Les OAT 10 ans de la France sous les 1% !

Je rappelle qu’un krach obligataire, c’est lorsque le prix des obligations s’effondre. Et que lorsque le prix des obligations s’effondre, le taux auquel elles s’échangent bondit… En l’absence de croissance, les taux deviendraient prohibitifs pour les Etats. Ce serait le défaut de paiement. La zone euro a pu le supporter (de justesse) dans le cas de la Grèce mais elle implosera dès lors qu’il s’agira de l’Italie, de l’Espagne ou de la France… a fortiori de plusieurs pays à la fois. La bulle obligataire éclatera-t-elle en 2015, causant de lourdes pertes aux banques (centrale et commerciales) et aux marchés financiers ? Pour écarter ce risque, il faudrait que la banque centrale puisse augmenter indéfiniment la taille de son bilan en rachetant toutes sortes d’actifs. Ce qui finit (edit : à terme) par détruire toute confiance dans la monnaie… OD

HISTORIQUE TAUX DE REFERENCE OAT 10 ans FRANCE et EUROPE

« 0.99%!
Le chiffre est historique !
C’est le taux de rendement des OAT France 10 ans. Autrement dit, ce que vous rapporte annuellement une Obligation d’Etat Française à laquelle vous souscrivez pour une durée de 10 ans.
Jamais dans l’histoire les taux obligataires n’avaient été si bas ! Les records sont battus de mois en mois et même de jour en jour, mais là on descend carrément sous les 1% ! Autrement dit, une Obligation d’Etat rapporte moins qu’un livret A !
Le taux des OAT 10 ans était remonté à 2,5% fin 2013 et a été divisé par 2.5 depuis.
La baisse de ces taux, que l’on qualifie de détente des taux obligataires, s’observe aussi ailleurs en Europe. Ainsi en Allemagne, le rendement du fameux Bund approche les 0.7% tandis que l’Espagne, qui empruntait à près de 8% au sommet de la crise de 2011, voit désormais ses taux obligataires tomber sous les 2%.
Si les taux obligataires baissent, c’est mécaniquement que les obligations en question sont largement achetées, et même surachetées. En général, ce phénomène se produit dans une situation de confiance dans l’économie d’un pays. Mais aujourd’hui, point de confiance pour une zone euro qui s’empêtre dans une croissance zéro. Les mécanismes habituels sont brouillés. Bafoués même. C’est à ne plus s’y retrouver. En fait, les investisseurs se mettent à acheter des obligations d’Etat car ils anticipent une action prochaine de la BCE qui, à l’instar de la FED, se mettrait à acheter des actifs sur les marchés financiers. Ils n’achètent pas les obligations pour leur rendement (qui voudrait placer à 1% ? pas moi…) mais parce qu’ils anticipent des achats massifs de la BCE qui ferait monter le cours obligataire. Ainsi, les obligations deviennent-elles des produits spéculatifs, ce qui n’est pas du tout leur vocation ! Tout cela risque de mal finir. Mal finir parce que lorsque la BCE agira vraiment, alors tous ceux qui ont acheté vendront, et l’on assistera à un krach obligataire. Oui, c’est le krach obligataire qui se profile pour 2015. Il semble difficilement évitable. A moins que la BCE n’agisse de façon à ce qu’il se transforme en atterrissage en douceur… Mario Draghi devra être le super Mario virtuose…

Un krach obligataire serait bon et mauvais pour la bourse.
Bon parce que les liquidités qui seraient dégagées de la sphère obligataire iraient vers les actions.
Mauvais parce que les banques seraient totalement à la ramasse, devant passer provisions sur provisions pour dépréciations d’actifs dans leurs comptes. Or on sait que dans le monde actuel, une crise bancaire se propage très vite dans la sphère réelle. Par ailleurs, un tel krach entrainerait une perte de confiance vis-à-vis des actifs financiers.

Aujourd’hui, rien n’annonce cette catastrophe. Il y a simplement des signes qui sont là et montrent une situation totalement anormale ! »

Jean-David Haddad, FranceBourse.com, le 1er décembre 2014

Rappels :

Le danger, c’est le krach obligataire

Pour Jacques Attali, la prochaine crise devrait se déclencher en 2015

Max Keiser : Vers une crise monétaire massive

Lire aussi :

Vers des taux à 10 ans à zéro partout dans le monde ? (Ch. Gave)

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Les OAT 10 ans de la France sous les 1% !

  1. jamal dit :

    Le taux est à 0.96 à l instant; du délire…..

  2. xavib dit :

    Tout est à l’envers sur les marchés actuellement, on marche sur la tête. Plus il y a de récession et de faillites et plus les marchés montent….plus les Etats explosent leurs ratios d’endettement et plus ils se financent facilement.

  3. « il faudrait que la banque centrale puisse augmenter indéfiniment la taille de son bilan en rachetant toutes sortes d’actifs. Ce qui finit par détruire toute confiance dans la monnaie… OD »

    Ah bon? Mais c’est exactement ce que font la PBOC et la FED, les banques centrales des deux locomotives de la croissance mondiale, sans même parler de la BOE et de la BOJ, sans préjudice pour leurs monnaies de réserve. La Livre Sterling se porte à merveille, tout comme le dollar US. Il est vrai que le yuan et le yen se sont dépréciés contre le dollar US en 2014, ce qui est normal pour des nations fortement exportatrices pratiquant des dévaluations compétitives. Il est curieux de continuer à raisonner en termes monétaristes, comme si les banquiers centraux faisaient la pluie et le beau temps, alors qu’ils avouent tous leur impuissance à lutter contre la déflation et l’effondrement du niveau de vie de leurs populations, La grande leçon à tirer de la situation sur les marchés obligataires, ce n’est pas une ultime manipulation du prix de la dette souveraine évoluant au gré des arbitrages des gestionnaires de portefeuilles et de la politique de refinancement de la banque centrale, mais bien plutôt l’échec complet du monétarisme keynésien impuissant à conjurer une crise qu’il a lui-même engendrée par excès d’intervention sur les marchés en passe d’être complètement nationalisés. La BCE prend la voie de la Gosbank de l’URSS, ni plus ni moins, en émettant de la monnaie en fonction des besoins estimés des différents Etats européens, dont les ressources fiscales s’expriment désormais plus en termes de création monétaire sur les marchés obligataires que de recettes tirées de l’imposition des acteurs d’une économie européenne en pleine récession. La réaction vendra de la base, certainement pas des investisseurs qui sont trop acoquinés aux banques centrales pour tuer la poule au oeufs d’or de la monnaie banque centrale convertible en instruments de crédit ou de marché. Du moins faut-il l’espérer, car sans cela cette crise sera sans rémission pour l’Europe, à l’image du sort tragique que vivent les populations ukrainiennes, tant de l’Est que de l’Ouest, pris dans les feux croisés des appétits oligarchiques faisant fi du sort des populations civiles.

    There is the balance sheet trend for the People’s Printing Press of China. It has expanded by a stunning 9X since the year 2000, thereby fueling the greatest sustained explosion of new credit in recorded history. In fact, total credit owed by China’s household, business, financial and government sectors has risen from $1 trillion to $25 trillion over the same period. Exactly how can you get any “looser” than that?
    http://www.lewrockwell.com/2014/11/david-stockman/the-high-priests-of-bloomberg/

    http://www.tradingeconomics.com/charts/china-central-bank-balance-sheet-forecast.png?s=chinacenbanbalshe&d1=19990101&d2=20141231

    « Tout cela risque de mal finir. Mal finir parce que lorsque la BCE agira vraiment, alors tous ceux qui ont acheté vendront, et l’on assistera à un krach obligataire. Oui, c’est le krach obligataire qui se profile pour 2015. Il semble difficilement évitable.  »

    On entend le même refrain à chaque LTRO, depuis 2011 à dire vrai, qui se sont tous bien terminés, à la fois pour la BCE sortie bénéficiaire de l’opération et pour les banques qui ont sauvé leur solvabilité. Voir l’ultime cadeau fait à la Grèce ces jours-ci sans réactions de la part de la Bundesbank, et pour cause.

    • « Ce qui finit par détruire la confiance dans la monnaie… »

      Je me suis sans doute mal exprimé : J’aurais dû écrire : « Ce qui finit généralement par détruire… » Je ne voulais pas dire qu’elle est déjà détruite mais qu’elle le sera à terme, si le bilan de la banque centrale gonfle dans des proportions qui réduisent la valeur de la monnaie à zéro.

      A moins qu’on ne vive alors dans une dictature orwellienne qui fixe autoritairement tous les prix et toutes les valeurs… évacuant la notion même de marché.

      Avec le pilotage des banques centrales il semble d’ailleurs qu’on s’approche de plus en plus de cette économie totalement administrée.

      P.S. Charles Gave décrit très bien les conséquences désastreuses de la fuite en avant de la BCE si elle se confirme (gigantesque aléa moral, disparition de la croissance, règne des « faux prix »…)

      Vers des taux à zéro partout dans le monde ?

      • zorba44 dit :

        Bonjour Olivier,

        Que je sois pendu si la confiance dans la monnaie n’est pas déjà largement perdue …au moins dans l’opinion publique.

        On peut comprendre votre position concernant une économie totalement administrée, mais, en général, cela se termine mal (cf l’ex économie administrée de l’ex URSS).

        Conséquences : cocktail de déprime, colère, désordres …bref rien de bien gai-gai.

        Jean LENOIR

      • Dans l’opinion publique je ne suis pas du tout certain, Jean. Il faudrait pour cela que des gens qui ne sont pas formés aux questions monétaires comprennent malgré tout ce qui se passe…

    • zorba44 dit :

      Ce boycott est une bonne chose …et que nos compatriotes puissent se resserrer dans l’amitié de quelques bulles et autres douceurs – tout à l’opposé des bulles financières et leur sauce aigre-douce.

      Jean LENOIR

  4. Les résultats des législatives en Moldavie est une gifle retentissante adressée à la diplomatie européenne, a estimé lundi le directeur de l’Institut moldave d’études diplomatiques et de sécurité Valeri Ostalep lors d’un duplex organisé par l’agence Rossiya Segodnya.
    « Ces élections constituent la gifle la plus assourdissante à la diplomatie occidentale de ces cinq dernières années. Depuis ces dernières années, la Russie n’y soutenait personne, alors que le nombre de visites de diplomates, de dirigeants et de présidents occidentaux a dépassé toutes les normes du bon sens. Ils y viennent chaque semaine pour nous dire que nous sommes une histoire fantastique des réussites. Néanmoins, rien ne change, et les gens se rendent très bien compte que ce n’est que du blabla, et que tout ce théâtre de l’absurde est appelé à assurer la victoire à des élections des forces dites pro-occidentales », a déclaré le polotologue.
    http://fr.ria.ru/world/20141201/203121360.html

  5. zorba44 dit :

    Oui Nicolas, et on a tort de sous-estimer la capacité des peuples à comprendre que les vessies ne sont pas des lanternes. La vraie démocratie doit être heureuse de cela.

    Jean LENOIR

  6. zorba44 dit :

    @ Olivier,

    En prenant un panel de gens (qui ne vous lisent pas ni n’ont la moindre formation monétaire) on est surpris ici en NZ comme en Europe de trouver des individus qui sont bien conscients d’un malaise diffus, et, pour certains, donnent l’impression d’avoir compris la monnaie sans jamais l’avoir appris.

    C’est ce qu’on pourrait appeler une forme d’intuition collective laquelle prend ses fondements et corps dans les dépêches des nouvelles économiques : cela se rapproche des caractères innés sans base de raisonnement bien étayée mais cela se ressent tout de même.

    Jean LENOIR

    • Alcide dit :

      La théorie du centième singe serait-elle autre chose qu’un délire baba-cool ?
      Phénomène du centième singe:
      http://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/monkey.html

      Plus brutalement , cent singes qui lavent des patates dans l’eau tiède raisonnent mieux que cent mille hommes qui utilisent de la monnaie pour acheter leur E. Bidule sans comprendre ce que sont l’un et l’autre.

  7. Garfy dit :

    je connaissais cette histoire – mais pas la vidéo – c’était le phénomène « aile de papillon » – les inconscients communiquent -(d’où notre responsabilité personnelle) il faut que cela continue – de famille en famille – de pays en pays et ils seront vaincus

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s