Draghi en prison ? Encore un peu de patience…

mario draghi bankster prison« Après tous ses beaux discours sur l’orthodoxie budgétaire des Etats membres de la zone euro, l’actuel président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi risque de devoir bientôt s’expliquer devant la justice sur la manière dont il aurait causé 8 milliards d’euros de pertes à l’Etat italien (des pertes non encore comptabilisées), héritées de l’époque où il était Directeur général du Trésor (entre 1991 et 2001).

Une enquête est sur le point d’être ouverte dans la péninsule, suite aux allégations selon lesquelles Draghi avait supervisé l’achat de contrats dérivés par l’Etat italien afin de maquiller ses comptes au moment d’entrer dans la zone euro. [1]

Le procureur de Rome a déclaré au Financial Times de Londres qu’il prévoyait rencontrer des responsables du Trésor, de la Banque d’Italie et de la Cour des comptes afin d’approfondir la question. Même s’il n’a pas spécifié s’il s’agissait d’une enquête au pénal, il a précisé être secondé par la brigade financière, qui a demandé des compléments d’information sur les contrats dérivés souscrits par le bureau de gestion de la dette du Trésor italien à l’époque où Draghi en assurait la direction.

Selon le FT, la question n’est pas le montant de la perte en tant que telle, ni même l’usage de produits dérivés, mais la volonté politique de manipuler les comptes de l’Etat, ce que tout le monde savait à Bruxelles mais que personne n’a dénoncé à l’époque.

Une pratique qui ne s’est pas limitée d’ailleurs à l’Italie, puisqu’il est connu aujourd’hui que la Grèce avait usé des mêmes techniques, sur les conseils d’une certaine banque d’affaires, Goldman Sachs, à laquelle se joindra en 2002 un certain… Mario Draghi, occupant depuis Londres le poste de vice-président de Goldman Sachs pour l’Europe.

Le fait que le fils de Mario Draghi, Giacoma Draghi travaille comme trader de taux d’intérêt au bureau londonien de la banque d’affaire Morgan Stanley n’a évidemment aucun rapport avec les activités parfaitement légales de son père… »

Solidarité & Progrès, le 29 juin 2013

1] Rappelons que l’un des critères de Maastricht stipule que la dette publique ne doit pas dépasser 60 % du PIB et le déficit annuel 3 % du PIB.

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 55 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Draghi en prison ? Encore un peu de patience…

  1. Ces choses sont connues depuis longtemps. Pourquoi ressortent-elles précisément maintenant? N’est -ce pas une ultime diversion pour détourner l’attention de problèmes monétaires plus importants? Sérieusement, qu’est-ce que huit milliards, à côté des quatre cents milliards versés à la Grèce? Et puis quelle forme ont prise ces huit milliards? En comptabilité publique, il existe toute sorte de manière de maquiller les comptes, en jouant avec le calendrier des recettes et en transférant des charges vers des entités fictives qui octroient des prêts temporaires à l’Etat en l’échange de revenus futurs qui viendront financer les titres de dette émis par ces entités semi publiques. En somme Draghi n’a fait qu’appliquer de bonnes vieilles pratiques de comptabilité publique connue s de tous nos administrateurs sortis de l’ENA et soutenus par les cabinets de conseil et autres banques d’affaires experts dans l’art d’optimiser la gestion de la dette publique.

  2. Ping : Draghi en prison ? Encore un peu de patience......

  3. Geraldine dit :

    Règlement de comptes entre mafieux de la haute finance … Il y a certaines choses qui échappent au commun des mortels.

    • 2fis dit :

      @Geraldine … c’est exactement de cela qu’il s’agit … chaque pays d’Europe finira par être sous l’emprise politique de l’un des mega-groupes mondiaux de la Finance … en l’occurrence Mario Draghi est la cible numéro un dans le combat contre Goldman-Sachs pour le contrôle de l’Italie … la lutte sera féroce mais je pressens que le rapport de force restera en faveur de Mario Draghi … qui n’ira pas en prison …

  4. brunoarf dit :

    Dans la zone euro (ZE17), le taux de chômage corrigé des variations saisonnières s’est établi à 12,1% en mai 2013, en hausse par rapport au taux de 12,0% relevé en avril.

    Aujourd’hui, il y a deux Europe :

    – l’Europe des pays périphériques : ces pays sont en faillite. Le chômage atteint des niveaux catastrophiques ;

    – l’Europe des pays du nord : ces pays sont en train de sortir de la crise.

    Ces deux Europe s’éloignent l’une de l’autre de plus en plus vite.

    Zone euro : chômage pour le mois de mai 2013 :

    1- Médaille d’or : Espagne. 26,9 % de chômage.

    2- Médaille d’argent : Grèce. 26,8 % de chômage.

    3- Médaille de bronze : Portugal. 17,6 % de chômage.

    4- Chypre : 16,3 % de chômage.

    5- Irlande : 13,6 % de chômage.

    6- Italie : 12,2 % de chômage.

    Ces six Etats européens périphériques s’enfoncent dans la crise de plus en plus profondément. Leur situation devient désespérée.

    Et les pays qui ont le moins de chômage ?

    Pays-Bas : 6,6 % de chômage.

    Luxembourg : 5,7 % de chômage.

    Allemagne : 5,3 % de chômage.

    Autriche : 4,7 % de chômage.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/3-01072013-BP/FR/3-01072013-BP-FR.PDF

    Chômage des jeunes de moins de 25 ans :

    Grèce : 59,2 % de chômage des jeunes de moins de 25 ans.

    Espagne : 56,5 % de chômage des jeunes.

    Portugal : 42,1 % de chômage des jeunes.

    Italie : 38,5 %.

    Slovaquie : 34,6 %.

    Irlande : 26,3 %.

  5. Ping : Draghi en prison ? Encore un peu de patience… - gastraudiome

  6. THEOPT NEWZE dit :

    La « Draghée » haute à Triche (t)… notre Trichet de pâle mémoire…

  7. Garfy dit :

    ouah !!! Cheminade – au secours – quel est son jeu ??

  8. Ping : PART 01 | JUILLET 2013 | Business BANKS | Pearltrees

  9. La dégringolade des émergents (Chine, Inde Russie, Brésil, Turquie) est autrement plus importante que les frasques de Draghi comme trader fixed income, qui d’ailleurs n’en sont pas, puisque ces opérations relèvent du quotidien dans n’importe quelle gestion de trésorerie qui gère son risque de taux sur son portefeuille obligataire avec des dérivés de taux. L’agence France Tésor fait pareil tous les jours. Signe certain de tension sur les émergents, les commandes à l’industrie lourde allemande en provenance de Chine sont au point mort faute de crédits aux entreprises chinoises:

    Chinas Firmen droht die Kreditklemme – und das in einer Phase, in der die Wirtschaft des Landes erhebliche Probleme hat. Umfragen zufolge wächst die Industrieproduktion kaum noch. Die Regierung redet die Probleme klein.
    http://www.spiegel.de/wirtschaft/soziales/einkaufsmanager-umfragen-belegen-schwache-wirtschaft-in-china-a-908667.html

    Brasilien, Russland, Indien, China – die so genannten BRIC-Staaten wurden noch vor Kurzem als Motoren der Weltwirtschaft gefeiert. Nun taumeln sie in die Krise, vielleicht sogar in einen spektakulären Crash. In Brasilien begehren Millionen gegen die Regierung auf, in Indien lähmen Bürokratie und Misswirtschaft die weitere Entwicklung – und in China droht sogar der Kollaps des kompletten Finanzsystems. Die Folgen für Europa wären unabsehbar.
    http://info.kopp-verlag.de/hintergruende/deutschland/michael-brueckner/bric-von-der-erfolgsformel-zur-crash-chiffre.html

  10. Jack dit :

    Et nos politiciens écoutent cette mafia qui demande de faire des réformes, mais jusqu’où va allez leurs conneries, ou alors il sont aussi mafieux que le FMI et la troìka réunis, oui ça doit-être ça, tous des mafieux ou leurs complices.

  11. La versatilité du banquier, ainsi que son manque de clairvoyance dû à la déformation de la vision par les modèles statistiques de valorisation des actifs, sont proprement légendaires. Pour s’en rendre compte, il n’est que de se replonger dans les prévisions économiques à court terme publiées par ces gens-là qui témoignent à l’envi d’une méconnaissance du réel oblitéré par une recherche du profit maximum à court terme au mépris de la vision globale tenant compte des faiblesses structurelles d’un système de gouvernance qui a pourtant donné maintes preuves de sa fragilité dans le passé, en particulier aux Etats-Unis, pays qui constitue le modèle de référence sur lequel s’aligne la politique économique et monétaire pratiquée par ses partenaires (Inde, Chine, etc). Voici ce qu’écrivait la DB Asie-Pacifique en déc. 2012 à propos de la politique monétaire pratiquée par la banque centrale chinoise qui a conduit à la protubérance des centres de financement offshore profitant des abondantes liquidités en RMB offertes par la banque centrale aux banques:commerciales:

    Demand for RMB is bound to accelerate,
    given China’s commitment to liberalise
    its capital and current account by the end
    of 2015. Hardly a month goes by without
    the People’s Bank of China further
    loosening the restrictions on onshore
    RMB trade settlements for foreign
    investors and customers. For instance,
    since August 2011 foreign businesses
    have been able to settle contracts in RMB
    in any province in China, a relaxation
    of the rules that would have been
    unimaginable even two years ago.

    https://www.db.com/en/media/Deutsche_Bank_–_The_Markets_in_2012_-_Foresight_with_Insight.pdf

  12. Ping : Draghi en prison ? Encore un peu de patience&he...

Répondre à Geraldine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s