Tous les fonds d’épargne sont massacrés, tous ! (B. Bertez)

bertez-massacre -epargne« Nous avons porté à votre connaissance les déclarations de Denis Kessler pour leur portée générale. Le cas des réassureurs ne nous intéresse pas en tant que tel. Prenez donc ce qu’il dit comme un exemple de ce qui est en train de se passer dans les profondeurs du système : la destruction du fond d’épargne.

Kessler dit que les politiques des Banques centrales tuent les assureurs. Nous ajoutons, c’est insuffisant car les fonds de retraites et de prévoyance en général sont en cours de destruction. Et nous ajoutons que le fonds d’épargne privée des ménages est lui aussi en cours de destruction.

Kessler ne tient pas compte de ce qui va se produire lorsque l’argent créé par les banques centrales (et actuellement oisif) va partir à la recherche de ses contrevaleurs-marchandises : l’inflation va accélérer, les taux vont monter sinon ce sera l’hyperinflation: les investisseurs vont perdre donc en plus sur la valeur réelle de leur placements, plus sur la dépréciation de leur capital telle qu’elle ressortira sur les marchés en mark to market.

Kessler ne s’intéresse qu’aux obligations, il dit qu’elles ne rapportent rien ; mais c’est encore pire pour les actions au niveau actuel des valorisations.

Au niveau actuel des actions, la rentabilité prévisionnelle d’un placement en actions à horizon de 7 ans est négative, à horizon de 10 ans elle est de 1,9% tout compris !

Dans sa dernière intervention du 25 Juin, Shiller, le prix Nobel qui s’est spécialisé dans ces questions de valorisations explique que jamais sauf en 1929, 2000,2007 on n’a atteint des évaluations en termes de CAPE, c’est à dire de price-earning lissé, ajustés, aussi élevée. Dans l’histoire, chaque fois que l’on a atteint ce type de valorisation, les rentabilités de long terme ont été désastreuses. Ces niveaux ont été ensuite corrigés par des chutes exceptionnelles, à partir desquelles les rentabilités à long terme sont redevenues attrayantes. Ceux qui sont intervenus lors de ces baisses géantes se sont enrichis.

Les conseils financiers du malheureux public, peu qualifiés, il faut le reconnaitre utilisent l’argument des taux d’intérêt présents pour justifier les valorisations. ils sont encore trop modestes, ils pourraient aller beaucoup plus loin car si rien ne rapporte rien, alors tout ce qui rapporte encore quelque chose peut valoir n’importe quel prix, tel est leur (absence de) raisonnement.

Hélas, c’est une imbécilité car justifier le prix actuel par les taux actuels n’a rien à voir avec un raisonnement d’investissement de long terme. L’investissement de long terme repose sur l’anticipation d’un flux de revenus de long terme et sur l’anticipation soit d’un remboursement (obligation) ou d’une revente (action) et ce qui est important ce n’est pas le présent, mais le futur.

La justification des cours et des prix par le présent est une escroquerie. Elle explique les prix actuels par le fait qu’il n’y a plus de rendement disponible nulle part, mais elle ne constitue pas une motivation pour l’avenir. Un investissement actuel est intéressant sur la base de sa rentabilité prévisionnelle, et sur la base des conditions qui prévaudront dans le futur. Si les conditions changent la comparaison qui a fait acheter aujourd’hui devient caduque. Il est évident pour tout le monde que les conditions actuelles ne dureront pas toujours ! Ceux qui achètent maintenant se retrouveront avoir acheté trop cher, ce qui pénalisera la rentabilité à venir. Et en outre exposera à des pertes intercalaires ceux qui seront obligés de vendre.

La destruction dont parle Kessler est tous azimuts. C’est un choix politique délibéré, mais Kessler ne se lance pas dans la politique, il ne prie que pour sa paroisse ! »

Bruno Bertez, Le blog à Lupus, le 1er juillet 2014

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Tous les fonds d’épargne sont massacrés, tous ! (B. Bertez)

  1. « Kessler dit que les politiques des Banques centrales tuent les assureurs. Nous ajoutons, c’est insuffisant car les fonds de retraites et de prévoyance en général sont en cours de destruction. Et nous ajoutons que le fonds d’épargne privée des ménages est lui aussi en cours de destruction. »

    Le bonhomme résonne dans le vide. Il faudrait préciser comment sont alloués sur les marchés les actifs composant le portefeuille de placement de ces fonds. En actions, vraiment?? Quid de toutes les règles de gestion des risques (crédit et marché auxquelles sont assujettis ces fonds? Ils n’ont vraiment rien prévu pour contrer un effondrement des marchés. J’imagine que a contrario ils ont dû profiter au maximum des liquidités abondantes injectées par les banques centrales sur les marchés. Après tout le marché est en hausse continu depuis 2011 et le marché obligataire hyper prévisible, compte tenu de l’interventionnisme récurrent des banques centrales qui tiennent au courant l’oligopole bancaire de leur politique à long terme de compression des taux. Quant aux contreparties marchandises du passif des banques centrales, le système est fait de telle manière que les banques centrales n’aient pas besoin de trouver de contrepartie réelle à de l’argent créé ex-nihilo, non pas en contrepartie d’une richesse réelle créée par l’économie européenne, mais en contrepartie d’actifs bancaires (crédits, obligations souveraines, titres de dette) qui eux-mêmes ne comportent pas de contrepartie réelle puisqu’il s’agit de produits de dette réhypothèquée en permanence à des fins de refinancement.
    Le recyclage peut durer éternellement tant que la banque centrale apporte sa garantie aux produits de dette bancaiers. A priori il n’y pas de limite à l’endettement de la banque centrale sur elle-même, sauf à provoquer l’asphyxie complète de l’économie par aspiration des ressources financières de l’économie réelle (fonds propres et épargnes) par la sphère financière dématérialisée. En effet tout se passe comme si l’économie financière fonctionnait en circuit fermé, les ressources de l’économie réelle servant au refinancement marginal de la dette dont la consolidation conduit à des cycles de fusion-acquisitions accompagnées de plans d’austérité conduisant à l’épuisement progressif de la consommation par les destructions massives d’emploi. Quand la société civile se révoltera contre la tyrannie bancaire, les banquiers centraux seront obligés de déclarer forfait en annulant la dette purement et simplement. Ensuite il faudra reconstruire une nouvelle économie avec une nouvelle monnaie contrepartie d’actifs réels à définir (fiefs moyenâgeux, sanctuaires religeieux?).
    C’est ce qu’essaie de faire, dans la mesure de ses maigres moyens, le Califat syrano-irakien en créant une théocratie libérée de tout le fatras idéologique libéral qui a conduit à la tyrannie bancaire par la phénoménale expansion du système de l’usure démultiplié par les facilités offertes par l’idéologie libérale d’ouverture totale des marchés unifiés dans la soumission aux théories keynésiennes de création de la valeur par la dette.

  2. Avec les compliments de JP Morgan à Denis Kessler:

    Rising Rates
    Managing liquidity through periods of
    rising interest rates
    http://www.jpmgloballiquidity.com/blobcontent/555/470/1323365223551_WP_GL_Rising_Rates_09_13.pdf

  3. Alcide dit :

    Le maoïste Barroso, apparatchik de l’EURSS approuve les bombardements de civils et donc implicitement :
    Les crimes de guerre , l’emploi contre les civils de bombes à sous-munitions ou au phosphore ,de gaz , de massacres de civils comme à Odessa ainsi que la fructueuse association avec les escadrons de la mort qui se réclament ouvertement de l’idéologie nazie , de l’héritage terrible des brigades SS.

    Reprise de l’opération en Ukraine: compréhension de l’UE
    L’Union européenne comprend la décision du président ukrainien Piotr Porochenko de ne pas prolonger le cessez-le feu tout en appelant les deux parties au conflit à mettre un terme aux violences, a déclaré mercredi le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

    « Dans le même temps, le président Porochenko a mis fin au cessez-le-feu unilatéral. Nous comprenons cette décision, compte tenu des circonstances spécifiques en Ukraine et vu le droit des autorités de défendre l’indépendance et la souveraineté du pays. Parallèlement, nous appelons toujours les deux parties à arrêter définitivement les violences. Nous attendons à ces fins que la Russie use de toute son influence sur les séparatistes qui doivent déposer les armes », a indiqué M.Barroso, intervenant devant les députés du Parlement européen.

    http://fr.ria.ru/world/20140702/201695422.html

    Faire le lien:
    Système bancaire rothschildien, sionisme, asservissement par la dette , escadrons de la mort Trotskiste payés par Wall Street ou nazis payés aussi par Wall Street.
    Les connards émasculés qui nous dirigent ne sont que les marionnettes de ces monstres.

  4. « 7 » references:
    1:22 – « Now I’m going to test your numerology skills by asking you to think about the magic seven »
    1:34 – « Most of you will know that seven is quite a number
    2:24 – « 2014, you drop the zero, fourteen, two times, seven »
    4:08 – « It will mark the 70th anniversary, 70th anniversary, drop the zero, seven, of the Bretton Woods Conference that actually gave birth to the IMF » (7 + 0 = 7)
    4:22 – « And it will be the 25th anniversary of the fall of the berlin wall, 25th.. » (2 + 5 = 7)
    4:38 – « It will also mark the 7th anniversary of the financial market jietters »
    5:08 – « After those seven miserable years, weak and fragile »
    5:14 – « We have seven strong years »
    5:43 – « Now I don’t know if the G7 will have anything to do with it » (G is also the 7th letter of the alphabet)

    « 2014 » references:
    1:18 – « The global economy and what we should expect for 2014 »
    2:19 – « So if we think about 2014 »
    2:24 – « 2014, you drop the zero, fourteen, two times, seven »
    3:54 – « So 2014 will be a milestone and hopefully a magic year in may respects »
    5:05 – « So my hope and my wish for 2014 »

  5. Et puis quelle importance, quand l’humanité détruit les conditions mêmes de sa survie? La pollution des océans a franchi le point de non retour:

    A full 88 percent of the ocean’s surface is polluted with plastic trash residue — but this only accounts for just 1 percent of the trash that scientists currently believe to be in the ocean, according to a study conducted by researchers from the University of Cadiz, Spain, and the University of Western Australia, and published in the Proceedings of the National Academy of Sciences.

    « We can’t account for 99% of the plastic that we have in the ocean, » researcher Carlos Duarte said.

    Learn more: http://www.naturalnews.com/045842_plastic_garbage_ocean_pollution_consumer_waste.html#ixzz36ODBeW8d

  6. Everything ends badly. Otherwise it wouldn’t end.
    – Brian Flanagan (Tom Cruise), “Cocktail” (1988)

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s