Le taux d’intérêt négatif, bientôt dans votre banque (Ph. Herlin)

banque-taux-interet-negatif« Au Luxembourg et en Allemagne, des banques se mettent à appliquer un taux d’intérêt négatif sur les comptes de dépôt, c’est à dire à facturer l’argent déposé sur un compte ! La DZ Privatbank au Luxembourg, la Deutsche Skatbank, un petit établissement bancaire coopératif du Land allemand de Thuringe l’ont récemment annoncé, et plusieurs banques allemandes s’apprêtent à faire de même. Le taux d’intérêt est de -0,25% pour la banque luxembourgeoise, ainsi 1.000 euros déposés deviennent 997,5 euros un an après. Le « Strafzins », le taux d’intérêt punitif, est ainsi devenu l’expression à la mode en Allemagne

Pourquoi un tel comportement ? Tout simplement, expliquent ces banques, à cause du taux de dépôt négatif pratiqué par la Banque centrale européenne (BCE) depuis juin 2014 et qui s’élève à -0,20%. Les banques perdent de l’argent en déposant leurs liquidités à la BCE, elles le répercutent donc à leurs clients. La seule façon d’y échapper consiste, pour ces clients, à placer leur argent sur des produits financiers de la banque (livret d’épargne, assurance-vie).

Il est plutôt rare qu’une entreprise punisse ses clients, mais cette bizarrerie valide le fait que le marché interbancaire en Europe est au point mort, car normalement une banque qui dispose de liquidités les prête à celles qui en ont besoin, moyennant une rémunération. Ces banques avouent ici les déposer en totalité à la BCE, en se privant ainsi d’une possibilité de gain, et ce pour une raison bien simple : elles sont certaines de retrouver cet argent, ce qui n’est pas forcément le cas en prêtant à la banque X. Cette précaution signifie qu’elles n’ont pas confiance dans le système bancaire, que le risque de faillite demeure significatif. Ces banques avouent que la crise financière n’est pas terminée, merci pour cet aveu.

Le client est incité à placer ses liquidités sur des produits d’épargne, comme des livrets ou de l’assurance-vie. Mais ceux-ci rapportent-ils vraiment ? Quasiment plus maintenant puisque les taux d’intérêts sont au plus bas. C’est aussi à cela que sert ce taux d’intérêt punitif : forcer, malgré tout, les déposants à migrer vers les produits de la banque, car ce sont eux qui la font vivre par les commissions qu’ils rapportent. Cette coercition en dit long sur le marasme de la banque aujourd’hui, il faut tordre le bras à ses clients pour continuer à vivre.

Au niveau macroéconomique on voit l’aberration que représente la politique de taux zéro de la BCE. Sensée relancer le crédit et la croissance, elle échoue misérablement, et en plus elle perturbe en profondeur le métier bancaire consistant à collecter l’épargne et à rémunérer ceux qui concourent ainsi au financement de l’économie. Quand plus aucun placement ne rapporte vraiment, la banque devient pour l’épargnant comme une nasse, un piège.

Enfin ne manquons pas de relever l’ironie d’une telle situation par rapport à l’or. L’un des principaux arguments qu’oppose un banquier lorsqu’un client lui parle d’acheter de l’or est que « ça ne rapporte pas d’intérêt ». Désormais c’est la banque en général (cash + produits d’épargne) qui ne rapporte plus d’intérêts, ou pratiquement plus. Et une banque, chacun le sait, s’avère nettement moins solide qu’un lingot d’or… Chacun en tirera les conséquences qui s’imposent ».

Philippe Herlin, Goldbroker.com, le 19 novembre 2014

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Le taux d’intérêt négatif, bientôt dans votre banque (Ph. Herlin)

  1. Nanker dit :

    « Le client est incité à placer ses liquidités sur des produits d’épargne, comme des livrets ou de l’assurance-vie »
    Quand on a ceci en mémoire https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2014/10/16/natacha-valla-ex-goldman-sachs-sur-lassurance-vie-moi-je-nen-ai-plus/ on peut parler de comportement criminel de la part des banksters….

    • De l’intérêt de laisser dormir 500.000 euros et plus sur un compte courant au lieu de le placer sur un compte à terme ou un compte d’épargne? Ce que l’article ne précise pas, c’est qu’il ne s’agit pas de comptes de particuliers mais de comptes institutionnels ou de fonds de placement qui font tourner l’argent à travers l’Europe. Et même dans ce cas, il y a des solutions autrement plus intelligentes que d’approvisionner des comptes non rémunérés soumis à l’érosion de l’inflation (minimum 2% l’an dans la zone euro, comme les certificats de dépôts multi-devises par exemple. La contrainte réside beaucoup plus dans la possibilité de faire circuler l’argent liquide, dans la mesure où l’Etat a besoin de conserver l’épargne sous une forme captive pour alimenter ses déficits, d’où des contraintes supplémentaire imposées aux investisseurs obligés de placer leur cash dans des actifs moins liquides.
      Encore une fois il s’agit d’une mesure contraignante allant à l’encontre des dispositions de l’Acte unique européen. Si les Etats du coeur de la zone euro passe leur temps à détricoter le corpus libéral législatif européen par des voies détournées, la donne n’est plus équitable entre les pays du coeur les pays de la périphérie privés des ressources liquides des banques allemandes, françaises, etc.
      D’où la nécessité d’un programme d’investissement réclamé par l’Italie. Mais cela ne se fera pas sans l’accord des Etats européens qui ne songent qu’à préserver leurs avantages compétitifs au détriment de l’harmonisation européenne qui reste un vain mot. D’où la tentation de certains pays comme l’Italie de profiter de la réallocation du capital au profit de l’Asie pour sortir de la zone euro pour aller capter l’épargne asiatique (cf. libéralisation des financements offshore en Renminbi), du fait de la raréfaction des moyens d’investissement alloués à l’Italie par le budget européen et les banques du coeur de l’Europe.

  2. raimanet dit :

    A reblogué ceci sur raimanetet a ajouté:
    argent bonheur, argent malheur …

  3. zorba44 dit :

    Eh bien voilà une excellente nouvelle pour justifier le bank run… Vive l’armoire familiale ou d’autres planques !

    Jean LENOIR

  4. Geraldine dit :

    Ils vont nous prendre des intérêts sur nos comptes bancaires avant de les ponctionner ?
    Les fumiers…

    • zorba44 dit :

      Oui. Trois options pour être dépouillés : 1) mettre de l’argent à la banque 2) placer son argent pour éviter le taux négatif 3) se faire piquer son fric parce que le trader a bouffé votre fric dans des combines juteuses pour lui et dont vous garantissez les pertes – le profit étant démesuré, à court terme et à sens unique.

      Tout être sensé et agissant en bon père de famille doit donc laisser des clopinettes à sa banque, planquer ce qui reste chez lui, et, bien entendu, privilégier les actifs tangibles que sont terrains, forêts, immobilier perso et cultures de plante, élevage de poulets et autres canaris.

      A propos d’engrais non Monsanto, la pelure de banane, l’urine humaine, les déjections séchées de poules broyées en poussière, le compost mélangé à 20% de sable pour retenir l’eau ..il y en a certainement d’autres.

      Désherbant naturel : un mélange d’ail, d’Epsom salt et du vinaigre blanc.

      Protéger les arbres fruitiers des insectes : usage de l’eau de lavage du linge, pulvérisée après la floraison lorsque les petits fruits apparaissent

      Jean LENOIR

    • Surya dit :

      Les intérêts négatifs ne sont appliqués qu’au dela d’un certain montant en dépôt (dans la banque allemande il me semble que c’est au dessus de 500k€) tout comme la BCE n’applique le taux négatif aux banques uniquement sur la fraction au dela des réserves obligatoires.

      • Oui c’est exact, cette mesure ne concerne pour le moment que les « avoirs dormants » des gros comptes ; mais on est déjà à la fois sur les comptes professionnels et les comptes particuliers (Statbank en Allemagne), et certains s’inquiètent d’une évolution possible des seuils…

      • Grad09 dit :

        « La voie vers les intérêts punitifs a été ouverte. Tout commencera par de petits intérêts négatifs sur de gros dépôts. Et puis petit à petit, les dépôts deviendront moins importants et les intérêts négatifs de plus en plus larges. Aucun dépôt ne sera plus en sécurité. Voilà à quoi ressemble la stratégie bancaire centrale de « punition des épargnants jusqu’à ce qu’ils changent d’attitude ».

        Wolf Richter

      • Jenkins dit :

        Les taux d’intérêt « punitifs » vont dans le sens de la répression financière mise en place par tous les Etats pour sauver les banksters et les rentiers de l’oligarchie….
        donc fortes chances pour qu’on y vienne sur tous les comptes !! ça ou autre chose….

  5. marie dit :

    ma foi ….m’en fou , je me ferai régler mes prestations en espèce contre une petite remise sur mes tarifs ; à la grande joie de mes clientes qui sont comme tout un chacun obligé de compter à l’euro prés leur dépenses ;il n’y aura pas grand chose sur le compte ;

    • zorba44 dit :

      Attention Marie à rester dans la légalité des montants autorisés en règlement d’espèces sonnantes voire trébuchantes.

      Jean LENOIR

      • Trend dit :

        Sauf si le client est étranger ( hors France) ( cousine en Belgique, tonton dentiste à New York, etc… ), alors je pense pas de limite de montant.

  6. Ping : Le taux d’intérêt négatif, bientôt dans votre banque (Ph. Herlin) - Ma banque a moiMa banque a moi

  7. Ping : Info publiée le 22 novembre 2014 | FNACAB

  8. Trend dit :

    L’intérêt négatif arrive à point ! Les banques vont essayer de vous fourguer des fonds de placement avec cet argument de l’intérêt négatif sur votre compte d’épargne, elle vous invite à acheter des fonds , qui en réalité renferme des cadavres de 2007-2008. Donc si l’on veut garder des fonds en banques, il faudra choisir entre payer ( via le taux négatif) ou risquer de tout perdre à moyen terme

  9. Guillaume dit :

    Bonjour,

    En tant qu épargnant cette situation n’est guère enviable. En revanche quid d’un emprunteur ? Pour ma part je dispose d’un prêt variable indexe sur un taux aujourd’hui négatif. Ma banque se borne à appliquer sa marge et à ne pas descendre en dessous. Contractuellement elle devrait effectuer le calcul Suivant: taux sur les marchés plus marge = taux d’intérêt.
    Pourquoi ne respecte-t-elle pas ses engagements ?

    Cordialement

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s