Marchés financiers : L’île enchantée de Pinocchio (L. Sartoni)

ile enchantee pinocchio« Le contrôle exercé par les commerciaux et les manipulateurs sur le COMEX est très déprimant pour l’investisseur sur le marché de l’or. Sitôt que l’or et les mines s’apprêtent à se remettre en selle sur leur marché haussier, sitôt que les moyennes mobiles s’alignent positivement et que l’on repasse sur la MM200jours, sitôt que les traders se tiennent prêts à revenir sur ce marché en suivant les signaux d’achat, BANG ! Un nouveau flash crash se produit ! Et toujours pour des raisons infimes, lointaines, vagues. Le dernier exemple date de vendredi passé. Pour des chiffres un peu meilleurs sur les créations d’emplois aux USA, l’or est massivement attaqué et perd $40 en un jour ! 10 jours comme ça et l’or arriverait à $834 ! C’est énorme ! Il ne faut pas chercher trop loin, les manipulateurs sont toujours aux commandes et empêchent systématiquement l’or de repasser en marché haussier. Ils ont échoué à le faire tomber durablement sous les $1200 en 2014, mais ils sont très actifs pour l’empêcher de revenir sur les $1300, car cela déclencherait des nouveaux achats techniques.

La Fed va probablement tenter de relever les taux d’intérêts en juin de 0,25%. Et alors ? Le dollar est déjà trop cher et va nuire aux exportations, la montagne de dettes privées et publique aux USA ne pourra pas supporter une hausse des taux, ni le marché actions qui se trouve au sommet d’une bulle historique ! La hausse des taux aux USA a toutes les chances de provoquer l’extinction totale de cette reprise économique anémique. La Fed va faire la même erreur que Jean-Claude Trichet pour l’Europe : en surestimant la capacité de reprise économique, et par souci de disposer de l’arme de réduction des taux lorsque la récession se produira, la banque centrale va étouffer la reprise.

La réalité est que les banques centrales sont prises dans un piège et que la seule arme qui leur reste est la destruction de la valeur de leur monnaie papier. Tour à tour, les banques centrales se lancent dans la dévaluation compétitive de leur devise. Après la Fed, la banque centrale du Japon, c’est au tour de la BCE. Ensuite ? A qui le tour ?
 
Tant que ce marché est manipulé, aucune analyse technique ne fera mouche ! Nous vivons dans une nouvelle ère de « finance fantastique » depuis les interventions massives officielles de la Fed en 2009, et depuis le contrôle non officiel du prix de l’or en 2013. Dans la tête des investisseurs, tout devient possible : des actions qui grimpent jusqu’au ciel pour l’éternité, un pétrole que les producteurs et les raffineurs nous donnent presque gratuitement (qui se vend moins cher que de l’eau minérale), des Etats qui peuvent emprunter à taux historiquement ri-di-cu-les, et pas plus tard que l’autre jour une banque au Danemark qui paie les gens pour contracter un emprunt immobilier (taux négatifs) ! Le monde financier, avec ses mensonges et sa gestion immorale, s’est transformé en île enchantée de Pinocchio, mais pour les adultes ! Combien de temps ces aberrations vont durer ? Aussi longtemps que les banques centrales ne reviennent pas à un système monétaire basé sur l’or et aussi longtemps qu’elles manipulent massivement les marchés pour sauver le présent système monétaire de sa faillite. Officiellement pour les taux d’intérêts et les impressions monétaires, non officiellement et avec la complicité de banques d’investissement pour le contrôle d’actifs stratégiques comme l’or et sans doute les actions, qui contribuent à entretenir l’effet de richesse et boostent la consommation de la classe moyenne aux USA.

Evidemment qu’il y aura un prix à payer ! Les enfants se transforment en ânes sur l’île des plaisirs et ils paient le prix fort pour leur naïveté ! Le marché punit aujourd’hui l’investisseur réfléchi et récompense les spéculateurs et les idiots qui voient les banques centrales comme la main de Dieu sur les marchés financiers. Nous sommes en pleine débauche des marchés. A mon sens, les résultats de ces manipulations (le plus scandaleux est l’enrichissement croissant des plus riches, non par l’accroissement des richesses globales, mais aux dépens des plus pauvres) portent une signature beaucoup plus machiavélique. Ouvrons les yeux. Au point où nous sommes arrivés, les gens se mettent à genou comme des petits enfants devant la Fed, la BCE, la BOJ et toutes ces institutions en péril pour qu’elles continuent d’alimenter en liquidités et en facilités le monde fantastique de la finance post 2008 ! La naïveté des gens aujourd’hui fait qu’ils se sont complètement retirés d’actifs pouvant les protéger lorsque le prix à payer pour toute cette débauche monétaire arrivera sur la table. Soudainement, en quelques jours ou semaines, les investisseurs se transformeront en ânes, et ceux qui passent pour des ânes aujourd’hui (les investisseurs en valeurs refuges comme l’or) seront récompensés pour leur patience et leur sagesse. 
 
Je n’ai malheureusement aucune idée du timing pour ce retour sur terre. Dans cette nouvelle ère de finance fantastique, je pense que les banquiers centraux se sont lancés dans l’épisode final de destruction pure et simple du papier monnaie. Il n’y aura pas de réparation possible sans faire appel à l’extincteur ultime de la dette : l’or. C’est la raison pour laquelle des banques centrales continuent d’accumuler ce métal ou demandent son rapatriement. A ce stade, plus ils luttent contre la récession en imprimant, plus la certitude grandit de voir arriver un accident pire que 1929 et conduisant à une débâcle historique, qui va marquer le restant de ce siècle. Le seul conseil que je peux donner aujourd’hui est de garder patience et de résister aux chants des sirènes médiatiques, qui font tout pour nous embarquer sur l’île enchantée de Pinocchio ! »

Léonard Sartoni, Goldbroker.com, le 10 février 2015

Lire aussi :

Simone Wapler : Une équation magique pour apprécier l’or (via Le blog à Lupus)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Marchés financiers : L’île enchantée de Pinocchio (L. Sartoni)

  1. Ping : Marchés financiers : L’île enchantée de Pinocchio (L. Sartoni) - Ma banque a moiMa banque a moi

  2. Tikehau dit :

    Au risque de froisser certains esprits chagrins, pour moi se sera plutôt des poules, des lapins, des ruches, un jardin et tous les outils qui vont bien pour faire son bois de chauffage.

    Utopique ?

    Autant croire que demain je pourrais faire mes courses dans un hypothétique magasin achalandé avec de l’or sous quelque forme que se soit…

    … et parce que ce jour là j’aurais toujours autant besoin de passer quotidiennement à table pour manger.

    Ce qui est fondamentalement anormal dans notre société c’est qu’il y ait des gens riches et que ceci implique tout simplement qu’il doit y avoir des gens pauvres à spolier.

    Est-ce ce que l’on peut souhaiter de mieux pour le bien être des citoyens d’une société dite « civilisée » ?

    • zorba44 dit :

      Vous n’avez pas tort mais, si vous permettez au signataire de l’ajouter, tant qu’il y a monnaie (hyperinflation ou non), à un instant t, vous pouvez toujours échanger votre métal pour (vite) acheter ce dont vous avez besoin …et éventuellement pour compléter ce que votre terre ne produit pas (sel, café, poisson…)

      Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s