Entretien avec François Asselineau – Questions d’actualité – 15 février 2015

(source : UPR)

François Asselineau, président fondateur de l’UPR, commente l’actualité du mois de février 2015 :  loi Macron, Grèce, Ukraine, élections départementales, Parti Musulman.

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Entretien avec François Asselineau – Questions d’actualité – 15 février 2015

  1. Ping : Entretien avec François Asselineau – Questions d’actualité – 15 février 2015 - Ma banque a moiMa banque a moi

  2. zorba44 dit :

    A reblogué ceci sur Le meilleur des mondeset a ajouté:
    Et la paix financière, la paix sociale …bref la paix tout court dans cela ? où sont les médias et haro sur les merdias ?!

  3. zorba44 dit :

    Et la paix financière, la paix sociale, …bref la paix tout court dans cela ?

    Jean LENOIR

  4. Alcide dit :

    Hors sujet mais il est remarquable que la Bank of England publie une expertise sur la « Création de monnaie dans l’économie moderne » qui expose indubitablement la fraude de cette création et donc son corolaire : La dette est odieuse et doit être répudiée.

    Tout le reste qui constitue le discours actuel des économistes-système n’est que mise en scène destinée à calmer le troupeau avant le dépeçage par l’austérité au seul profit des ploutocrates rothschildiens.

    http://www.bankofengland.co.uk/publications/Documents/quarterlybulletin/2014/qb14q102.pdf

    Bank of England , un véritable nid de conspirationnistes !

    • FDS dit :

      L’argent n’est qu’une reconnaissance de dette…

      David Graeber

      La vérité éclate : un accès de franchise de la Banque d’Angleterre démolit les bases théoriques de l’austérité. (The Guardian)

      « Ce qui signifie que la limite réelle de la quantité d’argent en circulation n’est pas combien la banque centrale est disposée à prêter, mais combien le gouvernement, les entreprises et les citoyens ordinaires sont prêts à emprunter. Les dépenses du gouvernement constituent le principal moteur à l’ensemble (et le document admet, si vous le lisez attentivement, que la banque centrale finance bien le gouvernement, au final). Il n’est donc pas question de dépenses publiques « au détriment » d’investissements privés. C’est exactement le contraire. »

      http://www.legrandsoir.info/la-verite-eclate-un-acces-de-franchise-de-la-banque-d-angleterre-demolit-les-bases-theoriques-de-l-austerite-the-guardian.html

  5. Alcide dit :

    Rappel à l’ordre de Lew, Secrétaire au Trésor de l’Empire qui s’adresse aux représentants Grecs:
    Un ton plus bas !

    *LEW SPOKE WITH SAPIN, DIJSSELBLOEM, VAROUFAKIS TODAY: OFFICIAL
    *U.S. URGES SIDES IN GREEK TALKS TO TONE DOWN RHETORIC: OFFICIAL

    Treasury Secretary Lew « urges compromise » and explains he is in touch with Eurogroup, IMF, and Greece putting the onus back on Varoufakis’ shoulders by urging them to reach a deal of face additional hardhsip.

    http://www.zerohedge.com/news/2015-02-19/washington-unable-mind-own-business-urges-greece-eu-tone-down-rhetoric

    Ce qui est décrit comme une simple tempête dans un verre d’ouzo menacerait en réalité l’euro et le dollar , l’escroquerie planétaire d’extorsion ?

  6. Alcide dit :

    L’ambassadeur de Kiev en Allemagne fait publiquement une déclaration la veille de la célébration du 70e anniversaire de la défaite nazie:

    …Les néo-nazis font partie de nos forces. Sans eux, la Russie nous aurait Vaincu…
    et:
    …Ces unités (néo-nazis) se battent avec notre armée, avec la Garde nationale et d’autres unités, et ils sont coordonnés et contrôlés par Kiev..

    En France , nous avons la Théorie du Genre et la Dette Publique impayable, en Ukraine , on distribue de jolis drapeaux aux écoliers qui doivent saluer comme leur modèle idéal à petite moustache ridicule, le tout est sous commande US/OTAN/Oligarchie-Sioniste :

    http://russia-insider.com/sites/insider/files/styles/s400/public/b4j1d4eceae28cz.jpg?itok=lqDUrCTJ

    http://russia-insider.com/en/tv_ukraine/2015/02/19/3638

  7. brunoarf dit :

    Le sort de la zone euro se joue ce vendredi.

    Lisez cet article :

    Wolfgang Schäuble est l’artisan de la nouvelle gouvernance européenne mise en place après 2011 et qui s’appuie sur les directives Two-Pack, Six-Pack, sur le semestre européen, sur le traité instaurant le pacte budgétaire. La zone euro ainsi redéfinie établit comme priorité la stabilité budgétaire. Toute remise en cause de cet ordre ainsi établi représente, du point de vue allemand, le danger d’une nouvelle crise de la dette. Il y a donc nécessité de briser dans l’œuf toute tentative de modifier cette logique. Le combat devient alors politique. Il s’agit de montrer aux électeurs des pays européens qu’il est impossible de disposer de l’euro et de mener des politiques de relance ou des politiques économiques alternatives à celles promues désormais par les structures de la zone euro.

    Vider le programme politique de Syriza.

    Il faut donc absolument non seulement faire un exemple dans le cas grec en prouvant que ces politiques sont impossibles. Voici pourquoi les concessions grecques, qui cherchent évidemment à ménager des marges de manœuvre pour l’application du programme de Syriza, ne peuvent satisfaire Berlin. Ce qu’il faut, c’est réduire à néant ce programme. Voici la vraie raison de l’attachement allemand au « programme actuel. » Il s’agit de montrer que l’élection du 25 janvier n’a absolument rien modifié. Qu’elle est neutre et n’a pas eu d’impact. Hier, dans le texte du refus allemand, on aura ainsi pu remarquer que Berlin posait deux conditions à son feu vert : que le gouvernement grec accepte le programme actuel en reprenant in extenso trois phrases dictée par le gouvernement fédéral et que ce gouvernement renonce aux « lois votées par le parlement cette semaine » concernant les mesures sociales et la hausse du salaire minimum.

    Accepter la culture de stabilité ou sortir.

    L’objectif principal qui semble conduire le comportement allemand est donc celui d’une réduction à néant du programme de Syriza. Ainsi, l’architecture de la zone euro ne sera plus jamais menacée. Le choix qui se dissimule derrière cette détermination est moins un déni de démocratie qu’une mise au pas de la zone euro. Le choix pour les électeurs est alors, soit de rester dans la zone euro en acceptant la « culture de stabilité allemande », soit d’en sortir pour mener d’autres expériences. C’est la raison pour laquelle le sort de la zone euro se joue ce vendredi.

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20150220trib1c1bb8175/grece-que-veut-l-allemagne.html

  8. Ce gars-là, quoi qu’il arrive, est au-dessus de la mêlée. Permanente et bronzage de rigueur. En tant que membre du cabinet d’Alain Juppé, il a pourtant fait partie ceux qui ont fait mis en oeuvre l’intégration dans la zone euro et le Marché unique. Retraite assurée, maintenant il peut jouer les « résistants » de service, tout en copinant joyeusement avec les « charmants garçons » du gratin politique parisien.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s