Libération des otages (B. Bertez)

Libération des otages« Pourquoi élever le mensonge au rang d’une vertu d’Etat ?

Le mensonge politique est devenu tellement courant que nous nous interrogeons sur la conception qui sous-tend cette pratique. Nous avons entendu des mensonges politiques énormes ces derniers jours, ils venaient des Etats-Unis. Obama, ses porte-paroles, ses conseillers, les responsables de la NSA, les responsables du contrôle du renseignement, tous ces gens se sont emmêlés les pieds avec des déclarations contradictoires et invraisemblables. Résultat, malgré des médias aux ordres, l’image d’Obama et des institutions américaines s’en trouve encore plus ternie qu’ils ne le sont par les faits eux-mêmes qui leur sont reprochés.

En France même, la libération des otages est un bon point. En soi, c’est quelque chose dont il faut se féliciter et qu’il faut saluer.

Mais pourquoi se ridiculiser à s’afficher avec les otages, à faire des déclarations ? Pour glaner quelques dixièmes de point dans les sondages, pour restaurer des images ternies ? Si c’est le cas, c’est raté. Car il ne faut pas, en même temps, proférer des mensonges énormes susceptibles d’être démasqués dans les heures qui suivent. Non seulement tout le monde sait que rançon a été payée, mais, en plus, il est évident que cela sera révélé un jour ou l’autre par les participants aux négociations.

Les enlèvements sont un moyen qu’utilisent les rebelles pour se financer. Il y a des rançons qui sont versées, des commissions qui sont versées, des commissions sur les commissions qui sont versées et des kick-back, c’est-à-dire des rétrocessions qui, à un moment donné, s’évanouissent dans la nature, tout le monde le sait.

Prétendre le contraire, c’est plus que se moquer du peuple. C’est détruire sciemment sa propre crédibilité. Une affaire de ce type, bien gérée, est une affaire propre. Et il n’y a nulle honte à gérer proprement, même s’il s’agit de transaction que l’on réalise avec des gens douteux.

Hollande aurait pu sortir grandi de cette affaire car elle constitue une bonne nouvelle. Non seulement, il n’en sort pas grandi, mais les mensonges l’ont abaissé un peu plus ».

Bruno Bertez, Le blog à Lupus, le 30 octobre 2013

hollande-100-pct-ridicule

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Libération des otages (B. Bertez)

  1. Momo dit :

    j’ai trouvé celà assez ridicule également car ce genre de travail n’entre nullement dans les attributions d’un Président de la République et M. Hollande imite,en celà, notre ex. Président, M. Sarkozy…
    Mais il y a plus grave: les médias, France Inter en tête, n’ont pas manqué de sauter sur l’occasion pour convoquer encore des « experts » pour évaluer le prix qui avait dû être payé: 15, 20, 25 millions ?
    Ainsi les fumiers « enleveurs » seront confirmés sur les sommes qu’ils peuvent exiger et les engagements écrits de ne plus céder à ce « jeu » mortel ne seront, encore une fois, que mensonges et chiffons de papier!
    Quand, enfin,leur fera-t-on comprendre qu’ils doivent se taire et non amplifier les dégâts de ces épouvantables bandits (et non de simples personnes « douteuses » ??

    • THEOPT NEWZE dit :

      Consternant « chef » d’état en effet. Hallucinant d’incompétence… Cours de l’enlèvement en hausse ! Nouvelles additions en perspective pour le con -tribuable corvéable à merci par la grâce de l’Elysée…

  2. Ping : Libération des otages (B. Bertez) - gastraudiome

  3. le sagouin dit :

    Le mensonge: un vice d’Etat dont la cote tendrait à baisser ces temps-ci…..!? rendons-grâce à ce pathétique Hollande pour son grand (seul) mérite : avoir réussi à ouvrir les yeux de l’opinion française en un temps record…!!!!

  4. Cavanna Zenter dit :

    Otages au Niger : une rançon d’au moins 20 millions d’euros aurait été versée

    C’est ce qu’affirme « Le Monde ». La somme aurait été prélevée sur les fonds secrets alloués aux services de renseignement. Le gouvernement dément.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20131030.OBS3186/otages-au-niger-une-rancon-d-au-moins-20-millions-d-euros-aurait-ete-versee.html

  5. Geraldine dit :

    Quand les otages pulvérisent l’écotaxe…

    par Daniel Schneidermann

    On était prêt à la mise à mort du gouvernement, bien saignante, sur la « suspension » de l’écotaxe devant la jacquerie bretonne. On était prêt. Lâcheté, incohérence, on était prêts à zapper de plateau en plateau pour boire le dégoût jusqu’à la dernière goutte, et les obscènes leçons de morale de la droite, et l’humiliation muette ou rageuse des écolos, et la lâcheté insondable du gouvernement, et les Bretons même pas contents qui exigent la mise à mort, tout prêt à s’en repaître, à savourer la descente aux enfers du hollandisme. On était prêt à trépigner de mépris devant le défilé des blafards qui promettraient que non non, ce n’est que partie remise, on prend le temps de réfléchir, on va évidemment s’y remettre, comment en douterait-on ? On se sentait désespéré, furieux, tout gonflé d’une joie mauvaise.

    Et soudain, déboule comme au bowling une actualité heureuse : la libération de quatre otages au Niger. Strike ! Voici que l’hystérie s’investit ce soir ailleurs qu’où on l’attendait. Des yeux qui s’écarquillent dans la lumière, de la joie, des larmes des proches, le rêve éveillé, je n’y croyais plus, je n’y crois pas encore, je n’y croirai pas tant qu’il ne sera pas là, tant que je ne le toucherai pas, le 20 Heures la presse, cette joie, jusqu’à la dernière goutte. Quant à Hollande, le lâche, la serpillère, le voici tout d’un coup transmuté en héros du désert qui a suivi sa stratégie, et n’a jamais fléchi, y a cru jusqu’au dernier instant, saluez le grand capitaine de guerre, le patient renard des sables, l’homme du courage qui évidemment -comment oser même poser la question ?- n’a jamais payé de rançon.

    Et l’écotaxe, donc ? Deuxième sur le podium. Poulidor de la soirée. Reléguée dans « le reste de l’actualité », au moment où on souffle enfin d’avoir si bien vibré avec les familles d’otages. La voici dépouillée de toute charge affective, ramenée à un recul parmi tant d’autres, une péripétie, qui nous laisse avec le constat accablé que nous n’avons pas de place, dans notre pauvre petit cerveau, pour deux hystéries simultanées, et antagonistes.

    http://www.arretsurimages.net/chroniques/2013-10-30/Quand-les-otages-pulverisent-l-ecotaxe-id6251

  6. UnLecteur dit :

    Un grand moment ce matin sur France Culture : de l’utilité voire de la nécessité de mentir quand on gouverne… et bien sûr pas un seul contradicteur. Tout cela avec l’argent des contribuables.

Répondre à le sagouin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s