Olivier Delamarche : « La Grèce sortira de l’euro »

Le passage sur la Grèce est dans la 2ème partie de l’émission (parties 1 et 2 après la minute sur la Chine).

(Olivier Delamarche vs Malik Haddouk, 8 juin 2015)

« Cela fait 5 ans que je vous le dis. La Grèce sortira de l’euro… C’est un fait, de même que c’est un fait que la Grèce ne remboursera jamais (…) Les gens sont en train de crever aujourd’hui en Grèce, alors ne dites pas qu’ils ne veulent pas faire de réformes : ils ne PEUVENT pas ! Le pays a fait faillite, vous avez 400 millions d’euros qui sortent chaque jour des banques grecques… Aujourd’hui vous avez environ 30% du PIB qui est sorti de Grèce… Les banques grecques sont en faillite, il suffit juste de savoir à quelle date ils vont vous l’annoncer… »

Lire aussi :

Les banques grecques au bord d’un effondrement total : Bank Run « massif », les déposants retirent 700 millions € en 1 jour !

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour Olivier Delamarche : « La Grèce sortira de l’euro »

  1. Ping : Olivier Delamarche : « La Grèce sortira de l’euro » - Ma banque a moi

  2. Ah mais oui, on peut répéter le même refrain inlassablement, histoire d’entretenir le débat dialectique destiné à entretenir la tension nécessaire à la poursuite du « changement », plutôt que de se poser des questions fondamentales sur le système des banques centrales et pourquoi personne en Grèce n’a encore proposé de système alternatif. Il faut croire que même les députés de gauche au sein de Syriza trouvent bien des avantages à la poursuite du système, pour n’avoir toujours pas osé trancher le noeud gordien qui retient les peuples prisonniers de la dette bancaire.
    On pourra toujours rétorquer que Tsipras est un fin politique qui attend Poutine et ses cosaques, le temps de construire le gazoduc qui prendra Bruxelles à revers, quitte d’ailleurs à s’allier à l’ennemi de toujours, la Turquie, qui se distingue par son soutien infaillible à Daesh, grand massacreur des Chrétiens du Moyen Orient et d’Afrique Noire. La preuve: le gouvernement grec n’a toujours pas présenté sa feuille de route des réformes mais a réussi quand même à faire financer ses remboursements aux créanciers internationaux par la BCE, tout en revenant sur les plans de licenciement des fonctionnaires grecs qui se sont faits réembaucher tandis que les retraites étaient revalorisées.
    Sans doute ces menus avantages sociaux ne pourraient pas être conservés si la Grèce devait financer son budget par les rentrées fiscales domestiques, ce qui demanderait de remettre sur pied son économie en renonçant à l’option préférentielle pour la technocratie socialiste financée par la dette bancaire. Ce serait aller trop loin en besogne. Ni Tsipras, ni Varoufakis ne sont prêts à se convertir à un modèle économique fondé sur l’auto-suffisance économique et le contrôle du capital privé par l’Etat. Ce serait revenir à des valeurs de civilisation en tous point contraires à leur vision libérale inspirée par le matérialisme historique qui continue à retenir prisonniers du système de la dette la quasi totalité des politiques européens.

    • Alcide dit :

      …Ce serait revenir à des valeurs de civilisation en tous point contraires à leur vision libérale inspirée par le matérialisme historique qui continue à retenir prisonniers du système de la dette la quasi totalité des politiques européens…

      Bien d’accord avec vous.

      Le système bancaire actuel qui possède l’invraisemblable pouvoir sur le peuple de création monétaire et donc de pouvoir d’asservissement total par la dette …n’est remis en cause par aucun responsable politique européen ou occidental.
      Comme c’est bizarre.

      Ce serait pourtant simple de créer une banque publique qui émette la monnaie d’usage, les banques privées étant astreinte à une couverture à 100% des prêts , comme dans les temps passés.
      A ma connaissance seule la Libye de Khadafi , rare système indépendant de la BRI pratiquait ainsi , le pays était stable et opulent.
      Les banquiers rothschildiens en ont décidé autrement et ont détruit le pays sous les bombardements de l’OTAN ,ensuite la première chose réalisée par les rebelles fut une banque centrale qui accepte le dollar contre le pétrole…

      La corruption semble généralisée , comme un cancer.

    • zorba44 dit :

      Limpide. Quand cela l’est il faut le dire. La banque est un système d’asservissement.
      Le signataire vient de lire un article de Simon Black qui publie quotidiennement en anglais, pour s’étonner qu’à la différence des professions médicales, depuis vingt-cinq siècles, il n’y a pas de serment d’Hippocrate bancaire – lequel, en substance, indiquerait qu’en toute circonstance, le banquier s’engage à placer l’argent pour servir les intérêts du client et ne prendre, en échange, qu’une juste et mesurée rémunération pour ses services.

      Jean LENOIR

      • A malin, malin et demi:

        Instead, officials from various institutions involved in the talks now worry that Greece’s hard-left government is dangerously miscalculating. Athens, they believe, is intentionally prolonging the negotiations to the last minute in a belief that its creditors will eventually “blink” and agree to grant wholesale debt relief and new bailout cash with few strings attached.
        “They do not want a deal with us; they just want debt relief,” a senior official with one of Athens’ bailout monitors said after reviewing Greece’s latest offer.
        http://www.ft.com/intl/cms/s/0/2fa5265c-0ebd-11e5-8aca-00144feabdc0.html

  3. Nanker dit :

    Pour la Grèce prenons les paris : on débranchera le malade entre les 7 et 15 juillet? 😉

  4. Les investisseurs proposent de repousser les échéances jusqu’en mars 2016 grâce à un nouveau plan de recapitalisation des banques grecques. Il s’agit du même moyen détourné de financer l’Etat grec par la BCE via le rachat des obligations émises par la Grèce par la Banque Centrale grecque qui les refinancera auprès de la BCE.

    Um die Pattsituation bei den Verhandlungen zwischen den Kreditgebern und Griechenland für die Auszahlung der restlichen Milliarden aus dem EFSF-Programm zu beenden gibt es den Vorschlag für eine Verlängerung bis März 2016. Athen würde demzufolge zusätzlich auch die 10,9 Milliarden Euro erhalten, die ursprünglich für die Rekapitalisierung der griechischen Banken vorgesehen waren.

    http://deutsche-wirtschafts-nachrichten.de/2015/06/09/griechenland-glaeubiger-schlagen-bailout-verlaengerung-bis-maerz-2016-vor/

  5. Beaucoup plus grave que la Grèce est ce qui se passe sur le marché des dérivés de taux et le marché obligataire US et alemand. Il semblerait que les renvois de dirigeants à la Deutsche Bank soient liés à un gros incident de marché ayant trait à des swaps de taux durant ces deux dernières semaines ayant affecté la DB. Nous sommes à la merci d’une crise systémique d’une ampleur inégalée…

    Finally, I believe that whatever type of financial explosion occurred is related to the sudden firing of Deutsche Bank’s co-CEOs, Anshu Jain and Jurgen Fitschen. Fitschen is the equivalent of corporate executive abortion. He’s under investigation for tax evasion and on trial for giving false testimony in a long-running legal battle related to the collapse of the Kirch media conglomerate (one of Germany’s biggest media empires. It’s incredulous to me that he wasn’t fired a long time ago. It tells us just how recklessly this bank is managed by the Board of Directors. It also suggests a grand failure by German bank regulators.

    It’s the firing of Jain that caught my interest. In a management shake-up a little over two weeks ago, Jain was given more power by the Board and shareholders. So why was Jain suddenly and unexpectedly fired less than three weeks after having been given more control over the bank?

    http://investmentresearchdynamics.com/a-derivatives-bomb-exploded-within-the-last-two-weeks/

  6. zorba44 dit :

    La Grèce sortira de l’euro et l’euro terminera dans les poubelles de l’histoire financière.

    Jean LENOIR

  7. Ping : Olivier Delamarche : « La Grèce sortira de l’euro » Actualités

  8. L’envolée de la capitalisation chinoise devrait faire réfléchir à deux fois ceux qui voient dans la Chine une alternative au modèle américain, du fait qu’elle prônerait un retour à la vertu par l’orthodoxie financière sur les marchés (voir par exemple la création d’agences de notation destinées à contrer les analyses de leurs homologues américaines soupçonnées de mauvaises intentions politiques) et au « soft power » du commerce équitable entre partenaires économiques. Si l’on additionne l’effet de levier sur les transactions boursière et celui de l’économie réelle, on ne peut s’empêcher de penser que l’économie chinoise n’est plus qu’un gigantesque pari sur l’avenir porté par l’endettement bancaire dans des proportions dépassant de loin celui de l’Empire anglo-saxon. Après le shadow banking, c’est au tour des services financiers offerts par les brokers privés aux nouveaux investisseurs de porter la vague de la « nouvelle économie » chinoise dont l’exubérance dans l’évaluation frauduleuse des actifs financiers dépasse de loin celle des valeurs du NASDAQ à l’époque où Madoff en était le superviseur éthique. Une nouvelle catastrophe se prépare sur les marchés chinois qui raffolent des montagnes russes.

    Meet China’s New ‘Investor’ Class: « It’s A Lot Easier To Make Money From Stocks Than Farmwork »

    http://www.zerohedge.com/news/2015-06-09/meet-chinas-new-investor-class-its-lot-easier-make-money-stocks-farmwork

  9. Notre monde est-il possédé du démon??:

    Children hospitalised with mass hysteria, ‘mysterious bruises’ and a ‘Mexican demon’: How a video in the Dominican Republic spawned the ‘satanic’ Charlie Charlie game sending teenagers into a panic across the world
    http://www.dailymail.co.uk/news/article-3116725/Children-hospitalised-mass-hysteria-mysterious-bruises-Mexican-demon-video-Dominican-Republic-spawned-satanic-Charlie-Charlie-game-sending-teenagers-panic-world.html

    • zorba44 dit :

      Hypothèse : un puissant aimant est manipulé sous la table et le sertissage de la gomme est en ferraille…
      Sinon le démon existe et cela devrait nous rassurer quant à l’existence de Dieu.

      Jean LENOIR

  10. asianip dit :

    SoT Ep 34 – Claudio Grass: Gold, Greece And The War On Cash
    http://investmentresearchdynamics.com/sot-ep-34-claudio-grass-gold-greece-and-the-war-on-cash/

    The longer I think about it, the more doubt I have [that Greece leaves the EU]. What they really want to do is centralize the system even more…Greece will stay in the eurozone and it might be used as a test case for banning cash. – Claudio Grass

    • zorba44 dit :

      Cette utopie de supprimer le cash, alors que le cash est déjà dehors et que le troc existe depuis toujours.
      La réduction de la taille des banques de dépôts et de prêts est induite dans l’utopie.
      Et comme les banques d’affaires/dépôts et prêts vont se casser la gueule en beauté, cette belle tentative d’interdire les transactions en cash avortera.

      Jean LENOIR

      PS en plus si vous voulez voir les commerces pillés et incendiés, c’est la meilleure des façons d’y parvenir ! On n’a pas fait ce qui fallait en 2008 et l’addition n’a fait que s’allonger avec les fumeuses manoeuvres concoctées depuis par des think tanks affolés autant qu’allumés.

  11. Ping : 10 June, 2015 15:53 | Raimanet

  12. téléphobe dit :

    Restons positifs, en France en particulier, avec tous les « migrants » qui nous arrivent (tout à fait par hasard) et qui nous « enrichissent », les retraites seront payées ;o)

    • zorba44 dit :

      C’est beau l’optimisme à tout crin.

      Jean LENOIR

      • The RBNZ also added that it expects further easing may be appropriate.

        And so, in short, what New Zealand wants is its currency to lose value against the dollar in order to gain back competitiveness in global trade, which it has lost amid the rise in the price of milk futures.

        Here’s the quick drop in the kiwi.

  13. zorba44 dit :

    @Nicolas pour son commentaire sur les kiwis.

    Parallèle lointain avec la Suisse (aussi producteur de lait), il semble au signataire que personne ici en NZ ne se rende pas compte des effets de l’appréciation du dollar. En dehors de la baisse continue des prix du lait et des produits associés sur le marché intérieur, qui sont le signe de difficultés à l’exportation, à l’inverse le tourisme souffre (si on dépouille des statistiques du tourisme les nombreux visiteurs qui viennent en reconnaissance à la quête de visa de travail, d’étude, d’affaires ou de résidences).

    Seulement, à la différence de la Suisse, la petite masse du NZ$ est facilement poussée à la hausse par la spéculation monétaire, le pays apparaissant comme « sûr » et bien administré.

    Les kiwis ne peuvent rien tenter, et le voudraient-ils, ils ont de quoi être refroidis par l’exemple suisse dont on sait comment il vient de se terminer. Quant à une dé-libéralisation du marché des changes, à la chinoise, elle n’est vraiment pas dans la tradition libérale …même, si en l’occurrence elle serait possible techniquement.

    Un fantasme ; se faire payer les exportations de lait en or par les pays asiatiques …à terme un jack pot ! lol

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s