Les solutions pour se protéger d’un Etat rapace et voleur ! (Ch. Sannat)

solutions se protéger État rapace et voleur

« Mes chères contrariées, mes chers contrariens !

Lorsqu’avec ma femme nous mettons de l’argent de côté, nous nous privons aujourd’hui pour protéger du mieux que l’on peut notre famille et nos enfants des aléas que nous pourrions connaître demain.

Nous faisons un effort. Cet effort est une privation. Nous ne profitons, nous ne jouissons pas du fruit de notre travail immédiatement. Nous préférons nous « couvrir » de risques que nous ne connaissons pas encore mais que la vie nous apprend à « budgéter » quand même. Revers de fortune, perte d’emploi, accident de la vie ou accident tout court, les possibilités de problèmes sont innombrables. De façon plus positive, nous pouvons aussi évoquer le souhait d’aider les enfants, de les lancer dans la vie, de financer des études…

Bref, l’épargne est un acte essentiel de l’économie. D’ailleurs une bonne monnaie doit permettre d’épargner, c’est-à-dire de conserver de la valeur dans la durée. Gagner aujourd’hui pour dépenser demain n’est possible que si le pouvoir d’achat de la monnaie se maintient.

L’épargne des Français, forteresse quasi inviolable

C’est le titre d’un article de l’AFP le 28/10/2013 qui découvre un peu naïvement que le peuple déteste que l’on touche au grisbi… C’était là aussi une évidence.

« La volte-face fiscale du gouvernement ce week-end a montré à quel point l’épargne était un domaine sensible pour les Français, qui gardent jalousement un bas de laine parmi les mieux remplis au monde. »

Encore un fois, ce bas de laine est le fruit d’un effort. Il n’est pas volé. Il n’est pas un crime. Ce bas de laine est déjà imposé. Avant de le constituer, les épargnants ont été à peu près taxés sur tout. À tous les étages, nous payons taxes et impôts divers et variés.

Plus les impôts augmentent, plus le fait d’épargner devient difficile et réclame des efforts… et plus les gens tiennent à ce qu’ils ont réussi à sauver des griffes d’un État devenu rapace et voleur.

Lorsque l’on évoque la possibilité de me prendre 10 % de mes économies… oui je le dis : c’est du vol en bande organisée, cette bande fut-elle constituée de banquiers en faillite, d’État en déroute ou d’institutions internationales aucunement démocratiques. Avez-vous voté pour le FMI ?

Lorsque l’on change les règles fiscales en cours de route pour que l’État encaisse plus… alors oui, disons-le, c’est de la rapacité fiscale.

Et lorsque l’État n’hésite pas à mettre en place des législations rétroactives ou allant à l’encontre du contrat que nous avions à l’origine signé… alors oui, disons-le… c’est de la répression fiscale.

Lorsque l’État traite exactement sur le même pied la fraude fiscale et le terrorisme avec des gardes à vue de la même durée dans les deux cas et les mêmes méthodes intrusives comme les écoutes téléphoniques, la surveillance des mails etc., nous sommes, disons-le, dans la persécution fiscale. Je ne ferai jamais l’apologie de la fraude ou de la dissimulation fiscale. Je paie mes impôts et je râle… Je ne justifierai jamais les montages exotiques et le « blanchiment de fraude fiscale » mais, et c’est important, un fraudeur à l’impôt n’est pas un terroriste. Un fraudeur à l’impôt ne pose pas de bombe dans le métro que prennent ma femme et mes enfants. Ce qui est envisageable pour que notre société se prémunisse d’un attentat ne peut pas l’être pour la fraude fiscale quand bien même cette dernière doit évidemment être sanctionnée… soyons sérieux. Monsieur Cahuzac est peut-être un minable, sans doute s’est-il laissé aller à l’appât du gain mais tout de même, Monsieur Cahuzac n’est pas un terroriste.

Alors face à cette évolution hallucinante d’un État en déroute et prêt à tout pour vous voler votre argent, notre argent, légalement gagné, légalement épargné et légalement taxé tout au long de ce processus, je vous invitais à « débancariser ». Cela fait un an que je vous incite à fuir le système d’épargne classique, évidemment en respectant la législation en vigueur.

Alors quelles sont les solutions pour se protéger de l’État voyou, de l’État rapace, de l’État voleur ? »

Lire la suite de l’article de Charles Sannat*

*Charles Sannat est directeur des études économiques chez AuCOFFRE.com

En complément : Que faire de son épargne ?

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Les solutions pour se protéger d’un Etat rapace et voleur ! (Ch. Sannat)

  1. Ping : Les solutions pour se protéger d’un Etat rapace et voleur ! (Ch. Sannat) - gastraudiome

  2. Nicolas Jaisson dit :

    Une chanson qui fait le tour du monde:

  3. leducmichael dit :

    Il semble avoir oublié le fusil et les cartouches …

  4. brunoarf dit :

    Chômage en septembre 2013 :

    Grèce : 27,6 % de chômage.
    57,3 % de chômage chez les jeunes de moins de 25 ans.

    Espagne : 26,6 % de chômage.
    56,5 % de chômage chez les jeunes de moins de 25 ans.

    Croatie : 17,2 % de chômage.
    52,8 % chez les jeunes.

    Chypre : 17,1 % de chômage.
    43,9 % chez les jeunes.

    Portugal : 16,3 % de chômage.
    36,9 % chez les jeunes.

    Slovaquie : 14 % de chômage.
    31,1 % chez les jeunes.

    Irlande : 13,6 % de chômage.
    28 % chez les jeunes.

    Italie : 12,5 % de chômage.
    40,4 % chez les jeunes.

    Un article à pleurer de rire :

    http://www.liberation.fr/economie/2012/12/10/hollande-la-crise-de-la-zone-euro-est-derriere-nous_866519

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s