Voilà le genre de pantins qui conduisent nos destinées

Jean-Claude Juncker, président non-élu de la Commission européenne, « pété comme un coing » lors du « Sommet du Partenariat oriental » de l’Union européenne en Lituanie, le 22 mai dernier. Admirez le travail, devant toute la presse…

(via L’Echelle de Jacob)

Rappels :

Juncker : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens »

Le Luxembourg compte-t-il envahir la Russie ?

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Voilà le genre de pantins qui conduisent nos destinées

  1. Ping : Voilà le genre de pantins qui conduisent nos destinées - Ma banque a moi

  2. zorba44 dit :

    Bravo, on vous soulera la gueule avant de vous faire monter sur un trépied, le noeud coulant et la dernière gorgée… C’est vous qui ferez en rigolant le reste du travail, tout seul !

    Jean LENOIR

  3. Geraldine dit :

    On n’ose imaginer ce que ça doit être en privé…

  4. Ping : Voilà le genre de pantins qui conduisent...

  5. guyem dit :

    vite une faiseuse de veuves et des charettes !!! la honte ,,,,,

  6. captain dit :

    Jean-Claude Juncker est un ivrogne réputé.
    Avec toutes les bassesses, trahisons, compromissions qu’il lui a fallu endosser pour avoir le droit d’ évoluer dans les hautes sphères luxembourgeoises et bruxelloises, la bouteille est devenue une maîtresse indispensable pour pouvoir supporter sa propre image…

  7. Nanker dit :

    Installer un ivrogne à Moscou (Yeltsine) un autre à Bruxelles : voila comment Washington comptait régner sur le continent européen dans son ensemble…

    Les Russes eux se sont réveillé et ont mis au pouvoir un homme à poigne doublé d’un patriote : Poutine. Et nous les Européens on fait quoi…?

    • Pour commencer, on sort de l’Union européenne pour retrouver notre liberté loin de nos maîtres américains…

      • zorba44 dit :

        Oh oui, Olivier, il est plus que grand temps. Partout le cahier de doléances qui se répand sur internet… La tension devient extrême, à son comble. Quand sera le nouveau « 14 juillet » ?

        Jean LENOIR

  8. charly dit :

    Contre nous de la tyrannie…..
    Aux armes citoyens !
    Le temps pour ces oligarques corrompus viendra ou il faudra rendre des comptes et payer la facture. Depuis ce salopard de Pompidou nous sommes gouvernes par des politocards infeodes aux crapules de la finance. L’heure de la revolte va bientot sonner et nous chasserons definitivement tous ces charognards.

  9. brunoarf dit :

    Attention, article très important.

    Un journaliste de SUD-OUEST, Jean-Claude Guillebaud, vient de publier un article explosif sur le fonctionnement réel de l’Union Européenne.

    Dans cet article, Jean-Claude Guillebaud révèle plusieurs faits qui montrent le vrai visage de la construction européenne.

    Dimanche 7 juin 2015 :

    Europe, dans le cœur du réacteur.

    L’épisode aura été à la fois passionnant et inattendu. A Bruxelles, j’ai eu la chance de participer à un long débat avec une vingtaine de confrères accrédités auprès de la Commission européenne. Il y avait là des Français, des Allemands, des Britanniques, des Américains et même une impétueuse consoeur venue d’Albanie et naturalisée belge. Tous ces journalistes avaient en commun d’avoir choisi de suivre la construction européenne et, pour cela, de s’installer à Bruxelles. Ils sont depuis des années dans le cœur du réacteur. Pro-européens au départ, ils ne peuvent être taxés d’euroscepticisme ou de populisme. A plusieurs reprises, ce jour-là, ils ont tenu à nous affirmer qu’ils y croyaient encore.

    Admirable est la foi ! Pourquoi ? Parce que, au fil des échanges, nos confrères, parlant sans détour, nous ont décrit un univers kafkaïen, opaque, bureaucrtique, corseté par un fonctionnement étouffant et procédural.

    Les conférences de presse, par exemple, sont si minutieusement codifiées qu’elles n’ont plus beaucoup de sens. Les porte-parole ne répondent aux questions des journalistes que s’ils y ont été expressément autorisés, par écrit. Même dans ce cas, dès qu’une actualité un peu plus chaude est en jeu, le porte-parole se contentera de lire le texte écrit que sa hiérarchie lui a préparé.

    Ce qu’à l’échelon national nous appelons langue de bois acquiert à Bruxelles une opacité plus impénétrable encore. Le formalisme et le culte du secret paraissent avoir peu à peu asphyxié le fonctionnement de cette Commission européenne censée incarner, aux yeux du monde, la démocratie vivante du Vieux Continent et l’Etat de droit. C’est fou !

    Prenons un tout petit exemple, il parle à lui tout seul. Le nombre de journalistes accrédités auprès de la Commission était de 900 voici deux ou trois ans. Aujourd’hui, ce chiffre n’est plus accessible. Il a été classé top secret, pour de prétendues raisons de sécurité. Formule commode. En fait, tout laisse penser qu’il diminue chaque année, le projet européen perdant son attrait médiatique. Inutile de crier cela sur les toits.

    Nous avons débattu d’autres sujets, comme la puissance des lobbies. Elle est indéniable à Bruxelles. Elle court-circuite allègrement les logiques démocratiques de base, enlisées dans la pratique obligatoire du compromis. Alors que nous échangions à ce sujet, un confrère américain présent parmi nous est intervenu sur un ton amicalement rigolard :

    « Il faut comprendre que le lobby le plus puissant ici, c’est l’Amérique du Nord elle-même. »

    Devant notre surprise, il a renchéri en disant que les Etats-Unis chaperonnaient avec vigilance l’Europe en devenir. « Vous ne le saviez pas ? » a-t-il ajouté.

    Une consoeur française a exprimé sans détour sa stupéfaction devant ce qu’elle entendait : « Ce que vous décrivez là, c’est une dictature douce en construction. Ce n’est plus du tout une démocratie. » Tout le monde s’est récrié poliment, pour la forme.

    Parmi ces correspondants accrédités était présent le doyen, le patriarche, le chouchou de Bruxelles : Quentin Dickinson, directeur des affaires européennes à Radio France. Il a suivi stoïquement nos conversations, sans intervenir. C’est une estimable figure de la profession, mais ce n’est pas lui faire injure d’ajouter qu’il est plus militant que journaliste. Il s’est d’ailleurs présenté en mars 2014 aux élections européennes sous l’étiquette UDI – Modem. Les 9 % obtenus par les centristes n’ont pas été suffisants pour qu’il soit élu au Parlement européen. Il est donc redevenu journaliste. Assurément, lui y croit encore.

    Bref, en quittant cette confraternelle réunion, nous étions à peu près tous convaincus qu’un (possible) naufrage était annoncé. Le pire n’est jamais sûr, je sais. Admirable est la foi, en effet …

    Jean-Claude Guillebaud.

    http://www.sudouest.fr/2015/06/07/europe-dans-le-coeur-du-reacteur-1943904-6057.php

  10. téléphobe dit :

    Et attendez, ils n’ont pas encore légalisé le gaz de shit, ça ne va pas tarder…

  11. Beaucoup plus intéressante que la gesticulation théâtrale est l’allocution de JC Juncker concernant la politique générale de la Commission européenne, notamment en ce qui concerne la politique énergétique. La voie est toute tracée en direction de l’unification du marché européen en vue de déposséder les Etats membres de leur indépendance énergétique. Il s’agit de créer dans chaque Etat des champions de l’énergie qui en référeront directement à la Commission, à l’image de ce qui se pratique en Chine o au Etats-Unis.
    Ainsi le groupe Areva incapable de vendre des centrales depuis des années est condamné à la disparition prochaine par la fusion avec des groupes européens spécialisés dans l’énergie nucléaire, avant de laisser la place aux énergie alternatives. De ce point de vue, le pacte trans-atlantique devrait achever la destruction des groupes nationaux par la création d’acteurs globaux dans l’énergie qui décideront de leurs investissements en fonction des directives décidées par des organes multilatéraux et non en fonction d’intérêts strictement nationaux.
    Naturellement la raison alléguée est le bien être du consommateur, comme le Portugais lésé par le manque d’interconnexion avec les réseaux européens. En fait d’intégration, le Portugal comme l’Espagne devraient être alimentés en électricité par des centrales solaires géantes installées dans les pays du Maghreb. Affaire à suivre. L’énergie solaire a cumulé les déboires dans les pays d’Europe du Sud malgré ou à cause des subventions européennes conduisant à la production d’électricité à un prix prohibitif; A tel point que les distributeurs d’électricité nationaux rémunèrent les producteurs indépendants pour arrêter de produire de l’énergie solaire.
    Mais ces gens ne sont pas à une absurdité près, tant qu’il s’agit d’alimenter les compétences transférées aux organes de gouvernement supranationaux au nom d’arguments fallacieux. Autre sujet à suivre: la création d’organes de collecte des impôts au niveau européen et non par les Etats nationaux. A Merket et F Hollande viennent d’annoncer leurs intentions de regrouper les recettes fiscales de leurs pays respectifs – dans la lignée du projet d’implémentation de la retenue à la source par la France s’alignant sur ses voisins européens – qui seront collectées par un organisme européen ad hoc.
    La voie sera ainsi grande ouverte pour la création d’une fiscalité européenne au nom de l’harmonisation budgétaire au sein du Marché unique européen, que certains Etats membres du coeur de la zone euro souhaitent plus intégré. Qui dit fiscalité européenne dit impôts supranationaux qui viendront se surajouter à la fiscalité déjà existante. Les prochains accords sur le climat devraient notamment déboucher sur une taxe carbone payable par tous en fonction de leur consommation énergétique. Cette taxe pourrait par exemple être calculée sur le kilométrage parcouru via des bornes interactives connectées à des calculateurs centralisés. L’expérience est déjà en cours dans certains Etats des Etats-Unis.

    Wenn es nach dem Willen von Deutschland und Frankreich geht, soll künftig eine neue zentrale EU-Behörde Steuern erheben und eintreiben. Bisher war das nur den nationalen Regierungen vorbehalten. Durch eine europäische Steuerbehörde soll „ein stärkeres Gefühl der Gemeinschaft“ entstehen.
    http://deutsche-wirtschafts-nachrichten.de/2015/06/05/deutschland-und-frankreich-wollen-steuern-gemeinsam-eintreiben/

  12. Les pantins sont pressés et prêts à tout pour contourner les voies légales de ratification des Traités. Comprenez que face à la déroute des marchés financiers précipitée par le manque de liquidité des marchés obligataires, du fait des interventions massives des banques centrales, il devient urgent de trouver d’autres formes de racket légal. Les taxes carbone et autres réglementations sur le gaz à effet de serre n’ont d’autre finalité que celles de remplir les caisses publiques par la mise à sac de la propriété privée que le législateur se charge d’exproprier au moyen de réglementation limitant les libertés fondamentales. La préservation de la Nature et de la solidarité entre les espèces vivantes légitimeront la dépossession matérielle au nom de la « générosité frugale », chère à nos deux derniers Papes qui en ont fait la pierre angulaire de la doctrine sociale de l’Eglise. Les multiples scandales autour des dérivés climatiques et autres droits à polluer laissent bien augurer de la prétendue justice sociale qui servira une fois encore de prétexte à l’assassinat de ce qu’il reste de libertés dans nos démocraties. Le temps n’est plus tellement éloigné où l’on vous jettera dans un camp, au motif que vous refusez de respecter les quotas de consommation d’eau ou d’électricité et partant mettez en danger l’équilibre précaire entre les espèces vivantes menacé par les multiples agressions humaines.
    Ce qui se passe en Californie est très éclairant de ce point de vueavec une sécheresse orchestrée de toute pièce grâce au geoengineering qui permet de détruire systématiquement au dessus du Pacifique les bans nuageux apportant la pluie , avant qu’ils n’atteignent la côte.

    FRENCH MINISTER: 2015 CLIMATE DEAL MUST AVOID US CONGRESS

    The global climate agreement being negotiated this year must be worded in such a way that it doesn’t require approval by the U.S. Congress, the French foreign minister said Monday.

    Laurent Fabius told African delegates at U.N. climate talks in Bonn that « we know the politics in the U.S. Whether we like it or not, if it comes to the Congress, they will refuse. »

    If negotiators follow his plan, that would exclude an international treaty that has legally-binding limits on greenhouse gas emissions – something some countries still insist on but which would have no chance of being ratified by the Republican-controlled Congress.

    http://hosted.ap.org/dynamic/stories/E/EU_UN_CLIMATE_TALKS?SITE=AP&SECTION=HOME&TEMPLATE=DEFAULT&CTIME=2015-06-01-12-58-12

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s