Découvertes de pétrole et de gaz : les plus mauvais chiffres depuis 1952

« Voilà encore des chiffres qui vont à l’encontre des interprétations trop rapides que l’on peut entendre ici ou là sur la situation énergétique mondiale. Depuis 2009 et le début de l’incroyable progression des gaz et pétrole de schiste aux Etats-Unis, de nombreux rapports et commentaires promettent une disponibilité énergétique sans précédent à l’horizon 2020. Certains articles titraient même que nous risquions d’être noyés sous le pétrole !

Pourtant, le 15 février dernier, le Financial Times titrait: « Les nouvelles découvertes de pétrole et de gaz chutent à leur plus bas niveau depuis 20 ans ». En réalité, ce pourrait même être pire.

Découvertes de pétrole et de gaz_ les plus mauvais chiffres depuis 1952 - 1

 

Alors que les découvertes d’hydrocarbures (Gaz + pétrole) étaient quasiment nulles au début du 20ème siècle, elles ont fortement progressé après la seconde guerre mondiale et ont passé leur pic en 1964, avec 124 milliards de barils équivalent pétrole (Gbep) en une seule année. Nous passions à l’époque ce que l’on appelle le « pic des découvertes« .

Comme après chaque passage d’un pic, il y a une descente et depuis 1980, les découvertes ne dépassent plus les 50 Gbep/an, dont 20 Gb de pétrole alors que le monde en consomme chaque année plus de 32 Gb !

Découvertes de pétrole et de gaz_ les plus mauvais chiffres depuis 1952 - 2

Depuis 2010, la baisse des volumes découverts est constante malgré les prix très élevés et les investissements colossaux. En 2014, le total des découvertes est estimé à 16 Gbep, c’est-à-dire le plus bas niveau depuis 1952. Autrement dit, le monde a découvert, en 2014, trois fois moins d’hydrocarbures qu’il n’en a consommé.

Découvertes de pétrole et de gaz_ les plus mauvais chiffres depuis 1952 - 3

Ajoutons à cela qu’il s’agit uniquement de petits gisements. Aucun « gisement géant » (supérieur à 500 millions de barils) n’a été découvert cette année, ce qui montre que le nombre et la taille des gisements diminuent constamment, malgré les progrès technologiques et les prix élevés.

Ces chiffres n’ont pas d’incidence sur la production actuelle, ni pour les mois qui viennent, mais en revanche, ils présagent de très grandes difficultés avant 2020.

Cela fait plus de vingt ans que nous consommons plus d’énergie que ce que nous découvrons, il est normal que cela ne dure pas. Sans vouloir être catastrophiste … il y a quand même de bonnes raisons de l’être ! »

Benoît Thévard, Avenir sans Pétrole, le 17 février 2015

Source

Rappels :

La bulle des gaz et pétrole de schiste va bientôt éclater

4 des 7 plus gros gisements de gaz de schiste américain ont atteint leur pic de production

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Matières premières, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour Découvertes de pétrole et de gaz : les plus mauvais chiffres depuis 1952

  1. Momo dit :

    Espérons que celà nous incite à économiser pétrole et gaz très sérieusement et partout en pensant, également, l’effet de serre et à l’intoxication physique qui va avec !!

    • neofutur dit :

      A mon avis les elites vont plutot essayer de reduire drastiquement la population, et si des mesures comme le fait d encourager a tout va l avortement et le mariage homo ne suffisent pas, ils trouveront des techniques plus violentes, genre une bonne grosse guerre mondiale . . .

      • Garfy dit :

        ou des vaccins qui stérilisent la population féminine, comme au Kenya je crois

  2. Garfy dit :

    https://resistance71.wordpress.com/2012/04/16/lorigine-abiotique-profonde-du-petrole-le-pic-petrolier-est-un-dogme-speculatif/

    le pétrole n’est pas d’origine fossile – mais d’origine abiotique – et se reforme
    de plus Jean Laigret avait découvert la possibilité de produire du pétrole de synthèse dans les années 40 (institut Pasteur de Tunis et Alger) :
    « il travaille parallèlement sur la fabrication d’hydrocarbure à partir de bactéries anaérobies du sol, type perfingens »‘ (biographie – archives de l’institut Pasteur)

    D’après le professeur Durrenbach on pourrait couvrir 10 fois les besoins de la France –

    Et j’ai connu un scientifique qui avait mis au point un système pour moteurs diesel de puissance qui réduit de 15 à 20% la consommation – (et réduction de la pollution) – mais aucune société n’accepte de s’y intéresser !!!

    etc ……

    • Ritz dit :

      La théorie du pétrole abiotique est interessante mais n’a jamais été prouvé.

      • Garfy dit :

        Pour prouver, il faut chercher –
        l’énergie libre de Nikolas Tesla – gênant non !!
        Ivan Makhonine avait certainement lui aussi découvert quelque chose –
        « Chaque goutte de pétrole est une goutte de sang  » a dit Clémenceau – et c’est plus que jamais vrai –

        Fesseheim est arrêté parait-il – a-t-on cherché du côté « centrale au thorium » comme le préconisait le Professeur Edgard Nazare – Qui s’est intéressé à ses recherches – ?

      • Garfy dit :

        http://www.voltairenet.org/article178055.html
        il était ingénieur aéronautique et spécialiste de la mécanique des fluides – vous pourrez en savoir plus dans le livre de Pierre Lance  » savants maudits, chercheurs exclus »

        je sais il ne s’agit plus du pétrole – mais là dessus il avait quand même fait une recherche importante – mais je ne vais pas m’étendre davantage

    • zorba44 dit :

      Deux questions s’il vous plaît. A quelle vitesse le stock de pétrole se reconstitue-t-il selon vous ?
      Pour le scientifique, s’il vit encore, il devrait présenter ses travaux aux manufacturiers et récolter (mieux vaut tard que jamais) la récompense de sa découverte si elle est effective.

      Jean LENOIR

  3. Alcide dit :

    Le génocide des populations du Dombass par la junte de Kiev soutenue par des nazis et armés par l’OTAN/US n’est que la conséquence de la véritable raison de la guerre d’agression US en Ukraine: L’exploitation et le pillage des hydrocarbures .

    Pour cela , des recherches sont nécessaires et demandent un matériel spécialisé et coûteux…abandonné dans la hâte de la débâcle de Debaltsevo :

    http://fortruss.blogspot.fr/2015/03/ukrainian-army-leaves-american-fracking.html

  4. Marina Martin dit :

    Je croyais que le prix du pétrole avait réduit non ?

    • zorba44 dit :

      Voilà la preuve que les jeunes de tous les pays ne suivent pas les merdias officiels.
      Une très bonne nouvelle, en somme.

      Jean LENOIR

    • matbee dit :

      La question n’est pas là… la question, c’est : quelles réserves demain et après-demain (à moyen et long terme) ?

    • zorba44 dit :

      Cette émission rend le signataire perplexe. Pourquoi alors que le pétrole se re-générerait comme par miracle (et selon la demande) les USA auraient-ils besoin de la coûteuse fracturation hydraulique de merde ?!

      Pour la manipulation à des fins politiques, ça ce n’est vraiment pas un scoop.

      Jean LENOIR

      • Garfy dit :

        pourquoi « selon la demande » – la nature n’obéit pas à la demande des humains – « elle est  » c’est tout –

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s