« Mission accomplished » : le désordre est partout !

monde-de-desordre-et-chaos« «Mission accomplished» : on se souvient de la déclaration bouffonne de «W.» Bush à bord de l’USS Abraham Lincoln à propos de la vertueuse libération de l’Irak. C’était le 1er mai 2003. Dix ans et un million de morts plus tard, le soldat Ryan s’est carapaté sur la pointe des pieds, laissant le pays à sa ruine et aux 800 morts mensuels de sa guerre civile. C’est que l’Oncle Sam avait d’autres fers au feu, dont le soutien des bouchers-djihadistes actifs en Syrie, parmi lesquels le fameux groupe de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) qui marche aujourd’hui sur Bagdad. Fameux bilan. Ajoutez à cela le bourbier afghan ; le ratage libyen ; les guerres larvées au Pakistan et au Yémen ou, enfin, la nouvelle guerre froide déclenchée en Ukraine, et vous aurez l’image assez fidèle d’une machinerie US productrice d’un chaos phénoménal qui se propage partout comme un feu de brousse.

Une phase éruptive
On se demande où tout cela va s’arrêter et, si cela ne s’arrête pas, où tout cela va conduire. Le bilan des 20 dernières années de leadership US laisse en effet pantois. A ce stade, ce n’est plus du leadership, c’est du massacre.

Tout se passe en effet comme si la machinerie du Système américaniste était soudainement entrée dans une phase éruptive, avec surproduction d’un chaos et d’un désordre au demeurant parfaitement conformes à son essence. On dirait un phénomène de saturation chimique, où la densité du mal accumulé au cœur du Système est devenue telle qu’il ne peut plus être contenu et qu’il déborde, se nourrissant désormais de lui-même, incontrôlable.


Toutes les magouilles, les saletés, les trahisons et les crimes perpétrés bien évidemment au nom des valeurs indépassables que l’on sait remontent à la surface et éclatent partout, comme de bulles de magma, obligeant le Système aux volte-face et contorsions les plus spectaculaires pour échapper aux éclaboussures et, ainsi, tenter de «perdurer dans son être».

Contorsions-Système
Si elle n’impliquait des océans de sang, l’affaire en serait presque comique.

Ainsi, après que Washington eut soutenu l’EIIL via ses alliés turcs et saoudiens pour taper sur Bachar el-Assad et contrer l’influence de l’Iran chiite en Irak, voici que le monstre a échappé au contrôle de ses maîtres et tente d’établir désormais un Etat islamique à cheval sur l’Irak et la Syrie.
Sur les deux théâtres d’opérations, la stratégie de Washington vient donc de virer au cauchemar.
En Irak, la seule option qui reste à la Maison-Blanche pour contenir la contagion djihadiste est désormais de s’appuyer sur Téhéran, au grand dam de l’Etat-voyou israélien et des monarques du Golfe qui voient avec effroi le retour au pas de charge de l’Iran comme gendarme régional incontournable.
Côté syrien, même constat : il va falloir composer avec Bachar el-Assad pour contrer autant que possible l’avancée de l’EIIL sur le front ouest, et du même coup réduire également l’hydre terroriste façonné par trois ans de soutien atlantiste aveugle aux clones d’al-Qaïda, avec ses hordes de combattants «étrangers» dont on sait qu’ils finiront par revenir porter le fer à domicile.
Tout le sel de l’affaire est qu’on voit mal comment Washington pourrait réussir à circonscrire ces nouveaux incendies sans le soutien de… la Russie.
Là encore, les contorsions s’annoncent spectaculaires et l’on se réjouit de voir les services de com’ de la Maison-Blanche à la manœuvre.

Une logique implacable
Tout le problème, c’est que les contorsions les plus extravagantes ne changeront rien au fait que le mal est là, constitutif du Système américaniste lui-même, et que donc rien ne pourra enrayer la logique destructrice engagée.

Toutes les manœuvres destinées à éteindre les incendies en cours ou à venir ne feront qu’en allumer d’autres, toujours plus improbables, toujours plus ravageurs, tout simplement parce le mal ne peut qu’engendrer le mal.
Sous l’impulsion du néolibéralisme dévastateur du Système américaniste, même les rendez-vous les plus festifs sont désormais devenus symboles de honte et d’injustice, comme cette Coupe du monde de football aujourd’hui synonyme de corruption et de prévarication, et pourtant sensée faire émerger une joie primesautière de la misère des favelas.
Il peut paraître hasardeux de tirer un parallèle entre la manipulation des groupes terroristes sur les théâtres d’opérations atlantistes et les malversations de la FIFA, et pourtant, nous pourrions tout aussi bien y ajouter les OGM, le triomphe des banksters ou les tentacules liberticides de la NSA, car le principe régissant cette «pollution» globale du monde est pour nous le même : un Système corrupteur par essence, destructeur par nature.
«W.» avait finalement raison, «Mission accomplished» : le désordre est partout !
Mais il signifie aussi l’accélération de l’effondrement d’un Système qui finira nécessairement par se dévorer lui-même ».

Entrefilets.com, le 13 juin 2014

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour « Mission accomplished » : le désordre est partout !

  1. Geraldine dit :

    On dit souvent que les Etats-Unis sont les gendarmes de la planète ; si on fait aujourd’hui le bilan, c’en sont plutôt les bouchers.

  2. spirito dit :

    L’avertissement du Pape à propos de l’économie mondiale : le système est proche de l’effondrement!

    http://conscience-du-peuple.blogspot.fr/2014/06/lavertissement-du-pape-propos-de.html

    http://www.inquisitr.com/1298546/pope-francis-warning-about-the-economy-the-system-is-near-collapse/

    « Pope Francis warned about the possible collapse of the world economy, saying that “our world economic system can’t take it anymore” in an interview with La Vanguardia magazine.

    The Pope based his dire belief on the idea that the world economy has fallen into the sin of idolatry, not of a golden calf, but of money. He explained that the center of the economy needs to be about man and woman. Pope Francis warned that the economy was now dependent on war, that great powers have been using war as a means of sustaining the current system.

    “But as a Third World War can’t be done, they make zonal wars. What does this mean? That they produce and sell weapons, and with this the balance sheets of the idolatrous economies, the great world economies that sacrifice man at the feet of the idol of money, obviously they are sorted.”

    Read more at http://www.inquisitr.com/1298546/pope-francis-warning-about-the-economy-the-system-is-near-collapse/#JqUbfOasp6m2uoS2.99

  3. Le bilan des 20 dernières années de leadership US laisse en effet pantois.
    On peut largement remonter avant ces 20 dernières années.
    Corée, Vietnam soutien inconditionnel à Israël, soutien à Saddam Hussein lors de la guerre Iran / Irak.
    En effet, afin de contrer l’expansionnisme islamique, l’Irak de Saddam Hussein attaque l’Iran. Les grandes puissances et notamment l’URSS, les États-Unis (pour une fois avec des intérêts communs) et de la France non seulement ne font rien pour éviter le conflit mais aide l’Irak tout au long de celui-ci. Huit années plus tard les deux pays sont ruinés et cessent les hostilités. C’est alors que l’Irak dont l’économie est asphyxiée par les dettes décide d’envahir un des ses principaux créanciers, le Koweït. Les États-Unis qui depuis longtemps souhaitaient sécuriser leur approvisionnement en pétrole dans la région du Golfe ne font rien pour éviter le conflit comme le confirme la déclaration de l’ambassadeur américain à Sadam Hussein : « Les États-Unis n’ont pas d’opinion sur les conflits opposants deux pays arabes », véritable incitation pour le dictateur irakien à poursuivre ses rêves de conquêtes. A la suite de l’invasion, les États-Unis qui sont maintenant prêts à aider leur « ami » koweitiens vont obtenir ce qu’ils ont toujours voulu une base militaire dans la région (au début en Arabie Saoudite puis transférée en 2003 au Qatar). La base militaire américaine en Arabie Saoudite provoquera l’indignation de Ben Laden qui d’allié des États-Unis en deviendra le plus farouche ennemi et provoquera en 1992 le premier attentat du World Trade Center qui échoue de très peu à faire effondrer les tours. Réfugié en Afghanistan, Ben Laden ne ratera pas le second attentat sur les tours jumelles, provoquant l’entrée en guerre des Etats-Unis contre le régime des Talibans qui le protège.
    Partout où les USA interviennent cela se retournent contre eux.
    Il est temps que « mur $ » s’effondre comme c’est effondré jadis le mur de Berlin, pour en terminer avec la capacité de nuisance des USA.

  4. Ping : "Mission accomplished" : le dé...

  5. mariette dit :

    concernant la coupe du monde , quand on apprend qu’elle est suivi par 3 milliards et demi de spectateurs et télé spectateurs , on ne peut être étonné que pendant que l’on occupe tout ses gens , le chaos continuent son escalade ; concernant les américains , comme je le pense , ils nous enfoncent tous , mais eux aussi vont plonger et ils n’en deviendront que plus dangereux ; tout ces dirigeants qui se sont succédés dans ce pays sont sans doute les plus grand sérials killer que la terre est porté ;

    • Coraline Desprez dit :

      Mariette: « … qui se sont succédé…. »
      Et j’espère que leur plongeon sera définitif afin que l’on retrouve notre liberté.

  6. Les Argentins jouent les mesquins en refusant de payer un arriéré de dettes aux fonds d’investissement américains. On se souvient que l’Argentine avait fait défaut sur sa dette, ce qui lui avait valu de passer devant les tribunaux américains qui ont donné raison aux acheteurs de la dette argentine, alors qu’ils n’ont pas bronché lorsque la Grèce avait fait défaut sur plus de 70% de sa dette. Ici l’Argentine doit payer une première tranche de 1,5 milliards de dollars, lui ouvrant l’obligation de solder les quinze milliards restant dus, en cash naturellement. Les pauvres n’ont les moyens de régler l’addition. C’est affligeant, surtout qu’ils ne semblent pas connaître les moyens de créer quelques dizaines de milliards en quelques secondes. Ca leur apprendra à se désintéresser du monde de la banque. L’ignorance est un péché contre l’esprit qui n’est pas pardonné, sauf à passer par la géhenne de feu. Au besoin les investisseurs iront se servir sur la bête en piochant dans les avoirs de l’Etat argentin à l’étranger, Etat qui s’expose à des sanctions économiques et commerciales pour non respect de ses obligations légales, qui elles ne seront pas remises en cause par la Cour suprême des Etats-Unis qui veille à la préservation des intérêts américains dans le monde. Comme quoi, il est parfois préférable de faire partie d’une Union bancaire, car cela permet de mutualiser la dette et de disposer de moyens régaliens supérieurs à ceux des investisseurs pour se défendre dans le paiement des obligations financières, sans ce que celles-ci n’exposent pas un Etat membre à la ruine, dusse celui-ci vivre aux crochets de ses « bed fellows » ad vitam eternam.

    Ms Fernández said the total owed to the plaintiffs is $1.5bn including interest, and paying it all immediately in cash in the way that the courts had ordered could trigger another $15bn in other cash payments to the remaining holders of defaulted debt. That “is not only absurd but impossible”, since it represents more than half the central bank’s remaining foreign reserves, she said.

    In addition, Ms Fernández said, there was near certainty that the 92 per cent of creditors who accepted new bonds at steep discounts years ago – debt now totalling at $24bn – would “find a judge who will tell them that they, too, have the same rights”, leading to “the more than certain possibility that the economy will crash”.
    http://www.ft.com/intl/cms/s/0/f1cf4230-f5d7-11e3-afd3-00144feabdc0.html?siteedition=uk#axzz34sG1k1Cj

  7. bocanegra dit :

    bravo pour cet article clair et limpide ! à faire tourner …au dernière nouvelle De Gaule banderait encore….et son corps se réchaufferait ( comme la planète ) . tout ce que mérite les us est un méga-verdin sur leur sol afin qu’il comprenne ce qu’est l’HISTOIRE ! que ce peuple devienne adulte nom de dieu !

  8. Mantra dit :

    Trop drôle, en Irak les Ricains-la-Vertu sont maintenant cul et chemise avec l’ennemi public numéro 1 de la planète : les affreux Iraniens !!

    Heureusement que le Ridicule ne tue pas sinon il ne resterait plus un seul politicard US debout.

    http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2014/06/16/irak-teheran-et-washington-meme-combat_4438972_3208.html

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s