David Stockman : « L’économie mondiale est sur le point de disjoncter »

david stockman global economy crack up« David Stockman a travaillé comme directeur de l’Office of Management and Budget sous la présidence de Ronald Reagan. Peu de gens comprennent l’économie mondiale mieux que lui. Sur le blog financier Peak prospérité, Stockman affirme que l’économie mondiale se trouve désormais dans une phase de « crack-up » (« disjoncter ») et ce, pour ces quatre raisons :

1. Le nombre croissant d’actions désespérées de répression financière des banques centrales

Chaque semaine, une nouvelle banque centrale du monde abaisse ses taux d’intérêt jusqu’à les rendre négatifs pour tenter de faire repartir l’économie. Plusieurs pays ont mantenant des taux d’intérêt négatifs. Selon Stockman, cela ne pourra pas durer : les banques centrales ont perdu le contrôle et elles se sont engagées dans une course vers la chute, élaborant des théories de plus en plus contradictoires au fur et à mesure.

2. La volatilité et le désordre croissants sur les marchés financiers

Au cours des 3 derniers mois, les marchés boursiers se sont comportés comme des marins ivres. Mais derrière, ce ne sont qu’un paquet de robots et de traders qui font tout de ce qu’ils peuvent pour interpréter correctement les graphiques et les données. Le marché boursier est totalement déconnecté de l’économie réelle. Les taux d’intérêts sur les obligations souveraines sont devenus irrationnels, dit Stockman. Ils ne tiennent que par la seule promesse de Draghi que la BCE en achèterait massivement. Mais tous les pays européens sont pris dans le piège de la dette, les risques sont énormes. Ajoutez à cela la possibilité que l’euro ne survive pas. Bientôt, les banques centrales pourraient faillir, et le marché subira alors une sévère correction pour refléter les risques réels induits par toutes ces dettes, et les perspectives peu réjouissantes de l’économie mondiale.

3. La déflation mondiale et les cours mondiaux des matières premières

Les investissements sont maintenant suspendus, ce qui est susceptible de provoquer une énorme déflation sur les matières premières et les prix des produits industriels. Le minerai de fer ne vaut plus que 60 dollars, alors qu’il avait atteint un cours de 200 dollars à son apogée. Le Baltic Dry Index, qui décrit la vitalité du transport maritime, se trouve à son point le plus bas depuis le krach de Lehman Brothers, d’abord en raison d’une chute de la demande, mais aussi en raison d’une surcapacité provenant d’une construction excessive de vraquiers pendant la période où les banques centrales ont inondé le monde avec de l’argent bon marché. Jamais dans l’histoire, il n’y a eu un tel surplus d’investissements, et une telle surcapacité dans l’exploitation minière du minerai de fer, les vraquiers, les aciéries, les usines d’aluminium, et ainsi de suite …

4. Une demande anémique en raison des montants de dettes

Selon McKinsey, la dette du monde s’élève désormais à 200.000 milliards de dollars, comparativement à 140.000 millions de dollars au début de la crise. Depuis 2008, la dette totale mondiale a augmenté de 60.000 milliards de dollars. Mais au cours de la même période, le PIB mondial ne s’est développé que de 15.000 milliards de dollars, et il ne s’élève qu’à 70.000 milliards. Autrement dit, près de 60.000 milliards de dollars de dettes ont été générés grâce à l’impression de monnaie des banques centrales, alors qu’à peine 15.000 milliards de dollars de PIB supplémentaires ont été créés. Autant de dette nouvellement créée, pour un rendement aussi faible…

Enfin Stockman cite l’exemple de la Chine, qu’il qualifie de « stupéfiant ». En 2000, la dette du pays se montait à 2.000 milliards de dollars. Aujourd’hui, elle atteint 28.000 milliards de dollars. En 14 ans, la dette de la Chine a été multipliée par… 14. Nulle part dans l’histoire, on ne trouve un exemple aussi frappant, et il est peu probable qu’une économie largement guidée par un système étatique rigide ait pu générer 26.000 milliards de dollars de dette supplémentaire sans que cela s’accompagne d’inefficacités massives et d’erreurs multiples dans le système.

Au moment de la crise de 2008, la Chine se targuait d’un PIB de 5.000 milliards de dollars. Depuis cette époque, il a doublé, alors que la dette est passée de 7.000 milliards de dollars à 28.000 milliards de dollars. Le PIB n’a donc augmenté que de 5.000 milliards de dollars, alors que la dette, elle, a progressé de plus de 20.000 milliards de dollars.

« Ce sont des déformations extrêmes non tenables, si l’on peut employer ce mot, qui ne fait qu’hurler +Danger à l’approche !+. Le chaos est arrivé. Et sa résolution ne va pas être jolie jolie», conclut Stockman ».

PeakProsperity.com, le 15 février 2015 – Traduction par Express.be

Rappel :

Vous avez aimé la dernière crise financière ? Vous allez adorer la prochaine, encore plus dévastatrice… (M. Crinetz)

Lire aussi :

Et pendant ce temps, la fuite des capitaux s’accélère en Chine… (P. Sabatier)

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Matières premières, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour David Stockman : « L’économie mondiale est sur le point de disjoncter »

  1. Ping : David Stockman : « L’économie mondiale est sur le point de disjoncter » - Ma banque a moiMa banque a moi

  2. Tikehau dit :

    David Stockman ne fait que démontrer que l’économie mondiale est au bord de l’implosion.

    Malgré cette folie de plus en plus visible et cruelle pour les peuples, ceux-ci sont toujours autant hypnotisés par le capital.

    Le retour à la réalité sera douloureux mais j’entretiens l’espoir que l’épreuve des 20 prochaines années cèdera la place à de nouveaux paradigmes économiques.

    Ne serait-il pas en effet essentiel de revenir aux principes premiers de la fonction d’une monnaie, un simple moyen d’échange (au seul service des particuliers) auquel supprimerait toute fonction spéculative ?

    Suivez avec attention ce qui se passe en Grèce. Celle-ci a servi pendant 6 ans de cobaye pour le système et pourrait devenir l’exemple d’un prochain renouveau.

    J’attends toutes sortes de surprises de la part de la banque centrale grecque, une option probable (car Poutine n’osera probablement pas, la Chine aura d’autres problèmes très prochainement…) si le couperet des grands argentiers devait tomber.

    • OOPS dit :

      Vous voulez sans doute parler de l’option pour l’hyperinflation par l’émission de monnaie servant à payer les dépenses budgétaires. Car pour le coup il s’agirait de monétisation directe conduisant à une explosion de M2 par conversion de la monnaie banque centrale en monnaie fiduciaire, alors que jusqu’à présent la monnaie banque centrale était circonscrite dans les canaux bancaires, sauf à subventionner marginalement les crédits aux entreprises dans le cadre de gros contrats passés par l’Etat à l’étranger. La faillite immédiate des banques serait certainement la meilleure issue d’une sortie de la zone euro, car elle permettrait de sortir définitivement les banques de leur rôle de financiers des entreprises pour mettre en place des circuits de financement contrôlés par l’Etat qui veillerait à la stricte équivalence entre la monnaie émise et son équivalent en production des entreprises. Autrement dit la monnaie créée équivaudrait à la monnaie produite de façon à préserver le pouvoir d’achat dont la valeur monétaire échapperait à la manipulation monétaire par les banques. Un système de troc viendrait consolider l’orthodoxie monétaire afin de faciliter les échanges au niveau local, ce qui contribuerait à l’épanouissement d’une économie rurale dont la cellule de base serait le village.

      • brennec dit :

        Les états sont les premiers et seuls responsables des manipulations monétaires leur donner l’exclusivité sur la monnaie est une erreur au niveau carrément civilisationnel.

    • brennec dit :

      Parmi les principes premiers d’une monnaie il n’y a pas que l’échange, il y a aussi le stockage de la valeur et c’est ce dernier principe qui est laminé par la monnaie fiduciaire.

  3. zorba44 dit :

    Les dominos on en revient toujours aux effets de dominos et ceux-ci sont en instabilité maximale. Il va suffire d’un rien pour provoquer la chute en cascade des dominos.
    Instabilité = zone de danger mortelle.

    Jean LENOIR

  4. zorba44 dit :

    Dictature de l’infâme 49.3, NOM : même combat. Donc mêmes cibles à abattre de toute urgence si nous ne voulons pas définitivement être les esclaves de l’oligarchie malfaisante.

    Jean LENOIR

  5. OOPS dit :

    A côté de ce qui se passe en Chine, la dette grecque est un non-événement.

    It’s becoming clear that China’s local governments — for years accustomed to easy and no-risk financing — are about to be left to fend for themselves.

    That means one third of China’s $2.5 trillion corporate bond market may not have the backstop of the government, which means it’s under threat of collapse.

    To understand how this works, you’ve got to understand how local governments get financed in China: Bonds are issued by corporations set up by local governments called local government financing vehicles (LGFV). They allow local governments to raise money without having to go through banks, and these bonds have become an $820 billion market.
    http://uk.businessinsider.com/chinas-local-govs-face-end-of-financing-2015-2?utm_content=&utm_medium=email&utm_source=alerts&nr_email_referer=1?r=US

  6. brennec dit :

    « Jamais dans l’histoire, il n’y a eu un tel surplus d’investissements, et une telle surcapacité dans l’exploitation minière du minerai de fer, les vraquiers, les aciéries, les usines d’aluminium, et ainsi de suite … » confirmation s’il en était besoin du malinvestissement pointé par Von Mises dans son analyse des crises, en cause les taux d’intérets trop bas, manipulés par les banques centrales.

  7. Ping : David Stockman : « L’économie mondiale est sur le point de disjoncter »/ Les obligations d’Etat US devraient reprendre leur hausse(Pierre Leconte)/ D’un saut de puce dans le gouffre(Charles Gave)/ Si la Fed n’a rien à cacher, elle n’a rien

  8. Ping : Plus de la moitié de la population mondiale vit sous l’emprise de politiques monétaires « accommodantes » - News360x

  9. Ping : Crise et bankster | Pearltrees

  10. Ping : David Stockman : « L’économie mondiale est sur le point de disjoncter » | ASPRO

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s