Or suisse : la censure des sondages ! Une campagne détestable… (Liliane Held-Khawam)

Même en Suisse, ce modèle de démocratie directe, la souveraineté du peuple est menacée de confiscation… OD

or suisse bns

« Quand un peuple est invité à voter, il DOIT être informé ! Le peuple suisse est appelé à voter au sujet d’une couverture-or partielle du franc suisse. Le but est clairement de freiner la politique monétaire d’une banque centrale totalement dédiée à la haute finance internationale. Ce matin, un article de l’ATS publié dans le Nouvelliste nous relatait ceci :

« La force potentiellement explosive des renseignements fournis a, par conséquent, amené la SSR à revoir sa politique d’information interne. Les résultats des sondages effectués par l’institut gfs.bern étaient jusque-là préalablement relayés très largement au sein des nombreuses rédactions du diffuseur public.

Désormais, le cercle de diffusion sera restreint. But de la manoeuvre : diminuer le risque qu’une personne n’utilise ou ne transmette des informations non encore publiées à des fins mercantiles. »

Source: http://www.lenouvelliste.ch/fr/share/news-1-1375222

Le peuple qui vote et qui est sondé n’a pas le droit d’être informé ! Vous participez à une enquête et on vous prive du résultat. Inadmissible dans n’importe quelle entreprise. Plus grave, quelques heures plus tard, le Nouvelliste supprime la page de l’article… Consternant !

Cette campagne a souffert de fausses informations du genre « l’or ne sert à rien » ou  » ce vote profite aux spéculateurs ». Les opposants à l’initiative oublient de préciser que la puissance des grandes banques est due avant tout à la spéculation et qu’elles sont soutenues de manière illimitée par l’argent gratuit que les banques centrales mettent à leur disposition.

Pourtant, la finalité de cette votation est claire. Stopper le remplacement des « bijoux de famille » par une monnaie moribonde et des dettes publiques vouées – à plus ou moins brève échéance – à être annulées. Par ailleurs, il serait important de rappeler que l’or que la BNS vend NE LUI APPARTIENT SIMPLEMENT PAS ! Elle n’est qu’un gestionnaire de fortune. Au peuple propriétaire de décider pour son avenir. S’il devait faire une erreur, il la paiera. Mais il n’a pas à payer les erreurs pour ne pas dire errances de tiers.

Les initiants veulent surtout stopper l’expansion volatile, inutile et dangereuse du bilan de la BNS. Les chiffres -têtus- montrent qu’elle fonctionne en Etat providence pour soutenir les grandes banques dans leurs activités lucratives et à hauts risques.

graphique-banques-suisses-vs-bns-bernard-dugas(source : Dugas)

Ce schéma montre d’une part, la brusque croissance du bilan de la BNS (en vert), et d’autre part le gigantisme des banques commerciales, principal créateur monétaire. Il saute aux yeux de tout citoyen que la courbe verte (BNS) est minuscule par rapport à la bleue (les banques dites suisses). En revanche, on voit clairement que depuis 2007 (crise des subprimes), la courbe bleue fléchit au profit de la verte. Les banques ont transféré leurs actifs pourris à la BNS. Mais attention, la contrepartie de cet argent dort tranquillement sur le compte à vue de la BNS de ces mêmes banques. Non seulement, elles n’ont rien perdu mais elles ont transféré les risques au peuple suisse – garant ultime des déboires potentiels de la BNS.

liquiditc3a9s-sic2En septembre 2011,  cette pratique s’est intensifiée sous le prétexte de soutenir les exportations qu’un franc suisse trop fort pénalise. La BNS a arrimé le franc à l’euro. Ce prétexte est contestable pour au moins 5 raisons :

  • La BNS outrepasse son mandat en posant un taux fixe avec l’euro.
  • La Suisse importe 2 fois plus qu’elle n’exporte en euros.
  • La BNS a opté pour la défense d’un groupe de la population, à savoir les exportateurs au détriment des importateurs. Cela est du favoritisme clairement interdit par la Constitution. Ce faisant, elle sort tout aussi clairement de son rôle et de sa neutralité
  • Elle pratique l’assouplissement quantitatif avec les grandes banques. Cela les amène à se financer gratuitement pour continuer encore plus qu’avant la spéculation – mais aussi induit la financiarisation de toutes les sphères de la vie publique. Du favoritisme encore et toujours…
  • Elle pénalise les avoirs et la valeur-travail en diluant la valeur du franc grâce à la multiplication de son bilan par 5 en quelques années sans raisons valables autres que celles des spéculateurs.

Voici un graphique qui représente les données américaines et qui montre comment l’explosion du bilan de la réserve fédérale a boosté les marchés financiers. Il montre aussi les écarts vertigineux avec l’économie réelle (revenu en vert et emplois en jaune).

dow-jones-fed-personal-income-jobs(source : ZeroHedge)

La véritable raison à la fixation du  taux plancher se trouve dans les journaux anglo-saxons de septembre 2011. Il y est clairement expliqué que les banques centrales pratiqueront le sauvetage des banques européennes chargées des dettes de la zone euro. Celles-ci ne voulaient plus financer ces pays plus longtemps, les banques centrales devaient intervenir. On sollicite alors l’argent du peuple qui prend les risques à travers les banques nationales. La BNS n’a fait qu’imiter la FED, la BCE, la banque du Japon et la banque du Canada…

Les peuples sont ainsi les principales victimes d’un système financier avide de liquidités. Perte de pouvoir d’achat, dilution de la valeur de leurs économies, perte de la valeur du salaire sans oublier l’obligation d’assumer les pertes des financiers. Une série de lois sont votées toutes plus iniques les unes que les autres avec confiscation de l’épargne, des capitaux de retraite, assurances-vie, etc.

Les banques centrales deviennent les garants d’un système financier : « je gagne-je garde, je perds-tu paies ». Cela n’est possible qu’à cause de l’ignorance et de l’épuisement d’un peuple éprouvé par la perte du pouvoir d’achat et la précarité de l’emploi que ces mêmes financiers couverts par les autorités n’hésitent pas à confisquer et délocaliser.

Impunité et immunité sont 2 autres bénéfices exclusivement réservés aux spéculateurs de la haute finance internationale. Faut-il rappeler qu’en Suisse aucune grande banque n’a été soumise à aucune enquête ? Pire, on retrouve d’anciens responsables à la tête d’offices fédéraux pour contrôler leurs anciens partenaires lorsque ces derniers se paient des superbonus quand les établissements qu’ils gèrent font des pertes. Autant dire que le business continue comme jamais.

Les lois prévoient de confisquer les capitaux du secteur public et privé pour sauver ces établissements-casino ? Qui déciderait de cette ponction ? Les anciens banquiers qui se sont installés dans la peau de l’autorité fédérale. Si si… et même que leurs offices bénéficient de « souveraineté »…

L’initiative du 30 novembre vise avant tout à mettre un stop à un comportement d’un petit groupe qui se croit tout permis. Elle vise donc à freiner l’hémorragie financière et monétaire. L’or quant à lui devrait offrir une consistance à un bilan survitaminé et malade d’une BNS qui a manifestement perdu son indépendance.

Cette votation a aussi pour vocation de rappeler aux gestionnaires de la BNS que leur vrai patron n’est pas le marché mais la Constitution suisse et son peuple. Quant aux médias suisses, alliés de la liberté et de la démocratie ils ont tout à gagner à relayer toute information utile aux votants même si elle est en défaveur des autorités en place.

Lire la suite de l’article de Liliane Held-Khawam

Lire aussi :

Pourquoi sauver l’or de la Suisse ?

Sauvons l’or de la Suisse : l’aveu de la BNS !

Rappel :

Suisse : Le référendum sur l’or sauvera-t-il le système financier ?

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Or suisse : la censure des sondages ! Une campagne détestable… (Liliane Held-Khawam)

  1. A reblogué ceci sur The international informantet a ajouté:
    Les banques centrales deviennent les garants d’un système financier : « je gagne-je garde, je perds-tu paies ». Cela n’est possible qu’à cause de l’ignorance et de l’épuisement d’un peuple éprouvé par la perte du pouvoir d’achat et la précarité de l’emploi que ces mêmes financiers couverts par les autorités n’hésitent pas à confisquer et délocaliser.

  2. Ping : Or suisse : la censure des sondages ! Une campagne détestable… (Liliane Held-Khawam) - Ma banque a moiMa banque a moi

  3. brunoarf dit :

    Aux Etats-Unis, au Japon, au Royaume-Uni, en zone euro, la création de monnaie par les banques centrales n’a eu aucun effet positif sur l’économie réelle.

    En revanche, cette énorme augmentation de la base monétaire a eu des effets positifs pour :

    1- les Bourses : les liquidités injectées par les banques centrales ont été investies dans la Bourse, ce qui a créé de gigantesques bulles boursières.

    2- les dirigeants politiques : les liquidités injectées par les banques centrales ont été investies dans les obligations d’Etat, ce qui a fait baisser le taux des obligations d’Etat. Conséquence : les dirigeants politiques ont pu continuer à emprunter des centaines de milliards supplémentaires, ce qui a créé de gigantesques bulles de dette publique.

    Les trois questions qui se posent :

    1- QUAND ces bulles boursières vont-elles éclater ?

    2- QUAND ces bulles de dette publique vont-elles éclater ?

    3- COMMENT se protéger lorsque ces bulles éclateront ?

    Personne ne sait la réponse des questions 1 et 2. Mais nous avons deux indices concernant la question 3.

    Ces derniers jours, nous avons appris que l’ancien président de la banque centrale des Etats-Unis, Alan Greenspan, avait déclaré : « Les QE n’ont pas aidé l’économie, le dénouement sera douloureux, achetez de l’or »

    http://www.boursier.com/actualites/macroeconomie/marches-quand-alan-greenspan-broie-du-noir-601385.html

    Et nous avons appris que la présidente de la banque centrale de Russie, Elvira Nabiullina, avait déclaré que la Russie achetait de plus en plus d’or. Elle a ajouté que la Russie allait continuer à acheter de plus en plus d’or.

    Regardez le graphique :

    http://www.zerohedge.com/news/2014-11-19/gold-rises-after-unusual-russian-central-bank-gold-buying-announcement

  4. Nanker dit :

    Les 3 camemberts en haut de l’article sont assez stupéfiants. Je me demande s’il en est de même en France.

    Les Suisses sont les derniers dindons de la farce américaine : on les a incités à transformer leur secteur bancaire fondé sur les « assets » tangibles en système basé sur le vent des dérivés et maintenant l’Oncle Sam poignarde le larbin suisse en disloquant le secret bancaire helvétique à coup de FACTA. Chapeau l’artiste US et bravo aux cocus suisses…

  5. zorba44 dit :

    Le suisse est un être peu « chaud », quelque peu adepte du nombrilisme et certainement méfiant. Il semble au signataire que la votation pourrait ainsi être un succès.
    Osera-t-on annuler le résultat …pour expliquer et faire revoter ? Là est la question, mais c’est improbable – car dans chaque foyer suisse il y a une arme.

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s