Jeux de pouvoir autour d’un changement de régime en Russie (P. Escobar)

pepe escobar jeux pouvoir russie« Le changement de régime en Russie dont rêve l’Empire du Chaos a toujours été lié au contrôle de larges pans de l’Eurasie.

Avec des amis comme Donald Tusk, le président du Conseil européen, et le général Philip Breedlove, le commandant suprême de l’Otan, l’Union européenne (UE) n’a certes pas besoin d’ennemis.

Le général Breedlove, dont le nom se traduit littéralement en français par Folamour [ça ne s’invente pas – NdT], s’est particulièrement distingué dans son imitation du docteur du même nom avec ses mises en garde quotidiennes d’une invasion de l’Ukraine par les méchants Russes. L’establishment politique allemand ne trouve pas cela drôle.

Quant à Donald Tusk, lors d’une rencontre avec le président des USA Barack Obama, il a repris à son compte la tactique de diviser pour régner, en soutenant que des adversaires de l’étranger cherchaient à diviser les USA et l’UE, alors qu’en fait ce sont les USA qui cherchent à semer la division entre l’UE et la Russie. Tout de suite après, il a jeté le blâme à la fois sur la Russie et sur le faux califat de l’EIIS/EIIL/Da’ech.

La porte de sortie de Tusk ? L’UE devrait ratifier le racket concocté par le monde des affaires aux USA connu sous le nom de Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (PTCI), la version commerciale de l’Otan. L’Occident pourra alors régner indéfiniment.

On pourrait dire que l’Otan incarne l’ultime paradoxe existentiel géopolitique, à savoir une alliance dont l’existence repose sur la gestion du chaos qu’il nourrit.

Un coup d’œil sur tout ce qui gravite autour de l’Otan permet toutefois de constater que les tactiques de diversion abondent. La dernière en date a été évoquée par le russophobe notoire Zbigniew grand échiquier Brzezinski. Lors d’une conférence au Center for Strategic and International Studies, Zbig a soutenu que les USA et la Russie devraient s’entendre sur le fait que si l’Ukraine rejoint l’UE, elle ne deviendra pas membre de l’Otan.

Sauf qu’il y a un petit problème, Docteur Zbig. L’UE n’a absolument aucun intérêt à accueillir un État en déliquescence maintenu en vie artificiellement (à un coût exorbitant) par le FMI et techniquement englué dans une guerre civile.

Par ailleurs, les USA ont tout intérêt à ce que l’Ukraine rejoigne l’Otan, car c’est la raison d’être de la diabolisation post-Maïdan à outrance de la Russie.

Qu’il s’agisse d’une manœuvre de Zbig, d’une idée chimérique néoconservatrice, de la convoitise de certaines factions des Maîtres de l’Univers de l’Empire du Chaos ou de toutes ces réponses, le but ultime demeure un changement de régime et le démembrement de la Russie. Les services secrets russes connaissent très bien le fin fond de l’histoire.

Pour prévenir les coups, il n’y a qu’une solution possible, qui comprend la levée des sanctions contre la Russie, la fin du raid sur le rouble et de la guerre des prix du pétrole, la sortie des pays de l’Est de l’Otan, la reconnaissance de la Crimée comme faisant partie de la Russie et la création, à l’est de l’Ukraine, d’une entité entièrement autonome faisant néanmoins partie de l’Ukraine.

Nous savons tous que ce n’est pas demain la veille que cela arrivera. Un climat malsain de guerre froide 2.0 va prévaloir et la campagne de diabolisation incessante ne manquera pas de tirer les marrons de ce feu. Un nouveau sondage Gallup a révélé que la plupart des Américains placent maintenant la Russie devant la Corée du Nord, la Chine et l’Iran comme l’ennemi public numéro un des USA et la plus grande menace contre l’Occident.

Les missiles de croisière s’amusent

Le changement de régime en Russie dont rêve l’Empire du Chaos a toujours été lié au contrôle de larges pans de l’Eurasie. L’accession au pouvoir d’une marionnette à Moscou (qui serait une copie conforme d’un larbin bourré comme Eltsine) permettrait à l’Occident de mettre la main sur les immenses ressources naturelles de la Russie, avec en prime celles se trouvant dans les pays limitrophes en Asie centrale.

En revanche, si la Russie maintient son influence, même indirecte, en Ukraine et sur la manne pétrolière et gazière en Asie centrale, Moscou serait bien capable d’avoir de nouveau des velléités de superpuissance. Ce qui est principalement en cause une fois de plus ici, c’est la domination du pipelinistan eurasiatique, toute autre considération étant perçue comme une menace directe au monde unipolaire.

Les services secrets russes sont fort conscients de la pression constante exercée par les USA pour gruger des morceaux de la Russie et les affaiblir jusqu’à faire de la Russie une zone dévastée livrée au chaos, à la manière de l’Irak ou du Yémen, sans pour autant empêcher les ressources naturelles de circuler librement jusqu’en Occident.

Voilà pourquoi la pression a atteint des proportions d’une ampleur digne d’une guerre nucléaire. Certains adultes au sein de l’UE commencent à bien saisir la situation.

L’UE n’a tout simplement pas les moyens d’investir dans les pays de l’Asie centrale ou d’injecter des milliards d’euros (dévalués) dans des pipelines en Azerbaïdjan, en Libye, au Nigeria et au Moyen-Orient (de l’Irak au Yémen), où c’est la pagaille. L’UE ne peut compter sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord pour assurer sa sécurité énergétique et sans la Russie, elle la perd totalement.

Ce concours de circonstances rend le spectre d’une guerre froide 2.0 qui commence à chauffer encore plus ahurissant. Il va sans dire que la Pologne, l’Ukraine et les autres malheureux pays de l’Est ne seraient que des pions sur l’échiquier si une guerre civile ouverte éclatait en Ukraine, qui est l’objectif explicite de l’univers fantaisiste des USA qu’est le Kaganat de Nuland, appelé aussi le Nulandistan.

Dans un scénario de guerre (terrifiant, il faut l’admettre), la Russie fermerait l’espace aérien de l’est de l’Ukraine aux forces aériennes des USA au moyen d’une batterie de missiles défensifs perfectionnés. Des armes nucléaires tactiques seraient utilisées pour la première fois. L’Europe deviendrait pratiquement sans défense si jamais les docteurs Folamour de l’Otan songeaient à déclencher une guerre nucléaire totale. Sauf que les missiles balistiques intercontinentaux, les missiles de croisière et les avions de combat de l’Otan ne pourraient percer les systèmes de défense antimissiles russes S-400 et S-500.

Provoquer l’ours russe est une tactique vouée à l’échec. Le retrait de la Russie du Traité sur les Forces conventionnelles en Europe n’est pas une mince affaire et l’Otan est plus qu’alarmée. À cela s’ajoute l’annonce, par Moscou, que la Russie a le droit de déployer des armes nucléaires en Crimée (c’est peut-être déjà fait). Dans l’intervalle, les militaires russes continuent de mettre à l’épreuve les défenses de l’Otan en faisant voler leurs avions à l’intérieur du périmètre défensif de l’Otan.

L’Eurasie ne cesse de souffler le chaud (la provocation) et le froid (la réconciliation). Cui bono ? Moscou est passé maître dans l’art d’amener Washington et l’Otan à se perdre en conjectures.

Il ne faut pas vendre la peau de l’ours…

Poutine a été le premier à proposer, il y a quelques années, de créer un vaste empire commercial s’étendant de Lisbonne à Vladivostok, qui englobait aussi la Chine, au moyen d’un train à grande vitesse pour éviter les eaux sous contrôle des USA. C’était cela le plan commercial original et non une alliance sino-russe contre l’Otan.

Ce que l’Empire du Chaos est parvenu à faire en Ukraine, pour l’instant du moins, c’est de diviser l’Eurasie en trois blocs qui se font concurrence: la France et l’Allemagne alliées des USA (quoique les deux commencent à avoir des doutes), la Russie, et la Chine, contrebalancée par le Japon. C’est diviser pour régner une fois encore, la puissance hégémonique américaine étant toujours capable d’adapter et d’affiner sa proverbiale stratégie de politique étrangère fondée sur le largage de bombes et l’intimidation.

Mais il ne faut pas vendre la peau de l’ours (géopolitique) avant de l’avoir tué. Le partenariat stratégique russo-chinois poursuit sa progression (à surveiller : le sommet des BRICS et celui de l’Organisation de coopération de Shanghai en Russie cet été). L’exploitation de la manne pétrolière et gazière de la Russie et de l’Asie centrale poursuivra son virage vers la Chine et l’Asie. D’ici quelques années, ce devrait en être fait du mantra des exceptionnalistes maîtres du jeu.

Un changement de régime vous dites ? Vous pouvez toujours rêver ».

Traduit par Daniel, relu par jj pour le Saker Francophone

Pepe Escobar est l’auteur de Globalistan: How the Globalized World is Dissolving into Liquid War (Nimble Books, 2007), Red Zone Blues: a snapshot of Baghdad during the surge (Nimble Books, 2007), Obama does Globalistan (Nimble Books, 2009) et le petit dernier, Empire of Chaos (Nimble Books).

Lire aussi :

Allemagne-OTAN, premier conflit ouvert à propos de la crise ukrainienne

Une pétition de 1.3 millions d’Européens contre le TTIP

Il ne faut plus parler de l’Ukraine dans l’OTAN

L’Empire du chaos : un nouvel épisode de l’oeil itinérant

La Russie sort complètement du Traité sur les armes conventionnelles

La Russie et la Chine vont améliorer leur coopération dans l’énergie nucléaire

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Jeux de pouvoir autour d’un changement de régime en Russie (P. Escobar)

  1. Ping : Jeux de pouvoir autour d’un changement de régime en Russie (P. Escobar) - Ma banque a moiMa banque a moi

  2. Laurent dit :

    « Avec des amis comme Donald Tusk, le président du Conseil européen, et le général Philip Breedlove, le commandant suprême de l’Otan, l’Union européenne (UE) n’a certes pas besoin d’ennemis. »
    Parfaitement d’accord. Donald Tusk. …Ce Polonais est un monomaniaque, un obsessionnel du péril russe qui conduit l’Europe sur une pente très dangereuse… D’ailleurs il a été mis à ce poste pour cette raison, par ses maîtres américains.

    http://www.lesoir.be/826357/article/actualite/union-europeenne/2015-03-19/donald-tusk-un-president-trop-monomaniaque

  3. matbee dit :

    Les 2 blocs sont en état d’alerte nucléaire, la tension est extrême… L’affaire est très grave les amis !! Regardez les décisions prises par Cameron, l’UE, l’OTAN…. ne pas chercher ailleurs les raisons de la disparition de Poutine.

  4. Strangelove dit :

    Le Dr Folamour étasunien va t il nous rejouer la même scène mais POUR DE VRAI cette fois -ci?
    A little « funny »……

  5. brunoarf dit :

    Samedi 21 mars 2015 :

    La mise en place d’un système de propagande au niveau européen.

    Il y a quelques mois, le média EUobserver signalait l’existence d’un document informel à l’initiative de la Grande-Bretagne, de la Lituanie, de l’Estonie et du Danemark, appelant à doter l’UE de moyens d’informations communs destinés à « déconstruire… la propagande hostile » que représenteraient les médias russes dans le cadre du conflit ukrainien.

    L’affrontement du bloc américano-occidental et de la Russie, a en effet permis de mettre à jour l’embrigadement des grands médias occidentaux sur les sujets géopolitiques et stratégiques et a permis à de nombreux citoyens européens à la recherche d’une information réaliste et factuelle de s’informer hors de la sphère d’influence américaine par le biais des grands médias russes, comme Russia Today, qui dispose maintenant d’une édition en langue française. La simple comparaison entre les informations déployées à l’intérieur du bloc OTAN et celles circulants hors de la sphère d’influence américano-occidentale, permet effectivement de prendre conscience de la propagande de guerre à l’oeuvre dans les médias européens et de leur manipulation de l’information.

    Le document, probablement d’origine états-unienne, prévoyait donc la mise en place au niveau européen d’une « plate forme permanente au sein de laquelle l’UE et l’OTAN pourraient échanger leurs points de vue sur la communication stratégique » et appelait les producteurs médiatiques à « encourager les échanges entre les productions des différents pays (divertissements, films, documentaires) afin de fournir des alternatives compétitives à la production russe sur le marché européen de la télévision. »

    Le conseil européen des 19 et 20 mars derniers, a adopté à cet effet une « feuille de route » concernant la mise en place des mesures préconisées par ce document, sous la supervision de la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, dans le but « de superviser le nouveau programme d’envergure pour contrecarrer le travail des médias russes. »

    Cette dernière a notamment déclaré le 19 janvier : “Nous travaillons sur la mise en place d’une stratégie de communication pour faire face à la propagande en langue russe“.

    A cet effet, il est prévu de lancer un grand média en langue russe destiné à promouvoir la vision atlantiste dans la sphère d’influence de la Russie et à contrer Russia Today, sur le modèle des anciens médias opérés par la CIA du temps de la guerre froide, comme Radio Liberty ou Radio Free Europe. Le document, qui n’a pas été rendu public et serait classé « secret défense », mais dont certains éléments ont fuité, invite également les journalistes d’investigation à se rapprocher de structures telle que la European Endowment for Democracy, opérée par la CIA.

    Russia Today, en tant que premier média international russe, est la cible privilégiée de cette campagne. En Grande-Bretagne, l’Office of communications, la structure de régulation des médias, a formulé en décembre un avertissement à Russia Today en menaçant de lui retirer sa licence si la chaîne ne tenait pas compte de ses remarques.

    En début d’année, le rédacteur en chef du quotidien américain The Economist, Edward Lucas, a qualifié les employés de Russia Today « d’excentriques et de propagandistes » et a appelé à leur boycott. Il a notamment affirmé : « Quiconque déposera son CV sur mon bureau et que je vois que cette personne a travaillé chez RT ou Sputnik ou quelque choses comme ça, alors ce CV sera jeté à la poubelle. Nous devons être capables d’humilier ces chaînes, ces personnes et les personnes qui les ont nommés, les producteurs qui les ont lancés et de les repousser en marge du monde des médias pour qu’on ne les considère plus comme de vrais journalistes ou de vraies chaînes mais comme des excentriques et des propagandistes. »

    Un premier pas dans la mise en place d’une stratégie européenne de propagande de masse vient d’être effectué avec la signature d’une alliance entre sept grands quotidiens nationaux qui comprend Le Figaro, pour la France, La Republica pour l’Italie, El Pais pour l’Espagne, Le Soir pour la Belgique, La Tribune de Genève et Tages-Anzeiger pour la Suisse, et qui sera dirigée par Javier Moreno, ancien directeur de la rédaction d’El País.

    Les objectifs officiels sont « la mise en commun des compétences ainsi que la promotion du journalisme de qualité. »

    Cette alliance a été nommée Leading European Newspaper Alliance  (LENA) et elle s’est donnée pour objectif opérationnel de mettre en place une « plateforme d’entraide entre éditeurs pour partager leurs expériences à l’ère numérique« , c’est-à-dire qu’elle proposera une plateforme de mutualisation des contenus. Cette mutualisation aura pour conséquence une réduction de la diversité éditoriale et une uniformisation des contenus à l’échelle européenne, ce qui facilitera l’imposition et la circulation de la propagande atlantiste à l’échelle du continent. L’objectif affiché est ainsi de « faire émerger une opinion publique en Europe » …

    Guillaume Borel

    http://lesmoutonsenrages.fr/2015/03/21/la-mise-en-place-dun-systeme-de-propagande-au-niveau-europeen/

    • zorba44 dit :

      Si nous avons bien compris, Le Figaro, La Republica, El Pais, Le Soir, La Tribune de Genève et Tages-Anzeiger sont à mettre à la poubelle et à être boycottés !

      Jean LENOIR

  6. Abroz60 dit :

    Merde je suis abonné au Tages-Anzeiger. J’ai vraiment pas de chance et en plus c’est en allemand!
    Merci de bien vouloir confirmer l’existence de cette alliance!
    Un journal zürichois à la solde de l’EU et de l’OTAN…. Bon pour le boycott on verra plus tard.
    Nous on aime les Russes du côté de la Parade Platz.
    Zorba: ski demain matin à Hoch Ybrig et peut-être un peu de voile l’après-midi avec le TA du samedi.

    • zorba44 dit :

      Au lieu de skier et faire de la voile, ce serait mieux de faire des semis pour le printemps et faire rapidement des conserves pour l’abri-atomique …conseil gratuit de Zorba !

      Jean LENOIR

      • Abroz60 dit :

        Abri-atomique et cave à vin connecté. Quelques conserves et du fil de pêche pour les Eglis du lac. Beau temps en haut à Ybrig, un peu de brouillard en bas des pistes. Zorba46 a voté et vient en CH pour la célébration de l’anniversaire de Zorba44 par contumace et visites d’élevages bio de colombes et canaris.

  7. Alcide dit :

    Docteur Folamour, le retour :
    Breedlove appelle à une guerre de l’information contre la Russie .

    Le commandant en chef des forces de l’Otan en Europe a exhorté l’Occident à « mettre en lumière les mensonges russes ».

    Un rideau de fer contre la vérité ?
    L’Occident doit s’engager dans une guerre de l’information contre la Russie sur les médias sociaux, estime le commandant en chef des forces de l’Otan en Europe Philip Breedlove.

    « Il est nécessaire que nous nous engagions dans cette guerre pour mettre en lumière ces mensonges et pour les dénoncer », a indiqué le général américain cité par le Lincoln Journal Star…
    Suite:
    http://fr.sputniknews.com/international/20150323/1015287942.html

    Un scandaleux procédé typique des tyrannies les plus dégénérées.
    Ils veulent censurer l’accès libre à l’information , car c’est nous seuls qui devons décider qui regarder et croire après une juste analyse, c’est à dire l’usage du minimum démocratique…

    Mais bon, rien qu’a voir leurs gueules on peut s’en douter.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s