. Sa communication sur le sujet est souvent chaotique. En réalité, il n’est pas certain que Pékin soit prêt à assumer un « assainissement » des banques. En cas de hausse durable du taux interbancaire, les établissements devraient restreindre leur offre de crédit et le ralentissement de l’économie, déjà sensible depuis quelques mois, n’en serait qu’accéléré. C’est un risque que le gouvernement ne souhaite pas prendre. Pas plus, sans doute, qu’il est prêt à prendre le risque d’un Lehman chinois. Mais pour autant, comment maintenir un système bancaire aussi endetté sans risques ? Comment développer, comme souhaite le faire Pékin, une demande intérieure sur des bases aussi fragiles ?

Méfiance et risques sur la croissance mondiale

Dans l’immédiat, il y a fort à parier que la confiance des banques chinoises entre elles ne soit fortement compromise. Chacun attendra avec anxiété la chute du voisin. Le peu de transparence du système chinois rajoutera à cette défiance. Le risque d’un crédit crunch chinois ne peut donc être pris à la légère. Or, s’il devenait réalité, la contraction du crédit en Chine et de la deuxième économie mondiale réduirait à néant les espoirs de reprise par les exportations en Europe. Or, c’est le seul levier dont disposent désormais les pays de la zone euro, notamment ceux qui ont été ravagés par la crise de la dette. Le nouvel acte de la crise mondiale commencée en 2007 se joue donc en Chine ».

La Tribune.fr, le 21 juin 2013

NB. Les déclarations de Ben Bernanke sur une possible fin des mesures monétaires « non conventionnelles » de la Fed ne sont évidemment pas étrangères à cette panique…

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Menace de « credit crunch » en Chine

  1. Ping : Menace de "credit crunch" en Chine - gastraudiome

  2. Yeap, je confirme la panique à bord. Les liquidités manquent du côté du shadow banking, d’où report sur le interbanking et hausse des taux; la contagion s’effectuant depuis la périphérie vers le coeur. Allons-nous assister à un « credit crunch » analogue, voire pire, à celui que qu’a connu le marché américain des produits dérivés hypothécaires en 2007? Hank Paulson avec la la clique Mac Kinsey, GS, JP Morgan et consors sont conseil de la Banque centrale chinoise. Qui a dit que la Chine était un pays communiste? 🙂

    • N.O.M dit :

      Le monde est devenu socialiste libertaire matérialiste. Marx et Mao ont battu le sentier à leurs époques.

  3. zorba44 dit :

    Que Ben annonce la fin possible de la mesure stupide des QE, lesquels ne font qu’empiler de nouvelles dettes, comme un facteur de panique ne peut que laisser rêveur l’observateur « sensé » quant à l’incroyable légèreté des banques…

    Voilà patente l’évidence de l’addiction à un système de drogue monétaire pervers et malfaisant.

    Jean LENOIR

  4. N.O.M dit :

    ça se précise ?

    L’UE doit décider qui paiera en cas de faillite d’une banque. http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/reuters-00530374-l-ue-doit-decider-qui-paiera-en-cas-de-faillite-d-une-banque-578329.php

    Qui ? oh bah on sait pas nous ! quelque chose me dit que ça va commencer à jazzer dans l’pays. En tout cas, je ne voudrais pas travailler au guichet d’une banque moi…

  5. Boule de cristal dit :

    Pouvoir chiner dans les poubelles sera la nouvelle donne !

  6. N.O.M dit :

    La JP Morgan réclame des régimes autoritaires en Europe. http://www.wsws.org.

    Nous c’est déjà fait on a le parti socialiste au pouvoir. Il y en a encore qui se demande comment Hitler est arrivé au pouvoir en 1933 ?

  7. tobrouk dit :

    L’économie mondiale est vraiment dans une panade pas possible !!

  8. brunoarf dit :

    Grèce : crise gouvernementale avec le départ du parti de gauche Dimar.

    Après avoir publiquement exprimé son désaccord sur la fermeture brutale de la radiotélévision publique ERT, Fotis Kouvélis, dirigeant de la gauche démocratique Dimar, a convoqué vendredi son groupe parlementaire et son bureau exécutif qui devraient décider de leur maintien ou non au sein de la coalition formée dans la douleur il y a un an avec M. Samaras et les socialistes d’Evangélos Vénizélos.

    Si le retrait est confirmé, le gouvernement serait amputé des 14 députés de Dimar, restant avec une faible majorité de 153 sur 300 — 125 députés de la Nouvelle-Démocratie et 28 députés des socialistes Pasok — , bien faible pour continuer efficacement les réformes structurelles, regroupées sous le nom générique de mesures d’austérité, qui bousculent les intérêts acquis, imposées par les créanciers du pays.

    Vendredi 21 juin 2013 :

    ALERTE – Grèce : le petit parti de gauche Dimar confirme son départ du gouvernement.

    ATHENES – Le petit parti de gauche grec Dimar va quitter la coalition gouvernementale dirigée par le Premier ministre conservateur Antonis Samaras, a indiqué vendredi le ministre de la Réforme de l’administration, Antonis Manitakis.

    A l’issue d’une réunion du groupe parlementaire Dimar sur fond de désaccord sur l’audiovisuel avec le chef du gouvernement, M. Manitakis a indiqué qu’il allait présenter sa démission après la décision du parti de se retirer du gouvernement.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Grece_le_petit_parti_de_gauche_Dimar_confirme_son_depart_du_gouvernement_39210620131410.asp

  9. Ping : Menace de "credit crunch" en Chine | ...

  10. Chinese cash rates didn’t just increase they shot through the roof today, Friday June 21st. This is not hyperbole. This is not exaggeration. They reached 25% when they were at their peak, and the only thing that calmed them down was the talk of a possible cash injection from the Chinese central bank. Rates dropped to 10%.

    Two banks have refused to acknowledge that they received emergency loans from the People’s Bank of China last night to bail them out of trouble. Others say that they are strapped for cash. To boot, they are not just the small fish in the financial banking sector. The world’s largest bank in terms of assets was mentioned as being one of those banks (The Industrial and Commercial Bank of China). If the biggest banks in the world are currently strapped for cash, because they have been trading with that cash, then we may be preparing for another financial meltdown around the world. This time the question is: will it be bigger than the 2008 one? By the looks of it, yes. In 2008, China suffered also from the financial crisis around the world, but managed to maintain some sort of economic growth. Have the financial crisis and poor banking practices trickled through to the Chinese banks today leaving them without a cent available?
    http://beforeitsnews.com/economy/2013/06/chinese-banks-go-bust-as-bubble-bursts-2531220.html

  11. brunoarf dit :

    Vendredi 21 juin 2013 :

    Grèce : un petit parti claque la porte de la coalition.

    La Gauche démocratique compte deux ministres et 14 élus.
    La Bourse d’Athènes chute de 6,11%.
    Pas d’accord sur la réouverture de la TV publique.

    La Gauche démocratique (GD, ou Dimar), plus petit parti de la coalition au pouvoir en Grèce, a confirmé vendredi après-midi son intention de quitter le gouvernement d’union nationale, après l’échec des discussions sur la réouverture de la société d’audiovisuel public ERT.

    Ces dissensions coïncident avec un nouveau hic dans l’application du plan de renflouement international de la Grèce, certaines banques centrales européennes rechignant à reconduire les créances qu’elles détiennent sur la dette grecque.

    Le rendement des obligations à dix ans a atteint de ce fait son plus haut niveau depuis la fin avril, avec un rendement de 11,30%. Vendredi à la clôture, la Bourse d’Athènes s’effondrait de 6,11%.

    « Vu l’évolution de la situation et la politique suivie par le Premier ministre, la Gauche démocratique a décidé de se retirer du gouvernement », a déclaré à Reuters Dimitris Hatzisokratis, membre du comité exécutif de la Gauche démocratique, à l’issue d’une réunion extraordinaire des élus du parti.

    (Dépêche Reuters)

    L’euro plombé par la Grèce.

    L’euro pâtit d’un regain de craintes sur la situation en Grèce et repart à la baisse face au dollar.

    http://www.boursorama.com/actualites/l-euro-plombe-par-la-grece-622114a92d8505c9f1bb107c3b851638

  12. N.O.M dit :

    La crise : surchauffe dans la finance chinoise. http://www.Mediapart.fr

  13. N.O.M dit :

    French.irib.ir/…/256447-la-troisieme-guerre-mondiale-se-deroule-en-Syrie. ( Kissinger ).

  14. brunoarf dit :

    Vendredi 21 juin 2013 :

    Plans de sauvetage de la Grèce : 77 % des fonds sont allés à la finance.

    Une étude d’Attac montre que les «plans de sauvetage» mis en oeuvre par les institutions de l’Union européenne et les gouvernements européens sauvent les banques, pas la population.

    Depuis mars 2010, l’Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) ont attribué 23 tranches de financement au prétendu « sauvetage de la Grèce », pour un total de 206,9 milliards d’Euros. Ils n’ont cependant fourni presque aucune précision sur l’utilisation exacte de ces énormes sommes, provenant de fonds publics.

    C’est pourquoi Attac Autriche a entrepris une étude sur cette question : au moins 77% de l’argent du plan de sauvetage ont bénéficié directement ou indirectement au secteur de la finance.

    http://www.france.attac.org/articles/plans-de-sauvetage-de-la-grece-77-des-fonds-sont-alles-la-finance

    En clair :

    Sur 206,9 milliards d’euros pour le soi-disant « sauvetage de la Grèce », 159,5 milliards d’euros sont allés directement ou indirectement au secteur de la finance.

    Quant au peuple grec, il a vu la destruction des services publics de la Grèce.

    La finance a reçu l’argent, et le peuple grec a reçu la misère.

    Le système actuel est complètement pourri.

  15. N.O.M dit :

    Cac 40 : – 6,37% sur une semaine et – 10,67% sur un mois. La recette chypriote et grecque arrive à grand pas pour la France.

    Bourse chinoise :
    1963,24 pts à – 5,3%.
    ça pique les yeux !

  16. N.O.M dit :

    Faillites bancaires : échec du sommet européen. http://www.économiematin.fr

  17. OOPS dit :

    La BIS a envoyé un signal clair en direction des marchés, en faisant savoir que les actions combinées des banques centrales pour stimuler l’activité économique par l’offre de crédit finirait par avoir un impact négatif sur les déficits publics, à cause de la perte que les investisseurs en obligations devraient supporter lors de la remontée des taux. Le coup de sifflet de l’autorité internationale de supervision des marchés correspond à un changement de stratégie globale à l’échelle de la planète pour tenter de juguler la crise financière, non par l’offre de liquidités par les banques centrales, mais une par une réelle maîtrise des dépenses publiques ainsi que par une politique visant à relancer la consommation, plutôt que de privilégier la restauration de la solvabilité des banques aux dépens du reste de l’économie étranglée par les mesures de désendettement bancaire. Il n’empêche que les banques européennes vont prendre le bouillon, en particulier les banques françaises et italiennes, très engagées dans le carry trade de la dette consistant à voyager entre les différents compartiments de dette souveraine grâce aux liquidités fournies par les banques centrales nationales permettant de jouer sur les différences de spreads entre les obligations souveraines européennes.

    Bondholders in the United States alone would lose more than $1 trillion (648 billion pounds) if yields leap, showing how urgent it is for governments to put their finances in order, the Bank for International Settlements said on Sunday.
    The Basel-based BIS lambasted firms and households as well as the public sector for not making good use of the time bought by ultra-loose monetary policy, which it said had ended up creating new financial strains and delaying rather than encouraging necessary economic adjustments.
    The BIS, a grouping of central banks, was one of the few organisations to foresee the global financial crisis that erupted in 2008.

    http://news.yahoo.com/bondholders-lose-more-1-trillion-140227459.html

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s