Quand un jeune chef d’entreprise exécute « l’Europe » en quelques mots…

(source : Résistance)

Augustin Paluel-Marmont, chef d’entreprise, lâche en plein direct télé une vérité que peu de politiques osent avouer : Après plus de 60 ans, la pseudo construction européenne n’a jamais réussi à créer ce pourquoi elle a été officiellement inventée : un marché unique…

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Quand un jeune chef d’entreprise exécute « l’Europe » en quelques mots…

  1. Ping : Quand un jeune chef d’entreprise exécute « l’Europe » en quelques mots… - Ma banque a moiMa banque a moi

  2. Eric Permezel dit :

    « Ils » uniformiseront les étiquettes, en anglais pour tous les pays, car rien ne les arrête.

  3. brunoarf dit :

    En Europe, il ne reste plus que la BCE pour faire encore tenir le château de cartes.

    C’est vous dire la solidité de ce château de cartes européen …

    En Europe, les bulles boursières continuent à gonfler.

    Les bulles des dettes publiques continuent à gonfler.

    Les bulles des dettes privées continuent à gonfler.

    En réalité, toute l’économie mondiale repose sur …
    … des bulles de dettes.

    Et ce sont les banques centrales qui continuent à gonfler toutes ces bulles.

    Dernier exemple en date : la BCE vient d’annoncer qu’elle va injecter 1000 milliards d’euros supplémentaires dans le système.

    Malheureusement, les bulles boursières ne peuvent pas gonfler jusqu’au ciel.

    Malheureusement, les bulles des dettes publiques ne peuvent pas gonfler jusqu’au ciel.

    Malheureusement, les bulles des dettes privées ne peuvent pas gonfler jusqu’au ciel.

    Préparez-vous au grand « Plop ! »

    L’International Center for Monetary Banking (ICMB) a additionné trois dettes :
    dette publique + dette des ménages + dette des entreprises.

    Le vainqueur de la coupe du monde est l’Irlande.

    1- Médaille d’or : Irlande.
    Dette publique + dette des ménages + dette des entreprises = 442 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : Japon.
    Dette publique + dette des ménages + dette des entreprises = 411 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal.
    Dette publique + dette des ménages + dette des entreprises = 379 % du PIB.

    4- Belgique : 350 % du PIB.

    5- Grèce : 304 % du PIB.

    6- Espagne : 300 % du PIB.

    7- Pays-Bas : 294 % du PIB.

    8- Suède : 293 % du PIB.

    9- Canada : 284 % du PIB.

    10- Royaume-Uni : 276 % du PIB.

    11- Etats-Unis : 264 % du PIB.

    12- Italie : 258 % du PIB.

    13- France : 254 % du PIB.

    14- Finlande : 242 % du PIB.

    15- Autriche : 235 % du PIB.

    16- Corée du Sud : 232 % du PIB.

    17- Hongrie : 223 % du PIB.

    18- Chine : 217 % du PIB.

    19- Australie : 209 % du PIB.

    20- Allemagne : 193 % du PIB.

    (Pour info : Russie : 43 % du PIB)

    Source : page 12 et page 60.

    http://cimb.ch/ICMB/Publications_files/Geneva16_2.pdf

  4. Comprends pas: l’harmonisation des normes par la Commission est la grande affaire de l’UE qui s’y emploie tous les jours de l’année, passant au crible tous les marchés dont pas un seul n’échappe à son esprit égalisateur. Ne dit-on pas que l’Europe s’occupe de tout, y compris de ce qui ne la regarde pas? Ceci dit il est heureux que l’Europe n’ait pas encore mis son nez dans les recettes culinaires, étant donné l’offensive outre -atlantique pour privatiser les senteurs et saveurs, propriété intellectuelle des inventeurs de goût artificiel. Il s’agit d’un secteur de choix pour les arômes artificiels conçus à partir de l’introduction de nano structures dans les aliments. Ce genre de plaintes quelque peu crétines sert idéalement de prétexte à l’interventionnisme européen sponsorisé par les groupes d’intérêts industriels qui se feront un plaisir de monopoliser la conception des ingrédients chers aux pâtissiers qui devront les acheter à prix d’or. Merci BFM Business 🙂

    http://planete.gaia.free.fr/sciences/nano/aliments.html

    • « Comprends pas: l’harmonisation des normes par la Commission est la grande affaire de l’UE qui s’y emploie tous les jours de l’année, passant au crible tous les marchés dont pas un seul n’échappe à son esprit égalisateur. Ne dit-on pas que l’Europe s’occupe de tout, y compris de ce qui ne la regarde pas? »

      Encore faut-il que les législateurs nationaux suivent… et ils ne sont pas toujours d’accord, loin s’en faut. Lobbies, particularismes et corporatismes obligent…

      • Ben ils vont suivre: avec le genre d’arguments développés plus haut, les lobbyists vont se faire une joie de privatiser le goût et les aliments qui vont avec. Déjà le droit de cultiver son jardin est fortement compromis par la réglementation européenne sur les semences. Bientôt il sera impossible de commercialiser quelque aliment que ce soit sans verser des royalties aux « vendeurs de goût ». Et là vous regretterez votre désir d’harmonisation.

      • Mais je ne désire pas du tout l’harmonisation ! Je constate que malgré les contraintes de l’harmonisation et de l’uniformisation à outrance, le « marché unique » n’est toujours pas une réalité. L’UEM est un mythe… et le restera car c’est un véritable non-sens historique, politique et économique.

  5. Alcide dit :

    La monnaie est comme l’air indispensable.
    La monnaie doit donc être saine et issue d’une banque publique, propriété de tous.

    Demander et obtenir des intérêts sur de l’argent crée hors de l’air est une aberration intellectuelle monstrueuse , un vol manifeste, un déni flagrant de la démocratie , un viol du droit naturel ,une insulte à l’humain.

    Usure privée et fonctionnement démocratique sont en effet et par construction incompatible puisqu’il divise l’espèce humaine en deux catégories :
    Le 0,001% qui a le privilège de créer la monnaie et le reste qui utilise la monnaie par obligation et au cours imposé.

    Ainsi tenter de faire réguler la fraude par des instances ploutocratiques qui déjà s’enrichissent sur le Ponzi légal par des pompeux accords Trou-de-Bâlesques est du plus parfait grotesque.

    Le plus triste est le populaire qui se fait prendre au piège de la respectabilité de ces crapules et deviennent les larbins dociles de ce système qui les spolie par construction.

    Mais ce système est instable car il exige un intérêt qui globalement n’existe pas et ne peut être versé que par création et donc uniquement par l’établissement d’un nouveau crédit , phénomène courant en période de croissance.

    Lorsque les acteurs de l’économique réelles s’appauvrissent par le lent et permanent transfert de richesse au seul bénéfice de la ploutocratie , le crédit cesse , le système chute sur lui même .

    C’est ce que nous observons actuellement et les efforts de monétisation des BC ne sont là que pour remplacer les intérêts inexistants et assurer l’équilibre des comptes de la banque dans son paradigme frauduleux.

    Que l’on ne me rétorque pas que ce système est une utopie , il existait en Libye.

    C’est aussi pour cela , combiné avec le projet de création du Dinar or, que Kadhafi fut assassiné par l’OTAN et que la première réalisation des rebelles fut celle d’une banque centrale associée au système rothschildien, banque centrale qui accepte le dollar … en échange d’un bien véritable comme le pétrole.

    • zorba44 dit :

      Et nous continuons donc à l’avoir dans le fion, bien profond (pour paraphraser le film « Le coeur des Hommes ») …pas sûr qu’il reste beaucoup de respectabilité dans cela et que même les moutons ne commencent à bêler …avant de ruer et botter comme pour le saoudien qui termina occis en tentant de violer son âne.

      Jean LENOIR

  6. Nanker dit :

    Ah la vache si même les jeunes ne croient plus en l’Europe, on est mal!

    TOUTES les idéologies totalitaires (et l’européanisme en est une) fonctionne sur l’endoctrinement des plus jeunes et ce dès l’enfance. Là on peut se dire que le système n’en a plus pour longtemps…
    Une solution : donner des cours d’européanisme dès la maternelle. Une slogan simple (« Europe = miam. Nations indépendantes = caca ») et une mascotte sympa genre Footix pour tarauder le message dans les jeunes crânes.

    Courage Jean-Claude Juncker! Tu vas y arriver! 🙂

  7. zorba44 dit :

    Couillu le jeune gars. Et foin de tous les eurocrates-crasse !

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s