La Suisse inondée d’or en provenance des coffres londoniens

or-londres-suisse

« Les exportations d’or détenu à Londres vers la Suisse ont explosé au premier semestre 2013, avec près de 800 tonnes. La valeur refuge finit déposée en Suisse ou transformée pour être revendue en Asie.

Si en 2012 un total de 92 tonnes d’or sont arrivées en Suisse en provenance des coffres de banques londoniennes, en 2013 ce chiffre a explosé, selon un rapport de la banque australienne Macquarie, cité par Reuters.

Durant la première moitié de l’année 2013, pas moins de 797 tonnes d’or seraient sorties d’Angleterre pour arriver en Suisse. Un mouvement que la banque explique par deux hypothèses.

Plus petits lingots vendus en Asie

La première est la volonté de détenteurs « d’or papier » de mettre à l’abri de l’or physique, en particulier en Suisse. Cependant, la principale explication donnée par la banque Macquarie est l’importante présence de raffineries d’or en Suisse, qui transformeraient les lingots détenus par des fonds indiciels reposant sur l’or (gold exchange-traded funds – ETF).

L’or converti en lingots de plus petites tailles ou en monnaies serait vendu à des consommateurs finaux, en particulier en Inde et en Chine, où la demande des investisseurs pour les métaux précieux est en forte hausse ».

RTS, le 22 août 2013 (via Carton Rouge du Citoyen)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Monnaies, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour La Suisse inondée d’or en provenance des coffres londoniens

  1. Ping : La Suisse inondée d’or en provenance des coffres londoniens - gastraudiome

  2. N.O.M dit :

    Et avec Hollande ça continu !

  3. OOPS dit :

    Imaginez qu’un « sinkhole » s’ouvre brusquement sous votre tas d’or. Que va-t-il vous rester de tous ces patients efforts pour mettre à l’abri de la valeur qui n’est souvent que le fruit de la rapine?

  4. Ping : La Suisse inondée d’or en provenan...

  5. N.O.M dit :

    Quand les preuves s’accumulent :

    Le  » confidential memo « . Lesmoutonsenragés.fr

    Lettre d’ Albert Pike ( franc maçon 33° degré ) à Mazzini, 1871 :
     » Nous lâcherons les Nihilistes et les Athées et nous provoquerons un formidable cataclysme social qui, dans toute son horreur, montrera clairement aux nations les effets d’ un athéisme absolu, origine de la sauvagerie et du plus sanglant chambardement « .

    Nous en sommes à la veille.

  6. N.O.M dit :

    Cameron et Obama ont dit oui à une intervention en Syrie.

  7. N.O.M dit :

    Syrie : les  » rebelles  » tirant des obus chimiques.

  8. Ping : La Suisse inondée d'or en provenance des...

  9. brunoarf dit :

    Mardi 27 août 2013 :

    La Grèce perturbe la campagne de Merkel.

    Le sauvetage de l’euro s’invite dans la campagne. Le parti eurosceptique AfD en profite.

    « Nous parlons d’argent que, si ça tourne mal, la génération de nos enfants devra payer pendant trente ans », s’est ému Walter Kohl, qui n’est autre que le fils de l’ancien chancelier chrétien-démocrate (CDU) Helmut Kohl. Il trouve « irresponsable » la politique d’Angela Merkel, que son père surnommait « la fille ». Sa position, à moins d’un mois des élections, fait partie d’un bruit de fond potentiellement dangereux pour la chancelière, dont la campagne devait être un long fleuve tranquille.

    Ce plan a basculé la semaine dernière, lorsque le ministre des Finances a reconnu qu’Athènes aurait besoin d’une rallonge financière. Un cauchemar pour les contribuables allemands, qui se perçoivent comme les victimes de la crise. « Il devra y avoir un nouveau programme d’aide à la Grèce », a déclaré Wolfgang Schäuble.

    Depuis, le sujet qui devait rester tabou fait la une des journaux, qui rappellent avec délectation les promesses non tenues du gouvernement sur le coût des mesures d’aide aux pays en crise. « Sauvetage de l’euro : l’addition s’il vous plaît ! », a titré le quotidien économique « Handelsblatt » avec une caricature d’Angela Merkel en Pinocchio.

    « Jusqu’ici, la CDU était parvenue à ce que la Grèce ne soit pas un sujet dans la campagne et il menace maintenant de se transformer potentiellement en avalanche », estime Tilman Mayer, professeur de sciences politiques à l’université de Bonn.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202966559090-la-grece-perturbe-la-campagne-de-merkel-598088.php?xtor=RSS-2132

    Dette publique de l’Allemagne : 81,2 % du PIB, soit 2150 milliards d’euros. Je dis bien : 2150 milliards d’euros.

    L’Union Européenne, c’est des pays surendettés qui se surendettent encore plus, pour pouvoir prêter de l’argent à des pays en faillite qui ne les rembourseront jamais.

    L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

    • N.O.M dit :

      Très intéressant ce que nous dit cet Américain dans cette vidéo. Le coup de la main gauche pour cacher l’ action de la main droite. Alors regardez bien ce qui se passe en cette journée du 27 août 2013 :
      Intervention du président Hollande à 16 H 00 pour nous dire que la France va  » punir  » le régime de Bachar el Assad sans aucun résultat d’ enquête de la part de l’ ONU. Puis, intervention du premier ministre Ayrault à 19 H 00 pour nous expliquer la réforme des retraites.
      Maintenant nous allons revenir sur cette intervention en Syrie au travers d’ une lettre qui, je sais, a souvent été critiquée. Ceci dit, pour faire le rapprochement avec ce que dit cet Américain vers la fin de sa vidéo, vous allez comprendre que de parler des retraites aujourd’hui est véritablement se foutre du peuple français au vu de la situation dramatique qui approche.

      Lettre d’ Albert Pike à Mazzini, le 15/08/1871 :
       » La troisième Guerre mondiale doit être fomentée en utilisant les divergences que les agents des Illuminati attiseront entre les Sionistes Politiques et les dirigeants du monde musulman. La guerre doit être menée de telle manière que l’ Islam ( le monde Arabe y compris la religion de Mahomet ) et le Sionisme Politique ( y compris l’ Etat d’ Israël ) se détruisent mutuellement. Dans le même temps, les autres nations une fois de plus divisées entre elles à ce propos, seront forcées de se combattre jusqu’ à un état d’ épuisement complet, physique, moral, spirituel et économique « .

      Quel scénario se mets en place exactement 142 ans plus tard ? Le monsieur dans la vidéo a raison, il va y avoir beaucoup de morts dans cette histoire. Et ni les Musulmans, ni les Chrétiens, ni le peuple Juif n’ ont à y gagner au final.

       » Sans moi le sionisme n’ aurait jamais vécu, mais sans le sionisme mon œuvre aurait été arrêtée complètement « . Le Baron Rothschild.

      Sauver, c’ est l’ élément qui, dans un tout, contrebalance les défauts du reste. Sauver, c’ est soustraire, un groupe, quelque chose, à une emprise néfaste pour sa condition. Pour cela, il faut que l’ opinion publique se réveille !

      • catena dit :

        lisez aussi le livre « 2000 ans de complot contre l’église » de Maurice Pinay ,la Synagogue de Satan est dérriere tout cela ,
        voir aussi la conspiration mondiale de la république Universelle de Adam Weishaupt .
        ce qui arrive sera trés gros en effet « NOM » les gens en tomberont de leur chaise !
        la vérité vous rendra libre disait Jésus Christ….

  10. brunoarf dit :

    Mercredi 28 août 2013 :

    Merkel : « la Grèce n’aurait jamais dû être admise dans la zone euro »

    La chancelière allemande Angela Merkel, en campagne pour un troisième mandat aux législatives du 22 septembre, a lancé mardi lors d’une réunion électorale que la Grèce n’aurait pas dû être admise dans la zone euro.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/afp-00545407-merkel-la-grece-n-aurait-jamais-du-etre-admise-dans-la-zone-euro-598674.php

    Vendredi 23 août 2013 :

    « Sauvetage de l’euro, l’addition s’il vous plait ! »

    Après l’annonce du ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble d’un probable nouveau plan d’aide à la Grèce après 2014, le Handelsblatt consacre un dossier à « l’addition » que les Allemands doivent payer pour le sauvetage de l’euro.

    Le quotidien économique allemand critique Angela Merkel, qui s’était dite « incapable d’indiquer le montant du sauvetage de l’euro ».

    « La chancelière poursuit visiblement un but cet été : garder le calme sur le front de l’euro », commente le Handelsblatt, qui a fait ses propres calculs.
    Selon le journal, il en coûte à l’Allemagne quelque « 150 milliards d’euros, dont 42 devraient être rendus disponibles très vite. »

    http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief/4079821-sauvetage-de-l-euro-l-addition-s-il-vous-plait

  11. brunoarf dit :

    Union Européenne : chômage pour le mois de juillet 2013 :

    1- Médaille d’or : Grèce. 27,6 % de chômage.

    2- Médaille d’argent : Espagne. 26,3 %.

    3- Médaille de bronze : Chypre : 17,3 %.

    4- Croatie : 16,7 %.

    5- Portugal : 16,5 %.

    6- Slovaquie : 14,3 %.

    7- Irlande : 13,8 %.

    8- Bulgarie : 12,7 %.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/3-30082013-AP/FR/3-30082013-AP-FR.PDF

    Chômage des jeunes de moins de 25 ans :

    1- Grèce : 62,9 % de chômage des jeunes de moins de 25 ans.

    2- Espagne : 56,1 %.

    3- Croatie : 55,4 %.

    4- Italie : 39,5 %.

    5- Chypre : 37,9 %.

    6- Portugal : 37,4 %.

    7- Slovaquie : 34,6 %.

    8- Irlande : 28,6 %.

  12. brunoarf dit :

    La Grèce est en faillite.

    Le Portugal est en faillite.

    Lisez ces deux articles :

    Mardi 20 août 2013 :

    Pour Schäuble, la Grèce aura besoin d’un troisième plan d’aide.

    Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a déclaré mardi que la Grèce aurait besoin d’un nouveau plan d’aide international.

    « Il faudra qu’il y ait un autre plan en Grèce », a-t-il dit lors d’un meeting électoral dans le nord de l’Allemagne.

    Vendredi 30 août 2013 :

    Portugal : le Premier ministre évoque le scénario d’un autre plan d’aide.

    Le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho n’a pas écarté vendredi la nécessité d’un deuxième plan de sauvetage si le Portugal n’arrive pas à mettre en oeuvre une réforme de l’Etat permettant de réduire durablement les dépenses publiques.

    Réagissant au rejet jeudi par la Cour constitutionnelle d’une mesure d’austérité, M. Passos Coelho a évoqué l’hypothèse que le Portugal ne soit pas en mesure de poursuivre son programme de rigueur « sans davantage de financement, sans un deuxième programme d’aide ».

    « Si nous ne sommes pas capables dans les prochains mois de montrer à nos créanciers que la réforme de l’Etat nous permet de réduire les dépenses d’une manière durable, il se peut que nous ne soyons pas en mesure de poursuivre notre chemin sans davantage de financement, sans un deuxième programme garantissant au pays les moyens dont il a besoin », a-t-il déclaré lors d’un déplacement à Bragance (nord).

    http://www.romandie.com/news/n/Portugal_le_Premier_ministre_evoque_le_scenario_d_un_autre_plan_d_aide37300820131941.asp

    Dettes publiques en Europe au premier trimestre 2013 :

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 305,291 milliards d’euros, soit 160,5 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2034,763 milliards d’euros, soit 130,3 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 208,284 milliards d’euros, soit 127,2 % du PIB.

  13. brunoarf dit :

    Vendredi 30 août 2013 :

    Un article incroyable, ahurissant, sur les mensonges de l’Union Européenne : pendant que l’Union Européenne faisait la morale à la Grèce pendant la journée, elle alimentait la Grèce en billets de banques la nuit en cachette !

    En Grèce, l’argent tombe du ciel.

    par Effy Tselikas (Athènes)

    La Grèce, à court de liquidités, a évité l’implosion grâce à la livraison secrète de cash par l’UE. C’est l’envers du décor de la crise grecque : un pont aérien nocturne a fait ainsi transiter plus de 20 milliards d’euros en billets, ni vu ni connu. Récit.

    Des Boeing remplis de billets de banque alimentent nuitamment un improbable pont aérien, secrètement déployé pour éviter l’implosion du système. Ceci n’est pas l’extrait d’un roman d’espionnage, mais un fait établi : ces avions sont même peut-être passés au dessus de vos têtes.

    C’est le quotidien Daily Mail qui dévoile cette histoire rocambolesque qui a sauvé la Grèce, l’euro et l’Europe de la faillite. En sous-titre, résume le journal anglais :

    « Alors que la Grèce brûle et que ses banques sombrent, l’Union européenne, officiellement et via la Troïka, l’admoneste, exige des réformes et menace de l’exclure ; au même moment, secrètement, elle la ravitaille en argent frais ».

    Retour en arrière. Depuis 2009, la Grèce est en crise. La population, aux aguets, retire de plus en plus souvent ses économies des banques. Or la Grèce est déjà en manque de liquidités: du fait d’une économie souterraine surdéveloppée, les Grecs paient le plus souvent en liquide. La monnaie en circulation est ainsi beaucoup plus importante que dans les autres pays membres. Entre 10 et 25 % du PIB, contre 4 à 8% ailleurs. Le directeur de la Banque de Grèce d’alors, Giorgos Provopoulos, raconte:

    « Si un tel manque de liquidités avait perduré, il n’y aurait plus eu assez de billets pour faire face à la demande des Grecs de retirer leurs avoirs. L’information selon laquelle les banques n’étaient pas en mesure de rembourser les déposants n’a pas été diffusée. Cela aurait provoqué la faillite des banques, une crise de confiance généralisée, et des conséquences terribles pour l’économie du pays ».

    Ne produisant que des billets de 10€, la Grèce ne peut plus satisfaire aux exigences de sa population. Seules la Bundesbank allemande et les banques nationales d’Autriche et du Luxembourg émettent des billets de 500 €. Volontairement ou non, la Grèce est donc dans l’impossibilité de faire face légalement à ce considérable besoin de monnaie.

    L’Union européenne prend alors les devants, sans en référer à aucune instance élue. Sous couvert de mission très spéciale, un pont aérien est établi. Objectif : amener de l’argent frais en Grèce. Au moins 10 milliards entre 2009 et 2011. Autant les années suivantes.

    L’opération se déroule en plusieurs étapes. Dans un premier temps, des Boeing géants de l’entreprise MAERSK, transporteur international, ou de plus petits avions cargos, peints aux couleurs bleues et blanches de l’armée de l’air grecque, partent d’Italie, survolent l’Adriatique et les Balkans pour acheminer de fraiches coupures de 100, 200 et 500€.

    Puis, par voie terrestre ou maritime, l’argent transite par la Grèce continentale. De Corfou ou de Rhodes, ou de Komotini (à la frontière turque), bateaux ou camions prennent le relais. Un travail qui se fait de nuit, jusqu’à la destination finale des précieuses cargaisons : les banques. Sans que personne ne se rende compte de rien, ni même ne s’interroge sur ces mouvements suspects. Un observateur témoigne de ce peu de curiosité :

    « Sous les yeux de tous, se déroulait une révolution monétaire. Mais la seule chose qui intéressait le Grec lambda, c’est qu’il y ait de l’argent dans les distributeurs ».

    C’est en juin 2011 que l’opération atteint son apogée. La Troïka, exaspérée par le retard dans la mise en œuvre des réformes, menace de couper les vivres à la Grèce en sucrant le prêt de 110 milliards, promis en mai 2010. Tout le monde sait que le pays est à court de liquidités et que cet argent est vital. Ne serait-ce que pour payer les salaires des fonctionnaires et les retraites.

    La tension sociale s’aggrave, avec moult grèves et manifestations. Par crainte, beaucoup de riches Grecs retirent leurs avoirs des banques, de 1 à 2 millions d’euros par jour.

    « Un jour, un client a retiré 3 millions d’euros de son compte et les a mis dans son coffre-fort » raconte ainsi un employé de banque, sous anonymat. D’autres achètent de riches demeures à Londres ou Genève, à Istanbul aussi.

    L’arrivée d’argent frais continue, avec un nouveau pic lors des deux séquences électorales cruciales de 2012, mai et octobre, qui voient la victoire sur le fil du parti conservateur.

    Un haut cadre de la Troïka (FMI, BCE et Commission européenne), qui supervisait le plan de sauvetage de la Grèce, l’avoue crûment (et anonymement) :

    « Ce n’était pas une mission pour sauver des vies ou pour sauvegarder la démocratie, comme les fameux ponts aériens de Berlin durant la guerre froide. Là le but, c’était de protéger le système et de faire en sorte que la monnaie unique perdure, envers et contre tout. Les investisseurs craignaient la contagion à tous les pays du Sud, à l’Italie d’abord, puis à toute la zone euro ensuite, voire à toute l’Europe. Il y aurait eu une panique immédiate. On n’avait pas une minute à perdre. Un ou deux milliards en billets par jour, c’est une somme. Cela devenait un problème industriel ».

    En 2012, la même opération secrète a lieu à Chypre mais n’évite pas la banqueroute du système bancaire de l’île. La Grèce, elle, s’achemine vers un troisième plan d’aide. « Avec les élections allemandes ce mois-ci, la vérité se devait d’être révélée, car de nouvelles missions de sauvetage par pont aérien ne sont pas à exclure », souligne le Daily Mail. Et le journal britannique de conclure : « Turbulences prévues cet automne. Attachez vos ceintures ».

    http://fr.myeurop.info/2013/08/30/en-gr-ce-l-argent-tombe-du-ciel-12108

    • njaisson dit :

      Ce n’est pas vraiment une nouvelle. Le Spiegel y avait consacré plusieurs articles en son temps montrant des fourgons blindés escortés par l’armée destinés à ravitailler les banques en cash. La question serait plutôt de savoir pourquoi la Grèce s’est trouvée brusquement à court d’espèces, au point de nécessiter des transferts de billets aussi massifs. J’imagine qu’il s’est produit une ruée sur les espèces obligeant la banque centrale à s’alimenter directement auprès de la BCE sous forme physique, alors que d’habitude tout se passe sous forme électronique.

  14. brunoarf dit :

    Dimanche 8 septembre 2013 :

    Le Premier ministre grec, Antonis Samaras, n’a pas exclu dimanche une aide « supplémentaire » européenne et a espéré que la Grèce pourrait avoir recours aux marchés en 2014, si elle réalise les réformes réclamées par ses créanciers, UE et FMI.

    La dette grecque s’élève actuellement à 321 milliards d’euros et devrait atteindre 176% du Produit intérieur brut (PIB) fin 2013.

    Depuis le début de la crise de la dette en 2010, la Grèce a bénéficié jusqu’ici d’environ 240 milliards d’euros grâce à deux programmes de prêts successifs accompagnés de mesures de rigueur drastiques et dont le second s’étend jusqu’en juillet 2014.

    http://www.boursorama.com/actualites/grece-samaras-n-exclut-pas-une-aide-supplementaire-europeenne-74414613048bc8a764937b4feb36cac3

    Les contribuables européens ont déjà prêté 240 milliards d’euros à la Grèce. Résultat : aujourd’hui, la Grèce est en faillite totale.

    Donc en 2014 et 2015, les contribuables européens vont lui prêter 11 milliards d’euros supplémentaires. Ce sera le troisième plan d’aide. Résultat : fin 2015, la Grèce sera encore plus surendettée.

    Donc en 2016 et 2017, les contribuables européens vont lui prêter 11 milliards d’euros supplémentaires. Ce sera le quatrième plan d’aide. Résultat : fin 2017, la Grèce sera encore plus surendettée.

    Dette publique de l’Allemagne : 81,2 % du PIB, soit 2150 milliards d’euros. Je dis bien : 2150 milliards d’euros.

    L’Union Européenne, c’est des pays surendettés qui se surendettent encore plus, pour pouvoir prêter de l’argent à des pays en faillite qui ne les rembourseront jamais.

    L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s