Mieux que les tests de résistance européens ! Nos banques vont mal, la preuve par la Fed ! (Ch. Sannat)

banques francaises fed

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

USA : les grandes banques étrangères soumises à des règles plus sévères (FED)

Voilà ce que j’écrivais il y a quelques jours dans l’édition du 21 février du Contrarien matin à propos de la décision de la FED d’appliquer de nouvelles règles de solvabilité aux banques étrangères.

« C’est une information du début de la semaine sur laquelle je voulais revenir. En effet, « la Banque centrale des Etats-Unis, la FED, a publié mardi une réglementation définitive imposant aux très grandes banques étrangères présentes aux États-Unis des normes financières plus strictes à partir du 1er juillet 2016.

Le directoire de la FED devait adopter définitivement mardi cette réglementation qui prévoit des normes financières durcies pour quelque 17 grandes banques étrangères disposant d’actifs aux États-Unis équivalant à 50 milliards de dollars ou plus. »

Ils seront également soumis aux mêmes tests de résistance…

Ils devront aussi nommer un « chef de la gestion des risques » aux États-Unis.

En clair, il est très vraisemblable que certaines grandes banques françaises ayant des activités significatives aux USA soient obligées de renforcer à nouveau leurs fonds propres afin de satisfaire à ces nouvelles normes prudentielles. Certaines pourraient faire le choix de cesser toute activité significative sur le territoire américain.

Il faut donc continuer à surveiller le secteur bancaire car beaucoup de choses s’y passent actuellement. »

Quelle est la logique de cette information et quels indices pouvait-elle nous donner ?

L’idée que j’avançais dans cet article était que les banques étrangères, et en l’occurrence celles qui nous concernent directement à savoir les banques françaises, auraient deux possibilités. Soit réduire ou clore leurs activités aux USA, soit renforcer les fonds propres de leurs filiales. Dans ce dernier cas, pour le faire à nouveau, deux possibilités (en économie les choses sont globalement simples, même si les mots peuvent être compliqués). Soit les banques ont suffisamment d’argent et de fonds propres pour recapitaliser directement leur filiale américaine, soit elles sont obligées d’augmenter leur capital… ce qui est toujours un aveux de faiblesse et fait baisser les cours… puisque pour augmenter le capital d’une entreprise, il faut émettre et vendre de nouvelles actions.

Logiquement, il est essentiel de suivre l’évolution de la situation car en fonction de ce que fait chaque banque européenne de ses activités aux États-Unis, cela nous renseignera sur leur état de santé respectif… c’est-à-dire sur leur solidité réelle en dehors de tout angélisme « moscovicien ».

Deutsche Bank transfère 100 milliards de dollars hors des États-Unis pour obéir à la FED

Or aujourd’hui, à peine quelques jours après que nous ayons appris la décision de la FED, c’est comme par hasard la Deutsche Bank, la plus grande banque allemande et qui ne va pas bien du tout, qui fait parler d’elle en ayant décidé de réduire considérablement ses opérations aux USA.

On apprend par un article de La Tribune relayant une dépêche Reuters que, alors que «le montant total des opérations de la Deutsche Bank aux États-Unis est d’environ 400 milliards de dollars, la banque allemande aurait décidé de réduire le bilan de ses opérations outre-Atlantique pour répondre aux nouvelles exigences de la Réserve fédérale américaine avec les banques étrangères».

« Pendant que Bruxelles temporise, la Deutsche Bank a décidé d’agir. Face à la décision de la FED de mettre en place des règles plus strictes pour les banques étrangères, l’établissement allemand a décidé de réduire le bilan de ses opérations aux États-Unis d’une centaine de milliards de dollars, écrit le Financial Times.

Le montant total des opérations de la banque aux États-Unis serait ainsi ramené à 300 milliards de dollars alors que certaines d’entre elles seraient relocalisées en Europe ou en Asie.

Le directeur financier Stefan Krause a expliqué au « FT » que la banque pensait ainsi être capable de respecter les nouvelles règles de solvabilité et d’endettement imposées par la Réserve fédérale et que cette réduction du bilan n’équivalait pas à un départ des États-Unis. »

Bruxelles temporise avant des mesures de rétorsion ?

On apprend également dans cet article qu’en octobre, « le commissaire européen Michel Barnier avait déjà menacé d’appliquer la même règle en Europe si la FED allait jusqu’au bout. « La façon dont cette importante réforme réglementaire a été introduite nous préoccupe beaucoup », reconnaissait mercredi la Commission, qui compte tout d’abord prendre le temps d’évaluer son impact sur les marchés bancaires et sur l’équilibre de la concurrence. « Puis nous communiquerons notre analyse en temps opportun. »

Il faut bien comprendre qu’en l’espèce les ratios de solvabilité et les normes sont désormais très différentes d’un côté et de l’autre de l’Atlantique.

Si les banques US ont pu bénéficier massivement des politiques de création monétaire et de rachat d’actifs pourris de la Banque centrale américaine pour consolider leur bilan, les banques européennes restent, elles, profondément fragilisées par les 7 années de crise que nous venons de traverser et les choses sont même en train de s’aggraver notamment pour les établissements de l’Europe du Sud. Les banques grecques évidemment sont exsangues. Les banques chypriotes sont mortes. Les banques espagnoles n’ont jamais eu dans leurs comptes autant de créances douteuses, au Portugal c’est la même chose. Enfin, en Italie et en France, cela tient pour le moment et le système bancaire semble solide, mais il ne s’agit là avant tout que d’une impression et des conséquences de communications rassurantes, les bilans des banques françaises comme italiennes étant en réalité explosifs. Notre système bancaire danse sur un volcan.

Pour le moment donc, les autres banques ne bougent pas en attendant l’avancée des négociations entre européens et américains et évidemment espèrent un assouplissement de ces nouvelles règles que la FED souhaite imposer. Rien n’est moins sûr et la Banque centrale américaine semble assez déterminée à « foutre le bazar » dans le monde entier et a déjà commencé à le faire avec les réductions de son QE qui entraîne un effondrement des monnaies des pays émergents.

La Deutsche Bank n’est même pas en capacité d’attendre tant sa situation est précaire…

Voilà la conclusion que l’on serait tenté de tirer de cette décision de la plus grande banque allemande qui n’a même pas souhaité attendre, comme l’ensemble des autres grands établissements bancaires, l’aboutissement des négociations actuellement en cours. Trop risqué, trop compliqué. Du coup, réduction immédiate de l’activité américaine de la banque allemande.

En soi, cela est certainement une excellente décision, tel n’est pas le débat. Le débat c’est que ce retrait en dit long, très long sur l’état réel des banques européennes qui sont dans une situation d’extrême fragilité, ce qui veut dire que votre épargne n’est pas aussi bien assurée que ce que l’on veut bien vous faire croire.

Les USA sont-ils en train de couper les ponts entre les systèmes bancaires ?

La FED savait encore une fois pertinemment l’impact de sa décision et que cela allait mettre en difficulté un nombre important de banques européennes. Alors pourquoi le faire puisque nous sommes de « si grands zamis » ?

La FED cherche-t-elle à couper les liens entre les deux systèmes bancaires, ou tout au moins réduire les risques potentiels de contagion ? Est-ce seulement possible lorsque l’on voit le marché des dérivés ayant atteint le volume extraordinaire de plus de 700 000 milliards de dollars ?

Bref, quelle peut-être la logique d’une telle décision ? Car cette dernière doit s’apprécier dans un contexte, or la FED actuellement est active notamment par sa politique de réduction de son aide… Tout cela est donc cohérent dans le sens d’une bien moindre stimulation monétaire.

Or les économies mondiales toutes confondues sont beaucoup trop fragiles pour se passer de l’afflux de cet argent gratuit. Le risque des actions actuelles de la FED est donc de laisser l’économie replonger en récession, en déflation et certainement dans une immense dépression économique. Si les QE n’ont pas fonctionné pour réellement relancer les économies, ils ont tout de même marché pour éviter l’effondrement économique.

Je dois vous avouer que je ne comprends pas trop où veut en venir la FED. Elle voudrait créer un effondrement mondial qu’elle ne s’y prendrait pas autrement, alors qu’au même moment elle semble de surcroît vouloir couper certains liens… Tout cela est assez inquiétant. Au moins, nous saurons bientôt avec certitude quelles sont les banques européennes les plus fragiles et cela sera certainement plus efficace que les stress tests (tests de résistance).

Restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles Sannat*, Le Contrarien matin du 25 février 2014

*Directeur des études économiques chez AuCOFFRE.com

Article du Contrarien Matin du 21 février 2014 sur ce sujet

Article de la Tribune sur le retrait partiel de la Deutsche Bank du marché US

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

28 commentaires pour Mieux que les tests de résistance européens ! Nos banques vont mal, la preuve par la Fed ! (Ch. Sannat)

  1. Ping : Mieux que les tests de résistance européens ! Nos banques vont mal, la preuve par la Fed ! (Ch. Sannat) - gastraudiome

  2. Ping : Mieux que les tests de résistance europ&...

  3. marius dit :

    La Fed ne veut pas que ses QE profitent aux banques de UE.
    Elle decide de laisser tomber les banques et entreprises UE pour mieux les acheter ensuite avec ses QE en passant pour le sauveteur attendu.
    C`est un peu simpliste mais bien probable a mon sens, dans une situation sauve qui peut.

  4. Du coup, réduction immédiate de l’activité américaine de la banque allemande.

    Marrant. Elle était à vrai déjà dire réduite au minimum, du fait de l’arrêt des opérations de titrisation à Wall Street des prêts européens et américains et de la suspension des activités de Wealth Management.

  5. prodix dit :

    Deutsche Bank a aussi annoncé dernièrement qu’elle se retirait du fixing de l’or alors qu’une enquête allait être ouverte par le régulateur sur les manipulations du prix de l’or…. Beaucoup de mauvais signes pour cette banque on dirait !

  6. A reblogué ceci sur silbershark110neverdieet a ajouté:
    BUY SILBER PHYZZ UND GOLD

  7. zorba44 dit :

    N’oublions surtout pas que la DB a été une création voulue par la FED… Marrant ? …non ! On va prochainement voir…

    Jean LENOIR

  8. « En clair, il est très vraisemblable que certaines grandes banques françaises ayant des activités significatives aux USA soient obligées de renforcer à nouveau leurs fonds propres afin de satisfaire à ces nouvelles normes prudentielles.  »

    Du grand n’importe quoi quand on sait l’aide apportée par la FED aux banques étrangères, notamment les grandes banques françaises, au moment du plan TARP, ainsi que les swaps de liquidités en dollars entre la BCE et la FED pour assurer la solvabilité des filiales américaines des banques françaises lorsqu’elles avaient du mal à trouver des lignes de crédit sur le marché interbancaire américain. Par ailleurs les autorités de surveillance financière US ont fait savoir qu’elles dispensaient les banques américaines des exigences Bâle III trop coûteuses en capital. Très approximatives, les informations du « contrarien ».

  9. brunoarf dit :

    Michel Sapin fait dans l’humour involontaire !

    Michel Sapin me fera toujours rigoler !

    Mercredi 26 février 2014 :

    Emploi : Michel Sapin table sur une baisse du chômage à la fin de l’année.

    Le ministre du Travail Michel Sapin a dit vouloir «moins de chômeurs à la fin de l’année» 2014, mercredi, à quelques heures de la publication des premiers chiffres 2014 des demandeurs d’emploi, portant sur janvier.

    «Il doit y avoir moins de chômeurs à la fin de l’année qu’au début. Il faut faire reculer le chômage», a déclaré Michel Sapin en visitant le Salon de l’agriculture à Paris. Le ministre a affirmé ne «s’attendre à rien» quant aux statistiques publiées en fin d’après-midi, «ni dans un sens ni dans l’autre».

    Alors que l’année 2013 s’est terminée sur une hausse du nombre de demandeurs d’emploi sans activité en décembre, signant ainsi l’échec de l’inversion de la courbe du chômage longtemps martelée par François Hollande, Michel Sapin met l’accent sur le fait que la hausse du chômage a été maîtrisée, la progression mensuelle moyenne étant passée de +33.000 début 2013 à +2.500 à la fin de l’année.

    «Nous maîtrisons ce chômage, qui était à des niveaux terribles», a-t-il déclaré au micro de iTélé. «Ce qui compte, ce sont les tendances, ce qui se passe mois par mois n’a pas d’intérêt», se défend Michel Sapin, qui assure que le gouvernement est parvenu à «faire reculer la montée du chômage».

    http://www.boursorama.com/actualites/emploi-michel-sapin-table-sur-une-baisse-du-chomage-a-la-fin-de-l-annee-bb1159e6b82510fa76325f63dc9fd5cf

    Rappel :

    « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

    « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

  10. Antoine Gallo dit :

    Le bon sens incontestable de Ch.Sannat..De toutes les matières premières l’ or est la moins utile et ne représente plus rien sur le plan monétaire.La désindexation des monnaies internationales fait que l’or n’est plus qu’un souvenir du passé et la démographie mondiale fait qu’il serait impossible de le réintroduire dans la monnaie.Plus personne n’engagera une vie de labeur sur un vecteur devenu aussi faible.Si celà était les banques seraient obligées de réduire leurs encours et leurs prêts de 99% d’oû incompatibilité avec un système économique moderne..Depuis les hégémonies industrielles.militaires des années 1940,les USA impose l’hégémonie du billet vert au monde entier. Les USA oublient quelque chose de fondamantal: sans discipline monétaire sans orthodoxie financière,on dépasse les limites du rationnelet du raisonnable.Devant cette chrematistique démesurée Aristote devrait sourire ironiquement.Citons aussi Plutarque et son propos sur Curius Dentatus qui préférait vaincre ceux qui avaient de l’or plutôt que d’en posséder li-même!!! Les Etats-unis peuvent continuer leurs QE et si çà ne suffit pas les « helicopter-drop » » deFriedman…..Probus

    • Bonnal dit :

      Ah bon alors si Plutarque le dit… lol

      P.S. Vos divagations sur l’or montrent que vous ne connaissez rien ni à l’histoire ni au fonctionnement des monnaies. Par exemple le prétendu problème de la quantité disponible de métal jaune par rapport à la population mondiale se résoud aisément : il suffit d’en réévaluer le prix.

  11. Antoine Gallo dit :

    La Fed et les banques européennes.Les décisions de la Fed concernant les banques européennes(augmentation des fonds propres) prouvent indubitablement que l’euro constitue une gêne importante pour le dollar,non seulement sur le plan monétaire mais égelement sur le plan économique.Désormais pour l’UE l’objectif principal et impératif : défendre l’euro envers et contre tout….Probus

  12. Antoine Gallo dit :

    à Bonnal.réevaluer le prix de l’or? eh oui bientôt la monnaie-or représentera quelques milliemes de gramme-or.Cà ne suffit pas? Alors un milliardeme de gramme-or et pour finir plus rien du tout.Je préfère avoir une maison,un jardin avec poules et lapins et ma cave remplie de boites de conserve(ainsi que le disez Lenoir).Et puis si le pain se fait rare ,je sortirais mes trois pieces pur acheter un quignon. quand je n’aurai plus d’or.je ferai comme Curius Dentatus je planterai des fèves et des lentilles…. Probus

    • zorba44 dit :

      Vous êtes très amusant. Vous préférez étouffer sous des monceaux de papier que de voir ce papier directement associé à l’or. L’or vous brûle les doigts et la pensée alors que le papier à lui seul s’embrase et ne laisse rien.

      Quant aux poules, au jardin potager, ils produisent les produits cuisinés que vous mettez dans votre cave pour assurer le lendemain et, à ce que je sache, vous n’étancherez votre soif ni ne rassasierez votre faim ni avec le papier ni avec l’or.

      Jean LENOIR

      • Regardez ce qui se passe dans les pays en décomposition avancée comme la Syrie ou l’Ukraine: les étalages sont vides, l’administration ne fonctionne plus, la loi de la jungle remplace la loi civile avec la création d’une multitude de groupes armés assurant la protection de fiefs territoriaux. Dans ces conditions, je doute que votre or vous serve à grand chose, si ce n’est à exciter les convoitises de maraudeurs ravis de faire un casse dans un salon rempli de spiritueux et autres remontants. Mieux vaut se procurer une kalach avec quelques chargeurs, histoire de protéger son garde-à-manger. D’ailleurs les Ukrainiens ne s’y sont pas trompés qui réclament l’insertion du deuxième amendement US dans leur constitution, ouvrant le droit à la détention d’armes privée. On retourne au haut Moyen-Age lorsque le chaos régnait dans les campagnes livrées à la loi des bandes armées animées d’appétits sanguinaires et égoïstes. Alors mieux vaut s’isoler sur une île, de préférence non radioactive, ce qui ne sera pas facile si les grandes puissances se laissent tenter par l’usage d’armes nucléaires.

      • barbarian dit :

        Une kalach’ ou encore mieux un calibre 12: pas de risque qu’il s’enraye et les munitions sont très répandues rapport aux chasseurs…. les Ukrainiens n’ont pas tort.
        Sinon je vous conseille de commencer à cultiver vous même vos légumes et d’avoir quelques soureces de protéines animales, ça pourrait vous être très utile !

      • R.G. dit :

        surtout avoir ses produits à soi bien tracés permet de manger sain ; sans pesticides sans engrais chimiques plus toutes les m… rajoutées dans la bouffe industrielle

  13. brunoarf dit :

    Chômage en janvier 2014 : catégories A, B, C, D, E :

    France métropolitaine :

    5 597 700 inscrits à Pôle Emploi.

    France entière (y compris l’outre-mer) :

    5 924 400 inscrits à Pôle Emploi.

    Variation sur un mois : + 0,6 %.

    Variation sur un an : + 5,7 %.

    http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-CT78QI.pdf

    – « Si le traité de Maastricht était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d’Estaing, 30 juillet 1992, RTL)

    – « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

    – « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

    – « Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2)

    – « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

    – « C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune)

    – « Si aujourd’hui la banque centrale européenne existait, il est clair que les taux d’intérêt seraient moins élevés en Europe et donc que le chômage y serait moins grave. » (Jean Boissonnat, 15 septembre 1992, La Croix)

  14. billl dit :

    @ gallo
    voici un site sur les monnaies papier à travers l’histoire qui vous intéressera

    http://www.monnaiesdumonde.net/welcome/index.php

  15. qwant dit :

    Njaisson: « Alors mieux vaut s’isoler sur une île, de préférence non radioactive, ce qui ne sera pas facile si les grandes puissances se laissent tenter par l’usage d’armes nucléaires. »

    Pas besoin des armes nucléaires il y a déjà Fukushima :

    http://www.vivre-apres-fukushima.fr/leau-radioactive-des-fuites-arrivera-ineluctablement-a-locean/

    • zorba44 dit :

      En 1931, Nikola Tesla faisait rouler une Pierce Arrow à moteur électrique en récupérant
      l’énergie gratuite des ondes électromagnétiques de basse-fréquence (8hz) qui circulent en permanence autour de la terre jusqu’à une altitude de 80 kms.
      Ce génial inventeur hongrois (plus de 1000 brevets), encensé à ses débuts (il inventa le courant alternatif – gagnant haut la main face à Edison), fut boycotté dans ses inventions de transmissions et de productions d’énergie avec la seule énergie gratuite et infinie que procure la Terre en permanence.

      S’il avait été suivi, nous aurions économisé le charbon, le pétrole, évité les guerres, la pollution et… l’énergie atomique…porteuse de mort.

      Comment expliquer comment tant de sang, de capitaux et de catastrophes technologiques auraient pu être évités aux jeunes générations à qui on fait payer maintenant les contresens de l’histoire économique ?

      Bien des Nobel devraient lui être attribués à titre posthume…

      Jean LENOIR

      • Absolument. D’ailleurs on sait que J.P. Morgan, après avoir financé ses travaux, laissa tomber Nikola Tesla et même fit tout pour l’empêcher de continuer car il risquait de nuire à ses intérêts dans le domaine de l’électricité…

      • Marian dit :

        Merci Monsieur Zorba,
        vous m ‘avez fait découvrir Tesla.
        Un bonjour de Madrid,
        Marian

  16. zorba44 dit :

    @ Nicolas Njaisson
    Il ne semble pas que l’on puisse dire jamais que les étalages sont vides et avec une pièce d’argent (moins excitante qu’une pièce d’or) on peut toujours trouver quelque chose.
    Dans tout charivari, et ceux qui ont connu l’occupation vous le confirmeront ( signataire trop jeune à l’époque pour en avoir vraiment conscience), il y a des marchandises pour lesquelles il faut savoir payer le prix. Sans bel argent… oui …un bon kalachnikov qui vous permettra de faire rôtir celui que vous aurez abattu sur un feu de bois : cependant ce n’est pas discret et il y a d’autres solutions avant que d’arriver à l’extrême, savoir « bouffer » son prochain (sans hauts le coeur ni remords).

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s