France : La situation des entreprises de travaux publics est « catastrophique »

travaux publics« La situation des entreprises de travaux publics est «catastrophique» juge leur fédération patronale (FNTP), redoutant une chute du chiffre d’affaires de 8% l’an prochain, la plus forte depuis 30 ans, et la perte de 16 000 emplois, dans le secteur. Le président de la FNTP tire la sonnette d’alarme et relance l’Etat sur des mesures d’urgence.

L’année 2014 « a été une année blanche en matière de politique d’infrastructures en France », résume jeudi Bruno Cavagné, président de la Fédération nationale des travaux publics, avant d’énumérer : « année blanche pour les contrats de plan Etat Régions, année blanche en matière de programmation et de financement pour l’AFITF, année blanche en ce qui concerne le plan de relance autoroutier ».

« Au total, nous anticipons une baisse de l’activité de 8 % en 2015, ce qui représentera la baisse la plus forte depuis 1984 », affirme-t-il. « Cette situation ne peut plus durer, c’est l’avenir du pays que l’on hypothèque », s’alarme le président de la FNTP, rappelant que le secteur dépend à 70 % de la commande publique.

Plus de visibilité pour les entreprises

L’Etat doit désormais prendre des décisions « qui apporteront de la visibilité (aux) entreprises » du secteur, dit-il, en pérennisant les ressources de l’AFITF, en signant les contrats de plan Etat-régions et en donnant son feu vert au plan de relance autoroutier.

La FNTP attend aussi la validation du 3e appel à projet de transports en commun en sites propres, et veut des éclaircissements sur le financement du Grand Paris, ainsi que sur les transferts financiers et de compétences, liés à la réforme territoriale.

Car à l’heure actuelle, tous les signaux sont au rouge, « l’intérim est descendu à un niveau plancher, aux environs de 10 % des effectifs », alors que la décélération des grands chantiers LGV va conduire à la fin de nombreux contrats de chantiers.

180 défaillances par mois

Ainsi, la crise va « entraîner une augmentation des défaillances d’entreprise », estime M. Cavagné, tablant « au minimum » sur une baisse de 16 000 emplois permanents l’an prochain, et autant en 2016.

« Les enquêtes d’opinion n’ont jamais été aussi terribles, il y a 180 défaillances d’entreprises par mois à l’heure actuelle, les PME ont des problèmes de trésorerie énormes. Certains sont dans une situation désespérée », dit M. Cavagné à l’AFP.

« La construction (au sens large, y compris de logements, ndlr.) est un secteur-clé dans notre économie, pesant pour 5 % du PIB, 25 % de l’investissement et plus de 5 % de la population active en France », notait l’assureur Euler Hermes dans sa dernière enquête sur les défaillances d’entreprises en France.

« Or, elle représente également près d’un quart des faillites et sa situation semble se dégrader fortement depuis quelques mois. Sa sortie de crise est essentielle et requiert des mesures de soutien adaptées », disait-il. »

C.T avec AFP, le 4 décembre 2014

Source : Batiweb.com

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour France : La situation des entreprises de travaux publics est « catastrophique »

  1. zorba44 dit :

    Quand le BTP ne va pas, rien ne va. Endetter plus la France pour des infrastructures de plus en plus coûteuses et par la dette n’est pas la bonne solution.
    Quant à l’acquisition de biens immobiliers, encore faut-il que la confiance en l’avenir soit installée…
    Même pas de portes de sortie à l’export !

    Le secteur se déflate comme le reste et rien ne peut malheureusement l’empêcher.

    Jean LENOIR

  2. bforbroker dit :

    C’est désespérant, espérons une amélioration pour l’année prochaine.

  3. Regardez ce qui se passe sur le marché de la dette japonaise: zéro liquidité, zéro pricing du risque, la devise japonaise est en chute libre (les suicides entament par contre une montée en chandelle). tandis que les banques occidentales se retirent une à une du marché de la dette japonaise (la deuxième au monde en volume!!):
    http://www.zerohedge.com/news/2014-12-10/rbs-abandons-japanese-bond-trading-cuts-200-jobs-stocks-usdjpy-jgb-yields-are-re-plu

  4. brunoarf dit :

    Mercredi 10 décembre 2014 :

    France : la production industrielle recule, l’emploi s’effondre.

    Rien de bien réjouissant dans la série de statistiques publiées mercredi 10 décembre par l’Insee. Sur le front industriel, l’institut national de la statistique et des études économiques indique que la production industrielle s’est repliée en octobre de 0,8 % par rapport au mois de septembre, pâtissant notamment d’un net repli de la production d’électricité.

    Sur la seule production manufacturière, la baisse est cantonnée à 0,2 % mais cela demeure un recul qui efface quasiment en totalité le timide rebond du mois précédent. La production manufacturière des trois derniers mois s’affiche en retrait par rapport aux trois mêmes mois de 2013 (–0,3 %). Elle baisse également dans l’ensemble de l’industrie (–0,6 %).

    Cette atonie du secteur industriel se traduit dans les chiffres de l’emploi salarié. Au troisième trimestre 2014, l’économie française a détruit 55 200 emplois dans le secteur marchand, réduisant à un feu de paille la timide amélioration observée au deuxième trimestre quand 7000 emplois avaient été créés. Sur un an, 59 700 postes ont été supprimés dans les secteurs principalement marchands (soit – 0,4 %).

    Au troisième trimestre, tous les secteurs ont souffert.
    Dans l’industrie, l’emploi baisse de 0,4 % (-11 300 postes) au troisième trimestre. Sur un an, il recule de 38 100 postes (soit -1,2 %).
    L’emploi dans la construction diminue également (–15 200 postes, soit – 1,1 %). Sur un an, ce secteur a perdu 36 800 postes (soit – 2,6 %).
    L’emploi dans le secteur tertiaire marchand diminue (-28 700 postes, soit -0,3 %, après +28 300 au deuxième trimestre 2014). Mais sur un an, le secteur tertiaire dans son ensemble a créé 15 300 postes (soit +0,1 %).

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/12/10/france-la-production-industrielle-recule-l-emploi-s-effondre_4537724_3234.html

  5. Ping : simpleNewz - Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie RSS Feed for 2014-12-11

  6. Johnathan Gravier dit :

    Cette année, la situation va être encore pire !

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s