Espionnage : la NSA peut surveiller 75% du trafic internet aux Etats-Unis

nsa espionnage

Les révélations sur les pratiques d’espionnage de la NSA continuent à alimenter la presse américaine. L’agence de sécurité nationale a la capacité de surveiller 75% du trafic internet aux Etats-Unis, selon les informations révélées par d’anciens et d’actuels responsables au Wall Street Journal. L’agence avait indiqué auparavant qu’elle avait accès à 1,6% des données circulant sur l’internet dans le monde, et qu’elle n’en surveillait que 0,00004%.

Non seulement la NSA espionne la toile américaine et européenne, mais elle peut conserver le contenu de certains emails envoyés par des ressortissants américains. Les appels locaux passés par internet sont aussi filtrés, tout cela avec l’aide des opérateurs télécoms, tels que AT&T et Verizon. Le Wall Street Journal ajoute que l’organisme de surveillance est en mesure d’intercepter pratiquement toutes les informations sur la toile dès lors qu’elle dispose d’un mandat signé par un juge.

Interrogée par Reuters, la NSA a répondu par email que sa mission de renseignement « se concentre sur la lutte contre les ennemis étrangers qui veulent porter atteinte au pays ». « Nous défendons les Etats-Unis contre de telles menaces tout en travaillant avec acharnement à la protection de la vie privée des Américains. Ce n’est pas l’un ou l’autre. Ce sont les deux à la fois. »

La NSA a assuré à plusieurs reprises par le passé que ses programmes de surveillance sont totalement légaux.

L’Expansion, le 21 août 2013

Rappel :

L’outil qui permet à la NSA d’examiner « quasiment tout ce que fait un individu sur le Web »

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Espionnage : la NSA peut surveiller 75% du trafic internet aux Etats-Unis

  1. Ping : Espionnage : la NSA peut surveiller 75% du trafic internet aux Etats-Unis - gastraudiome

  2. Brad dit :

    Eux ont le droit de violer notre vie privée et de nous espionner; mais quand un citoyen publie des documents de l’armée US il est accusé d’espionnage et de trahison et condamné à 35 ans de prison…. Vous avez dit démocratie ?

    http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/08/21/bradley-manning-condamne-a-35-ans-de-detention_3464430_651865.html

    • zorba44 dit :

      Il vous a échappé sans doute que tout individu est un ennemi potentiel des USA et que l’intérêt « collectif » exonère l’état de toute faute tandis que l’action individuelle est une faute par nature…
      Il n’y a plus de démocratie et de liberté dans l’ancienne « Land of Freedom » dirigée par un moderne Caligula.

      Jean LENOIR

  3. Ping : Espionnage : la NSA peut surveiller 75% du traf...

  4. THEOPT NEWZE dit :

    Reconnaissance par Obama. Pendant des années surveillance illégale des emails…
    L’oubli de déclaration d’un compte bancaire à l’étranger à l’IRS américaine (sans fraude fiscale) : 5 ans derrière les barreaux.
    Quelle peine pour Obama et ses prédécesseurs, pour cette seule infraction ?

  5. ttyo dit :

    Les États-Unis ont mené 231 cyberattaques en 2011

    « Selon le Washington Post paru ce samedi, les Etats-Unis ont mené 231 cyberattaques en 2011. Le quotidien se base sur des documents fournis par Edward Snowden. Des éléments divulgués par l’ancien analyste américain – désormais réfugié à Moscou – ont déjà levé le voile sur l’ampleur du programme de surveillance mené par la NSA.

    En 2011, les États-Unis auraient mené 231 cyberattaques contre des pays et des cibles installées à l’étranger. C’est ce qu’affirme le Washington Post, s’appuyant sur des documents fournis par l’ancien analyste Edward Snowden.

    Les cibles sont variées et les attaques ont notamment visé la Chine, l’Iran, la Russie ou la Corée du Nord. « Près des trois quarts de ces attaques visaient des cibles de la plus haute importance ou des activités comme la prolifération nucléaire », explique le Washington Post. En 2010, le virus Stuxnet avait perturbé le programme nucléaire iranien. Téhéran avait attribué cette attaque aux États-Unis et à Israël.
    Des logiciels malveillants

    Outre ces attaques, les spécialistes « s’introduisent dans des réseaux étrangers pour les mettre sous un contrôle américain discret », poursuit le quotidien, évoquant un projet baptisé GENIE et dont le budget s’élève à 652 millions de dollars. Des logiciels malveillants ont ainsi été placés « chaque année dans des dizaines de milliers de machines ».

    Selon les documents consultés par le journal, « d’ici la fin de l’année, GENIE devrait contrôler au moins 85.000 logiciels implantés dans des machines choisies stratégiquement tout autour du monde ».

    http://www.franceinfo.fr/monde/les-etats-unis-ont-mene-231-cyberattaques-en-2011-1125845-2013-08-31

  6. soyouZ dit :

    La NSA décode les échanges cryptés sur Internet

    Le cryptage des communications sur Hotmail, Yahoo, Google et Facebook a été brisé dès 2010 par les services de renseignements américains avec l’aide de leurs homologues britanniques selon des documents d’Edward Snowden publiés par The Guardian.

    http://www.lefigaro.fr/international/2013/09/06/01003-20130906ARTFIG00320-la-nsa-decode-les-echanges-cryptes-sur-internet.php

    On en découvre tous les jours de nouvelles !!

  7. matbee dit :

    La présidente brésilienne Dilma Rousseff annule une visite d’Etat à Washington

    « Le coup de téléphone d’une vingtaine de minutes de Barak Obama n’aura pas permis d’arrondir les angles. La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, a décidé, mardi 17 septembre, moins de vingt-quatre heures après sa conversation avec le chef de la Maison Blanche, d’annuler la visite d’Etat qu’elle devait effectuer à Washington, le 23 octobre.

    Dans un communiqué, elle condamne « les activités illégales d’interception des communications de citoyens, d’entreprises et de membres du gouvernement brésilien une atteinte à la souveraineté nationale et aux droits individuels, incompatible avec la coexistence démocratique entre pays amis ».

    Après avoir perturbé les relations entre les Etats-Unis et l’Europe, les révélations d’Edward Snowden sur le système de surveillance mondial des communications par son ancien employeur, l’Agence américaine de sécurité nationale (NSA), viennent de brouiller Brasilia et Washington. « Une ombre » entre les deux puissances, comme l’avait annoncé, mi-août, l’ancien ministre des relations extérieures brésilien Antonio Patriota, si Washington n’apportait pas de réponse convaincante.

    SELON DES DOCUMENTS DE LA NSA, LA PRÉSIDENTE EST ÉCOUTÉE

    La raison du courroux de Dilma Rousseff : une série de divulgations, de juillet à début septembre, de cas présumés d’espionnage. Selon des documents de la NSA transmis à la chaîne brésilienne TV Globo par M. Snowden et son relais à Rio de Janeiro, le journaliste Glenn Greenwald, non seulement le Brésil est le pays d’Amérique latine le plus « écouté » par les « grandes oreilles » américaines, mais également la présidente en personne, ainsi que le géant pétrolier Petrobras, fierté nationale. »

    …………..

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/09/18/dilma-rousseff-annule-une-visite-d-etat-a-washington_3479697_3222.html

Répondre à zorba44 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s