Cette finance qui parasite l’économie réelle (M. Santi)

banksters-finance-parasite

« Notre avenir dépend de l’innovation mais celle-ci n’intéresse quasiment plus personne au sein des sociétés occidentales. Les États-Unis, autrefois modèle suprême envié par le monde entier dont les inventions contribuèrent à améliorer l’existence de centaines de millions de personnes, se retrouvent actuellement à la traîne en termes d’innovation. Une étude de l’Information Technology & Innovation Foundation les place désormais au quatrième rang derrière… Singapour ou la Finlande. Une étude de l’Ocde constate par ailleurs qu’ils sont aujourd’hui distancés par des nations ayant fortement investi dans la recherche, dans l’éducation et qui ne souffrent pas d’une inégalité des revenus aussi choquante.

De fait, les fondamentaux caractérisant une économie traditionnelle ont été bouleversés aux USA comme en Europe. C’est une inversion des valeurs qui a progressivement privé l’appareil de production des investissements qui y étaient traditionnellement destinés et qui permettaient naguère d’améliorer les conditions de travail des salariés comme la qualité des produits manufacturés. C’est un flux inverse que les entreprises ont même subi puisque les capitaux en ont été extraits. Cette déprédation de l’outil de travail se déroulant selon une ampleur « industrielle » ! L’inventivité et l’initiative des entreprises se sont donc logiquement effacées devant l’efficience de la finance qui a littéralement pompé hors de l’entreprise des capitaux indispensables à la recherche, à la technologie et à la formation.

 Voilà donc le système financier qui s’enrichit aux dépens des concepteurs et des producteurs de nos biens d’équipement et de nos produits manufacturés. De fait, l’hypertrophie de la finance et de ses profits tout aussi démesurés qu’indécents s’est concrétisée en foulant aux pieds la qualité de nos emplois. Les intérêts vitaux de la vraie économie ont été sacrifiés sur l’autel de la finance, des investisseurs, des spéculateurs, du court terme et de leurs bénéfices. C’est une authentique confiscation des ressources qui a eu lieu : qui a privé les citoyens d’une croissance stable, qui a empêché l’amélioration de leur niveau de vie, qui a déstabilisé l’économie à la faveur de l’implosion répétitive de bulles spéculatives et qui a soustrait à nos économies une part substantielle de leur prospérité.

Savez-vous que de nos jours la maxime de Wall Street et de la City de Londres est : « I.B.G.- Y.B.G. » ? « I’ll Be Gone, You’ll Be Gone », soit en français : « Je ne serai plus là, vous ne serez plus là », qui signifie clairement que les cataclysmes de demain – inévitables comme conséquences des comportements actuels – ne sont pas leur problème. Les financiers, et tous ceux qui gravitent autour d’eux, ne seront en effet plus ici… Et ce sera à d’autres de gérer les problèmes induits par leurs exactions d’aujourd’hui. Il va de soi que cette énième version d’ « après moi le déluge » se fiche éperdument de stabilité financière, comme de la qualité des emplois.

Wall Street et ses émules ont ainsi dénaturé le paysage industriel et des affaires en général, pour les amener à devenir des opérations hypermargées, dont la vocation se réduit exclusivement à la rentabilité sur le court terme d’un capital prompt à se détourner pour aller vers des transactions plus juteuses. Quand prendrons-nous conscience que les marchés financiers ne créent nulle valeur et qu’ils doivent être subordonnés et placés fermement sous la tutelle de l’économie productive ? Car, pour paraphraser Paul Volcker, ancien président de la Fed, les distributeurs automatiques de billets (ATM) représentent la seule innovation utile de la finance de ces vingt dernières années ! »

Michel Santi, le 24 juillet 2015

Rappel :

Argent, banques parasites et Europe (B. Bertez)

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Cette finance qui parasite l’économie réelle (M. Santi)

  1. Geraldine dit :

    La « haute » finance : des chancres qui ont failli faire couler le monde en 2008 et qui menacent encore de le faire chaque jour qui passe…

  2. zorba44 dit :

    Oui les ATM …on en voit la limite. De même que l’inventivité d’Apple qui ne sait plus qu’ajouter un 5 au 4 et un 6 ou 5 avant le 7 au 6 ou 8 au 7 pour son iPhone !

    Quand à votre saleté de « I.B.G – Y.B.G » attendez donc de voir quel enfer terrestre vous guette !

    Jean LENOIR

  3. Ping : Cette finance qui parasite l’économie réelle (M. Santi) Actualités

  4. Alcide dit :

    Ce qui est remarquable est le fait que le chiffre d’affaire du parasitisme financier se retrouve dans le PIB au même titre que la richesse réelle et donc reçu comme succès par les pitres pompeux au pouvoir.

    C’est ainsi une façon d’annoncer à un cancéreux qu’il est en pleine forme …vu que son cancer est magnifique, en plein développement.

    • zorba44 dit :

      Pour ceux qui auraient un cancer magnifique, le signataire a un ami, un vrai qui bénévolement utilise un appareil de concentration de vitamine C et D à des doses mille fois supérieures aux besoins quotidiens…
      Dans tous les cas où sa méthode a été appliquée par le bouche à oreille, dans le bénévolat le plus total d’un scientifique, des cancers en phase terminale ont disparu avec rémission entière constatée par le corps médical « ami ».

      Vous n’en entendrez pas parler par ailleurs, car cet homme risque sa vie (face au lobby pharmaceutique) avec ses molécules de tous les jours. Avec la chance personnelle de l’avoir dans ma proximité et de disposer de la machine (220 NZ$, prix ami) pour le traitement…

      Jean LENOIR

  5. Toujours la même erreur qui consiste a inverser les réalités.
    Sans la finance il n’y aurait pas eu de croissance et non c’est la finance qui a fagociter la croisance !
    Autrement dit, contrairement à ce que pense l’auteur de l’article la volonté de croitre et la finance sont indissociable.
    Sans finance pas de croissance et dont écrire :
    C’est une authentique confiscation des ressources qui a eu lieu : qui a privé les citoyens d’une croissance stable, qui a empêché l’amélioration de leur niveau de vie, qui a déstabilisé l’économie à la faveur de l’implosion répétitive de bulles spéculatives et qui a soustrait à nos économies une part substantielle de leur prospérité.
    est partiellemet faux surtout « qui a privé les citoyens d’une croissance stable »!
    Sans finance, la croissance ce saurait arrêter et le système même aurait été en péril faute de persective pour les plus défavorisés.
    Car paradoxalement en financiarisant l’économie cela ouvre une fenêtre (très petite certes) pour permettre à certain de s’enrichir. Cette possibilité d’enrichissemment crée un concensus social (surtout aux USA) qui fait accepter l’appauvrissement des classes moyennes.
    On peut résumer : je suis pauvre avec beaucoup d’autres mais j’ai une possibilité de devenir riche en laissant les pauvres à leur triste sort ! Donc j’accepte la pauvreté dans l’espoir de…
    En l’absence de croissance (donc de finance) je suis pauvre, je n’ai aucun espoir de devenir riche…
    Voilà ce qu’ a vendu la finance au peuple du monde entier , de l’espoir…, exactement comme ceux qui semaine après semaine répète la même grille du loto….ce qui leur permet de supporter une existence sans réelle perpective d’amélioration….

  6. Les banques françaises relèvent la tête, après avoir surmonté victorieusement l’épreuve de la dette grecque…

    L’agence de notation est d’autant plus optimiste pour la rentabilité des banques françaises que, si celles-ci demeurent exposées à des zones à risque comme la Russie et l’Italie, où la solvabilité des ménages et des entreprises se dégradent, elles ont cependant les moyens d’encaisser des pertes éventuelles grâce au renforcement de leurs fonds propres. Sous la pression des réglementations internationales décidées dans le sillage de la crise de 2008, les banques françaises ont augmenté leurs fonds propres de plusieurs dizaines de milliards d’euros, ces dernières années. Elles affichaient ainsi à la fin de l’année 2014 un ratio de fonds propres « durs » (de grande qualité) de 11,6%, contre 9,3% à la fin 2011.
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/l-horizon-s-eclaircit-un-peu-pour-les-banques-francaises-494268.html

    • Alcide dit :

      @ Nicolas Jaisson
      ..Elles affichaient ainsi à la fin de l’année 2014 un ratio de fonds propres « durs » (de grande qualité) de 11,6%, contre 9,3% à la fin 2011…

      Les banques française aurait donc acheté des Bons Grecs , Espagnols , Portugais ,et Italiens de grande qualité évalués à 100% de leur valeur faciale par simple décision du patron du cartel Europe Mario?

      Personnellement , je reste convaincu qu’un malfaiteur reste identique à lui même en toute circonstance , ainsi , cette annonce de fonds « propres  » et de biens « durs » me fait immédiatement penser à une collection de roudoudous surévalués , un simple effet d’annonce qui cache l’habituelle arnaque de ces bandits.

      Vous semblez avoir une grande maîtrise du fonctionnement du secteur bancaire.
      Qu’en est-il exactement ?

  7. La finance ne sera bientôt bien plus là, une fois accompli son rôle d’accélérateur du changement vers un monde concentrationnaire dominé par une élite d’illuminés. Mais notre futur est déjà là et s’impose à nous tous les jours un peu plus.

  8. raimanet dit :

    A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    le miroir aux alouettes … brille encore trop !

  9. Patate dit :

    Ha ?
    Concernant les fonds propre des banques française (européenne), ne pas oublié qu’ils ne sont pas comptabilisé de la même manière que les américaines (enfin, en ce qui concerne les TBTF).
    Voir les récapitulatifs de JP Chevallier à ce sujet…

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s