La déflation en un graphique : pourquoi vous ne constatez pas la baisse des prix

« Les politiciens et les banquiers centraux redoutent le spectre de la déflation (qui provoque une baisse des prix des biens et services), mais pour le consommateur moyen, c’est plutôt la baisse du pouvoir d’achat suite à la hausse des prix, qui est le problème.

Le cabinet britannique YouGov a établi un graphique sur la base d’une étude des prix des différentes catégories de produits dans plusieurs pays de la zone euro qui permet d’expliquer ce paradoxe :

La déflation en un graphique pourquoi vous ne constatez pas la baisse des prix

Il montre que l’évolution des prix des produits et services n’a pas été du tout homogène, et qu’il existe même de grandes disparités entre les différentes catégories. On peut établir une distinction bien nette entre les biens et services de nécessité (alimentation et boissons non alcooliques (+ 21%), électricité (+ 50%), eau (+ 34%)), dont les prix ont augmenté d’entre 20 et 50% sur les 10 dernières années, tandis que le coût des biens et services que l’on achète plus pour le plaisir, la fonctionnalité, ou le statut (téléphones mobiles (-70%), télévisions (-60%), ordinateur, appareils ménagers (-7%)), a baissé au cours de la même décennie.

Résultat : les consommateurs ont bien raison de penser que l’inflation réelle est plus élevée que ce que leur indiquent leurs gouvernements respectifs. La majorité de leurs revenus nets, qui ont augmenté de seulement 8,5% au cours des 5 dernières années, est consacrée aux produits et services nécessaires maintenant 20 à 50% plus chers, et de plus en plus de familles ont du mal à joindre les deux bouts.

Cette constatation a des implications importantes en matière de politique économique ; si le prix des produits de base demeure élevé, ou s’il s’élève encore davantage, la Banque Centrale Européenne échouera à insuffler une reprise économique basée sur la consommation des ménages.

Même la chute récente des cours du pétrole n’est pas l’aubaine que l’on croit. Les contrats portant sur la fourniture énergétique sont souvent négociés 3 années à l’avance, ce qui signifie que la baisse des prix de gros grâce au gain réalisé sur le coût de l’énergie sera différée dans le temps.

En outre, les carburants pour les voitures ne représentent que 4,5% du panier de l’Indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) de la zone euro ».

Express.be via Goldbroker.com, le 27 mars 2015

Rappels :

France : Tous les tarifs augmentent en ce début d’année mais à part ça il n’y a pas d’inflation…

Les gouvernements ont besoin de l’inflation, pas les économies (Peter Schiff)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La déflation en un graphique : pourquoi vous ne constatez pas la baisse des prix

  1. Ping : La déflation en un graphique : pourquoi vous ne constatez pas la baisse des prix - Ma banque a moi

  2. Galuel dit :

    La baisse du pouvoir d’achat ne résulte pas d’une hausse des prix uniquement. Le pouvoir d’achat du revenu peut se mesurer correctement, uniquement et uniquement par la relation entre le bien visé (B) pour l’achat, et le revenu de l’individu (I)I par la relation : Prix(B) / Revenu (I), toute analyse globale ne représentant pas et n’ayant jamais représenté à aucun moment, aucun indicateur valide selon (B,I). Exemple : le pouvoir d’achat du m² Immobilier a baissé de de 60% entre 1998 et 2015 pour, et seulement pour, les individus qui ne vivraient que du RSA/RMI entre ces deux dates.

    Ne pas tenir compte de (B,I,t) = (Bien visé, Individu, temps) en tant que point de vue Relatif, est un biais intellectuel, valorisant un point de vue particulier, sans préciser sa parfaite relativité.

    Cela revient à croire et faire croire qu’il existerait, quelque part, un référentiel absolu.

  3. Adam Trader dit :

    Et oui, l’impact de la chute du cours du pétrole sera différé dans le temps, et ça, peu de gens s’en rendent compte. 2017-2018 c’est loin… Grosomodo, ce sont bien les produits de première nécessité qui sont impactés par la hausse des prix, et les produits technologiques impactées par une baisse. Le contraire aurait été préférable…

    • zorba44 dit :

      Ce qui est surprenant, c’est la mentalite des prix, de la formation des prix… Ici en NZ les prix du petrole montent et baissent au jour le jour…

      Jean LENOIR

  4. Ping : A PROPOS Par Bruno Bertez/ Comme la Grèce a déjà tué l’Europe (Éric Verhaeghe) | Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

  5. Ping : Washington est perdu dans l’arrogance et la folie… | ASPRO

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s