1,8 milliard de dollars par jour, c’est le budget militaire US officiel, financé par le reste du monde

« En 2014, le budget militaire américain pour l’armée et les opérations militaires s’est élevé à 661,29 milliards de dollars, soit plus de 1,8 milliard de dollars par jour, ou près de 21 000 dollars par seconde ! Cela représente 17,3% du budget américain, et plus de 4 % du Produit intérieur brut du pays, ce qui en fait le premier budget militaire du monde. Qui finance ce budget militaire extravagant des USA ? En théorie , ce sont les contribuables américains et ceux des pays alliés. En pratique, ce sont surtout ces mêmes alliés, et le reste du monde, qui financent, par le système de Ponzi du dollar, l’armée même qui va les surveiller, voire les attaquer [1].

us army

Le 11 décembre 2014, le président Obama a envoyé une lettre au Président de la Chambre des représentants des États-Unis (le speaker), John Boehner, précisant les théâtres d’opérations et les forces correspondant au budget militaire états-unien [2].

Cette information correspond à une obligation faite au président, depuis 1973 et le retrait du Vietnam, d’informer le Congrès du déploiement des forces américaines engagées dans des opérations combattantes [3]. On notera que ce décompte n’inclut pas les différentes opérations, officielles et plus souvent déguisées (covert), assurées par la CIA, par un grand nombre d’Organisations non gouvernementales travaillant pour elle et d’autres agences, ainsi que par les très nombreux mercenaires militaires financés sur des budgets inconnus de tous, même des parlementaires. Par exemple, de tels mercenaires mènent aujourd’hui la guerre, pour le compte des États-Unis, en Ukraine, contre les séparatistes, et en Syrie, contre le régime en place.

La lettre d’Obama mentionne un nombre d’opérations bien supérieur à celles connues du grand public, en Afghanistan et dans le conflit Iraq-Syrie. Le décompte inclut en effet le déploiement de troupes américaines dans des zones dites non combat, ainsi que les manœuvres communes avec les alliés des États-Unis, au sein de l’Otan ou dans le Pacifique. A tous moments, de telles zones de non combat peuvent se transformer en zones de combat, ce que le Congrès, les médias et le public ne découvrent qu’avec retard.

La carte ci-dessus montre les différentes zones où sont déployés les moyens militaires américains (source WSWS). Elle ne comprend pas les pays du continent américain proprement dit, l’Amérique du Nord et les Amériques centrale et du Sud. Celles-ci relèvent des Northern et Southern Commands, Pour le reste du monde, trois commandements sont en charge, l’Africa Command, le Central Command et le Pacific Command. Nous n’examinerons ici que les opérations et implantations relevant du Central Command au Moyen-Orient. Mais le même exercice s’imposerait dans les zones Europe, Afrique et Asie, où sont déployés des forces américaines de plus en plus importantes.

L’implantation militaire officielle des USA au Moyen-Orient

Au Moyen-Orient, selon le document de la Maison Blanche, c’est la guerre globale contre la terreur, présentée comme conduite par Al-Qaïda, qui justifie les opérations américaines. Un examen de détail montre qu’il n’en est rien. Ainsi, une partie des opérations conduites au Moyen-Orient visent en fait à combattre Bashar al Assad en Syrie, considéré comme un allié de la Russie. La présence américaine vise aussi à contenir l’influence de l’Iran, également considérée comme alliée de la Russie, tout en évitant que Bagdad ne se rapproche de l’Iran.

En Afghanistan, malgré l’annonce d’un retrait officiel, plus de 10 000 agents militaires et civils relevant de l’US Central Command semblent destinés à y rester un temps indéterminé. Dans ce cadre, les troupes américaines continuent à emprisonner et interroger un grand nombre de prisonniers provenant des États voisins, dont le tort, semble-t-il, n’est pas de servir Al-Qaïda mais de s’opposer aux visées économiques américaines dans la zone.

Les 3 100 hommes déployés dans le cadre de la coalition internationale censée lutter contre l’État islamique (Daech/Isis/EIIL) conduisent certes des opérations terrestres et aériennes semblant avoir eu une certaine efficacité, ce dont personne ne se plaindra. Mais comme toujours en ce cas, ils mènent des opérations déguisées, sur demande de la Turquie, des États du Golfe, et sans doute d’Israël. Au Yémen, les interventions américaines se déployant dans un État ayant perdu toute autorité, visent à protéger et étendre les intérêts américains. Il n’est pas exclu que cela ne débouche sur une vraie guerre civile. En Jordanie, prétendument à la demande du Roi Abdullah, totalement manipulé, l’armée américaine a mis en place des missiles Patriot, des moyens aériens et 1 700 hommes. Quel ennemi potentiel visent exactement ces moyens ?

En ce qui concerne la présence de l’US Army dans les États pétroliers du Golfe, elle est en place depuis longtemps, et beaucoup plus massive : 2 500 hommes au Qatar, ainsi qu’une base aérienne, le quartier général de la 5e flotte à Bahreïn, 2 500 militaires dans la base d’Eskan en Arabie saoudite. L’aviation et la marine de guerre américaines utilisent aussi des bases à Oman et dans les Émirats. Comme il ne s’agit pas officiellement de zones de combat, le document remis par Obama au Congrès ne mentionne pas ces moyens. Enfin, plusieurs centaines d’hommes sont basés dans le Sinaï, avec l’accord d’Israël et, semble-t-il, de l’Égypte.

On imagine la réaction belliqueuse des Etats-Unis si la Russie avait mis en place le dixième de ces moyens dans des régions qui intéressent tout autant, sinon plus, ses intérêts vitaux que ceux des États-Unis ».

Jean-Paul Baquiast

The French Saker, le 3 janvier 2015

Notes

[1] Selon le système décrit par Pierre Jovanovic dans son livre « 666 » , la Réserve fédérale des États-Unis émet des dollars pour acheter les bons du trésor destinés à couvrir les dépenses de l’État. Mais ce sont les épargnants du reste du monde qui achètent lesdits bons du trésor en dollar, n’ayant pas, jusqu’à ce jour, de perspectives permettant de placer en toute sécurité leur épargne. Jusqu’à quand durera ce système de Ponzi ? Il s’agit d’une autre question. Pour approfondir ce point, lire l’article La Bête de l’Apocalypse, selon Pierre Jovanovic (vineyarsaker, français, 02-01-2015)

[2] Letter from the President — Six Month Consolidated War Powers Resolution Report (whitehouse.gov, anglais, 11-12-2014)

[3] War Powers Resolution, Public Law 93-148 (Wikipédia, anglais)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour 1,8 milliard de dollars par jour, c’est le budget militaire US officiel, financé par le reste du monde

  1. Ping : PART 01|L'OLIGARCHIE FINANCIERE | Pearltrees

  2. C’est le propre d’un empire que d’imposer ses vassaux.
    C’est de tout temps ce qui a eut lieu.
    La nouveauté et que cette imposition se fait non directement (comme pouvait le faire l’empire Romain et malheur aux récalcitrants…) mais via la monnaie.
    Le problème est que de le faire via la monnaie implique un endettement des USA toujours croissant.
    Et de créditeur les USA deviennent débiteurs du reste du monde.
    Alors oui leur train de vie et particulièrement leur puissance militaire résulte de cet endettement
    mais cet endettement jour après jour sape la confiance des vassaux.
    Ils existent deux types de vassaux ceux qui acceptent de payer pour être protéger militairement par les USA (Japon, Pays du Golfe, Europe,..) et ceux qui petit à petit se construise leur propre système, Chine notamment (la Russie est un cas à part non vassal militairement mais pas assez performante économiquement pour pouvoir rivaliser sur le long terme avec les USA).
    Le pivot est donc bien la Chine qui soutient l’Empire par l’achat de bon du trésor mais qui tôt ou tard ne le fera plus car elle n’en a pas la nécessité militairement.
    Tout le travail de la Chine est désormais d’essayer de casser sa vassalité vis à vis de l’Empire en essayant d’entraîner d’autres pays à ne plus passer par le $.
    Et tout le travail des USA est d’endiguer ce phénomène d’où le traité TIPP qui enchaînera l’Europe aux USA.
    Mais en réalité personne ne maîtrise rien car le système économique mondial est à bout de souffle et il suffira d’un événement majeur (éclatement d’une nouvelle bulle, éclatement de la zone euro, etc..) pour faire effondrer la pyramide de Ponzi monétaire mondiale qui n’est pas l’apanage du seul $.

    • « Le pivot est donc bien la Chine qui soutient l’Empire par l’achat de bon du trésor mais qui tôt ou tard ne le fera plus car elle n’en a pas la nécessité militairement. »

      Tôt ou tard le parti communiste changera. En attendant la Chine reste encore et toujours le premier acheteur mondial de bons du Trésor américains, pour la bonne et simple raison que la Chine ne peut se passer du marché américain, à la fois pour nourrir ses exportations bon marché vers les Etats-Unis et pour s’en servir comme passerelle vers des placements ‘dans le dur » qu’affectionent ses élites désireuses de sauver leurs « économies ». D’ailleurs vous remarquerez que si la Chine était réellement désireuse de s’affranchir du modèle américain, elle formerait ses élites dans ses propres universités, au lieu de financer les études de ses rejetons dans les universités américaines. Les cadres dirigeants chinois, comme leurs homologues russes, sont pour une bonne partie d’entre eux diplômés d’universités américaines, dont ils reproduisent les idées à domicile avec les mêmes conséquences catastrophiques. A propos de dé-croissance chère à Hugo Chavez et son comparse Maduro, je vous invite à méditer devant l’état de total dénuement dans lequel se trouve la société vénézuélienne.

      « Now There’s Not Even Soap » Maduro Heads To China To ‘Save’ Socialist Utopia Venezuela
      https://pbs.twimg.com/media/B6iXUdMIcAAadIV.jpg:small

      http://www.zerohedge.com/news/2015-01-04/now-theres-not-even-soap-maduro-heads-china-save-socialist-utopia-venezuela

      • Dans l’Histoire il n’est jamais arrivée qu’une puissance émergente aide une puissance déclinante a maintenir sa suprématie notamment militaire….
        Libre à vous de penser le contraire…
        Par conséquent le « lâchage » de la Chine s’inscrit dans l’ordre des choses et toute s apolitique va de ce sens comme en témoigne la citation suivante :
        Alors que les hommes politiques américains échouent à trouver un accord viable pour refaire fonctionner normalement les institutions politiques dont ils sont si fiers, c’est peut-être le bon moment pour une planète abasourdie de commencer à envisager la construction d’un monde désaméricanisé
        a déclaré l’agence officielle Chine nouvelle en octobre 2013.
        Jamais ni Chavez ni Maduro n’ont parlé de décroissance, la décroissance Vénézuelienne est actuellement SUBIT dans un pays qui n’a jamais vraiment travaillé habitué à vivre de la rente pétrolière et qui est gangrené par la corruption (il se trouve que je connais bien ce pays ma propre mère est Vénézuelienne et j’y ai vécu de nombreuses années).
        Et si la croissance était la solution alors de nos jours il devrait y avoir aucun problème car exception faites de quelques rares années, entre 1945 et 2014 il y a toujours eut de la croissance en France….
        La croissance est devenue contre productive dans les années 1980 en France et dans tous les pays développés en ce sens qu’elle appauvrit le système au lieu de l’enrichir.
        Considérer la croissance comme « la » solution est le plus grand aveuglement collectif de tous les temps !
        Le plus grand déni de la réalité de tous les temps !

      • Geraldine dit :

        « En attendant la Chine reste encore et toujours le premier acheteur mondial de bons du Trésor américains »

        MAIS NON. Le premier acheteur mondial de bons du Trésor c’est la FED et depuis un bon moment !

      • @Géraldine
        Vous ne pouvez pas faire ce genre d’annonce sans le prouver.
        Donc SVP citez les statistiques fiables qui appuient votre propos !
        De plus ce type de situation évolue en permanence et l’arrêt du QE par la FED a forcément eut un impact important sur ses achats de Bon du Trésor.

    • « Alors que les hommes politiques américains échouent à trouver un accord viable pour refaire fonctionner normalement les institutions politiques dont ils sont si fiers, c’est peut-être le bon moment pour une planète abasourdie de commencer à envisager la construction d’un monde désaméricanisé  »

      Il s’agit d’une fausse alternative. la gouvernance chinoise ou russe est un copier coller de leur modèle structuraliste mondialiste américain. D’ailleurs regardez comment les BRICS réagissent devant la chute des cours des matières premières. Rien, il ne se passe rien en termes de sauvetage des Etats en déroute qui restent plus que jamais dépendants des liquidités américaines, si ce n’est des investissements massifs de la Chine qui essaient de transformer son cash en actifs tangibles, qui ne sont rien de moins qu’un pillage des ressources publiques au détriment des peuples qui n’ont rien à dire. Voir à ce sujet les rachats d’actifs par les fonds chinois en Russie, en Afrique et en Amérique du Sud. Le rachat de la terre russe par les banques chinoises est une curieuse façon de réagir à l’impérialisme américain. La terre est le bien les plus précieux qui a été légué en héritage par les générations qui se sont battues pour la défendre contre les appétits étrangers. On est là face à une ultime trahison des mondialistes qui se ressemblent tous, qu’ils soient unipolaire ou multipolaire, peu importe.

  3. matbee dit :

    lois économiques, vous découvrez l’eau chaude, vous ne croyez pas ?…

  4. nadia dit :

    Bien sûr que ce n’est que du Ponzi, mais concrètement on fait comment pour s’en débarrasser?

  5. Ping : 1,8 MILLIARDS DE DOLLARS PAR JOUR | Nouvelle Ère

  6. Alcide dit :

    Après le putsch sanglant US qui a hissé au pouvoir de Kiev des ploutocrates et oligarques à double nationalité israëlo-ukrainienne , les mouvements nazis utilisés comme bataillons de la mort à Odessa comme à Maïdan défilent en l’honneur et en la mémoire de leur icône Stepan Bandera, un des principaux architectes de l’Holocauste et aussi un protecteur du Reich des territoires de la République tchèque…

    Qui est Stepan Bandera ?
    …Le 25 février 1941, à la suite de tractations avec le chef de l’Abwehr Wilhelm Canaris, Stepan Bandera reçoit au nom de l’OUN(B) deux millions et demi de marks9,10. pour former le corps de la future armée de l’Ukraine indépendante. Cette légion ukrainienne, formée des bataillon Bataillon Roland et Nachtigall toutes deux équipées par l’Abwehr et composée de quelque huit cents mercenaires ukrainiens issus essentiellement de l’OUN(B)11 guidés par un aumônier uniate et engagés par contrat pour une année, est créée ad hoc dans le but de combattre les soviétiques pour le compte du Troisième Reich12. C’est une des unités du régiment école Brandebourg, qui regroupe alors tous les commandos de la Wehrmacht13.

    Le 25 juin 1941, les nationalistes ukrainiens de Bandera commencent les pogroms contre les Juifs à Lviv en représailles contre les meurtres de prisonniers commis par le NKVD14 qui suivant des témoignages récoltés par les Allemands, la majorité des prisonniers étaient des membres de l’OUN. Mais il y avait parmi eux également des Polonais et des Juifs15. Naturellement, les Ukrainiens accusèrent la population juive locale d’avoir soutenu le régime d’occupation soviétique en général et surtout d’avoir aidé le NKVD dans son offensive meurtrière contre les nationalistes ukrainiens15…

    La suite
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Stepan_Bandera

    Pour mieux appréhender la différence entre sioniste actuel et Judéen puisque la nationalité israélienne ne peut s’obtenir que par une origine et la pratique d’une religion:

    http://www.vineyardsaker.fr/2014/12/18/hors-sujet-mais-apparemment-necessaire-rappel-sur-les-fondamentaux-du-judaisme-et-de-la-chretiente/

    http://www.voltairenet.org/article160971.html

    Nos dirigeants des pays EU/OTAN soutiennent , financent ( budget de l’EU , FMI ) et arment ces bataillons nazis qui utilisent artillerie et missiles contre les populations civiles dans le Dombass.
    Que chacun en tire les conclusions .

    • zorba44 dit :

      Il n’y a pas de conclusion… seulement de l’effroi à ressentir et un profond malaise à cette marée humaine en marche pour la célébration de l’horreur.

      Jean LENOIR

  7. zorba44 dit :

    Un très grand homme de l’histoire (que le signataire affectionne particulièrement), Cicéron, avait compris qu’on ne pouvait pas asservir et pressurer sans fin les colonies de Rome.

    Même s’il a subi un funeste sort, l’histoire retient la modernité de sa doctrine politique. C’était non seulement un grand homme et un remarquable orateur et un grand avocat, mais plus encore un homme juste doté d’une intelligence remarquable y compris scientifique (il avait pressenti l’infiniment petit, l’atome, et inventé, parmi d’autres, le terme).

    C’est hélas ce type d’homme qui manque au monde, cruellement. Le monde est malade de l’absence de son moderne Cicéron.

    Jean LENOIR

    • Vous vous trompez. Il s’appelle Chung-hui Lai et Vey Wang.

      Effects of Intellectual Property Rights Protection and Integration on Economic Growth and Welfare
      file:///C:/Users/njaisson/Downloads/dp%202015-1.pdf

  8. @lois-économiques
    « Dans l’Histoire il n’est jamais arrivée qu’une puissance émergente aide une puissance déclinante a maintenir sa suprématie notamment militaire… ».

    Qui est la puissance émergente et qui est la puissance déclinante? Je ne suis pas sûr que la Chine sorte favorite de cette rivalité ancestrale avec l’Occident. Après tout, les Chinois n’ont pas été en reste dans la liquidation de leurs élite traditionnelles faisant obstacle à cette marche vers l’Ordre Nouveau. Les Chinois sont allés bien plus loin sur la voie du délire centralisateur et planificateur que les Américains, dont ils ont repris les idées structuralistes conçues dans les officines de Rockefeller, Mellon, Carnegie et autres. Encouragés dans la destruction de la société traditionnelle, ils se sont empressés d’adopter le modèle de développement à marche forcée dicté par le capitalisme financier, pour ensuite se retrouver pris au piège de leurs erreurs destructrices.
    Il va être très difficile de se réinventer pour une Chine hésitante entre les mannes des ancêtres et les fantômes de l’ordre mondial remis au diapason du respect de l’environnement et des « smart cities » géantes présentées comme le futur de l’urbanisation à la chinoise, mais pas seulement (cf. Agenda 21 et protocole de Kyoto). Les directives onusiennes continuent à dicter l’avenir de la Chine qui a compromis irrémédiablement ses terres agricoles et ses ressources en eau potable qui ne suffiront pas à sustenter une population retenue prisonnière dans des centres de détention carcérale urbains à la hauteur de la démesure chinoise. A priori les mégapoles du futur sont promises à devenir des mouroirs géants administrés par des armées de robots dotés de programmes d’intelligence artificielle.
    Alors l’émergence dans un tel contexte, me paraît bien relative et en tous cas conditionnés par des intérêts mondialistes extérieurs à la Chine. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je prends le paris avec vous que nous allons assister à l’exacerbation de tendances centrifuges entre les provinces qui vont essayer de reprendre la maîtrise de leur destin et un pouvoir central fragilisé par les secousses provoquées par ces propres errements dans les domaines de la finance, de l’argriculture, de l’industrie, etc.
    Le monde de la planification à outrance craque de partout. La vie reprend ses droits, ce qui me rend paradoxalement très confiant dans un avenir débarrassé de ses verrues technocratiques et de leurs lubies idéologiques.

  9. Wie Europa vier Millionen Jobs vernichtete

    • zorba44 dit :

      Quand on voit ce que la langue anglaise reflète : la guerre, le fric, le sang… On préfère Cicéron (que le signataire lit dans la version française des 38 volumes publiés en 1827) par un érudit professeur d’éloquence latine à la Sorbonne Jos.-Vict. Le Clerc et qu’il mit vingt cinq ans à écrire…

      L’ancien diplômé d’une Ecole de Commerce, n’a vraiment pas le niveau requis pour le lire en latin – même si le latin l’a un peu aidé à apprendre à écrire de façon potable notre langue devenue au fil des ans bien malades …n’est-ce pas Madame Le Ministre de la Culture ?

      Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s