La Russie que tu as perdue, Amérique ! (D. Sokolov-Mitrich)

russie-perdue-amerique

« Nous avons trouvé ce texte du journaliste russe Dimitri Sokolov-Mitrich, dans Pravoslavia.ru (site russe donnant des versions anglaises de certains de ses textes), le 14 septembre 2014, puis repris sur d’autres sites, toujours en anglais, tel que Slavyangrad.org, le 24 septembre 2014. Nous avons décidé d’en réaliser une traduction et une adaptation française pour lui donner la plus grande diffusion possible, parce qu’il nous a paru complètement exemplaire d’une évolution russe assez générale, entre la chute du communisme et la crise ukrainienne. L’article de Sokolov-Mitrich montre bien que l’auteur était au départ un de ces “libéraux-occidentalistes” complètement acquis à la cause américaniste et du bloc BAO, ou disons intoxiqué par elle. (L’article mérite lui-même d’autres commentaires que cette simple présentation. Nous nous y emploierons.)

dedefensa.org

La Russie qu’ils ont perdue

Nous étions, somme toute, tombés amoureux fou de l’Amérique. Je me rappelle clairement la passion amoureuse que nous portions à l’Amérique. Quand nous approchions l’âge d’homme, au début des années 1990, la plupart de mes amis n’avait pas le moindre doute à propos des liens qui nous unissaient à la civilisation occidentale. Et ces liens étaient bienheureux, comment aurait-il pu en être autrement ?

Contrairement à nos grand’parents, et même à nos pères, nous ne voyions pas du tout “la plus grande catastrophe géopolitique du vingtième siècle” comme une catastrophe. Pour nous, elle marquait le début d’une ère nouvelle et magnifique. Enfin, nous nous étions échappés de notre cocon soviétique pour plonger dans ce grand et formidable monde du réel. Enfin, nous allions pouvoir assouvir notre appétit de sensations multiples et excitantes. Nous pensions que nous n’étions peut-être pas nés au bon endroit, mais que nous étions certainement nés au meilleur moment possible. C’est inconcevable aujourd’hui mais même l’Eglise, libérée de la surveillance et du contrôle du communisme, se trouvait dans le même espace sémantique que celui où triomphaient les valeurs occidentales. La célébration du millénaire du Baptême de la Russie et le premier concert des Scorpions chantant Les vents du changement étaient de même nature.

Les guerres en Irak et en Yougoslavie se déroulèrent sans qu’on y prêtât grande attention. Et ce n’était pas parce que nous étions jeunes et indifférents. Moi-même, par exemple, je faisais mes premières armes au journal du Komsomol, dans le département des nouvelles étrangères. Je surveillais les dépêches en anglais pleines des noms de Izetbegovic, Mladic, Karadzic, mais pour une raison quelconque je ne considérais pas cela comme de la moindre importance et signification. Cela arrivait quelque part, loin de chez nous. Et, bien entendu, pour moi la guerre des Balkans n’impliquait aucune implication occidentale. Quel rapport avec l’Amérique ? Aucun.

Dans les années 1990, nous votions pour le parti Yabloko, nous manifestions devant le Parlement pour la démocratie, nous regardions la nouvelle station de télévision NTV et écoutions la station de radio Echos de Moscou. Dans nos premiers écrits de journaliste, nous ne manquions pas une occasion de nous référer au “monde civilisé” et croyions profondément que c’était réellement la civilisation. Au milieu des années 1990, nous nous aperçûmes qu’apparaissaient dans nos rangs des “eurosceptiques” mais ils étaient considérés comme de ces distraits à l’image du professeur Jacques Paganel de Jules Verne. J’ai passé une année entière dans un dortoir d’étudiants avec Pierre le communiste et Arséni le monarchiste. Mes amis des autres dortoirs me voyaient les quitter le soir avec ces mots pleins d’empathie : “Vas-y, retourne à ton asile de dingues”.

Le premier coup sérieux porté à notre enthousiasme pro-occidental vint avec le Kosovo. Ce fut un choc. Brusquement, nos lunettes colorées de rose nous tombèrent du nez. Les bombardements de Belgrade devinrent pour ma génération ce que l’attaque du World Trade Center fut pour les Américains. Notre conscience entama un tournant à 180 degrés ; de la même façon que l’avion transportant le Premier ministre d’alors Eugene Primakov en route vers les USA, au-dessus de l’Atlantique, reçut l’ordre de son passager de rebrousser chemin vers la Russie à la nouvelle de cet acte d’agression de l’Amérique.

A cette époque, il n’y avait pas la moindre propagande anti-occidentale dans nos médias. Notre chaîne NTV nous expliquait, jour après jour, que les bombardements d’une très grande ville européenne était certes un peu … bon, excessif, mais après tout Milosevic était répugnant au-delà de tout ce que le monde avait connu et nous n’avions qu’à faire contre mauvaise fortune bon cœur. Le programme satirique Poupées présentait la chose comme une querelle dans un immeuble où un voisin saoul torturait la “citoyenne Kosovo” et où personne ne pouvait rien faire pour elle sinon son petit ami, – il avait l’allure avantageuse et le visage de Bill Clinton. Nous acceptions la chose mais, d’ores et déjà, n’y croyions plus guère. Ce n’était plus vraiment drôle. Nous avions commencé à comprendre que le conflit en Yougoslavie était le précurseur des choses à venir.

Le deuxième conflit irakien, l’Afghanistan, la partition finale du Kosovo, le “printemps arabe”, la Libye, la Syrie, furent peut-être des surprises mais nullement des chocs. Toutes nos illusions s’en étaient allées ; nous savions désormais plus ou moins avec quelle sorte de puissants nous partagions notre planète. Pourtant, malgré tout cela, nous gardions notre orientation pro-occidentale. Le mythe d’une Europe bienveillante, à côté d’une Amérique devenue mauvaise, persistait. Le choc du Kosovo perdait peu à peu de sa force et notre position de compromis devenait : certes, bien sûr, nous ne pouvons nous tenir complètement coude à coude avec ces joueurs, mais nous pouvons jouer le grand jeu de la politique et de la civilisation avec eux. Après tout, avec qui d’autres pouvions-nous le faire ?

Même la parade des révolutions multicolores nous apparut comme quelque chose d’une assez mineure importance. Mais sont venus alors Euromaidan et la guerre civile qui a suivi : une démonstration d’une clarté aveuglante que, hors de toutes règles et procédures, avec un “processus démocratique” saupoudré avec légèreté sur le territoire ennemi, nous sommes désormais face à quelque chose qui n’a plus rien à voir avec un quelconque avatar géopolitique mais, d’une façon bien différente, qui est constitué par de très réels systèmes de destruction massive. Il s’agit désormais du seul type d’armement qui peut être utilisé contre une nation qui possède un bouclier nucléaire. C’est aussi simple que ceci : quand vous pressez un bouton et envoyez une fusée vers un autre continent, vous recevrez en riposte les mêmes fusées puissantes. Mais quand vous déployez une chaîne de réaction de chaos successifs sur le territoire de votre ennemi, vous n’avez pas à justifier ni à prouver quoi que ce soit. Agression ? Quelle agression ? C’est un processus naturellement démocratique ! Une volonté naturelle d’un peuple d’être libre !

Nous voyons du sang répandu et des crimes de guerre commis par des soldats ; nous voyons des corps de femmes et d’enfants. Nous voyons une nation entière en train de revenir aux années 1940, alors que le monde occidental, que nous aimions passionnément lorsque nous étions si jeunes, nous déclare simplement que nous imaginons des choses. La génération qui produisit Jim Morrison, Mark Knopfler et les pittoresques Beatles, la génération Woodstock et ses hippies âgés et passés de mode qui ont chanté Can’t Buy Me Love un millier de fois, ne voit pas ces choses. La génération allemande du baby boom d’après-guerre, qui a baissé la tête pour recevoir l’absolution et se faire pardonner les pêchés de ses pères, ne voit pas ces choses.

Le choc est bien plus fort qu’avec le Kosovo. Pour moi et les nombreux milliers de trentenaires avancés qui vinrent au monde avec l’American Dream dans la tête, le mythe du “monde civilisé” s’en est allé pour toujours. Mes oreille résonnent de ces horreurs. Le monde civilisé n’existe plus désormais. Il ne s’agit pas d’un simple moment de mélancolie ou d’une quelconque amertume jalouse mais d’un temps de très sérieux danger. L’humanité qui a perdu ses valeurs morales est en train de se transformer en une productrice de bande de prédateurs et la possibilité d’une grande guerre est juste une question de temps.

Il y a vingt ans, nous n’avons pas été vaincu, nous avons été soumis. Nous n’avons pas perdu une guerre ; nous avons été défait dans le sens culturel du terme. Nous voulions simplement devenir comme EUX. Le rock and roll a joué un bien plus grand rôle dans cette défaite que les têtes nucléaires. Hollywood s’est avéré bien plus puissant que toutes les menaces et tous les ultimatums du monde. Le vrombissement des Harley Davidson fut bien plus efficace que le tonnerre des avions de combat durant la Guerre froide.

Amérique, combien tu peux être stupide ! Si tu avais attendu vingt ans, nous serions devenus tiens pour toujours. Il aurait suffi de vingt années de plus à ce régime et nos politiciens t’auraient donné nos armes nucléaires comme un présent d’allégeance et t’auraient longuement serré la main en signe de gratitude pour l’avoir accepté. Quelle bénédiction ce fut que tu te sois révélée si stupide, Amérique !

Tu n’as aucune idée de qui nous sommes ! Il y a juste deux ans, on disait que nous étions sur le point de nous précipiter pour investir le Kremlin en hurlant. Depuis lors et à cause de toi, Amérique, il n’y a plus grand monde dans les manifestations dans les jardins publics. Tu as dit et pensé des choses complètement absurdes et tu as obtenu comme résultat d’empiler erreur après erreur. Il fut un temps où tu étais le plus séduisant de tous les pays, Amérique. Après la Première Guerre mondiale, tu t’es imposée comme moralement supérieure à l’Europe, et après la Seconde Guerre comme la plus grande puissance. Bien sûr, il y eut Hiroshima, le Vietnam, le Ku Klux Klan et un ensemble de vilaines casseroles de ce genre, comme tous les empires. Mais l’un dans l’autre, tous ces déchets n’avaient pas atteint ta masse critique, celle où le vin tourne au vinaigre. Tu montrais au monde entier comment l’on devait vivre avec un but : d’une façon constructive, avec le sens de la création et la liberté. Tu as accompli des miracles dans des pays comme l’Allemagne de l’Ouest, le Japon, la Corée du Sud, Singapour. Mais depuis cela, tu as changé. Pour quelque raison que j’ignore, tu n’écris plus des chansons que le monde entier reprend en refrain. Tu as gaspillé ta principale richesse, – la moralité, qui est tombé à un si bas niveau, – ce qui ne se restaure pas aisément.

Tu es doucement en train de mourir, Amérique. Et si tu crois que je m’en réjouis, tu te trompes. Les grands bouleversements d’une ère historique sont toujours accompagnés de torrents de sang et je n’aime pas le sang répandu. Nous, qui avons subi les affres de la perte d’un empire, nous pourrions t’expliquer ce qu’il en coûte de mal agir. Mais nous ne le ferons pas. C’est à toi d’expérimenter la chose ».

Dimitri Sokolov-Mitrich, via Dedefensa.org

Source : Vinesaker.fr

Rappels :

Le syndrome Tolstoïevsky (Slobodan Despot)

Les USA, pour tenter de ralentir leur déclin, entrainent le monde vers le chaos et la tyrannie (P. Leconte)

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour La Russie que tu as perdue, Amérique ! (D. Sokolov-Mitrich)

  1. Ping : La Russie que tu as perdue, Amérique ! (D. Sokolov-Mitrich) - Ma banque a moiMa banque a moi

  2. zorba44 dit :

    Lumineux. Révélation de la décadence d’un monde qui ne cherche plus à se cacher : les mécréants veulent dominer le monde à leurs bottes.
    Nous le savons et c’est cela qui importe. La génération des vingts ans, celle qui réfléchit de façon responsable, n’a plus aucune illusion sur ses pères.
    Cependant cette jeunesse n’abdique pas et, ainsi, préfigure la chute de l’impérialisme criminel.

    Jean LENOIR

  3. Que je sache les Russes qui ont émigré à Londres ou à New York – et ils sont fort nombreux – ne sont pas revenus pour autant. Le fait est que la Russie poutinienne ait tout fait pour décourager le développement d’une société libre et ouverte, dont témoigne les vibrants appels du leader maximo au retour des capitaux privés exilés dans la mère Patrie, sous couvert d’une amnistie fiscale. Même avant les événements colorés, la plupart des PME innovantes et dynamiques préféraient s’installer en Allemagne, dans les pays baltes ou ou au Royaume-Unis plutôt que de subir la pression d’une administration vorace et inquisitoriale. les accords bilatéraux au sommet avec les BRICS ne remplaceront as l’anémie d’une économie privée qui ne sait pas se développer sans le soutien technologique et capitalistique de l’Occident. reste à savoir si la Chine est en mesure de prendre le relais. Les accords de développement dans les secteurs du complexe militaro-industriel, de l’espace et de l’énergie marquent une certaine continuité avec l’ère Brejnevienne, même si les deux côtés ont effectué depuis lors un saut qualitatif considérable, en grande partie, grâce à l’Occident. qui leur ont permis d’acquérir des atouts compétitifs décisifs dans plusieurs secteurs des technologies de pointe.
    Ceci dit on ne fait pas prospérer une économie uniquement avec la préparation de la guerre, même si elle favorise les desseins de potentats ravis de profiter d’une menace extérieure puissante pour justifier tous les abus de pouvoir. Effectivement un tournant a été manqué dans la politique de collaboration mondialiste avec l’administration Obama, notamment dans les domaines de la lutte contre le terrorisme et les troubles provenant d’éléments extrémistes mettant en danger le fragile équilibre entre l’Etat et la société civile. Il n’y a là rien d’irrémédiable, comme le rappelle opportunément Poutine lors de son dernier discours au Kremlin: la main est toujours tendue vers les Etats-Unis et l’Europe pour reprendre en semble la construction d’un ordre carcéral multipolaire.
    Pendant ce temps les Chinois entreprennent une vaste manoeuvre de revers destiné à prendre le contrôle des principaux actifs des pays industrialisés, en profitant des trous d’air provoqués par des dettes publiques gigantesques que la relance chinoise ne parvient plus à juguler toute seule. le moment est venu de prendre le contrôle direct des économies européennes trop pressées d’accueillir des investisseurs apporteurs d’argent frais qui soutiendraient des programmes d’investissement qui sont trop souvent de simples opérations boursières de rachat d’actifs publics, comme la prise de contrôle de l’aéroport de Toulouse-Blagnac par des investisseurs chinois l’illustre une nouvelle fois. Les régions vont devoir se mettre au diapason de la gouvernance chinoise sans la transfusion de capitaux provenant de la PBOC qui n’est pas encore directement connectée à la BOE pour transférer des liquidités encombrées dans les tuyaux du shadow banking chinois. Que voilà une excellente occasion de désengorger des fonds d’investissement qui ne demandent qu’à blanchir leurs cash avant que des administrateurs indélicats ne remettent de l’ordre dans une comptabilité opaque.

    Why were Russian troops allowed into the previously conducted Grid EX II simulated EMP attack drill? Russian troops have also been used to police major events on American soil. This is martial law desensitization training in which the Russians are trained to interact with American citizens. Also, FEMA signed a bilateral agreement with the Russian military to permit a minimum of 15,000 Russian soldiers to train on American soil and this was at a time when both Russia and China threatened to nuke the United States if we dared to invade Syria or Iran in the Fall of 2013.
    http://www.shtfplan.com/headline-news/how-the-u-s-is-being-set-up-to-lose-world-war-iii-nothing-is-more-frightening-as-the-blatant-treason-on-display-in-the-white-house_11302014

    Putin, who returned to the Kremlin in 2012 for a third term, has championed the “de-offshorization” of the economy, backing efforts to repatriate as much as $1 trillion in capital held by companies and high ranking officials abroad. Illicit capital outflows related to Russia’s shadow economy may have been as much as $211.5 billion between 1994 and 2011, according to Global Financial Integrity, a group that studies financial flows.

    The central bank said it intervened to stem a plunge in the ruble on Dec. 1, the first time it’s stepped in since moving to a free float almost a month ago. The authorities have the means to sway currency speculators and “the time has come to use these instruments,” Putin said yesterday.

    His “verbal intervention will not prove sufficient unless the central bank actually uses all tools at its disposal,” said Piotr Matys, currency strategist at Rabobank in London. “The Russian central bank seems to be reluctant to conduct a large scale intervention.”
    http://www.bloomberg.com/news/2014-12-04/putin-grasping-at-straws-as-economic-cures-fail-to-impress.html

    • Insistons sur le fait que sept îles d’importance stratégique dans l’Arctique ont été cédées à la Russie par l’administration Obama. Ces îles se trouvent en plein dans les gisements d’hydrocarbures que la Russie s’est appropriée au grand dam de ses concurrents américains et canadiens. Comme quoi, la donne géostratégique entre mondialistes est beaucoup moins simple qu’il n’y paraît au premier abord.

      Let’s not forget about the giveaway, to Russia by Obama, of seven strategically important oil-rich Alaskan Islands. I have been calling attention to this event for over two years. Maybe in light of everything else, we will start to pay attention to the significance of the giveaway of these Islands to the Russians.

      The coalescence of these events will become more clear in the next part in this series as I believe I know where hostilities will likely first occur. The giveaway of Alaskan Islands to the Russians provides a clear and unmistakable clue.

    • zorba44 dit :

      A vous lire les émigrés ne reviennent pas… c’est vrai …à soixante dix piges le signataire ne reviendra pas de l’hémisphère austral vers lequel il s’est dirigé à partir de 2007.
      Est-ce pour autant qu’il est passif ? On ne gomme jamais son pays de naissance et sa présence sur ce blog en est la preuve.

      Jean LENOIR

  4. Cette rencontre se produit au moment où les relations entre la Russie et l’Europe sont très tendues, a déclaré le président français, ajoutant qu’il souhaitait un apaisement des tensions et qu’il comptait sur le rôle particulier du Kazakhstan dans ce processus.

    Les deux dirigeants ont évoqué les axes principaux du partenariat stratégique franco-kazakh, dont la coopération entre les deux pays dans le commerce, l’économie, les investissement
    http://fr.ria.ru/world/20141205/203157846.html

  5. Human Rights Watch branded Mr Blair ‘disgraceful’ following The Telegraph’s disclosure that the former prime minister had given public relations advice to Kazakhstan’s autocratic president Nursultan Nazarbayev on how to deal with the fall-out from the massacre of striking workers in 2011, shot by his security forces.
    The deal with Kazakhstan alone is worth a reported £7 million a year while Mr Blair – through his consultancy Tony Blair Associates – has picked up a series of lucrative contracts over the past seven years.
    http://www.telegraph.co.uk/news/politics/tony-blair/11273606/Tony-Blair-claims-he-is-only-worth-10-million.html

  6. bforbroker dit :

    On peut dire qu’entre les deux, ce n’est plus le grand amour.

  7. brunoarf dit :

    Lundi 8 décembre 2014 :

    Les Etats-Unis ne sont plus la première puissance économique mondiale.

    Selon des chiffres du FMI, la Chine a dépassé les Etats-Unis et est devenu la première puissance économique du monde. Une première depuis 142 ans.

    Pour la première fois de l’histoire depuis la présidence de Ulysses S. Grant (1869-1877)- les Etats-Unis ne sont plus la première puissance économique mondiale. Selon les derniers chiffres du Fonds monétaire internationale (FMI), la Chine va produire pour 17.600 milliards en 2014 contre 17.400 milliards pour les Etats-Unis en parité de pouvoir d’achat.

    Selon MarketWatch, l’économie américaine produisait pourtant trois fois plus que la Chine en 2000.

    http://www.lejdd.fr/International/USA/Les-Etats-Unis-ne-sont-plus-la-premiere-puissance-economique-mondiale-705642

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s