Affaire Leonarda : « Les chiens de l’émotion sont lâchés » (E. Zemmour)

(La chronique d’Eric Zemmour, RTL, 18 octobre 2013)

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 56 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Affaire Leonarda : « Les chiens de l’émotion sont lâchés » (E. Zemmour)

  1. Ping : Affaire Leonarda : "Les chiens de l’émotion sont lâchés" (E. Zemmour) - gastraudiome

  2. xavib dit :

    Toute cette affaire est une vaste fumisterie qui va finir – j’en parierai ma chemise- par se retourner contre ses auteurs : trotskystes militants et extrême gauche en général… sans parler du gouvernement.
    Le seul vainqueur paradoxalement : Manuel Valls ? Sans oublier marine le Pen bien sûr !

    http://www.20minutes.fr/societe/1237941-20131017-pere-leonarda-naurait-fait-tous-efforts-sintegrer

  3. Alain dit :

    Avalanche de reportages dans les merdias pour nous conter ces histoires si tristes de familles clandestines « réveillées à 6h du matin » par la police pour être expulsées alors qu’elles se sentaient si bien en France… si françaises déjà ! C’est d’ailleurs pour ça qu’elles étaient venues: elles se sentaient mieux en France… On les comprend ! Comme les 3/4 de l’humanité qui se sentiraient certainement mieux chez nous.

    Quant au père de Leonarda… après avoir menti sur presque tout pendant des années il explique tranquillement que si l’expulsion n’est pas annulée il reviendra quand même, illégalement. A cause des enfants… Vraiment touchant.
    Et vraiment pas rassurant quant à sa volonté réelle de s’intégrer en respectant les lois de la république française.

  4. Billie dit :

    Les poules laissent entrer le renard dans le poulailler, les moutons se laissent tondre, les pigeons plumer…
    Ce pays est foutu.

  5. dura lex sed lex dit :

    Chevènement est un des rares à gauche à ne pas céder à l’hystérie compulsive de la « compassion » et de « l’émotion » qui empêchent de réfléchir sur le fond, et de voir que tout ça est encore une fois une manoeuvre de déstabilisation politique :

    « Jean-Pierre Chevènement met en garde contre un risque de voir les lycéens ayant pris la défense de Leonarda « manipulés » pour « déstabiliser » le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls. « Il faut rendre attentifs les gens qui sont certainement généreux, quand ils sont jeunes surtout, quelquefois manipulés, il faut le dire. Je parle de lycéens », dit le président d’honneur du MRC, interviewé sur Radio Classique-LCI. « Il est très facile d’utiliser la générosité de la jeunesse pour l’orienter vers certains objectifs démagogiques, pour déstabiliser le ministre de l’Intérieur dont la tâche est rude », ajoute-t-il.

  6. Emmanuel dit :

    Bravo Zemmour : magnifique mise au point !!

    La grandiloquence, le mensonge, le travestissement de la vérité, en effet ne font pas peur aux professionnels de l’agit’ prop’ politico-médiatique. Ils disent vraiment n’importe quoi….

    Bienvenue au village global…. à « l’hôtel » (Attali) qu’est devenue la France.

  7. brunoarf dit :

    « Le rapport du ministère français de l’Intérieur stipulant que l’expulsion controversée vers le Kosovo de la collégienne rom Leonarda et de sa famille a été conforme à la règlementation en vigueur en France, est une catastrophe », a déclaré samedi Resat Dibrani, le père de Leonarda.

    « La police dit qu’elle n’a commis aucune erreur et pourtant sa plus grande erreur est d’avoir affirmé que mes enfants sont du Kosovo alors qu’ils ne le sont pas », a-t-il poursuivi.

    http://www.romandie.com/news/n/_KosovoRoms_le_rapport_du_ministere_francais_de_l_Interieur_est_une_catastrophe__RP_191020131419-14-411097.asp

    Cet argument de Resat Dibrani est ahurissant !

    « La police dit qu’elle n’a commis aucune erreur et pourtant sa plus grande erreur est d’avoir affirmé que mes enfants sont du Kosovo alors qu’ils ne le sont pas », a-t-il poursuivi.

    Mais pourquoi la police française a-t-elle affirmé que ses enfants étaient du Kosovo ?

    Réponse :

    Parce que leur père, Resat Dibrani, avait déclaré que ses enfants étaient du Kosovo.

    Jeudi 17 octobre 2013, Resat Dibrani a avoué qu’il avait menti : ses enfants n’étaient pas nés au Kosovo, ils n’avaient jamais habité au Kosovo, ils ne parlaient pas la langue du Kosovo.

    Lisez cet article :

    Jeudi après-midi, une nouvelle information vient un peu plus semer le trouble. Resat Dibrani a avoué à Reuters avoir menti aux autorités françaises sur l’origine kosovare de sa femme et de ses enfants pour tenter d’obtenir l’asile. « Toute la famille, ma femme et mes enfants, est née en Italie. Ils n’ont rien à voir avec le Kosovo », raconte Resat Dibrani à Reuters. « Ils sont nés en Italie et puis nous sommes venus en France. Nous avons menti aux autorités en disant que nous étions du Kosovo. »

    « Nous demandions l’asile en France et nous avons dû détruire nos papiers italiens pour ne pas être renvoyés en Italie, a précisé en albanais cet homme de 43 ans. Nous avons dit que nous avions fui le Kosovo. »

    Il a ajouté avoir décidé de se rendre en France avec sa famille après avoir appris qu’ils auraient pu « obtenir des papiers d’identité français au bout de dix ans ».

  8. brunoarf dit :

    La ville italienne où résidait la famille de Leonarda a menacé de retirer au père la garde des enfants.

    Le maire de Fano, ville italienne où avait résidé la famille rom au coeur d’une vaste polémique en France, a déclaré samedi à l’AFP que les autorités de cette ville avaient menacé de retirer la garde des enfants au père.

    « Nous avons fait pression sur eux », a confié Stefano Aguzzi, le maire de cette ville au bord de la mer dans le centre de l’Italie, où la famille Dibrani a résidé de nombreuses années.

    Le maire a précisé que la ville les avait logés dans une ancienne école, mais qu’il n’était pas facile de traiter avec Resat, le père.

    « Les enfants ne fréquentaient que très peu l’école, même s’il les avait inscrits. Il les envoyait mendier. Ils vivaient dans la rue », a-t-il indiqué.

    « Les assistants sociaux lui ont dit qu’il y avait un risque que les enfants lui soient enlevés s’il refusait de les envoyer à l’école », a-t-il précisé.

    « Il s’agissait d’une menace voilée, d’un avertissement » a ajouté Stefano Aguzzi, précisant qu’aucune démarche légale n’avait été entreprise.

    « Nous lui avons indiqué qu’il ne pouvait pas continuer à vivre ici sans rien payer. Nous lui avons précisé les régles à observer s’il voulait pouvoir rester ici. »

    Le journal Fatto Quotidiano a de son côté publié samedi une interview de Primo Ciarlantini, un bénévole local qui avait tenté d’aider la famille Dibrani à Fano, et selon lequel Resat Dibrani a choisi de quitter l’Italie à cause de cette menace.

    « Resat a décidé d’aller en France lorsque la question qu’il puisse perdre la garde de ses filles a été évoquée », a ajouté M. Ciarlantini : « Les autorités de la ville voulaient prendre la garde de ses filles et leur donner la nationalité italienne, mais il ne pouvait accepter cela. »

    Il a ajouté qu’il avait tenté d’aider le père à trouver du travail, mais que la personnalité de ce dernier était problématique. « Il tenait deux jours, et après il se disputait avec tout le monde. Il vivait au jour le jour, et faisait souvent des tournées pour récupérer de la ferraille. Ils étaient désespérément pauvres ici à Fano. »

    http://www.romandie.com/news/n/_La_ville_italienne_ou_residait_la_famille_de_Leonarda_a_menace_de_retirer_au_pere_la_garde_des_enfants_RP_191020131511-21-411103.asp

  9. brunoarf dit :

    Expulsion de Léonarda Dibrani et de sa famille :

    Une expulsion justifiée par l’absence de « réelle volonté de s’intégrer »

    L’enquête administrative explique que la demande d’autorisation de séjour a été refusée à M. Dibrani en raison, notamment, d’un comportement qui ne montrait pas « une réelle volonté de s’intégrer à la société française », et l’étaie par une énumération de faits rapportés par différents témoignages.

    « Au sein de l’établissement qui l’héberge, un refus de rencontrer l’interprète, un mauvais entretien de l’appartement que la famille occupe, le stationnement devant l’immeuble de plusieurs véhicules hors d’usage lui appartenant, des insultes adressées à l’encontre de la directrice et des personnels sociaux ; des absences répétées des enfants au sein des écoles et collèges qu’ils fréquentent ; une absence de recherche sérieuse d’emploi alors que l’offre est, dans l’arrondissement de Pontarlier, réelle… »

    « Selon les témoignages d’élus et de personnes qui l’ont accompagné depuis son arrivée à Levier : M. Dibrani n’a jamais donné suite aux propositions d’embauche qui lui étaient faites, et il ne cachait pas attendre le versement des prestations familiales qui suivraient sa régularisation pour assurer un revenu à sa famille. »

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/10/19/l-expulsion-de-leonardi-dibrani-conforme-a-la-reglementation_3499591_3224.html

  10. Dodd dit :

    Hollande a tranché… Si si, on peut appeler ça trancher : il coupe la famille en deux !!
    Décidément incapable d’avoir des c…
    Il rend un jugement de Salomon, sachant que c’est impossible à tenir puisqu’un enfant ne peut pas être séparé de sa famille selon les lois françaises : il y aura donc obligation de regroupement familial.
    C’est certainement ce qu’il a chargé Benoit Hamon de dire aux associations étudiantes : « ne vous inquiétez pas, tout ça c’est pour la galerie, on fera revenir ensuite toute la famille ». Quand l’affaire se sera tassée et que les Français seront passé à autre chose……

  11. brunoarf dit :

    Le ministère de l’Intérieur a mis en ligne sur son site le « Rapport sur les modalités d’éloignement de Leonarda Dibrani ». Il rétablit de nombreuses vérités et contredit bien des mensonges.

    Page 15 : « La décision d’éloigner la famille Dibrani est justifiée en droit ; aucun des recours de M. Dibrani n’a été jugé recevable par la justice administrative (CNDA, TA, CAA), ni par la justice judicaire (cour d’appel). »

    Plus loin, « M. Dibrani n’a jamais donné suite aux propositions d’embauche qui lui étaient faites, et il ne cachait pas attendre le versement des prestations familiales qui suivraient sa régularisation pour assurer un revenu à sa famille ;

    – il n’a jamais présenté de permis de conduire alors qu’il se prétendait chauffeur de poids lourd ;

    – il a donné trois versions différentes des raisons pour lesquelles il ne pouvait pas produire de pièce d’identité » (page 17).

    Leonarda séchait très souvent l’école.

    Encore plus, il est même précisé que « l’un des élus, conseiller général, qui a suivi cinq familles de déboutés du droit d’asile, dont deux kosovares, a signalé que la famille Dibrani était la seule qui ne s’était pas engagée dans un processus d’intégration, que l’ensemble des efforts fournis pour lui venir en aide avaient en définitive échoué. Il a également souligné l’absentéisme de certains enfants ».

    La description de Leonarda comme une lycéenne modèle, studieuse à l’école, relève également de la fable.

    « Selon les données recueillies par la mission, les absences de Leonarda au collège sont de 66 demi-journées en 6e, 31 demi-journées en 5e, 78 demi-journées en 4e, et 21 demi-journées depuis le début de l’année scolaire actuelle. »

    Il est aussi précisé que « la jeune fille découchait régulièrement » (page 9), souvent pour aller chez son copain à Pontarlier.

    http://www.lepoint.fr/societe/affaire-leonarda-ce-que-dit-vraiment-le-rapport-19-10-2013-1745766_23.php

  12. brunoarf dit :

    Resat Dibrani a quitté la ville de Levier, dans le Doubs.
    Au Kosovo, Resat Dibrani répond aux questions des journalistes français. Resat Dibrani refuse de chercher du travail au Kosovo en raison de la faiblesse des salaires. Il explique pourquoi :

    Aujourd’hui, pas question de chercher du travail au Kosovo. «Vous savez combien il gagne, Selim ? demande le père. 200 euros ! Vous pensez qu’avec ça je vais nourrir ma famille ?»
    Ses enfants, d’ailleurs, ne veulent pas aller à l’école ici, ni même apprendre la langue.
    «Le plan, explique-t-il, c’est qu’ils vont retourner en France avec ma femme, puisqu’ils sont italiens. Après, je les rejoins et on se marie, pour de vrai cette fois, à Levier.»
    Quant à Leonarda, «très bonne élève», elle espère rattraper les cours et obtenir son brevet à la fin de l’année.
    Et ensuite ? «Je rêve d’être avocate, sourit-elle. Pour aider les sans-papiers.»

    http://www.lefigaro.fr/politique/2013/10/18/01002-20131018ARTFIG00561-le-pere-de-leonarda-valls-est-oblige-de-dire-ok.php

  13. OOPS dit :

    Deux cents euros, c’était le salaire moyen des Russes après la réforme monétaire instiguée par Boris Eltsin. Ce sera aussi le salaire moyen en France, après la disparition de l’euro qui même s’il ne disparaît pas aussi rapidement que prévu, conduira à terme au même résultat pour des raisons d’hyper inflation de la création monétaire se traduisant par une contraction tendancielle des salaires pris en étau entre l’augmentation du coût de la vie et le remboursement de la dette.. A noter que personne n’a vraiment envie de la rembourser cette dette, pour la bonne et simple raison qu’elle sert de moyen d’appauvrissement par excellence des populations d’une part et de rempart contre les mécontents faisant partie de l’économie exposée, qui ont contre eux tous ceux qui vivent de la dette, d’autre part. Ces derniers sont devenus tellement nombreux que le centre d’inertie sociale penchera toujours vers l’immobilisme budgétaire, moyennant des aménagements comptables déguisés en réformes indispensables à l’épuration de la dette. ON l’aura compris: l’avenir est au socialisme (uni ou pluripolaire, on s’en fout), c’est-à-dire à la médiocrité générale sous la botte de l’Etat, non des plantes vertes, puisqu’il s’agit de sauver la planète en vendant des Airbus et des centrales nucléaires. Fukushima semble être la dernière goutte d’eau qui a fait déborder le vase de la connerie humaine en provoquant la revanche des éléments déchaînés à notre encontre. Place à l’avenir, place à la nouvelle Terre!

  14. Marie dit :

    http://www.liberation.fr/societe/2013/10/20/affaire-leonarda-une-lepenisation-des-esprits-estime-arnaud-desplechin_941048

    Le bobo Arnaud Desplechin s’insurge avec des arguments d’une mauvaise foi évidente.

    Il veut le retour de Leonarda ? Qu’il l’accueille chez lui et lui paie des études, et qu’il loge sa famille avec… puisqu’il ne faut pas les séparer. On verra si la cohabitation se passe bien !

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s