Rien ne les arrêtera ! (F. Leclerc)

banquiers banksters« La dernière trouvaille de nos banquiers centraux européens, Mark Carney pour la Banque d’Angleterre et Mario Draghi pour la BCE, est de cosigner une véritable pétition réclamant la baisse des barrières réglementaires qui font obstacle à la relance de la titrisation de créances. Une initiative d’autant plus marquante que Mark Carney est également le président du FSB (Conseil de stabilité financière), l’organisme international chargé de chapeauter tous les acteurs de la régulation. Nous étions habitués à ce que les règlementations soient assouplies sous la pression des lobbies financiers, mais nous n’avions pas encore vu le responsable suprême de la régulation proposer de revenir sur celle-ci !

L’objectif affiché est de donner le coup de pouce final aux multiples efforts déjà entrepris afin de relancer le crédit aux entreprises et de favoriser la croissance. Avec comme justification à cette remise en cause de certaines dispositions de Bâle III (pour les banques) et de Solvency II (pour les assureurs) qu’il faut distinguer la titrisation dangereuse de l’innocente – à laquelle est attribuée « une valeur sociale de long terme » – en se référant aux propositions de l’EIOPA, le régulateur européen des compagnies d’assurance. La titrisation n’a pas connu en Europe les errements américains et il ne faudrait pas la pénaliser par des règles adaptées au seul marché américain (où elle se relance au demeurant). Le tour ensuite serait joué, les émetteurs des nouveaux titres allégeant leurs bilans et pouvant accorder de nouveaux crédits, les acquéreurs de ces titres pouvant les utiliser comme collatéral pour garantir leurs transactions. À se demander, vu la menace de pénurie de telles garanties, si toute l’opération n’aurait pas comme réel objectif d’y remédier…

La Banque de France a apporté hier sa contribution avec la création par les banques BNP Paribas, BPCE, Crédit Agricole, HSBC France et Société Générale d’une société dédiée à la titrisation. Celle-ci va procéder à l’émission de Euro Secured Notes (ESN) pouvant être utilisées comme collatéral, les banques d’où proviennent les créances conservant une partie du risque qui leur est associé. Les établissements français viennent de se doter d’une machine ayant une double fonction : fabriquer du collatéral afin de garantir les transactions sur les marchés et externaliser une grande partie du risque, dans des proportions qui n’ont pas été précisées…

Il est dangereux de laisser les enfants jouer avec les allumettes, mais n’est-il pas aventureux de chercher à relancer l’endettement via le système bancaire européen, alors qu’il croule déjà sous un stock de créances douteuses évalué par le FMI à 800 milliards de dollars ? Celui-ci a doublé depuis 2009, en raison du ralentissement économique et du poids de la dette qui pèse sur les entreprises.

L’appétit au risque retrouvé des investisseurs et l’assouplissement d’une régulation timorée vont faire bon ménage, cela ne fait pas l’ombre d’un doute ! »

François Leclerc, Blog de Paul Jorion, le 12 avril 2014

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Rien ne les arrêtera ! (F. Leclerc)

  1. F. Leclerc pointe là où cele fait mal :
    La croisssance ralentie ?
    Alors endettons-nous encore davantage (!) afin de la favoriser et comme croissance et richesse sont deux notionx bien differentes, la croissance ainsi relancée par le crédit approfondira le fossé qui s’élargi de jours en jours entre ceux qui détiennent la dette et ceux qui en sont les débiteurs.
    La fin est connue d’avance, l’effondrement complet du système actuel écrasé par les dettes.

  2. brunoarf dit :

    En tout, 197 nations sont représentées à l’Organisation des Nations Unies.

    Que voyons-nous en observant ces 197 nations ?

    179 nations gardent précieusement le contrôle de leur monnaie nationale.

    Et seulement 18 nations ont détruit leur monnaie nationale pour créer une monnaie unique : l’euro.

    C’était vraiment une expérience de tarés : 18 nations détruisent leur monnaie nationale pour créer une monnaie unique.

    Aujourd’hui, nous pouvons constater quel est le résultat de cette expérience de tarés : un désastre.

    Le retour aux 18 monnaies nationales sera simplement la fin d’une expérience de tarés.

    Le retour aux 18 monnaies nationales sera simplement le retour à ce qui se fait partout ailleurs, sur tous les autres continents, dans les 179 autres nations.

    http://alternatives-economiques.fr/blogs/raveaud/2014/04/11/euro-bernard-maris-ny-croit-plus/

    • Rien n’est plus faux que cette afifirmation.
      Pratiquement toutes les monnaies du monde on un peg (ancrage ) à une monnaie dominante.
      Ces monnaie ne sont donc pas « nationnales » ou si peu….
      Donc BA au lieu de tout mettre sur le dos de l’euro, essayes de comprendre l’économie…

    • Et je dirais même plus c’est lorsqu’elles ne peuvent pas « tenir » l’ancrage que le pays rencontre des difficultés.
      Autrement dit, c’est lorsque la monnaie n’arrive plus a faire référence à une monnaie dominante que le pays décroche…
      Donc est loin, très loin de « l’autonomie » des monnaies comme source de prospérité..

    • « 179 nations gardent précieusement le contrôle de leur monnaie nationale. »

      Vision à courte vue, qui est fausse malheureusement. En effet la plupart des pays qui semblent avoir une monnaie indépendante sont en réalité très dépendants des liquidités américaines qui fournissent le fonds de roulement de leurs entreprises en finançant l’émission de dettes en USD. C’est la raison pour laquelle, on a assisté à une telle déroute des « émergents » en Novembre puis en Janvier dernier, lorsque les liquidités américaines ont refoulé brusquement au moment où la FED décidait de remonter ses taux, ce qui conduisait à une contraction du crédit banque centrale disponible pour les banques d’investissement américaines. Voir à ce sujet la déconfiture enregistrée par des pays comme l’Argentine, le Brésil, l’Inde ou la Turquie. La Russie est aussi handicapée par le reflux des capitaux étrangers, pas tellement à cause de la baisse des marchés action, mais parce que les partenariats avec les industries étrangères représentent un facteur essentiel pour le maintien de la croissance en Russie. Ce qu’il faut considérer ce n’est pas tellement l’indépendance monétaire, mais plutôt la nature des capitaux alimentant ou asséchant l’économie nationale en termes de flux. Il ne sert à rien d’avoir une monnaie indépendante, sans capital privé national pour financer l’économie qui la supporte, sauf à encourir de sévères sanctions financières, sous la forme de dévaluations à répétition et de panique bancaire. C’est une donnée de base de l’économie monétaire malheureusement méconnue par certains énarques qui confondent finance internationale et comptabilité publique (ie gestion budgétaire des dépenses, les dépenses étant financées par un poste au budget, sans préciser d’où viennent les ressources de financement), type Asselineau pourtant « inspecteur des finances ». Aberrant, mais vrai.

  3. Ping : Rien ne les arrêtera ! (F. Leclerc) - gastraudiome

  4. La mesure de collatéralisation des prêts aux PME annoncée par M. Draghi est à relier à celle du FMI qui souhaite encourager le développement des centres offshore de financement dont les opérations seraient libellées en Roupie ou en Renminbi. Ce développement des possibilités d’émettre des moyens de fina,cement dans une monnaie autre que le USD fait suite aux restrictions portées à l’émission de crédit onshore, qui ont été mises en oeuvre tant en Inde qu’en Chine, afin de réprimer les abus de création monétaire par le shadow banking. Ainsi ne pouvant plus financer les projets de relance onshore. Les acteurs financiers indiens et chinois vont pouvour, grâce aux dernières mesures de libéralisation, se reconvertir dans l’émission d’instruments offshore depuis les nouveaux centres financiers que se battent les pays occidentaux pour puiser dans les gisements de liquidités en Roupies et en Renminbi. C’est une aubaine pour les banques occidentales qui vont pouvoir se débarrasser de leurs risques crédit sur les prêts aux PME par la titrisation de leurs créances recyclés en titres de dette CDO, CLO, ABS, etc achetés par les banquiers asiatiques. Les surplus de liquidités asiatiques trouvent dans le même temps des occasions inespérées d’investissemnt, qui plus est garanties par la BCE, comme en d’autres temps les prêts hypothécaires subprimes étaient garanties par les agences Fanie May et Freddy Mac avec en plus la perspective de se faire repêcher par la FED, au cas où les marchés perdraient confiance dans le risqué crédit des créances titrisées. Effectivement la BCE emboîte le pas à la FED en esayant de surfer sur l’abondance des liquidités asiatiques et l’émergence de marchés dérivés libellés dans des monnaies appartenant au BRICS, réputés, d’après le FMI, plus capables de porter la croissance économique par l’émission de moyens de paiement alternatifs au dollar US dont la fin comme monnaie de réserve se rapproche à grands pas. Force est de constater que les banquiers mondiaux de concert avec les élites politiques entendent perpétuer le système du financement par la dette qui sert trop bien le clientélisme du centralisme démocratique pour être abndonné à l’orthodoxie monétaire. L’opération devrait réussir à moyen termeétant donné la bonification sur le rationg des créances titrisées par les banques européennes du fait des perspectives de reprise portées par l’investissement US dans les valeurs européennes mais garre au retour de manivelle, lorsqu’il deviendra évident que la reprise européenne ne tiendra pas face à l’effondrement de la croissance qui semble gagner les pays émergents. L’aspersion de liquidités par de nouveaux tours de manère permettant de faire tourner les actifs à travers les canaux interbancaires mondiaux ne servira tout au plus qu’à entretenir l’illsuion de la croissance avant que l’ensemble ne prenne le bouillon, ne serait-ce que par les déséquilibres sociaux que les gouvernements n’arrivent plus à endiguer, que ce soit en Asie ou en Europe.

  5. sybillin dit :

    Il y a loin de la coupe aux lèvres !

  6. Ping : Rien ne les arrêtera ! (F. Leclerc) | Eco...

  7. Ping : Rien ne les arrêtera ! (F. Leclerc) | Eur...

  8. Alcide dit :

    Rien ne les arrête , mais leurs agissements commencent à être connus.

    L’EuroMaïdan à la sauce géorgienne.
    Extrait:
    ….Le général en retraite Tristan Tsitélachvili a fait encore une déclaration sensationnelle. Il assure que des snipers géorgiens tiraient sur le Maïdan de Kiev sur les manifestants et les membres de Berkout. Mieux encore, ils ont été amenés à Kiev par ordre de l’ex-président Mikhaïl Saakachvili. Tsitélachvili assure qu’il dispose des preuves et est prêt à les communiquer au parquet….

    Par La Voix de la Russie | L’ex-gouvernement géorgien avec Mikhaïl Saakachvili à la tête, tente de reproduire en Géorgie le scénario kiévien. Les autorités ont cependant déjà pris des mesures pour empêcher la déstabilisation de la situation. De quelles mesures s’agit-il ? La parole est à notre correspondant en Géorgie Boris Mourachkine.

    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_04_15/L-EuroMaidan-a-la-sauce-georgienne-8802/

    L’Europe Unie , cette merveilleuse ploutocratie qui arme et entraine les égorgeurs violeurs islamiques fanatisés en Syrie et les nazis de l’Est ,qui asservit les peuples d’Occident par la dette inventée.

    À moins d’être aveugle et stupide , il est évident de constater de quoi les dirigeants occidentaux sionisto-bancaires sont capables.

  9. Ping : Rien ne les arrêtera ! par François Leclerc | News360xNews360x

  10. Goalec dit :

    n’est-il pas aventureux de chercher à relancer l’endettement via le système bancaire européen, alors qu’il croule déjà sous un stock de créances douteuses évalué par le FMI à 800 milliards de dollars ?
    —–
    ….Je crains que ce chiffre de 800 milliards ne soit bien optimiste !!!!

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s