Création monétaire : Bernard Maris dévoile le pot aux roses

Conseiller général de la Banque de France, classé à gauche, l’économiste Bernard Maris a lâché le morceau dans un documentaire récent, « La Dette », produit par Nicolas Ubelmann et Sophie Mitriani. Lorsqu’on lui pose la question : « D’où vient l’argent que prêtent les banques ? », il répond avec franchise : « Elles le fabriquent elles-mêmes avec l’autorisation de la banque centrale (…) Quand on a compris ça, on a tout compris à la monnaie. C’est que la banque fabrique à partir de rien de l’argent. C’est le métier du banquier. La banque crée ex nihilo de l’argent. Ca c’est quelque chose qui est très difficile à comprendre ». A noter que Bernard Maris vient de virer sa cuti sur l’euro

Rappel : La plus grande escroquerie de tous les temps

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

38 commentaires pour Création monétaire : Bernard Maris dévoile le pot aux roses

  1. Ping : Création monétaire : Bernard Maris dévoile le pot aux roses - gastraudiome

  2. Bonnal dit :

    D’ici à ce que ça arrive aux oreilles de l’homme de la rue… qui croit toujours que la monnaie est créée par l’Etat et que les banques ne font que prêter les dépôts que les clients leur confient…
    Mais patience, le jour n’est plus très loin où les banques seront finalement perçues pour ce qu’elles sont : des parasites qui nous sucent le sang en levant à peine le petit doigt !

  3. Ping : Création monétaire : Bernard Mari...

  4. azerty dit :

    oui et ? Cette intervention est incomplète. Évidemment que les banques créent l’argent, vous pensiez qu’elles avaient toutes une réserve d’or apparue magiquement ? Ce qu’il faut aussi savoir, c’est que lorsqu’on rembourse un crédit, elle a obligation de le détruire, cette argent ! (pas les intérêts bien-sûr). C’est le système le plus viable qu’on ait trouvé jusqu’à présent et qui permette une croissance et un relatif contrôle des institutions sur la masse monétaire.

    • Surya dit :

      Quand on dit que les banques créent de l’argent d’ailleurs c’est faux; elles créent des dépôts (du passif), mais ça ne fait pas apparaître de la trésorerie (à l’actif) par magie (au contraire; il y a risque de liquidité puisque les banques transforment des passifs courts en emplois longs). C’est bien pour ça que les banques doivent se financer via les marchés…

      • Quand on dit que les banques créent de l’argent d’ailleurs c’est faux;
        Une belle démonstration de la technocratie qui distille le doute la où il y en cas aucun.
        La création monétaire est du aux banques privées c’est un fait et à double titre : principale et intérêts
        La création monétaire découle de la constitution d’une dette, l’opération inverse, le remboursement de cette dette, implique une destruction monétaire.
        Cependant cette destruction n’est pas une opération équivalente à la création puisque il faut tenir compte des intérêts de la dette. Ainsi, pour une création monétaire initiale de X, l’emprunteur va rembourser X + I, I correspondant aux intérêts d’emprunts.
        Par conséquent, lorsque la dette est remboursée, il faut que celui qui l’a remboursé ait trouvé de l’argent, correspondant aux intérêts, dans le système existant.
        L’argent dans le système a deux origines : l’argent créé par les banques privées, appelé argent dette et celui qui préexistait avant la constitution des dettes. Ce dernier étant pratiquement constant, l’argent dette prend au fur et à mesure des prêts accordés une part de plus en plus importante dans l’économie.
        Ainsi, les intérêts des prêts sont en partie remboursés par de l’argent dette ce qui augmente mécaniquement la masse monétaire. La dette alimente la dette dans un processus de type pyramide de Ponzi où il faut constamment de nouveaux entrants pour que le système ne s’effondre pas. Ce phénomène est connu sous le nom d’accumulation de capital. Il est structurellement inflationniste par conséquent s’il y avait une redistribution équitable des revenus, il y aurait simplement de l’inflation.
        En luttant contre l’inflation pour les biens destinés au plus grand nombre alors mécaniquement les riches deviennent plus riches et les pauvres plus pauvres. La traduction de cet état de fait est la montée de l’hypertrophie financière destinée à gérer l’accumulation du capital détenu par les riches. Rien qu’aux Etats-Unis la part du secteur financier dans les bénéfices des entreprises est passée de 10% en 1980 à 40% en 2007. Or, il faut bien comprendre que le secteur financier ne crée aucune richesse, il gère des dettes et crée de l’inflation monétaire.

      • Surya dit :

        Vous auriez du dépasser la début de la première phrase.

    • Alcide dit :

      @ azerty
      …elle a obligation de le détruire, cette argent ! (pas les intérêts bien-sûr)…

      Ce procédé est frauduleux.

      Car , quelle est la justification ,quelles sont les bases légales, de pouvoir percevoir un intérêt sur de l’argent inventé ?

      En réalité , ce procédé viole la constitution ainsi que le bon sens et introduit une incohérence mortelle dans la société des hommes en permettant à une caste de banquiers non élus de pouvoir modifier à leur gré cette monnaie devenue légale par la trahison des responsables politiques.
      La monnaie qui est l’étalon de notre travail et de notre patrimoine doit être incorruptible et publique.

      • Surya dit :

        L’argent n’est « inventé’ que lorsqu’il est sur votre compte; lorsque vous le dépensez (virement ou paiement vers un compte dans une autre banque) là ça devient bien réel.

      • Alcide dit :

        @ Surya
        Je suis désolé de vous le dire mais votre réponse est stupide.
        L’argent est et reste inventé , qu’il soit dépensé ou non.

      • Surya dit :

        Vous avez déjà lu un livre de comptabilité bancaire ? Les banques ne peuvent pas créer leur trésorerie.

      • Alcide dit :

        Quittez donc le nez du guidon .

        Un livre de comptabilité bancaire n’est qu’un livre de cuisine.
        Le réglementaire légalisé est totalement vérolé , inféodé au système rothschildien corrupteur.
        Pour s’extraire de ce monde de fraude , nous devons prendre de l’altitude et poser avant tout les principes que doivent respecter notre société ,
        Principes ensuite traduits en règles, ce qui n’est plus le cas actuellement.

        Par exemple , lors de l’établissement d’un crédit immobilier , en face de la somme prêtée , qu’est-ce qu’il y a ?

      • Surya dit :

        Y a un dépôt. C’est fou hein.

  5. Garfy dit :

    tous à la planche à billets ……………….

  6. Toolmaker dit :

    « Mais patience, le jour n’est plus très loin où les banques seront finalement perçues pour ce qu’elles sont : des parasites qui nous sucent le sang en levant à peine le petit doigt ! »

    Et l’état ce n’est pas un parasite?
    Tout ce que vit grâce au travail des autres est un parasite. C’est le mode d’action du virus.

  7. jean-paul dit :

    Bonjour,

    Il n’y a rien de mystérieux : simple employé de banque il y a vingt ans, j’ai suivi des cours ITB
    (formation interne commune à toutes les banque françaises) où la création monétaire par les banque commerciales était explqué.

  8. zorba44 dit :

    Olivier bonjour,

    Les cloches de Pâques n’apportent rien de nouveau… votre article du 6 novembre 2013 parlait bien de la plus grande escroquerie de tous les temps…
    …Car, enfin, avec ce prêt c’est de la fausse monnaie que l’on crée avec une possibilité (oh jamais exercée lol) d’adosser de nouveaux prêts sur une augmentation de richesse fictive.

    Bonnes Pâques à vous et aux autres (la nouvelle la plus importante à nos yeux : notre bébé marche en lisant une brochure immobilière, immortalisé sur la memory card !)

    Amicalement

    Jean LENOIR

  9. Geraldine dit :

    Ceux qui disent que les banques commerciales ne créent pas la monnaie n’ont rien compris au mécanisme des intérêts et notamment des intérêts composés !

  10. L’argent crée la croissance. Mais la croisance n’est pas la richesse.
    Or la richesse d’un système est structurellement bornée (par l’absurde si tout le monde est riche personne ne l’est, la richesse est donc relative par rapport aux autres et donc bornée…)
    Les prêts des banques privées constituent de la « création monétaire de crédits » ou « argent dette ».
    Ce système peut fonctionner tant que l’économie est en expansion car le crédit favorise l’activité économique. En revanche lorsque le système économique se rapproche du seuil de richesse (au dela duquel il n’est plus possible qu’il s’enrichisse) , alors l’effet multiplicateur de la création monétaire par rapport à celle initiale de la banque centrale est un véritable pousse au crime.
    En effet, on assiste à une véritable collusion d’intérêts entre un système bancaire qui encourage les crédits, donc l’augmentation de la masse monétaire, et les tenants d’une croissance qui ne peut se faire que par augmentation de la masse monétaire.
    Il suffit maintenant de convaincre que le système n’est pas inflationniste et le tour est joué ! Le système bancaire va donc être le premier bénéficiaire de la volonté de nos gouvernants de poursuivre une croissance stérile puisque celle-ci ne peut se faire qu’à crédit. Les profits vont être immenses en partie du fait de l’augmentation très importante des crédits accordés aux particuliers, aux entreprises et aux Etats et en raison de la financiarisation de l’économie à travers l’augmentation vertigineuse des capitaux flottants qui sont gérés en partie par ces mêmes établissements bancaires dans des paradis fiscaux.
    L’augmentation des dettes étant le moteur de la croissance du système financier, ce dernier va tout fait pour endetter au maximum tous les acteurs économiques. Le système financier s’hypertrophie grâce à l’endettement généralisé, qu’il arrive à masquer partiellement en créant des produits financiers de plus en plus sophistiqués et additionne ainsi les dettes aux dettes et comme l’a dit Maurice Allais :
    « L’économie mondiale tout entière repose aujourd’hui sur de gigantesques pyramides de dettes, prenant appui les unes sur les autres dans un équilibre fragile. Jamais dans le passé une pareille accumulation de promesses de payer ne s’était constatée. Jamais sans doute il n’est devenu plus difficile d’y faire face. Jamais sans doute une telle instabilité potentielle n’était apparue avec une telle menace d’un effondrement général ».
    Cet équilibre, compte tenu que la croissance continue de la masse monétaire, finira par se rompre lorsque les acteurs économiques seront dans l’incapacité de rembourser les dettes, ce qui entraînera tout le système bancaire à la faillite.

  11. N.O.M dit :

     » Sinon, qu’il te soit fait connaître, O roi, que tes dieux ne sont pas ceux que nous servons, et l’image d’or que tu as dressé, nous ne l’adorerons pas. » Ancien Testament, Daniel : 18

  12. Gbott dit :

    La monnaie est un bien public vital qui ne devrait pas pouvoir être accaparé ou « approprié » par des structures privées orientées vers le profit……

  13. Alcide dit :

    Le message de Manuel aux Chrétiens pour Pâques :

    En France , la secte sioniste a pris le pouvoir et déclare les Chrétiens ne faisant pas partie de  » l’avant garde  » .
    C’est à dire en langage clair : Chrétiens vous êtes des citoyens de deuxième zone.

    Comment le comique BHL peut-il expliquer son empressement soutenir , entrainer , reconnaitre le sanglant gouvernement putschiste ukrainien avec ses ministre de Pravy Sector puis baiser amoureusement le cul des Nazis en Ukraine , ceux qui défilent sans complexe aux couleurs de la brigade SS Das Reich et simultanément se poser en France comme rempart au brushing soigneux contre la peste brune?

    Dire qu’il existe encore des individus qui sont abusés par la mythomanie sioniste.
    Faut-il qu’ils soient bêtes.

    • zorba44 dit :

      Valls… ah Valls : il finira dans les poubelles de l’histoire qu’il prétend servir, au même rang que les plus sinistres tyrans bien qu’il ne soit qu’un tyrannaud mal dans sa peau, illuminé par son couple qu’il est d’une nouvelle définition du sionisme.

      Il faudrait lui sortir les « écrouelles » du cerveau …si cela se pouvait encore

      Jean LENOIR

  14. Keep interest rates at zero, whilst printing trillions of dollars, pounds and yen out of thin air, and you can make investors do some pretty extraordinary things. Like buying shares in Just Eat, for example. But arguably more egregious was last week’s launch of a €3 billion five-year Eurobond for Greece, at a yield of just 4.95%. UK “investors” accounted for 47% of the deal, Greek domestic “investors” just 7%. Just in case anybody hasn’t been keeping up with current events, Greece, which is rated Caa3 by Moody’s, defaulted two years ago. In the words of the credit managers at Stratton Street Capital,

    “The only way for private investors to justify continuing to throw money at Greece is if you believe that the €222 billion the EU has lent to Greece is entirely fictional, and will effectively be converted to 0% perpetual debt, or will be written off, or Greece will default on official debt while leaving private creditors untouched.”
    http://www.zerohedge.com/news/2014-04-20/madness

  15. Alcide dit :

    Les Banquiers aiment la guerre car elle génère des bénéfices massifs.

    http://www.washingtonsblog.com/2014/04/another-reason-bankers-love-war.html
    Trad:
    http://www.microsofttranslator.com/bv.aspx?from=en&to=fr&a=http%3A%2F%2Fwww.washingtonsblog.com%2F2014%2F04%2Fanother-reason-bankers-love-war.html

    Pour lutter contre la guerre, un bon moyen est donc de supprimer le système bancaire et les banquiers.

  16. Ping : Création monétaire : Bernard Mari...

  17. Alcide dit :

    Lavrov : « Toutes ces années, nos partenaires occidentaux nous ont menti »

    …La colère mal dissimulée de l’Occident face au fait que notre pays a défendu ses intérêts légaux [en Crimée, ndlr] – transgressés depuis bien longtemps au mépris de toutes les constitutions et lois sur la sortie hors de l’URSS – témoigne de ce que le projet géopolitique d’endiguement de la Russie n’a jamais été aboli par personne. C’est regrettable, et c’est triste. Toutes ces années, nos partenaires occidentaux nous ont menti quand ils faisaient serment de leur attachement à une Europe unie, sans lignes de division, quand ils faisaient serment qu’ils allaient respecter nos intérêts dans une totale mesure, que la sécurité était indivisible, etc….

    http://french.irib.ir/info/international/item/322266-lavrov-%C2%AB-toutes-ces-ann%C3%A9es,-nos-partenaires-occidentaux-nous-ont-menti-%C2%BB

    Le point de vue de la Russie qui ne doit pas être ignoré ni dissimulé par une propagande otanienne grotesque.
    De même , extrait de l’article:

    ….sans même parler du Secteur droit. Au cours de nos conversations, J. Kerry m’a dit : « Ils ont un lourd passé, nous le comprenons. Mais selon nos observations, ils se rapprochent désormais du main stream politique. » Laurent Fabius, dans un de ses discours, a noté que Svoboda est « juste un tout petit peu plus à droite que les autres ». Stupéfiante déclaration !

    Nous avons déclaré qu’un tel rapport à la mémoire de ceux qui ont combattu et vaincu le fascisme, qui ont sauvé l’Europe de la peste brune était pour nous inadmissible. Qu’étaient pour nous inadmissibles ces tentatives de faire régner dans un État européen une coalition impliquant la participation de tels acteurs…

    Remarque:
    Il est inadmissible de tenir une telle duplicité de langage en politique intérieure et en politique extérieure et impossible sans que la population comprenne le caractère totalitaire du gouvernement tant en France qu’en EU .
    D’où la nécessité , pour le pouvoir, de cette chape de plomb sur l’information pertinente.

    Dis-moi qui tu fréquentes , je te dirais qui tu es.

  18. brunoarf dit :

    Dans un débat avec Jean-Luc Mélenchon, en octobre 2009, Alain Minc avait déclaré à propos de la dette publique :

    « La dette, à ce niveau, ne s’éponge plus que de deux manières : par la guerre ou par l’inflation. »

    Comment ça, par la guerre ?

    Par la guerre contre la Russie ?

    Par la guerre contre la Chine ?

    Par la guerre contre les pays pétroliers ?

    • Alcide dit :

      « La dette, à ce niveau, ne s’éponge plus que de deux manières : par la guerre ou par l’inflation. »

      Encore une affirmation non démontrée .

      La dette publique EST odieuse, EST un montage , EST une arnaque,

      On en sort donc par la répudiation et la mise à mort de toutes les crapules financières et politiques qui ont vouées ainsi la France à la ruine et la population à la servitude sur plusieurs générations , tout comme d’autres pays soumis à l’article 123 du traité de Lisbonne ,

  19. brunoarf dit :

    Mardi 22 avril 2014 :

    La deuxième guerre civile.

    Par Bernard Maris

    En 1992, François Mitterrand a ouvert une deuxième guerre de 30 ans en croyant par la monnaie unique arrimer l’Allemagne à l’Europe.

    L’Allemagne réalise sans le vouloir par l’économie ce qu’un chancelier fou avait déjà réalisé par la guerre : elle détruit à petit feu l’économie française. Certes, elle n’est pas responsable de cette situation, au contraire ; elle n’est jamais intervenue dans la politique intérieure de la France, elle a tendu la main aux Français du temps de Balladur pour réaliser un début d’unité fiscale et budgétaire (qui lui fut refusée).

    C’est François Mitterrand qui à deux reprises a voulu arrimer la politique monétaire de la France à celle de l’Allemagne, détruisant une industrie française qui n’allait pas bien fort : en 1983 d’abord, avec le tournant de la rigueur et la politique du « franc fort », en 1989 ensuite, en paniquant après la réunification Allemande, et en avalisant celle-ci au prix d’une monnaie unique et d’un fonctionnement de la BCE calqué sur celui de la Bundesbank.

    Plus de vingt ans de guerre économique ont passé, et l’industrie Allemande a laminé les industries italienne et surtout française. Aujourd’hui la guerre est terminée et gagnée. La part des exportations de l’Allemagne en zone euro représente 10% du total. Le reste est hors zone euro, aux Etats-Unis et en Asie. L’Allemagne n’a plus besoin de la zone euro. Au contraire : la zone euro commence à lui coûter cher, à travers les plans de soutien à la Grèce, au Portugal, et à l’Espagne, à tel point qu’elle songe elle aussi à quitter l’euro.

    Il est bien évident que ni la Grèce, ni le Portugal, ni l’Espagne, ni même la France et l’Italie ne pourront jamais rembourser leur dette avec une croissance atone et une industrie dévastée. La zone euro éclatera donc à la prochaine grave crise de spéculation contre l’un des cinq pays précités.

    La Chine et les Etats-Unis contemplent avec ravissement cette deuxième guerre civile interminable, et se préparent (pour les Etats-Unis une deuxième fois) à tirer les marrons du feu. La Chine et les Etats-Unis pratiquent une politique monétaire astucieuse et laxiste. On pourrait ajouter à la liste des pays pratiquant une politique monétaire intelligente la Corée du Sud, et aujourd’hui le Japon. La Grande-Bretagne, elle, prépare tout simplement un référendum pour sortir de l’Europe.

    On a le choix : sortir de l’euro ou mourir à petit feu. Sinon, le dilemme pour les pays de la zone euro est assez simple : sortir de façon coordonnée et en douceur, ou attendre le tsunami financier.

    Une sortie coopérative et en douceur aurait le mérite de préserver un peu de construction européenne, un tsunami sera l’équivalent du Traité de Versailles, les perdants étant cette fois les pays du Sud. Et au-delà des pays du Sud, toute l’Europe.

    La sortie douce et coordonnée est assez simple, et a été déjà envisagée par nombre d’économistes. Il s’agit tout simplement de revenir à une monnaie commune, servant de référentiel aux différentes monnaies nationales. Cette monnaie commune, définie par un « panier de monnaies » nationales, atténue les spéculations contre les monnaies nationales.

    C’est un retour au SME (Système monétaire européen) ? Oui. Des marges de fluctuations autour de la monnaie commune. Une stabilisation de la spéculation par des limitations des mouvements de capitaux, stabilisation qui pourrait être accrue par une taxe type Tobin sur ces mêmes mouvements de capitaux.

    Mais le SME a échoué direz vous… Oui, parce que le SME ne s’était pas donné les moyens de lutter contre la spéculation, et n’avait pas adopté une « Chambre de compensation » comme la souhaitait Keynes dans son projet pour Bretton Woods (abandonné au profit du projet américain).

    Le meilleur moyen de rendre l’Europe odieuse, détestable pour longtemps, de faire le lit des nationalismes les plus étroits, est de poursuivre cette politique imbécile de monnaie unique associée à une « concurrence libre et non faussée » qui fait se pâmer de joie ceux qui en profitent, Chinois, Américains et autres BRICs.

    Bien évidemment la mainmise du politique sur la monnaie ne suffit pas à faire une économie puissante : la recherche, l’éducation, la solidarité sont certainement aussi importantes. Mais laisser les « marchés » gouverner les pays est tout simplement une honteuse lâcheté.

    (A suivre)

    Bernard Maris.

    http://alternatives-economiques.fr/blogs/raveaud/2014/04/20/sortie-de-leuro-bernard-maris-vire-sa-cuti-3/

    • zorba44 dit :

      Il n’est pas sûr que les américains et les chinois aient beaucoup à se réjouir de leur situation présente… Quels sont les rares pays à vraiment tirer les marrons du feu ? Car quand la situation européenne se dégrade à ce point on se demande bien qui pourrait en profiter.

      Bernard Maris fait preuve de beaucoup de complaisance dans sa conclusion, et, si c’est une tactique de communication pour sortir de l’euro, elle est faible alors que l’information des chiffres bruts et forts de la dette est le seul argument qui devrait être affiché.

      Jean LENOIR

      • Alcide dit :

        Je suis bien de votre avis Jean.
        La Grande Arnaque de la Dette est bien l’argument principal qui , en toute logique , devrait être le sujet principal des études et des débats de ces cuistres qui s’appellent économistes.

  20. Ping : Charlie/Hebdo : Et si les Banksters avaient voulu éliminer, Bernard Maris, brillant économiste et Conseiller auprès de la Banque de France qui militait pour la sortie de l'euro ?

  21. Sur le sujet, il y a le très bon livre « Création monétaire : Le tour de magie dévoilé », disponible gratuitement à l’adresse suivante : https://www.fichier-pdf.fr/2017/08/11/creation-monetaire-cours/preview/page/1/

Répondre à N.O.M Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s