A court d’argent, la Grèce admet avoir préparé un plan de retour à la drachme

grece retour drachme

« Pour honorer leurs engagements sociaux, les autorités grecques en sont déjà réduites à racler les fonds de tiroirs et pensent même à revenir à la drachme.

Le gouvernement grec de la gauche radicale a préparé un plan de nationalisation du système bancaire et d’introduction d’une monnaie parallèle à l’euro, rapporte vendredi le journal britannique The Telegraph, en référence à des sources au sein du parti grec au pouvoir SYRIZA.

Ce plan sera mis en œuvre si Athènes n’arrive pas s’entendre avec l’Europe sur le programme d’assistance financière. Dans un tel cas, le gouvernement n’aura tout simplement pas l’argent nécessaire pour honorer ses engagements sociaux, indiquent les sources. 

Selon The Telegraph, cela contraindrait les autorités de revenir à la drachme qui n’est plus en circulation depuis 2001, soit depuis l’adhésion de la Grèce à la zone euro. C’est justement en drachmes qu’on prévoit de verser des salaires et des retraites aux Grecs.

Athènes est à court d’argent, et pour honorer ses engagements, il en est déjà réduit à racler les fonds de tiroirs. La dette du pays s’élevant à 320 milliards d’euros.

Selon des experts, il s’agirait de la mise en circulation d’un instrument monétaire à l’échelle nationale, un « euro-drachme » parallèle mais restant lié à l’euro, et visant à compléter et non remplacer ce dernier ».

Sputnik, le 3 avril 2015

Rappels :

Un défaut de la Grèce pourrait se produire dans les 2 semaines

Charles Gave : « Le danger c’est que la Grèce sorte de l’euro… et que ça marche ! »

Lire aussi :

La Grèce se prépare à nationaliser son système bancaire et à introduire une monnaie parallèle

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour A court d’argent, la Grèce admet avoir préparé un plan de retour à la drachme

  1. Ping : A court d’argent, la Grèce admet avoir préparé un plan de retour à la drachme - Ma banque a moi

  2. coockburn dit :

    contango
    le gofo a éte supprimer le 31 janvier 2015
    les trois dernnier mois c est record sur record en achat physique or sur le SGE
    janvier février et mars 2015
    ‘499 tonnes pour mars qui pulvérise le record de février établis a 343 tonnes
    pour l argent c est aussi record
    si l indice de l écart entre les contrat a terme et les achat comptant (gofo) devais être publié je ne m avance pas trop en affirman que ce chiffre serais catastrophiquement négatif
    contango
    backwardation
    l échauffement d une ruée vers l or qui se profile qui a même commencé les pic suivie d une baisse serons le signal d une pénurie
    entre la chine la Russie l inde et le reste de la planète c est 950 tonnes de siphonné chaque mois
    en tenant compte d un flux tournant entre achat et vente ont peut raisonnablement estimé
    a 700 le tonnages d or quittant pour ce marché pipé
    la production mensuel est de 220 tonnes

  3. brunoarf dit :

    L’Islande est en train de faire une révolution.

    Et même : l’Islande est en train de faire LA Révolution.

    Lisez cet article :

    Un changement radical dans l’histoire de la finance moderne : l’Islande veut redonner le monopole de la création de monnaie à sa banque centrale.

    Le gouvernement islandais envisage de retirer des banques la création monétaire pour la confier à la seule banque centrale de l’île.
    Dans un rapport de 113 pages commandé par le Premier ministre islandais, intitulé «A better monetary system for Iceland » (« Un meilleur système monétaire pour l’Islande » – voir ce rapport ci-dessous), Frosti Sigurjonsson recommande au Framsóknarflokkurinn (Parti progressiste) au pouvoir de confier entièrement la création de l’argent à la banque centrale, avant de remettre cette prérogative au parlement.
    L’Islande veut ainsi mettre fin à un système qui s’est caractérisé par une série de crises, y compris la crise financière de 2008, qui a mis le pays en quasi-faillite.
    Si ce plan est approuvé par le parlement islandais, il changera totalement la donne et apportera un changement radical dans l’histoire de la finance moderne.

    On peut donc supposer que les banques commerciales du monde occidental doivent suivre cette initiative avec beaucoup d’attention, et d’inquiétude, dans la mesure où elle vise à les déposséder d’un certain pouvoir.

    L’Agence France Presse a présenté ce projet :

    Selon l’étude, à laquelle ont participé quatre banquiers centraux, l’île a connu plus de 20 crises financières de divers types depuis 1875, avec six crises graves qui se produisent environ tous les 15 ans. Frosti Sigurjonsson précise que ces passages de crise surviennent à des moments bien déterminés :

    « Le problème survient à chaque fois à partir d’une bulle de crédit pendant un cycle économique fort. »

    Selon Frosti Sigurjonsson, les banques centrales n’ont pas le pouvoir de restreindre cet emballement du crédit, ce qui fait grimper l’inflation, favorise les prises de risque excessives et la spéculation, fragilise les banques et mène à des interventions coûteuses de l’État.
    En Islande, comme dans les autres pays développés, la banque centrale contrôle l’émission des pièces et des billets, mais ce n’est pas elle qui est à l’origine de la création de la plus grande partie de la masse monétaire (« M1 »). Celle-ci provient des lignes de crédit que les banques octroient à leurs clients. La seule possibilité de la banque centrale, c’est de tenter d’influencer le rythme de cette création monétaire au travers de sa politique monétaire.

    Le rapport indique ainsi que les banques commerciales en Islande ont créé environ 91% de l’argent en circulation, comparativement à 9% pour la banque centrale islandaise.

    En vertu de la proposition nommée « Sovereign Money » (« Argent souverain »), la banque centrale islandaise deviendrait la seule instance ayant le pouvoir de créer de l’argent.

    « De façon essentielle, le pouvoir de création de la monnaie est isolé du pouvoir de décider comment cet argent sera utilisé », a écrit Frosti Sigurjonsson dans sa proposition. « Comme pour le budget de l’Etat, le Parlement débattra sur ​​la proposition du gouvernement concernant la répartition de la monnaie nouvellement créée ».
    Les banques poursuivraient leurs activités de gestionnaires des comptes et des transferts bancaires et elles agiraient comme des intermédiaires entre les prêteurs et les emprunteurs en matière de crédit.

    Frosti Sigurjonsson est un homme d’affaires et économiste, et il est l’un des cerveaux à l’origine du programme d’allégement de la dette pour les nombreux ménages islandais qui se sont retrouvés en 2014 en situation de surendettement à la suite de la crise de 2008.

    La réforme monétaire de l’Islande :

    http://www.express.be/business/fr/economy/un-changement-radical-dans-lhistoire-de-la-finance-moderne-lislande-veut-redonner-le-monopole-de-la-creation-de-monnaie-a-sa-banque-centrale/212481.htm

    • brennec dit :

      Dans la mesure ou ces crises sont majoritairement causées par les banques centrales ce n’est pas forcément une bonne idée de leur donner le monopole de la création monétaire.

      • brunoarf dit :

        Non.

        Dernier exemple en date : la crise de septembre 2008 a été causée par les banques privées U.S qui avaient prêté des centaines de milliards de dollars à des citoyens insolvables.

  4. zorba44 dit :

    Pas de trêve pascale sur le front des monnaies : allons l’euro-drachme c’est encore une belle foutaise, un eurodrame de pacotille dans un océan de dettes !

    Tout ça pour tenter de faire accroire que la situation est bien en mains ! Communication-bidon pour un sinistre majeur en vue.

    Jean LENOIR

  5. brennec dit :

    L’euro-drachme reviendrait a faire de l’euro une monnaie commune en grèce en lieu et place de la monnaie unique actuelle. L’euro-drachme servant a l’intérieur de la grèce et l’euro pour les échanges avec les européens. C’est la solution recommandée par chevènement et par nombre d’économistes d’obédience autrichienne.

  6. Ping : A court d’argent, la Grèce admet avoir préparé un plan de retour à la drachme | Le Blog de la Résistance

  7. Prototype alpha de pétasse bionique émargeant à 500,000 euros/an. A noter qu’il s’agit d’une poupée en plastique dotée d’un programme d’intelligence artificielle relativement peu évolué, mais devant servir de benchmark pour la création de postes de superviseurs automatisés à la Banque Centrale Européenne.

    • zorba44 dit :

      On ne sait pas si elle lit un texte sur un prompter. Par contre à ce niveau d’émolument elle pourrait prendre des cours de prononciation “it’s capital”.

      • Le fait est que cette dame cherche une lucarne réglementaire pour se faire valoir avec de nouvelles exigences en capital imposées à des banques qui peinent de plus en plus en plus à satisfaire leurs actionnaires. Incroyable mais vrai: son organisme de supervision a détecté une vulnérabilité dans les comptes des banques des pays de la périphérie européenne.
        Il s’agit des actifs qui bénéficient d’une garantie étatique indue, alors qu’en fait ces actifs toxiques mettent potentiellement en danger la solvabilité des banques concernées. Donc derechef, il s’agi d’harmoniser des règles de définition du capital réglementaire qui apparemment souffrent de diverses interprétations qui avaient échappé à l’oeil averti des administrateurs européens coiffés des innombrables superviseurs nationaux qui prennent encore trop de liberté dans l’interprétation des directives européennes
        Sauf que cette fois, il s(agit de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, c’est-à-dire révéler aux investisseurs que les banques des pays du Sud de l’Europe sont toutes en faillite, malgré leur brillante réussite lors des stress tests, sur des bases méthodologiques douteuses que le public est bien incapable de comprendre.
        D’ailleurs tout le monde s’en moque ou à peu près. ce sont les crédits d’impôts alloués sur des pertes potentielles qui sont inclus dans le calcul du capital réglementaire qui posent problème. A la suite des pertes enregistrées par la SG, du fait du dénouement des opérations de J. Kerviel, la banque avait eu droit à cette rétrocession d’impôts calculés sur les résultats de l’année précédente. Ici c’est le même système systématisé au niveau de secteurs bancaires entiers qui est en cause, dans la mesure où ces crédits d’impôts sur des actifs potentiellement en pertes sont considérés comme du capital, alors que rien ne dit que ces garanties publiques fonctionneront en cas de pertes trop importantes.
        Voilà à quel niveau de tartuferie on se trouve! Naturellement la position de la superviseuse en chef est intenable, à moins de remplacer la garantie nationale par un soutien européen de refinancement des actifs en défaut suivant en cela les pratiques de la BCE n’hésitant pas à étendre abusivement la collatéralisation des actifs bancaires sans tenir compte d’une valorisation réaliste des dits actifs.
        Implicitement tout le monde s’accorde à penser que la BCE est devenue le prêteur de dernier ressort aussi bien pour les Etats nationaux avec le rachat des obligations souveraines que pour les banques privées qui peuvent mettre en pension des portefeuille de prêts en défaut.
        L’action de cette dame est donc financée par la planche à billets, le temps de pondre de nouveaux textes réglementaires mettant de l’ordre dans le fouillis comptable européen en se servant d’un prétexte qui vaudrait normalement la mise à pied des superviseurs nationaux et des administrateurs de la BCE. Le jeu de dupes continuera jusqu’au moment où tout le monde sera englouti dans le trou noir ouvert par les taux d’intérêt négatifs sur les obligations reflétant la désintégration des économies européennes.

  8. Supervised autonomy’: How robots will destroy humanity?

  9. brunoarf dit :

    La Grèce est hyper-endettée.

    La Grèce est complètement écrasée sous des montagnes de dettes.

    Avril 2015 :

    Le 9 avril, la Grèce devra rembourser 458 millions d’euros au FMI.

    Le 14 avril, la Grèce devra rembourser 1,4 milliard d’euros, et le 17 avril, elle devra rembourser 1 milliard d’euros de bons du Trésor.

    Problème : en avril 2015, la Grèce est en faillite.

    Solution ( ? ? ? ) du problème :

    Mercredi 8 avril, la Grèce a … emprunté 1,14 milliard d’euros sur les marchés. Durée : 6 mois. Taux : 2,97 %.

    http://www.romandie.com/news/Bonds-Grece-114-mrd-EUR-leves-en-bons-du-Tresor-taux-inchange/582379.rom

    Et en mai 2015 ?

    Le 8 mai, la Grèce devra rembourser 1,4 milliard d’euros de bons du Trésor.

    Le 12 mai, la Grèce devra rembourser 763 millions d’euros au FMI.

    Le 15 mai, elle devra rembourser 1,4 milliard d’euros de bons du Trésor.

    Problème : en mai, la Grèce sera en faillite.

    Solution du problème :

    En mai, l’Allemagne paiera à la Grèce les 279 milliards d’euros qu’elle lui doit depuis la Seconde Guerre Mondiale.

    Et comme ça, la crise de la dette grecque sera finie.

    Et comme ça, tout le monde sera content.

    Et tout est bien qui finit bien.

    Non, je déconne.

    http://www.euractiv.fr/sections/euro-finances/berlin-rejette-les-demandes-de-reparation-de-la-grece-313608

  10. Ping : A court d’argent, la Grèce admet avoir préparé un plan de retour à la drachme - Les Observateurs

  11. brunoarf dit :

    1- La Grèce est en faillite.

    2- Les banques privées grecques sont en faillite.

    3- La banque centrale de Grèce est en faillite.

    4- Mais à part ça, ça va.

    Jeudi 9 avril 2015 :

    De son côté, la Banque centrale européenne a relevé une nouvelle fois, cette fois à 73,2 milliards d’euros, le plafond de l’aide d’urgence accordée aux banques grecques, victimes de retraits massifs depuis début décembre.

    http://www.lepoint.fr/economie/la-grece-honore-son-paiement-d-avril-au-fmi-mais-grand-flou-sur-la-suite-09-04-2015-1919902_28.php

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s