Important : A propos des taux de rendement négatifs (B. Bertez)

A propos des taux de rendement négatifs Bruno BertezIl faut désormais payer les entreprises (GE) pour leur prêter de l’argent ! Inversion des valeurs, finance déboussolée

« Plusieurs lecteurs fidèles nous posent une question que nous regrettons de ne pas avoir évoquée : Comment se fait-il qu’il puisse y avoir des gens ou des institutions qui achètent des emprunts d’Etat ou de grandes sociétés avec un rendement négatif ?

Nous formulons autrement la question afin de faciliter la compréhension : Comment se fait-il que des gens ou des institutions paient pour posséder des titres émis par l’Etat ou des grandes sociétés comme Nestlé ? Comment se fait-il que certains acceptent de voir leur capital s’éroder de cette façon ?

D’abord il faut avoir présent à l’esprit que ce que les gens ou les institutions échangent, ce n’est pas du cash, mais des dépôts bancaires. En achetant un emprunt à taux négatif, ils procèdent à un échange, ils échangent une créance sur leur banque contre une créance sur un débiteur solide comme un gouvernement ou Nestlé.

Cela signifie qu’ils considèrent que le gouvernement en question ou la grande multinationale est plus sûre, plus solvable que leur banque. Voilà ce qu’il faut avoir présent à l’esprit. Un dépôt bancaire n’est pas un droit de propriété classique, en fait ce n’est plus un dépôt, c’est une créance sur la banque. Un dépôt bancaire n’est plus un dépôt, cela c’était avant, un dépôt bancaire c’est une relation avec la banque, relation gouvernée par les lois bancaires et le code monétaire. Or tout a été changé subrepticement. Le motif du changement est scélérat, car il se résume à ceci : en cas de crise, il ne faut pas que ce soit le contribuable qui paie, mais les clients des banques. Sous prétexte de protéger le contribuable, en fait on veut faire payer le client de la banque. C’est une escroquerie intellectuelle, car tout le monde étant bancarisé, la classe des contribuables et celle des clients se recouvrent. En fait quand ils disent « contribuables », comprenez l’Etat, le Gouvernement. Il s’agit de protéger l’Etat, le Gouvernement, de couper le lien entre le système bancaire et les gouvernements pour protéger ces derniers.

Si vous nous suivez, vous comprenez que l’achat de titres souverains ou solides avec des taux négatifs n’a de sens que si on considère que les dépôts bancaires sont menacés. En achetant ces titres, on prend une assurance, on se couvre contre un ou plusieurs risques ; ces risques sont variés, mais néanmoins réels.

Il y a le risque de taxation sur les dépôts bancaires par les gouvernements. Il y a le risque de taux négatifs sur les dépôts imposés par les banques comme cela se fait déjà, sans publicité, dans beaucoup d’endroits en Europe. Il y a le risque de bail-in c’est à dire de blocage de votre compte de dépôt lors de difficultés de votre banque. Et surtout, ce dont on ne parle pas, le risque de « run ». Un run c’est quand tout le monde se précipite à la banque pour retirer son argent. Le run met la banque en faillite par manque de liquidités et c’est le risque,  le gros risque caché du système. Ce risque est colossal. Pour le contrer, les gouvernements ont justement institué des limites aux montants de retraits et des limites dans la périodicité de ces retraits, cela protège le banques, mais cela transforme vos avoirs en avoirs non liquides, ce n’est plus du cash. Dans un second temps, après le blocage vient l’amputation, la confiscation partielle.

C’est contre tous ces risques que les gros, les ultras riches, les institutions veulent se protéger.

Et pour se protéger, alors il faut prendre une assurance et pour avoir une assurance, il faut payer. Ainsi les taux négatifs doivent être interprétés comme un coût, une prime d’assurance que l’on paie, un sacrifice pour améliorer sa sécurité.

Plus les taux vont devenir négatifs et plus ils vont se généraliser, plus les assurances seront chères, ce qui signifie que la perception du risque va augmenter et si la perception du risque augmente alors le risque réel augmente lui aussi. C’est une prophétie qui se réalise d’être crue, comme souvent en matière financière. Cela, les idiots qui gouvernent n’y ont pas pensé, ils accroissent eux même le risque qu’ils prétendent juguler.

Les taux négatifs constituent l’aveu par les gouvernements et les Banques Centrales que non seulement la crise n’est pas finie, mais qu’elle n’est pas encore commencée !

En fait nous sommes dans un gigantesque piège et la vérité oblige à dire qu’il n’y a pas d’endroit ou se cacher, « no place to hide ».

Pour fuir le risque qui pèse sur les dépôts bancaires, vous pouvez acheter des fonds d’Etat, des obligations Corporates, des actions etc . Mais tout ce que vous pouvez acheter est surévalué. Tout ce qui est achetable est en bulle comme on dit. Le risque de baisse est colossal, au moins de 50% mais plutôt de 60% à mon avis. Donc vous remplacez un risque de prélèvement peut être pas trop important, par un risque d’amputation de votre capital beaucoup plus gros.

Ils ont piégé les gens, les peuples, voilà la réalité et c’est volontaire, c’est cynique.
Quand on est en mode risk-off, c’est à dire peur du risque, on va sur le cash et les fonds d’Etat avec les risques que cela comporte et décrit ci-dessus, quand on est en mode risk-on, appétit pour le risque, on va sur les actions et on supporte les risques de surévaluation que cela comporte.

Dans l’univers conventionnel, vous êtes baisés pour parler crument.

Les gouvernements jouent avec vous à cache-cache, mais vous êtes toujours perdants.

Tout se passe comme sur l’autoroute lorsqu’il est embouteillé. Vous voyez un trou, vous changez de file et vous croyez aller plus vite que les autres. Quelques minutes plus tard vous constatez que c’est votre ancienne file qui roule mieux, vous rechangez et ainsi de suite. Vous avez oublié dans votre comportement la loi du marché qui est que tout s’égalise, au fil du temps.

Si vous fuyez le cash, vous allez vous faire tarter par les taux négatifs sur les fonds d’Etat, si vous fuyez les fonds d’Etat vous allez vous faire tarter sur les actions etc, en boucle… no place to hide.

L’achat d’or est une assurance, mais il a un coût bien entendu. Ils se débrouillent pour vous faire peur, vous dissuader, donc faire chuter les cours de temps à autre, ils introduisent de la volatilité. Et puis ils vous effraient avec les menaces de réquisition, de taxation, de vol etc. Et l’or n’est pas très liquide, c’est un coût à ajouter.

or coursMais la seule protection c’est de sortir de l’univers, de leur univers.

Nous conseillons :

  • -beaucoup de cash chez soi.
  • -de l’or physique en pièces sans prime, type Kruger ou 50 Pesos mexicaine.
  • -des fonds d’Etat maturité courte 3 ans par exemple.
  • -des OPCVM d’immobilier locatif.
  • -de l’immobilier locatif de petite surface en zone urbaine.
  • -de financer sa propre activité, sa petite entreprise ».

Bruno Bertez, Le Blog à Lupus, le 15 mars 2015

Rappels :

En France même, le filet bancaire se resserre (B. Bertez)

Ils détruisent sciemment votre retraite, vos assurances vie, votre épargne et votre protection sociale (B. Bertez)

Lire aussi :

[Taux 0,00%] Tout va bien !

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Important : A propos des taux de rendement négatifs (B. Bertez)

  1. Ping : Important : A propos des taux de rendement négatifs (B. Bertez) - Ma banque a moiMa banque a moi

  2. Geraldine dit :

    « la seule protection c’est de sortir de l’univers, de leur univers. »

    Oui absolument car leur univers est un piège comme le dit excellemment l’article. On est en train de se faire dépouiller par les oligarchies financières.

    Mais je ne suis pas persuadée que les solutions proposées par Bertez soient à la hauteur du défi :

    Le cash se dévalue très vite…. l’or peut être réquisitionné, interdit ou manipulé sur les marchés (prix fixé arbitrairement par les banksters)… (la seule échappatoire serait d’envisager que surgissent des prix libres grâce au marché noir)… l’immobilier va se casser la g… et les fonds d’Etat même très court terme sont sujets à un possible défaut.

    L’entreprise personnelle, oui peut-être. Mais tellement d’aléas et puis tout le monde n’a pas la fibre entrepreneuriale !

    Donc à part changer de pays ou de continent…

    • zorba44 dit :

      L’or de par les manipulations et la rareté devient très vite un marché de gré à gré. Il n’est que de voir les banquiers qui veulent vous vendre du physique …mais sans vous le livrer !

      Jean LENOIR

    • neli dit :

      pour ma part,il est trop tard.préparez vous au choc

  3. Nanker dit :

    « l’or peut être réquisitionné, interdit ou manipulé sur les marchés (prix fixé arbitrairement par les banksters)… (la seule échappatoire serait d’envisager que surgissent des prix libres grâce au marché noir)…  »

    Le cours de l’or est effectivement manipulé à la baisse par les banques (les mêmes qui ont crée cette crise…) MAIS on peut imaginer que la Chine et la Russie (plus l’Inde?) vont établir leur propre marché du métal jaune, avec des cours plus réalistes cad beaucoup plus hauts.
    Dans ce cas on peut penser que l’or des serfs de l’Empire (USA Europe Japon) sera discrètement transferré aux trois pays sus-nommés. C’est toujours le plus offrant qui au final emporte la mise.

    Bon cela accélèrera la faillite des économies-papier que nous sommes. 😆

  4. Bien que pas directement dans le sujet, Il y a un élément qu’il convient d’intégrer dès lors que l’argent ne rapporte plus en tant qu’actif rentier sur.
    En effet, la perte de ce revenu fragilise tout le système par capitalisation des retraites ainsi que les assurances et les banques dès lors qu’il y aurait un ralentissement où une stagnation boursière.
    C’est pour cette raison que la FED est incitée à relever ses taux.
    Or si elle relève ses taux, le risque est d’encourager encore la hausse du $ ce qui outre le fait d’handicaper les exportations incitera les américains à importer plutôt qu’à fabriquer dans le pays ce qui accentuera mécaniquement le déficit et la dette du pays avec pour horizon un défaut inévitable.
    Il n’y a plus de mesure pour sauver le soldat étasunien…

  5. christ dit :

    bon , ben je n’ai pas les moyens d’acheter de l’or , en revanche , je peux faire un stock de conserves , au moins ça nourrit son homme ;

    • sirben dit :

      une petite pièce d’or ou d’argent ça ne coute pas cher ! et ça garde plus longtemps que des conserves

      • zorba44 dit :

        Oui c’est vrai …mais dans la longueur d’une existence on peut très bien consommer des conserves au-delà de la date de péremption tant que la boîte n’est pas bombée.

        Jean LENOIR

  6. zorba44 dit :

    Le taux négatif est le moyen « intelligent » de dépouiller progressivement la dette par des ponctions directes. Comme ce prélèvement agit directement sur les agents économiques, il contribue à en affaiblir son tissu.

    Ce qui est fort clairement dit dans cet article c’est que la crise ne fait réellement que commencer.

    Les grains de sable ne sont plus contenus que dans la réaction des agents économiques que les médias vont tout faire pour minimiser voire passer sous silence tant qu’ils ne seront que des miettes éparpillées. Mais comme le feu, le grain sable possède une masse critique, et, lorsqu’elle est atteinte c’est la tempête !

    Jean LENOIR

  7. neofutur dit :

    et ne pas oublier de faire une petite place a bitcoin dans votre portefeuille

  8. dwarf dit :

    Le bitcoin monnaie virtuelle…à proscrire. Les Etats sont en train de remettre la main dessus.

  9. Ping : La chasse au cash est lancée… Pour combattre le terrorisme, vraiment ? | Philippehua's Cellule 44

  10. Ping : Les taux d’intérêts négatifs ou la douce confiscation progressive. Partie 1 Par Liliane Held-Khawam | Le blog de Liliane Held-Khawam

  11. Ping : The Committee To Destroy The World, Le comité pour détruire le monde (Pierre Leconte)/ Vous avez aimé la crise financière de 2008, vous allez adorer la prochaine/Le monde magique des taux d’intérêt négatifs (Bruno Colmant)/ Les taux d’inté

  12. Ping : The Committee To Destroy The World, Le comité pour détruire le monde (Pierre Leconte)/ Vous avez aimé la crise financière de 2008, vous allez adorer la prochaine/Le monde magique des taux d’intérêt négatifs (Bruno Colmant)/ Les taux d’inté

  13. Ping : The Committee To Destroy The World, Le comité pour détruire le monde (Pierre Leconte)/ Vous avez aimé la crise financière de 2008, vous allez adorer la prochaine/Le monde magique des taux d’intérêt négatifs (Bruno Colmant)/ Les taux d’inté

  14. Ping : Les taux d’intérêts négatifs ou la douce confiscation progressive – Partie 1 – Par Liliane Held-Khawam | Philippehua's Cellule 44

  15. Ping : Les taux d’intérêts négatifs, ou la confiscation progressive et l’asservissement du peuple | Le Blog de la Résistance

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s