Cinq raisons d’acheter de l’or et de l’argent en 2015 (Dan Popescu)

Comme l’a dit Marc Faber, la surprise de l’année risque d’être l’effondrement de la confiance des investisseurs envers les banques centrales. Et lorsque cela se produira, la meilleure chose à faire sera de shorter ces dernières – ce qui ne sera possible selon lui qu’en achetant de l’or, de l’argent et du platine. OD

Cinq raisons d’acheter de l’or et de l’argent en 2015_GoldBroker.fr

« Avant de vous donner les cinq raisons d’acheter de l’or en 2015, laissez-moi vous présenter quatre hypothèses concernant le prix futur de l’or et de l’argent.

Hypothèses pour 2015

La première hypothèse est que le marché baissier n’est pas terminé et qu’il y aura encore un ou deux mouvements qui feront  baisser l’or jusqu’à $300, où il a commencé. Sur une base technique, cela peut se défendre, si vous croyez que $1,900 marquait la fin d’une bulle commencée en 2000. Mais je ne le pense pas. Plusieurs autres facteurs techniques, mais aussi fondamentaux, me laissent dire que ce scénario est très peu probable.

La seconde hypothèse est que nous redescendrons dans la zone comprise entre $700 et $1,000. Ce scénario est plus probable mais, selon moi, cela aurait déjà dû se passer, et les indicateurs de sentiment sont tellement baissiers que je ne conçois pas un mouvement à la baisse vers $700, ce qui serait un retracement total du mouvement haussier débuté en 2009. Une courte plongée vers $1,000 est plus probable, ce qui serait un retracement de 50% depuis le plus haut, mais je crois que cela aurait déjà dû arriver.

La troisième hypothèse serait une continuation de la tendance latérale, avec un prix oscillant entre $1,100 et $1,400, avant qu’un mouvement dans l’une ou l’autre des directions ne débute en 2016. Cela serait une bonne possibilité si les banques centrales parviennent à éviter un effondrement du système monétaire international. Certains événements récents me portent à croire qu’un « cygne noir » (black swan), voire plusieurs, pourrai(en)t mettre fin à ce mouvement latéral plus tôt.

La quatrième hypothèse, celle que je préfère, est que la phase maniaque, telle que décrite dans le graphique ci-dessous, commence. Je crois toujours que le scénario le plus probable est que la prochaine phase de bulle de ce marché haussier séculaire majeur dans l’or et l’argent commencera en 2015-2017 et se terminera au plus tard en 2022. Ces dates sont des approximations avec de grandes marges d’erreur. Je ne m’attends pas à un mouvement progressif mais plutôt à un saut quantique avec des mouvements d’au moins $500 par jour, comme nous l’avons vu dans les années ’70, quand l’or a grimpé de $100 à $850. Selon moi, nous avons été dans un piège baissier (bear trap) semblable à celui représenté dans le graphique ci-dessous. La cause principale de cette phase maniaque est l’effondrement du système monétaire international actuel, basé sur le dollar, qui mettra fin aux guerres de devises qui ont lieu aujourd’hui et entraînera une remise à zéro du système.

gold-silver-futur-potential-bubbleL’année 2015 débute avec plusieurs conflits, qui sont tous haussiers pour l’or, et ces conflits peuvent tous dégénérer en une crise majeure, faisant grimper l’or bien au-dessus de $2,000.

Je crois que nous sommes très près de la fin du marché boursier haussier créé par la Fed, et je ne crois pas que le dollar US soit dans un mouvement haussier majeur comme il l’a été dans les années ’80. Je crois aussi que les bons du Trésor américain sont dans une bulle historique, et que ce sont les guerres de devises qui la feront exploser. Le système du pétrodollar arrive à sa fin et tous ces dollars qui circulent hors des États-Unis reviendront à la maison, ce qui créera une panique sur le dollar (run) et de l’hyperinflation aux États-Unis. Les tensions montent entre les États-Unis et leurs adversaires, la Russie et la Chine. Les relations entre les américains et l’Union européenne sont aussi tendues.

us-dollar-index

Cinq raisons d’acheter de l’or en 2015

1. La principale raison d’acheter de l’or en 2015, ou à tout moment, en fait, est pour la diversification et pour s’assurer contre l’incertitude. On m’a toujours dit d’avoir 5% à 10% en or et de prier de n’avoir jamais à l’utiliser. Nous vivons une période dangereuse et avec le risque d’un événement majeur, tel une guerre, une révolution ou un effondrement financier, il est sage et prudent de détenir au moins une partie de son or et de son argent en dehors du système bancaire.

2. L’or est actuellement à un très bas niveau et il est survendu. Je ne m’attends pas à ce que l’or baisse sous les $1,000. Dans le cas d’un marché latéral, l’or se promènera entre $1,100 et $1,500. Si l’or n’explose pas en 2015, il grimpera quand même un peu.

3. Les banques centrales achètent de l’or et continueront de le faire, et je m’attends même à ce qu’elles accélèrent leurs achats, en étant en concurrence pour acheter une quantité limitée d’or, ce qui fera grimper le prix. Et l’argent suivra, en tant que « l’or du pauvre ». Les banques centrales sont dans des guerres de devises depuis 2008, et ces guerres se termineront mal. La Russie et la Chine, toutes les deux, utilisent l’or dans leurs guerres de devises. Une remise à zéro de l’actuel système monétaire ferait facilement grimper l’or à $5,000. Et une annonce de la Chine sur le montant réel de ses réserves d’or pourrait faire grimper l’or vers $1,900, voire $2,000, en 2015.

4. J’entends souvent qu’il n’y a pas de risque d’hyperinflation, mais bien de déflation, et que ceci serait négatif pour l’or. Ce que les gens ignorent est qu’un environnement déflationniste est catastrophique pour le système bancaire, et excellent pour l’or. En cas d’effondrement des banques, l’or et l’argent circuleraient, puisqu’ils sont les actifs réels les plus faciles à échanger.

5. En cas d’hyperinflation, aussi hautement probable, qui peut arriver après une courte période de déflation, l’or surperformerait ou, au moins, maintiendrait sa valeur en termes réels. Dans ce cas, l’or à $10,000 US, en termes nominaux, n’est pas absurde.

Toutes ces raisons sont, d’une certaine manière, reliées à l’effondrement du système monétaire actuel, effondrement qui surviendra à cause d’une dette mondiale exorbitante, surtout aux États-Unis et dans l’Union européenne. Cela arrivera-t-il cette année, ou la suivante ? Cela est difficile à prédire, mais les événements récents me font croire que les banques centrales naviguent à vue. Nous avons remarqué, cette semaine (mi-janvier), que les banques centrales ne sont pas nécessairement coordonnées ensemble et qu’elles ne savent pas ce qu’elles font. La Banque nationale Suisse (BNS) a détaché le franc suisse de l’euro, après avoir défendu cette politique farouchement, il n’y a pas si longtemps, en se battant contre les partisans du référendum suisse sur l’or (Swiss Gold Initiative). Les Suisses n’ont pas consulté d’autres pays et ne les ont pas pris en considération, de la même manière que la Fed avec ses « quantitative easings » (QE). Ce détachement du franc suisse fut un événement cataclysmique qui a pris tout le monde par surprise. Selon moi, il s’agit du premier d’une série de « cygnes noirs » à venir en 2015. Des déclarations telles que « nous sommes dans un territoire non cartographié », ou « nous apprenons au fur et à mesure » tendent à me faire agir avec précaution, en achetant des actifs réels et, plus spécifiquement, les plus liquides : l’or et l’argent.

Il n’existe pas de façon de liquider cette dette mondiale exorbitante, sauf par faillite ou par hyperinflation. Que pensez-vous que les gouvernements préféreront ? Dans les deux cas, l’or et l’argent vont au moins maintenir leur valeur en termes réels.

us-debt-debt-limit-gold

« En effet, il n’y a rien de mal en soit avec la monnaie fiduciaire, à condition que les rois ne disposent d’une autorité parfaite et d’une intelligence divine. » Aristote (il y a env. 2,400 ans)

“Oui… Gardez en tête de quoi nous parlons, ici. L’or est une monnaie. Il est toujours, selon toute évidence, une monnaie de choix. Aucune devise fiduciaire, incluant le dollar, n’arrive à sa hauteur.” Alan Greenspan (2014) > Voir la vidéo ici »

Dan Popescu, Goldbroker.com, le 3 février 2015

Rappels :

Or et argent : revue de l’année 2014 (Dan Popescu)

L’or a été la deuxième monnaie la plus performante en 2014

Lire aussi :

L’or est grossièrement sous-évalué et voici pourquoi

Volatilité extrême à venir sur les marchés en 2015 (E. von Greyerz)

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Monnaies, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour Cinq raisons d’acheter de l’or et de l’argent en 2015 (Dan Popescu)

  1. Ping : Cinq raisons d’acheter de l’or et de l’argent en 2015 (Dan Popescu) - Ma banque a moiMa banque a moi

  2. Alcide dit :

    Une raison de plus d’acheter de l’or et de l’argent physique est la grande intelligence de nos bien-aimés dirigeants.
    Encore un bel exemple:

    Mogherini: retirer l’artillerie des quartiers résidentiels en Ukraine
    …Les bombardements des quartiers résidentiels dans l’est de l’Ukraine provoquent des souffrances humaines et torpillent les efforts de règlement.

    La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a invité l’armée ukrainienne et les insurgés à retirer l’artillerie des quartiers résidentiels situés dans la zone des combats…

    http://fr.sputniknews.com/international/20150204/1014337875.html

    Il faudra bien que quelqu’un se dévoue et explique à la blonde que ce qui cause souffrances, mort et destructions est le fait de recevoir des obus , pas de les tirer.
    Soyons optimistes et pédagogues, c’est possible même si ça risque de prendre du temps .

  3. Jérôme. dit :

    L effondrement n est pas encore pour maintenant..croyez moi ils sont encore capable de le maintenir en états pendants de longues années… Alors mollo sur l or, ça peut être très risqué de tout miser dessus.

    • zorba44 dit :

      Ne pas mettre tous ses oeufs dans un même panier, c’est clair. Mais quels autres oeufs au regard de la décomposition avancée de la finance ?…

      Un bien immobilier pour sa résidence (d’accord, mais où ? …et pas très liquide !), des oeuvres d’art, des vrais (à condition d’en avoir les moyens et de croire à la bulle de la croissance exponentielle des prix) ? de la terre (pas polluée et dans un environnement stable …et puis il faut avoir la vocation !)
      Bref …c’est pas la joie, ni follement l’enthousiasme.

      Nous sommes d’accord pour l’effondrement, nous qui ne craignions auparavant que seul le ciel nous tombe sur la tête !

      Jean LENOIR

      • leducmichael dit :

        Cher Renoir
        Il y a bien la brique, la terre mais ne pas oublier la tôle à savoir la voiture de collection, liquide pas de plus-value, le diamant grosse valeur en petit encombrement…
        En un mot: diversifier! et du tangible.

      • zorba44 dit :

        Cher leducmichael,

        Le signataire a deux voitures de collection à vendre en France car son garage en NZ est plein avec 3 autres. Si cela vous intéresse …une dedion boulangère de 1924 belle mais moteur bloqué, et une superbe Hotchkiss Cabourg 1937 en état exceptionnel !…

        Contactez-moi par mon site http://www.invinoadage.co.nz …éventuellement !

        Jean LENOIR

  4. matbee dit :

    Shorter les banques centrales pourrait être très risqué si c’était avec des instruments financiers : car le crédit des BC c’est elles qui en décident le montant, c’est donc « no limit »…
    Mais avec des actifs réels tels que gold et silver, à terme la victoire est assurée.

    • brunoarf dit :

      Non, ce n’est pas « no limit »

      En décembre 2010, les chefs d’Etat et de gouvernement européens se sont réunis à Bruxelles. Ils ont vu arriver les dirigeants de la Banque Centrale Européenne qui leur ont expliqué le problème :

      les dirigeants de la Banque Centrale Européenne ont demandé aux 16 chefs d’Etat membres de la zone euro de recapitaliser la BCE car elle était surchargée d’obligations pourries (obligations de l’Etat grec, obligations de l’Etat irlandais, obligations de l’Etat portugais, obligations de l’Etat espagnol).

      En décembre 2010, la BCE avait dans ses livres 72 milliards d’euros d’obligations d’Etat pourries.

      Les 16 chefs d’Etat membres de la zone euro ont alors accepté de recapitaliser la BCE. En décembre 2010, les 16 Etats de la zone euro ont recapitalisé la BCE.

      Concrètement : en décembre 2010, les contribuables européens ont recapitalisé la BCE : ils ont payé 5 milliards d’euros.

      Lisez cet article :

      « Le contribuable à la rescousse de sa banque centrale.

      Jean-Claude Trichet oblige les pays de la zone euro à renflouer leurs banques centrales en cas de pertes.

      Ce n’est qu’une phrase dans la déclaration finale des chefs d’Etat de la zone euro lors du Conseil européen du vendredi 17 décembre. Mais elle pourrait peser plusieurs milliards d’euros dans les comptes publics des seize états de la monnaie unique.

      Ces dirigeants européens déclarent en effet « être déterminés à garantir l’indépendance financière des banques centrales de l’Eurosystème », c’est-à-dire de la Banque Centrale Européenne (BCE) et des seize banques centrales nationales des pays ayant adopté l’euro, à l’instar de la Banque de France.

      Cela rappelle que les contribuables des seize Etats membres doivent renflouer la banque centrale de leur pays (par exemple les Français pour la Banque de France) si elle n’était plus suffisamment capitalisée pour continuer sa mission.

      Le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, a pris soin de faire répéter cette obligation aux chefs d’Etat lors du dîner du jeudi 16 décembre. Le matin même, il avait acté avec ses homologues du Conseils des gouverneurs de la BCE le doublement du capital de la banque, grâce à une injection de 5 milliards d’euros venant des seize banques centrales nationales (711 millions d’euros pour la Banque de France).

      Jean-Claude Trichet s’inquiète de couvrir les pertes éventuelles qu’encourent la BCE et, par ricochet, les banques centrales nationales de la zone euro, si les obligations de la Grèce, de l’Irlande, du Portugal et de l’Espagne, qu’elles ont achetées pour 72 milliards d’euros depuis mai 2010 pour aider ces Etats membres, n’étaient pas remboursées.

      Dès lors, le contribuable paierait aussi cette note d’une faillite d’un Etat de la zone euro, comme la Grèce ou l’Irlande, jusqu’ici secouru par la BCE et ne pouvant plus rembourser ses emprunts. »

      http://www.latribune.fr/journal/edition-du-2012/economie-international/1091163/le-contribuable-a-la-rescousse-de-sa-banque-centrale.html

      Frank Paul Weber, La Tribune, lundi 20 décembre 2010, page 6.

      • matbee dit :

        « Concrètement : en décembre 2010, les contribuables européens ont recapitalisé la BCE : ils ont payé 5 milliards d’euros. »

        Non mais vous rigolez : recapitaliser la BCE avec 5 mds d’euros… c’est une blague ?

      • brunoarf dit :

        Non, c’est la simple vérité.

        Le capital de la BCE n’était que de 5,76 milliards d’euros. Après la recapitalisation de décembre 2010, le capital de la BCE est passé à 10,76 milliards d’euros.

  5. Nanker dit :

    On peut aussi de façon très animale renifler le vent…

    Le vent qui souffle de l’Ouest (Washington) apporte monnaie-papier planche à billet dettes à gogo bref que du virtuel cad du pipeau.
    Le vent qui souffle de l’Est (Moscou-Pékin) apporte achats de MP, sortie du Dollar, consolidation de la puissance cad du concret.

    Vous petits zozios français vous voulez être portés par un vent d’Ouest ou un vent d’Est?

  6. brunoarf dit :

    Coup de tonnerre !

    Mercredi 4 février 2015, vers 22h50 :

    La BCE ferme ses guichets aux banques grecques.

    http://www.lesechos.fr/monde/europe/0204135297436-la-bce-ferme-ses-guichets-aux-banques-grecques-1090213.php

    • zorba44 dit :

      Eh bien le voilà enfin le nouveau danger positif tant attendu ! Positif ? Oui pour donner un grand coup de patte (éventuellement) dans la fourmilière de la dette.

      On va voir très vite de quels bois sont réellement faits Tsipras et son ministre des finances !

      Jean LENOIR

  7. brunoarf dit :

    La BCE tente encore une fois clairement l’intimidation qui avait réussi par deux fois à faire céder les pouvoirs en place : en 2010 en Irlande et en 2013 à Chypre. La BCE affirme encore une fois un rôle politique qui n’est guère en accord avec sa soi-disant indépendance. Reste la question : Athènes baissera-t-elle la tête comme jadis Nicosie et Dublin ? Impossible à dire. Ce soir, Athènes a répété qu’il n’était pas question d’accepter la poursuite de l’austérité. La BCE est-elle prête à prendre le risque d’une sortie de la Grèce de la zone euro et le gouvernement grec est-il prêt à abandonner ses promesses électorales ? Toute la question est là.

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20150204trib38e533885/grece-le-coup-de-force-de-la-bce.html

    « Rodrigue, as-tu du cœur ? » (Corneille, dans sa pièce Le Cid)

    « Alexis, as-tu des couilles ? » (BA)

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s