PEA, assurance-vie, Plans d’Epargne, les pillards sont à l’oeuvre (B. Bertez)

pea-assurance-vie-épargne-pillards« Les Français s’indignent des dernières mesures prises par le gouvernement et sa majorité. Cette indignation est justifiée, à la fois pour des raisons morales et pour des raisons économiques.

Pour des raisons morales. La plupart des gens ont signé des contrats, pris des dispositions, organisé leur avenir en fonction des conditions qui leur ont été faites par l’Etat au moment de la conclusion des contrats. Cela est vrai pour les assurances-vie, pour les PEA, pour les plans d’Epargne, pour les retraites, etc. La liste est longue, très longue. Ces nouvelles mesures de confiscation de l’épargne font suite à celles qui avaient été prises déjà l’an dernier, lesquelles succédaient et s’ajoutaient à celles prises par le soi-disant conservateur libéral Sarkozy.

La morale implique qu’un contrat soit respecté. Ce n’est même pas une question de droit, c’est une question d’éthique. Quand, profitant du fait qu’il est le plus fort, une partie déterminante au contrat modifie unilatéralement les conditions, alors le peuple ressent un profond sentiment d’injustice. C’est un sentiment terrible car, en même temps qu’il vit l’injustice, le citoyen se sent impuissant. Il se sent écrasé par le rapport de forces. Lui, soi-disant peuple souverain, se sent faible et démuni face à ceux qui abusent de leur position de force quasi illégitimement conquise.

Nous ne cessons de déconseiller aux citoyens de faire confiance à l’Etat. Nous n’avons jamais aimé les niches fiscales car c’est un instrument de dirigisme. Cependant, les gouvernements successifs ont abusé et abusent encore des niches fiscales. Les uns les créent, les autres les rabotent, d’autres encore les font disparaître. D’autres encore et encore en créent de nouvelles. Témoin ce qui se passe dans le logement avec la loi Duflot. Nous vous le disons solennellement, ne profitez d’aucune niche fiscale, aucune, résistez à toutes les tentations de défiscalisation. Si vous ne le faites pas, vous serez considéré comme un tricheur, un profiteur. On vous tend la main et quand on cesse d’avoir besoin de vous, on vous frappe sur les doigts. Restez à l’écart de toutes les niches fiscales, de toutes les défiscalisations, refusez d’entrer dans le jeu du dirigisme trompeur et voleur. Croyez-nous, vous ne le regretterez pas. Vous garderez la tête haute de celui qui ne bénéficie d’aucun avantage et vous dormirez tranquille puisque l’on ne pourra rien vous reprendre.

Arrêtez de croire aux arguments des enfumeurs. Il n’y a dans tout cela, ni intérêt général, ni équité. Il n’y a ni moralisation, ni réduction des inégalités. Il n’y a que rapport de forces cynique. C’est un principe de la vie en société, c’est un principe de ce fameux contrat social dont on nous rebat les oreilles, que les lois ne doivent pas être rétroactives. On ne doit pas modifier rétroactivement la situation des citoyens. Ils ont planifié leur vie et leurs dépenses sur la base de certains choix qui leur étaient offerts, nul n’a le droit arbitrairement de modifier les conditions de ce choix. S’il le fait, c’est un abus de droit et un abus de pouvoir. C’est de la violence.

Venons-en au second point. L’imbécilité économique de la politique gouvernementale. S’il y a bien une chose qui est acquise, c’est que sur le long terme, il n’y a qu’une corrélation, une seule qui soit incontestable, c’est la corrélation entre les dépenses d’équipements, c’est-à-dire l’investissement, et la croissance économique. Ce sont les dépenses d’investissement qui produisent la croissance économique et c’est la croissance économique qui produit, qu’on le veuille ou non, l’emploi. La France souffre d’une insuffisance chronique d’investissement, d’un retard considérable. Tout en atteste. Aussi bien la production de richesse per capita, que les exportations, que la dégradation de nos performances à l’exportation, que l’affaissement de nos possibilités d’employer nos citoyens. Cela est de plus en plus évident et cela est de plus en plus grave.

Or, il existe une autre corrélation à laquelle on ne peut échapper. C’est la corrélation entre, d’un côté le taux d’investissement d’un pays et, de l’autre, son taux d’épargne. Un pays ne peut investir sans déséquilibre et sans crise majeure que s’il épargne. On voit les ravages que produit l’absence d’épargne dans la situation catastrophique déséquilibrée des Etats-Unis.

La base de l’investissement et de l’équipement, c’est avant tout l’épargne. Le crédit ne remplace l’épargne que temporairement et encore avec des risques considérables. Inutile d’y insister puisque c’est ce que l’on voit depuis 2008. Le fond d’épargne d’un pays, c’est sa seule et vraie richesse.

Or que font les irresponsables qui gouvernent la France ? Ils pillent le fond d’épargne, ils le délitent, pour favoriser la consommation. Ils ponctionnent le fond d’épargne des Français pour financer et maintenir des dépenses de répartition qui sont à hauteur de 100%, c’est-à-dire euro pour euro, totalement consommées. Les irresponsables font donc l’opération suivante et cela a commencé évidemment avec Sarkozy : on s’attaque à ceux qui ont une certaine propension à épargner, on leur prend leur argent et on le donne à ceux qui n’ont qu’une idée en tête, consommer. On fait chuter la propension à épargner du pays, laquelle est déterminante pour la préparation de l’avenir, au profit de la consommation de court terme, c’est-à-dire par démagogie. C’est-à-dire que par démagogie, on tue les bases du long terme pour rester au pouvoir. On pille le pays, on sacrifie les fondements de l’économie, qui sont censés assurer les conditions de vie future, pour simplement collecter des voix et des soutiens électoraux marginaux. Cette politique est une honte. Elle consiste à s’attaquer à l’avenir de ceux qui n’existent pas encore, nos enfants, pour entretenir le laxisme, voire la paresse d’une partie de la population. Et le pire, c’est que cette politique ôte toute possibilité d’améliorer un jour la situation de cette partie de la population que l’on prétend aider ».

Bruno Bertez, Le blog à Lupus, le 24 octobre 2013

—————————————

Voir aussi : Nicolas Doze : « Le PEA, résumé de l’ignorance et de l’incompétence politique »

(BFM Business, 23 octobre 2013)

“Cécité collective totale… On brise des années de contrat de confiance entre l’Etat et les citoyens qui ont fait preuve d’une fidélité totale avec leur épargne pour mettre 600 millions d’euros dans le busin en 2014, ça ne rime à rien !… Cette mesure qui concerne des dizaines de millions de Français a été votée par 86 députés alors qu’on en a 577… Je trouve ça un peu insultant”.

Oui, stupide et insultant, c’est le moins qu’on puisse dire… Mais ce n’est guère surprenant de la part de cette caste politique complètement déconnectée du réel, qui n’a plus ni dignité ni respect d’autrui. OD

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour PEA, assurance-vie, Plans d’Epargne, les pillards sont à l’oeuvre (B. Bertez)

  1. Ping : PEA, assurance-vie, Plans d’Epargne, les pillards sont à l’oeuvre (B. Bertez) - gastraudiome

  2. Nicolas Jaisson dit :

    Dans le même genre:

  3. Isaac dit :

    Ce pillage rétroactif de notre épargne est totalement anticonstitutionnel !

    et pour 600 malheureux millions…. 😦

    « Cette réforme « du calcul des prélèvements sociaux sur les produits de placement exonérés d’impôt sur le revenu » doit rapporter 600 millions d’euros (dont 450 millions affectés à la Sécu). Pierre Charon fait remarquer que ce chiffre correspond exactement à l’aide médicale d’État, un dispositif permettant aux étrangers en situation irrégulière de bénéficier d’un accès aux soins, sous réserve de remplir certaines conditions. 600 millions, c’est aussi le budget du PSG sur 6 ans, la somme qui disparaît chaque année du budget européen en raison des fraudes ou le coût du redressement du Costa Concordia…

    Pour l’élu, le comportement du gouvernement de gauche qui promet la pause fiscale et ne la respecte pas équivaut à la trahison du barbier qui dit raser gratis et qui vous met le coupe-chou sous la gorge au moment de vous réclamer de l’argent.  »

    http://www.lepoint.fr/economie/epargne-pierre-charon-annonce-la-saisine-du-conseil-constitutionnel-24-10-2013-1747625_28.php

  4. Nicolas Jaisson dit :

    600 millions, ce serait le montant de prise de bénéfices après quelques trades intelligents sur la dette de l’Espagne financée par la dette de l’Allemagne avec des prises de position sur des contrats à termes FRN ou FRA (dérivés de taux servant à se positionner sur la courbe des taux espagnols) prenant en compte l’amélioration de la note de crédit de l’Espagne. Les bénéfices pourraient être placés en certificats de dépôts dans une filiale britannique qui originerait avec des prêts immobiliers à fin de titrisation. La dite fililale se porterait acquéreur de ses propres titres dont la revente avec bénéfice à un hedge fund (le gouvernement UK apporte sa garantie aux prêts immobiliers de façon à faire repartir la croissance) permettrait d’acheter de la dette allemande qui financerait des prises de positions à la vente sur les marchés actions européens qui atteignent un plus haut historique difficilement tenable. La banque pourrait aussi émettre des CDS afin de couvrir le risque de crédit racheté par le dit hedge fund avec effet de levier. Tout cela a quand même plus de gueule, que d’aller piquer de la menue monnaie dans le sac à main de la mémé du coin, parce que Hollande a peur de ne pas tenir la distance de son mandat. Le pire dans ces mesures grandguignolesques, ce n’est pas l’amateurisme du gangster, mais le manque d’imagination du malfrat aux abois, qui ne trouvent rien de mieux que de faire un casse légal, alors qu’il existe une infinité de possibilités de générer de la monnaie sur les marchés financiers en vertu des privilèges que l’Etat a conféré aux banques et des possibilités techniques de l’ingénierie financière..

  5. leducmichael dit :

    Je ne comprends pas bien votre surprise. Nous sommes en faillite, perdition,chute libre, tous les moyens sont bons, ils s’attaquent aujourd’hui aux bénéfices mais sachez que la finalité sera une « ponction » sur tous les comptes des Francais, c’est inévitable! Et il vous sera expliqué que « la ponction PEA » n’a pas suffit, et que maintenant il ne reste plus que vos comptes courants…Cela à tellement bien marché à Chypre, pas de révolution à peine au journal de 20H …

    • zorba44 dit :

      Les prédateurs aussi n’auront plus que des bouts de chiffon sans valeur pour vivre et, le tissu économique étant proprement détruit, plus de pain et que leurs larmes à boire…

      En acceptant ce sort, nous sommes tous condamnés, prédateurs y compris.

      Jean LENOIR

  6. Jean Paul dit :

     » Les Français s’indignent des dernières mesures prises par le gouvernement » Nous pensons que c’est plus que normale non ? C’est une honte !

    Il faut sérieusement que les choses changes, mais très vite !

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s