Guerre civile en Ukraine (J. Sapir)

stop_bombimg_slowjansk_kid« Les événements en Ukraine orientale depuis le 25 mai ont donné tristement raison à ceux qui prédisaient le déclenchement d’une guerre civile. Il n’est pas un jour sans que l’on ait des nouvelles très inquiétantes de ce qui se passe dans ces régions, sans que l’on annonce des morts, que ce soit au sein des insurgés, de la population civile – qui paye un lourd tribut – ou parmi les forces du gouvernement de Kiev. L’emploi par le gouvernement de Kiev de moyens militaires importants, hélicoptères de combat, avions à réaction qui ont bombardé la ville de Slaviansk le 2 juin (ce qui a été confirmé par l‘OSCE), voire de lance-roquettes d’artillerie, est tout particulièrement à noter. Il y a de cela près de trois ans, les gouvernements occidentaux – dont le gouvernement français – s’étaient émus de l’emploi de ce type d’arme dans la guerre civile en Syrie. Plus avant, lors de la guerre civile en Libye, l’argument du massacre des populations civiles avait été employé pour justifier ce qu’il faut bien appeler une intervention militaire. Il est frappant de constater le silence assourdissant de ces mêmes gouvernements alors que le gouvernement de Kiev utilise exactement les mêmes forces contre les insurgés. On ne peut s’empêcher de penser qu’il y a véritablement deux poids et deux mesures avec lesquels sont pesées les vies et les destinés des uns et des autres. La haine de tout ce qui est russe et vient de Russie aveugle suffisamment une partie de la presse et des intellectuels en France, à l’exception d’Emmanuel Todd, pour que nul ne s’étonne de ce silence assourdissant des « bonnes âmes ».

L’élection présidentielle du 25 mai, qui a vu l’élection dès le premier tour de M. Porochenko comme président, n’a pas conduit, là aussi comme on le pressentait, à une amélioration de la situation. M. Porochenko n’a été élu que dans l’Ouest et la partie centrale du pays. Sa légitimité reste contestable. Il pourrait la construire, s’il se décidait à ouvrir un dialogue immédiat avec les insurgés et surtout à interrompre immédiatement les opérations militaires. Car il faut ici rappeler que ces insurgés se sont levés contre le gouvernement de Kiev mais pas nécessairement contre l’Ukraine. Des discussions avec des personnes représentant la « République du Donbass », de Donetsk et de Slaviansk, montraient jusqu’à ces deux dernières semaines la présence d’un fort ressentiment contre le gouvernement provisoire mais aussi l’acceptation de principe de la participation à l’Ukraine. Les revendications des populations de l’Est de l’Ukraine, qu’elles soient linguistiques ou culturelles, n’apparaissent pas comme déraisonnables1. La demande pour une « fédéralisation » de l’Ukraine aurait dû, et devrait encore, être entendue. Mais la violence des combats qui déchirent les régions de Donetsk et Slaviansk, la peur qui s’installe désormais à Odessa, en proie à l’action des milices d’extrême-droite, est en train de faire basculer une partie des habitants vers un véritable séparatisme, et vers l’idée que le seule solution pour eux réside dans une union avec la Russie.

Les lecteurs de ce carnet le savent, j’ai défendu depuis le début de cette crise la thèse d’une unité de l’Ukraine, parce que c’était la solution qui me semblait politiquement la plus adéquate. Une scission du pays provoquerait des répercussions en chaîne à la fois dans la région et au sein de l’Union européenne qui se retrouverait avec la responsabilité de la gestion d’une Ukraine croupion, réduite aux régions de l’Ouest et du centre. Il est à craindre que, dans cette situation, les habitants de Lviv (L’vov) demandent leur rattachement à la Pologne. Seule la fédéralisation de l’Ukraine pourrait enrayer ce processus. Mais elle exige que les armes se taisent et que le gouvernement de Kiev accepte de négocier avec les insurgés. C’est une réalité de l’Histoire : on négocie rarement avec ses amis ! Sinon, c’est l’existence même de l’Ukraine qui risque d’être mise en question ».

Jacques Sapir, RussEurope, le 3 juin 2014

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Guerre civile en Ukraine (J. Sapir)

  1. « Il est à craindre que, dans cette situation, les habitants de Lviv (L’vov) demandent leur rattachement à la Pologne.  »
    Et la Pologne pourrait demander à fusionner avec la Lituanie pour reformer le grand-duché polo-lituanien!

  2. Alcide dit :

    Je fais le lien entre les événements en Ukraine et la guerre en Syrie comme s’inscrivant dans une stratégie impériale.

    Une déstabilisation profonde voire une guerre en Ukraine couperait l’EU de son approvisionnement bon marché en gaz russe qui serait remplacé par du gaz liquéfié certes beaucoup plus cher livré par les compagnies US au départ de la Syrie comme le plan le prévoyait ou directement des US.

    J’en veux pour preuve l’attitude apparemment stupide et parfaitement antiéconomique du commissaire de l’UE à l’énergie Günther Oettinger qui a déclaré que la « décision politique » concernant la construction du gazoduc « South Stream » était impossible tant que la Russie ne reconnaîtrait par le gouvernement de Kiev.
    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_06_03/Le-bluff-gazier-de-la-Commission-europeenne-0214/

    Cette politique oligarchique ne va bien évidemment pas dans l’intérêt du peuple ou des consommateurs européens mais est dictée par la nécessaire création d’un monopole destiné à rendre l’EU captive d’un nouveau gazodollar, système qui serait élaboré en remplacement du très lucratif pétrodollar actuellement moribond, sérieusement mis à mal par la grande quantité d’accords commerciaux bilatéraux réalisés en troc ou en devises mais hors dollar, notamment entre les nations des BRICS qui s’étendent et se renforcent.
    Système de troc ou réalisé en monnaies locales qui aurait pu aisément et dans notre intérêt s’étendre au commerce EU/Russie donc au détriment du dollar et donc comme menace au fondement de la puissance US.

    Cette guerre en Ukraine devient alors nécessaire pour les US , leur sert à conforter leur pouvoir par l’usage obligatoire du dollar fiat et accessoirement , après avoir fait rompre tous liens économiques entre l’EU et la Russie , à faire accepter par le populaire la nécessité du pacte transatlantique ainsi que la nécessaire l’augmentation du budget de l’OTAN .

    Augmentation qui se traduit généralement par celle du chiffre d’affaire du complexe militaro-industriel US pour contrer une menace initialement inexistante mais dorénavant en devenir d’une Russie qui réagira car attaquée dans ces intérêts économiques et dans le même temps encerclée par le système ABM US qui peut être facilement transformé en système de première frappe nucléaire comme cette doctrine d’attaque préventive se répand à Washington.

    http://usawatchdog.com/u-s-has-plans-for-preemptive-nuclear-attack-paul-craig-roberts/#more-12266
    Trad:
    http://www.microsofttranslator.com/bv.aspx?from=en&to=fr&a=http%3A%2F%2Fusawatchdog.com%2Fu-s-has-plans-for-preemptive-nuclear-attack-paul-craig-roberts%2F%23more-12266

    Pacte transatlantique qui permettra aux entreprises US gavées de dollar inventés à coût nul de piller l’Europe.

    A lire:
    Pourquoi la Russie n’intervient pas militairement en Ukraine ?

    http://vineyardsaker.blogspot.fr/2014/05/ukraine-sitrep-may-29th-1554-utczulu.html
    trad:
    http://www.microsofttranslator.com/BV.aspx?ref=BVNav&from=en&to=fr&a=http%3A%2F%2Fvineyardsaker.blogspot.fr%2F2014%2F05%2Fukraine-sitrep-may-29th-1554-utczulu.html

    • zorba44 dit :

      Le bateau de l’Oncle Sam est en train de couler financièrement… Encore une fois la guerre civile téléguidée de l’extérieur, et par là-même atroce et dictatoriale, n’est pas la guerre mondiale.

      Jean LENOIR

  3. OOPS dit :

    Face aux appétits dévorants des blocs continentaux étatisés, la meilleure des solutions est encore de reprendre son indépendance, comme tente de le faire un conté californien qui a déclaré son indépendance par rapport à la Californie. Le mouvement pourrait faire tâche d’huile, du fait de l’irritation causée par les excès de l’administration californienne. Au total une quinzaine de contés pourraient faire sécession:

    The measure faces opposition, however, from groups who worry about how Jefferson would be able to support itself financially, especially since many of its residents are poor and unemployed. California already supplies most of the funding for infrastructure and education, and most of the large swathes of land are owned by the federal government – something that would remain the same even if Jefferson were to become a state.
    “We will continue to face the same challenges,” Del Norte County officials wrote in a formal argument against the idea, as quoted by Reuters. “Except we will no longer be subsidized by the State.”

    http://www.eutimes.net/2014/06/california-northern-counties-vote-to-secede/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+TheEuropeanUnionTimes+%28The+European+Union+Times%29

  4. OOPS dit :

    La recette du succès consiste à revenir à une vie simple et naturelle, en s’affranchissant du fatras réglementaire étatique ainsi que des monopoles de service public qui se sont appropriés la satisfaction des besoins essentiels, au nom de la sécurité et de l’égalité du « consommateur ». La reprise en main de leur destin par des citoyens frustrés par la technocratie de la satisfaction de leurs besoins vitaux par leurs propres moyens d’hommes libres et responsbables, comme de la jouissance de biens publics injustement confisqués au nom d’enjeux environnementaux qui masquent mal des intérêts corporatistes est la clef du retour à la prospérité, dans la recherche d’un sain équilibre avec la Nature et l’affranchissement de la tutelle normative imposée au nom de la représentation sans moyens d’expression populaire donc sans légitimité réelle:

    Although supporters of secession haven’t presented detailed plans regarding Jefferson’s ability to sustain itself, provide health care, education, and other social services, Funk and others state they would eliminate regulations and other state agencies in an attempt to attract businesses.
    “We have the water, forests, timber, we have the minerals. We have unspoiled agricultural land,” added Funk to the AP. “We would be the wealthy state if we were allowed to go back and use our natural resources ourselves.”
    Still, the explanations don’t add up for opposing groups in Del Norte, who fear that approving a measure that calls for secession would simply result in lawmakers using their time debating the creation of Jefferson instead of fixing real problems.
    http://www.eutimes.net/2014/06/california-northern-counties-vote-to-secede/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+TheEuropeanUnionTimes+%28The+European+Union+Times%29

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s