La terrifiante réponse de Hollande à la question « Ai-je pris le bon chemin ? »

François Hollande me rappelle Thierry Le Luron brocardant Mitterrand et son « expérience socialiste » : « Vous me me demandez ce que je vais faire pour la France demain, eh bien, je n’en sais rien ! C’est ce qu’on appelle l’expérience socialiste… » OD

hollande_bon-chemin

« Ce qui est stupéfiant, avec Hollande – qu’on nous avait pourtant présenté comme le grand timonier du pédalo France – c’est qu’il ne comprend manifestement rien à l’orientation et à la navigation. Quand on pose à un marin, un aviateur ou un astronaute la question de savoir « s’il a pris le bon chemin« , il ne répond jamais « on le verra à la fin » ! Il prend des repères, trace des routes, fait des calculs, vérifie avec des boussoles, des compas ou des sextants… Et surtout il fait le point en permanence pour vérifier l’exactitude de la direction suivie et corriger inlassablement la position pour l’ajuster et la faire coïncider avec le cap fixé. C’est bêtement scientifique et c’est précisément à cela que servent les instrument de navigation ! Même les programmes spatiaux, pour se repérer dans l’espace, utilisent des appareils de mesure fondés sur le principe des sextants ».

Lire la suite sur Contrepoints

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour La terrifiante réponse de Hollande à la question « Ai-je pris le bon chemin ? »

  1. Ping : La terrifiante réponse de Hollande à la question « Ai-je pris le bon chemin ? » - Ma banque a moi

  2. La prolétarisation des classes moyennes est inscrite au programme de l’Agenda 21,

  3. brunoarf dit :

    L’économiste Bernard Maris a écrit le texte suivant. Ce texte a été publié dans Charlie Hebdo, mercredi 7 janvier 2015, page 13, … le jour de l’assassinat de Bernard Maris.

    La conversion de Michel.

    Hollande achève deux mandats catastrophiques. Le parti de la Fraternité musulmane émerge, côte à côte avec le PS, et le FN va l’emporter. Le PS fait alliance avec la Fraternité musulmane, l’UDI et l’UMP pour faire barrage au FN. Mohamed Ben Abbes devient président de la République, et Bayrou Premier ministre. Mais le PS abandonne à la Fraternité musulmane le ministère qui lui revient de droit, l’Education nationale. Ben Abbes propose une charia modérée, doucement réactionnaire, avec un retour à la famille et à la femme au foyer, et une privatisation de l’enseignement qui convient tout à fait à tout le monde.

    Il offre aussi une incroyable vision d’avenir : l’Empire romain ! Le limes, de la Bretagne au désert du Sahara, en passant par l’Italie, la Turquie, la Grèce et l’Espagne. Ben Abbes en Auguste ou Marc Aurèle (en futur président d’une Europe élargie à la mare nostrum). En France, le chômage s’effondre, la violence aussi. Les catholiques sont choyés. On attend paisiblement les conversions. Elles arrivent, et d’abord dans l’Université, particulièrement arrosée en termes d’argent … et où la polygamie se développe. Sous l’impulsion de Ben Abbes, les pays arabes francophones plus l’Egypte et le Liban adhèrent à l’Europe, et l’équilibre linguistique européen se déplace en faveur de la France. La France est à nouveau grande. La nouvelle Pax Romana règne. Fin de la fable.

    C’est un pur chef-d’oeuvre houellebecquien, c’est-à-dire :

    1) une projection futuriste extraordinaire et crédible, comme dans tous les romans précédents. Elle est doublée d’une question politique majeure : l’identité, la patrie, la nation (« née à Valmy, morte à Verdun ») peuvent-elles exister sans transcendance ? Non. Il faut la Vierge pour Péguy, l’Etre suprême pour Robespierre, ou Dieu pour Ben Abbes, qui veut redonner à la France l’âme qu’elle eut pendant mille deux cents ans, de Clovis aux Lumières.

    2) Un personnage principal détruit, désemparé, dépressif, malheureux en amour par son incapacité à retenir une femme, mais qui renaît dans le pari d’une conversion raisonnée, une conversion pascalienne, associée à un mariage de raison. Car, thème éternel houellebecquien, tout homme peut être sauvé par l’amour (ainsi, le père du héros). Le nôtre, trop égoïste, trop occidental et bien incapable de trouver l’amour par lui-même, le croisera par des marieuses. La polygamie lui fournira les jeunettes pour le sexe et la quadra pour la cuisine.

    3) Enfin, un style désormais parfait, de nombreuses digressions philosophiques – comme toujours – et un humour digne du maître omniprésent dans le roman (Huysmans ; on comprend a posteriori où Houellebecq a puisé son style et son humour).

    Et la misogynie, le machisme ? Aucune importance, c’est un roman, pas plus machiste que Bel-Ami, plutôt moins. Et la raillerie implicite de l’islam ? Elle n’existe pas. « L’islam accepte le monde tel quel » : toute la différence avec le catholicisme, qui ne peut qu’engendrer frustration perpétuelle. Encore un magnifique roman. Encore un coup de maître.

    Bernard Maris.

    • xavib dit :

      « L’islam accepte le monde tel quel » : toute la différence avec le catholicisme, qui ne peut qu’engendrer frustration perpétuelle.

      C’est une blague, j’imagine ? 😦

  4. Nietil dit :

    Qui c’est qui disait ça déjà :
    « Là on l’on est, on n’y sera plus, tandis que là où l’on va, il sera toujours temps d’y regarder quand on y sera » ?
    Ah oui, le Marin Shadock …

  5. zorba44 dit :

    Nouvelles zones d’extrêmes dangers en vue : cocktail explosif de la déliquescence de l’authenticité de l’image d’un pays en pleine perdition économique.

    Jean LENOIR

  6. Et il a encore le culot de poser une telle question , alors qu’il n’a connu qu’une succession d’échecs depuis qu’il a pris sa fonction de président de la République ! C’est vraiment n’importe quoi !!!

    • zorba44 dit :

      Vache qui rit n’a pas de culot… seulement l’inconscience d’un mec qui se croit protégé.
      Ça va lui faire très mal quand ce ne sera plus le cas !

      Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s