Grèce : « La punition collective d’un pays pour servir d’avertissement aux autres » (D. Orlov)

KellyHensing

« Ceux que les dieux veulent détruire, ils les rendent d’abord fous » passe pour une citation attribuée à tort à Euripide. Elle semble décrire l’état actuel des choses en ce qui concerne le déroulement de l’imbroglio grec. C’est une tragédie grecque en tous point : nous avons les différents eurocrates, élus, non élus, ou bientôt-non-élus, trébuchant sur la scène en vomissant d’absurdes bêtises, et nous avons le chœur de l’électorat grec annonçant bruyamment au monde quelle absurdité fantaisiste est tout ceci, au moyen d’un référendum.

Comme la plupart d’entre vous le savent probablement, la Grèce est aux prises avec plus de dettes que ce qu’elle peut jamais espérer rembourser. Les documents publiés récemment par le Fonds monétaire international ont concédé ce point. La plupart de cette mauvaise dette a été contractée afin de rembourser les banques allemandes et françaises pour des créances douteuses précédentes. La dette était mauvaise pour commencer, parce qu’elle a été faite sur la base des projections fallacieuses du potentiel de la Grèce concernant sa croissance économique. Les prêteurs se sont comportés tout d’abord de manière irresponsable en offrant ces prêts, et ils méritent de perdre leur argent.

Toutefois, les créanciers de la Grèce refusent d’envisager de déclarer l’intégralité de cette mauvaise dette nulle et non avenue, pas à cause de quelque chose ayant à voir avec la Grèce, qui est assez petite pour qu’on abandonne cette mauvaise dette sans causer de dommages importants, mais à cause de l’Espagne, de l’Italie et d’autres [la France notamment, NdT], qui, si on leur pardonnait de façon similaire, feraient exploser les finances de l’ensemble de l’Union européenne. Ainsi, il est assez évident que la Grèce est punie pour garder les autres pays sous tension. La punition collective d’un pays sous la forme du paiement forcé d’une dette onéreuse engagée sous de faux prétextes est déjà mauvaise ; mais la punition collective d’un pays pour servir d’avertissement aux autres peut faire blêmir.

greece spain italy portugal

Ajoutez à cela une double portion de doubles standards. Le FMI ne pourrait pas prêter à la Grèce, car cela nécessite une certaine assurance de remboursement ; mais il continuera à prêter à l’Ukraine, qui est en défaut et en effondrement rapide, sans de telles assurances, parce que, voyez-vous, la décision est politique. La Banque centrale européenne n’accepte plus les obligations grecques comme garantie parce que, vous voyez, elle les considère comme pourries ; mais elle continuera à se gaver de toutes sortes d’autres ordures financières en les utilisant pour vomir des euros sans broncher, gardant son soutien financier à d’autres pays européens simplement parce qu’ils ne sont pas la Grèce. Le gouvernement allemand insiste sur le remboursement grec, considérant que cette position est hautement morale, en ignorant le fait que l’Allemagne est le pays ayant fait le plus défaut dans toute l’histoire de l’Europe. Si l’Allemagne n’avait pas été pardonnée à plusieurs reprises pour sa dette, le pays serait beaucoup plus pauvre, et en moins bonne forme que la Grèce.

L’hypocrisie éhontée de tout cela ne peut qu’avoir un effet déstabilisateur sur la politique de l’Europe, avec le centre politique s’enfonçant pour être remplacé par des coalitions radicales de gauche ou de droite. Notez combien rapidement la concurrente de droite à la présidentielle de la France, Marine Le Pen, a salué le résultat du référendum organisé par le gouvernement de gauche de la Grèce. Le dégoût de la bureaucratie qui règne dans l’Union européenne commence à transcender les frontières politiques, créant de drôles de coalitions.

En fin de compte, la finance, à tous les niveaux, doit être basée sur des règles et des chiffres, ou bien elle devient absurde. Brisez suffisamment de vos propres règles, et votre argent ira grossir les tas d’ordures, parce que dans un monde où l’argent est de la dette et la dette des ordures, l’argent devient une ordure. Mais il y a une méthode éprouvée pour résoudre ce problème et continuer : on appelle ça la faillite nationale. La Grèce est en faillite ; si sa résolution provoque la faillite de l’Espagne, de l’Italie et d’autres et si, par effet domino, cela met en faillite toute la zone euro, alors c’est exactement ce qui doit arriver.

Mais quelque chose pourrait se produire à la place. Les eurocrates sont déjà consternés par le spectacle de la démocratie grecque, et ils vont travailler dur pour faire dérailler tout effort démocratique dans l’avenir en utilisant tous les moyens de manipulation politique et économique à leur disposition ; tout simplement pour gagner un peu plus de temps, ce qui rendra la fin du jeu, quand elle arrivera enfin, d’autant plus douloureuse. Je suis sûr que les eurocrates planifient de suivre le modèle de la fonction publique britannique, qui a atteint son niveau de dotation maximale lorsque l’Empire britannique a cessé d’exister. Regardons les moyens de ne pas les aider à le faire ».

Dmitri Orlov, Cluborlov, le 7 juillet 2015

Traduit par Hervé, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

Rappels :

De nouveau, la Grèce peut sauver l’Occident (P. Craig Roberts)

« L’UE, c’est l’antithèse de la démocratie » – Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie

Olivier Delamarche : « La Grèce n’est que la partie émergée de l’iceberg »

Thomas Piketty : « L’Allemagne est LE pays qui n’a jamais remboursé ses dettes. Il n’est pas légitime pour faire la leçon aux autres nations »

Lire aussi :

Un insider raconte : comment l’Europe a étranglé la Grèce

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Grèce : « La punition collective d’un pays pour servir d’avertissement aux autres » (D. Orlov)

  1. Ping : Grèce : « La punition collective d’un pays pour servir d’avertissement aux autres » (D. Orlov) - Ma banque a moi

  2. Ping : 9 July, 2015 15:31 | Raimanet

  3. josh dit :

    et pendant que les Zéropéens s’étripent pour savoir qui va être le dindon de l’euro-catastrophe……le CAC prend 2,55%!!!!
    merveilleux monde de la finance dans sa Bulle à l’abri du monde réel……

    • C’est certainement l’euphorie liée à l’ouverture des lignes d’autocar et des magasins le dimanche grâce au vote final de la loi Macron… 🙂

      Valls et Macron tiennent le gouvernail d’une main solide, ils passent en force pour la 3ème fois avec le 49-3 ! Vive la démocratie parlementaire et la croissance retrouvée.

      • Geraldine dit :

        Oui Olivier et la pseudo « droite » se couche…… Quand on pense à tout le cinéma qu’elle a fait les fois précédentes. Même pas de motion de censure. Il paraît que l’opposition est « fatiguée » ! LOL L’UMPS dans toute son horreur.

      • zorba44 dit :

        Il devient urgent que tout pète car plus on s’installe dans la folie et l’irrationalité financière moins les maigres perspectives de partir sur un nouveau modèle ont encore une chance de prospérer;

        Tout se passe comme si on voulait vraiment tout casser sans avoir un sou de bon sens quant à l’ultime : le chaos.

        Nous sommes entraînés par les menteurs et les profiteurs dans un maelström qui engloutira tout.

        Jean LENOIR

  4. coockburn dit :

    piqure de rappel
    de combien a progresser l or en euros depuis les plus bas en novembre?
    ou en ait l or en dollars depuis sont plus bas de novembre?
    le comex a vue se positionner 200 000 contrat (record) qui a ce jours n a mm pas envoyer
    le gold sur ses plus bas a 1140 doll
    pour infos la chute du gold au printemps 2013 c est produit sur une base de 170 000 contrat
    de 1600 doll nous sommes aller a 1200 doll
    200 000 open interest!!!!!!! pour ne mm pas faire un flasch back sur 1140
    pitoyable
    quant ils vont devoir se racheter
    haie haie haie
    a propos de flasch back que disait t on, de l or en 1975 quant il est passé de 180 DOLL a 100
    kapout ont disait kaput
    celui ci vue sont prix multiplié par 8 entre 1976 et 1980
    ils n est jamais revenue toucher ni les 100 doll ni mm les 180
    a méditer

  5. Ping : Grèce : « La punition collective d’un pays pour servir d’avertissement aux autres » (D. Orlov) Actualités

  6. donald dit :

    NKM compare la Grèce à la CGT….en voilà une qui devrait faire hôtesse d’accueil à Bruxelles 😦

    NKM, la Grèce et la CGT. L’Union européenne est « un espace où chacun fait des efforts », ce n’est pas « un système où celui qui gueule le plus fort a raison. Il ne faut pas que la Grèce devienne la CGT de l’Europe », s’emballe NKM.

    LeParisien.fr

    • zorba44 dit :

      Faire des efforts serait, en premier lieu, de diminuer largement le nombre des crétins qui nous représentent (ou des malins, dans tous les sens du terme). Ensuite quand on voit comment Valls braille à l’assemblée pour passer en force ses 49-3… cqfd.

      Enfin la CGT de l’Europe ce sont les non élus qui veulent notre bien envers et contre tout et c’est donc le Comité du Gâchis Total de l’Europe.

      Pas besoin d’avoir fait l’ENA pour écrire cela : les termes en viennent directement des tripes si naturellement qu’ils doivent avoir force de vérité.

      On vous a à l’oeil tous autant que vous êtes et, vous aussi, vous allez passer à la caisse !

      Jean LENOIR

  7. Yaz dit :

    Merkel et Schaüble préfèrent la schlague à la solidarité, c’est eux qui gueulent le plus fort n’en déplaise à la Morizette: c’est bien la preuve que l’Europe n’existe pas sauf si elle se fait aux conditions allemandes.

  8. Alcide dit :

    Payer la dette rend libre.

  9. zorba44 dit :

    A l’heure décisive du vote grec au parlement sur le « couchage » de Tsipras…

    Tsipras a-t-il giflé un par un ses électeurs ?
    Les parlementaires vont-ils se coucher comme un seul homme à la trahison de leur cher nouveau dictateur ?

    Pourvu qu’un sursaut ou une habileté politique l’empêche …et alors paf sur les indices boursiers.

    Jean LENOIR

    • zorba44 dit :

      Oui, en apparence, Tsipras a giflé ses électeurs à cette heure …le tout étant de savoir si l’Allemagne et les Pays-Bas vont maintenant gifler leurs principes.

      Ce qui est bien en NZ est que le WE entamé se passera tranquillement puisque c’est lundi matin que l’on saura ici …à moins, a moins de nouveaux rebondissements.

      Jean LENOIR

  10. Ping : comme on fait son lit, on se couche… « FNACAB

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s