Vers un 11 septembre économique ? (Charles Sannat)

11 septembre economique« Mes chères contrariées, mes chers contrariens !

Ce qui est sûr, c’est que jamais, je dis bien jamais le suspense n’aura été aussi haletant. Évidemment, nous en sommes au même point. Rien n’a bougé du côté américain.

Pourtant, encore une fois, l’or baissait fortement aujourd’hui puisque « officiellement » un accord était à portée de main. Cette fois les républicains proposaient à Obama de repousser la limite jusqu’au 15 janvier, histoire de se laisser un peu de temps pour négocier et… sans doute laisser passer les fêtes de Noël avant de rejouer un nouveau psychodrame.

Pendant ce temps, les marchés boursiers montaient également en Europe dans l’euphorie générale et la plus grande des félicités compte tenu de ces perspectives alléchantes d’accord entre les deux camps.

Manque de chance, en fin d’après-midi boom, crac, ouille, patatras… Le mamamouchi en chef locataire du bureau ovale a renvoyé tout ce petit monde à ses études en leur disant « no » , ce qui, même en anglais, est assez facile à comprendre. Non. Obama ne veut pas de cet accord, du pistolet sur la tempe. Il veut une reddition sans concession de l’ennemi en rase campagne et sans doute leur faire signer un armistice plein de déshonneur. Autant dire que ce soir, nous ne prenons pas le chemin d’un accord, y compris de dernière minute, et que la situation devrait commencer à inquiéter sérieusement les marchés.

Pourtant, les marchés poursuivent leur autisme. Pour eux, il ne PEUT pas ne pas y avoir d’accord. Un tel défaut serait impensable.

J’ai expliqué à travers plusieurs éditos ces derniers jours pourquoi je pensais qu’il était possible qu’un défaut soit envisagé par la classe politique américaine et quels seraient les avantages.

Encore une fois, je ne dis pas que c’est ce qui va se produire, car effectivement cela aurait des conséquences incalculables ou presque, mais c’est désormais une véritable option qui doit être prise en considération.

Un défaut américain serait un « 11 septembre économique »

Nous nous souvenons tous ce que nous faisions le 11 septembre 2001, tous, sans exception. Cet événement a marqué l’inconscient planétaire et collectif. Nous avons été sidérés, hébétés, surpris, choqués, effrayés et avons ressenti à peu près toute la palette des sentiments humains possibles.

Cet événement a été un point de rupture historique. Les attentats du 11 septembre ont changé le monde considérablement. C’était un point de basculement, un cygne noir, un événement hautement improbable qui pourtant est arrivé.

Un défaut américain jeudi 17 octobre serait un événement de la même ampleur, un véritable 11 septembre économique.

Les conséquences en chaîne seraient multiples. Pénuries nombreuses, ruine des épargnants partout à travers la planète, krach boursier d’ampleur inégalée, arrêt quasi-total du commerce mondial et de la mondialisation, nécessité de la relocalisation, fin du modèle de croissance actuel si tant est qu’il nous permette de faire réellement de la croissance, augmentation du chômage dans des proportions jamais vues dans l’histoire, repli national de chaque pays sur soi, exacerbation des tensions… Voilà ce que pourrait être un monde post-17 octobre ».

Lire la suite de l’article de Charles Sannat*

*Charles Sannat est le directeur des études économiques chez AuCOFFRE.com

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 56 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Vers un 11 septembre économique ? (Charles Sannat)

  1. Ping : Vers un 11 septembre économique ? (Charles Sannat) - gastraudiome

  2. Nicolas Jaisson dit :

    Dans le contexte actuel de surendettement public et de spoliation des épargnants, on ne peut que souhaiter un acte fort portant un coup d’arrêt à la planche à billet qui finance la socialisation de l’économie et de la société, à défaut de fournir les moyens de financement nécessaire au capital privé pour entreprendre et faire fructifier le capital productif au bénéfice des entrepreneurs comme de leurs salariés. Le fait est que la FED sert de planche à billet mondiale en fournissant des quantités astronomiques de bons du Trésor dans lesquels investissent massivement les banques commerciales comme les banques centrales qui s’en servent comme moyens de financement de leurs actifs, sous forme d’expositions de marché ou de générations de financement sous la forme de prêts en direction des entreprises ou des particuliers. En cas d’effondrement du prix des T-bonds at autres T-bills, les expositions de marché collatéralisées par ces titres vont être drastiquement dépréciées, en faisant subir aux expositions de hors bilan notamment une déperdition de valeur. Quand on sait que les produits dérivés approchent en notionnel le quadrillion, cela laisse songeur. Les produits structurés comme les CDO, CLN, ABS, MBS qui étaient refinancés par la FED vont s’effondrer. Autant dire que c’est toul le système d’offre de liquidités aux banques qui va s’arrêter et avec lui le financement des Etats et des entreprises contraints à une réduction massive de leurs dépenses. Le côté positif de la chose est que la situation des marchés n’a jamais été aussi favorable aux naked shorts. J’imagine que toutes les banques sont le doigt sur la gâchette, non pour se suicider, mais pour profiter massivement de la baisse du marché, étant bien entendu que toutes leurs position sont couvertes contre ce genre de risque. La solution viendra sans doute de la proclamation de l’état d’urgence par Obama prenant d’autorité les mesures d’émission monétaire pour couvrir la dette en attendant la réunion d’un nouveau Bretton Woods pour seconder le dollar par des nouveaux moyens de paiement internationaux servant au commerce international physique ou virtuel.

  3. Garfy dit :

    tout comme la version officielle de la destruction des tours n’était peut être pas la vraie – le défaut de paiement est peut être fait pour mieux réduire les gens en esclavage par la peur …. Ils en sont capables

  4. leducmichael dit :

    Excuse parfaite pour etre « contraint la main sur le coeur » de faire une coupe franche de 15à 20% de tous les comptes et d ‘expliquer que nous avons échappé à 50% grace à eux …

  5. Trend dit :

    Du show tout celà du show !!!(média, fin du monde, comète Ison,etc..attentat par les Talibans(Krishna en pyjama), crash boursier (un peu tôt), …. etc

    Demain tout rentrera dans l’ordre et pourquoi? C’est le dernier jour d’expiration des contrats d’options sur l’eurodollar. Tout ces mouvements pour voir les deux monnaies de references ne font que faire des transactions face à une certaine incertitude .
    Tout celà arrange Obama car ON PARLE DE LUI. Avouez que coté publicité y a pas mieux non? Les républicains sont les méchants et les démocrates les gentils. Cà aide en pleine récession économique

    • zorba44 dit :

      Les républicains veulent casser la baraque pour mieux éliminer Obama aux prochaines élections…
      Pour le reste toutes les options sont ouvertes.

      Jean LENOIR

  6. Hat dies auf silbershark110neverdie rebloggt und kommentierte:
    Ajoutez votre grain de sel personnel… (facultatif)

  7. José dit :

    On remet ça en janvier?

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s