Le marché des changes, nouveau terrain de jeu des banques centrales ? (Ph. Herlin)

guerre-des-monnaies« Les banques centrales n’en parlent pas, mais on ne peut pas croire que cela ne fasse pas partie de leur politique, que ça constitue même sans doute leur nouvelle stratégie de rechange : la manipulation du cours des monnaies.

L’injection de liquidités, ça ne marche pas, les taux zéro non plus. Les espoirs de reprise économique se sont envolés, la croissance est désespérément nulle. La déflation menace, ce qui rendrait le poids des dettes publiques absolument insupportable. Que faire ? Mais si, il reste un instrument : dévaluer sa monnaie. Les avantages attendus sont multiples : relance des exportations et donc de la croissance, inflation importée (par le renchérissement du prix des matières premières) et donc éloignement du spectre de la déflation, la solution idoine !

La Banque du Japon (BoJ), toujours en avance sur les autres, actionne ce levier depuis longtemps déjà, le yen a perdu 20% de sa valeur face au dollar durant l’année 2013 et 15% depuis janvier 2014. Le dollar a franchi mercredi 1er octobre la barre symbolique des 110 yens pour la première fois depuis la crise financière de 2008, début 2012 il valait 76 yens, on mesure la dégringolade de la monnaie nippone. En ce qui concerne l’euro, l’évolution est plus récente mais pas moins importante puisqu’il a perdu 10% face à la monnaie américaine sur les quatre derniers mois, ce qui représente un décrochage significatif sur ces marchés très vastes et habituellement calmes. Les déclarations de Mario Draghi souhaitant étendre ses rachats d’actifs, et celles de Janet Yellen annonçant la fin du Quantitative easing expliquent ce mouvement.

Mais au fait, est-ce que ça marche ? La croissance est-elle repartie au Japon, la menace déflationniste a-t-elle disparue ? Pas du tout, comme chacun le sait, mais cela n’empêche pas la BoJ de persévérer… En réalité les bénéfices « attendus » d’une dévaluation relèvent largement de mirages (keynésiens) aussi illusoires que ceux de la planche à billets qui relancerait la croissance ou du taux zéro qui inciterait les entreprises à investir. Ponctuellement et à court terme des bénéfices peuvent certes apparaître, mais s’il suffisait de dévaluer sa monnaie pour retrouver instantanément productivité et croissance, ça se saurait.

Par contre, ce petit jeu risque stérile de dégénérer. Une monnaie qui perd de sa valeur, cela représente une perte sèche pour les investisseurs étrangers qui ont acquis des actifs libellés dans cette monnaie, que ce soit des actions ou des obligations d’Etat, et cela les incite à s’en débarrasser. Des turbulences sont à prévoir ! Le Japon est à l’abri pour sa dette publique (détenue à plus de 95% dans le pays), pas l’Europe.

Surtout, le grand risque provient des Etats-Unis car ils n’ont pas pour habitude d’avoir un dollar fort. On se rappelle leur colère contre le yuan chinois sous-évalué, le Japon s’y remet depuis la crise de 2008, et voici que la BCE entre dans la danse ! La Fed ne peut pas rester sans réagir face à une trop forte remontée du dollar (voici un excellent argument pour la Yellen de prolonger le QE ou les taux zéro). Et si la Fed se met également à jouer sur ce terrain, les pays émergents ne pourront pas rester l’arme au pied, eux dont beaucoup dépendent de la monnaie américaine. Une période de « dévaluations compétitives », de troubles, sinon de guerre des changes peut survenir, avec tous les dégâts que cela provoquerait en retour sur l’ensemble des autres actifs financiers…

Avec leurs politiques laxistes, les banques centrales avaient déjà provoqué des bulles un peu partout ainsi qu’un écrasement des primes de risque qui rend les marchés littéralement aveugles. Seul le marché des changes demeurait relativement calme, à l’écart de ces turbulences, cette période risque de bientôt s’achever ».
 

Philippe Herlin, Goldbroker.com, le 6 octobre 2014

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Monnaies, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le marché des changes, nouveau terrain de jeu des banques centrales ? (Ph. Herlin)

  1. Hoche dit :

    Si les Américains décident de détruire leur monnaie je leur donnerai volontiers un coup de main.

  2. zorba44 dit :

    Il y a longtemps que la guerre des taux de change était prévisible. Mais on n’est largement plus dans la problématique des dévaluations compétitives.

    …Il est finalement curieux que cela vienne si tard.

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s