La France vue par Marx en 1850

karl-marx-franceRemplacez « bourgeoisie » ou « aristocratie » par oligarchie (politico-financière) et vous avez un tableau fidèle de la France actuelle…

« L’endettement de l’État était, bien au contraire, d’un intérêt direct pour la fraction de la bourgeoisie qui gouvernait et légiférait au moyen des Chambres. C’était précisément le déficit de l’État, qui était l’objet même de ses spéculations et le poste principal de son enrichissement. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or chaque nouvel emprunt fournissait à l’aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l’État, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans les conditions les plus défavorables.

Chaque nouvel emprunt était une nouvelle occasion de dévaliser le public qui place ses capitaux en rentes sur l’État, au moyen d’opérations de Bourse, au secret desquelles gouvernement et majorité de la Chambre étaient initiés. En général, l’instabilité du crédit public et la connaissance des secrets d’État permettaient aux banquiers, ainsi qu’à leurs affiliés dans les Chambres et sur le trône, de provoquer dans le cours des valeurs publiques des fluctuations insolites et brusques dont le résultat constant ne pouvait être que la ruine d’une masse de petits capitalistes et l’enrichissement fabuleusement rapide des grands spéculateurs.

Pendant que l’aristocratie financière dictait les lois, dirigeait la gestion de l’État, disposait de tous les pouvoirs publics constitués, dominait l’opinion publique par la force des faits et par la presse, dans toutes les sphères, depuis la cour jusqu’au café borgne se reproduisait la même prostitution, la même tromperie éhontée, la même soif de s’enrichir, non point par la production, mais par l’escamotage de la richesse d’autrui déjà existante. C’est notamment aux sommets de la société bourgeoise que l’assouvissement des convoitises les plus malsaines et les plus déréglées se déchaînait, et entrait à chaque instant en conflit avec les lois bourgeoises elles-mêmes, car c’est là où la jouissance devient crapuleuse, là où l’or, la boue et le sang s’entremêlent que tout naturellement la richesse provenant du jeu cherche sa satisfaction. L’aristocratie financière, dans son mode de gain comme dans ses jouissances, n’est pas autre chose que la résurrection du lumpen-prolétariat dans les sommets de la société bourgeoise ».

Source : Aux infos du nain, le 2 janvier 2014

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour La France vue par Marx en 1850

  1. Ping : La France vue par Marx en 1850 | Around The Wor...

  2. yvan dit :

    Ce qui peut tout de même surprendre, est que Marx a parfaitement expliqué il y a 100 ans, ce qui se passe maintenant…
    Mais on est allé tout de même dans le mur.
    Chapeau les gars.

    • zorba44 dit :

      Oui, mais ce qui laisse rêveur sur les capacités humaines d’auto-destruction, c’est que les théories du même Marx ont ruiné les pays communistes, l’égalité tant prônée ruinant tout effort, nivelant tout par la fainéantise et décourageant toute forme d’entreprise et de méritocratie.

      Jean LENOIR

  3. Ping : La France vue par Marx en 1850 | Territoires d'...

  4. Ping : La France vue par Marx en 1850 - gastraudiome

  5. Ping : La France vue par Marx en 1850 | Autres V&eacut...

  6. Alcide dit :

    CES BANQUIERS MÉCÈNES DE KARL MARX
    Le marxisme est un dispositif de consolidation du pouvoir par l’élite. Il ne se préoccupe absolument pas de soulager la misère d’une humanité pauvre ou « émergente » : il s’agit purement et simplement d’un dispositif politique élitiste. Ce dernier consistant à organiser une lutte du prolétariat contre la classe moyenne afin de diviser pour mieux faire régner l’oligarchie.
    Les recherches relatives aux financements de Marx et Engels ont été réalisées par Antony Sutton. Antony Cyril Sutton est né le 14 février 1925 en Angleterre, et a passé la majorité de son existence aux États-Unis, dont il est devenu citoyen en 1955. Il s’est éteint le 17 juin 2002 et nous a légué une œuvre qui restera pour beaucoup un modèle d’investigation des coulisses de l’Histoire.
    Lire la suite :
    http://www.morpheus.fr/spip.php?article173
    De même , Trotsky fut financé par les banquiers Kazhars de Wall Street, tout comme le fut la révolution Bolchévique ainsi que le massacre de dizaines de millions de Russes , souvent abominablement torturés.
    http://www.wildboar.net/multilingual/easterneuropean/russian/literature/articles/whofinanced/whofinancedleninandtrotsky.html
    Rechercher les origines de la Tchéka et des assassins qui la composait est aussi passionnante .
    L’histoire bredouille pour ceux qui l’ignorent.

  7. Ping : La France vue par Marx en 1850 | Pour un débat sur le libre-échange et sur l'euro…

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s