Sous couvert de lutter contre ISIS, « l’Occident » se prépare à attaquer ouvertement la Syrie

Comme je l’ai souvent fait remarquer, le changement de régime en Syrie a toujours été le véritable objectif des stratèges américains dans leur guerre contre ISIS (alias EIIL, alias Etat islamique, alias Al Qaïda, etc.). Il semble que la double campagne médiatique orchestrée actuellement autour de la crise migratoire et d’une intervention militaire de la Russie pour soutenir Assad ne soit que le prétexte à une intervention directe de l’OTAN en Syrie. Va-t-on se retrouver dans la même situation géopolitique qu’en septembre 2013, à deux doigts d’une guerre mondiale ? Attention, danger ! OD

occident-russie-guerre-syrie

« La chancelière allemande Angela Merkel a déclenché une avalanche de migrants en annonçant que l’Allemagne était ouverte, et en rompant l’accord de Dublin sur les demandeurs d’asile en Europe. Une campagne médiatique a suivi et des milliers de migrants en provenance de Syrie sont désormais accompagnés à travers l’Europe par des dizaines de journalistes qui rapportent chacun de leurs mouvements aux nouvelles du soir – y compris à l’aide de photos truquées (en allemand). Personne ne demande aux migrants pourquoi ils quittent la Turquie, où la plupart se trouvait tous ces derniers mois ou années, ni qui leur a donné de l’argent.

Je me suis demandé quel pouvait être le but de cette campagne médiatique. Il semble maintenant clair qu’il s’agit de préparer le public européen à une guerre ouverte contre la Syrie, son gouvernement et son peuple.

Les éditeurs du Guardian s’appuient sur la crise migratoire fabriquée de toutes pièces pour dire qu’il faut faire « quelque chose ». Comme ils n’ont pas peur du ridicule, ils commencent par nous rappeler que la fausse campagne pour une « zone d’exclusion aérienne » contre la Libye a provoqué le chaos dans le pays et poussé davantage de réfugiés sur les routes, pour ensuite exiger une campagne similaire en Syrie. Une voix britannique plus sensée  nous rappelle que l’ingérence « occidentale » au Moyen-Orient est la cause, pas la solution, des catastrophes actuelles.

Mais la BBC nous apprend que le gouvernement britannique se prépare à la guerre contre la Syrie en dépit d’un vote antérieur du parlement contre une telle décision :

Les ministres vont commencer à étudier une action militaire britannique en Syrie, la semaine prochaine – Downing Street veut passer à la « prochaine étape » contre le soi-disant Etat islamique – selon la BBC.

La France est, bien sûr, à bord :

La crise des réfugiés en Europe, en grande partie causée par le grand nombre de personnes fuyant la guerre civile en Syrie, l’échec de la lutte contre l’État islamique et l’influence croissante de la Russie dans la région, pourraient provoquer un changement de politique, indique Le Monde, en précisant que Hollande a discuté de la question avec les responsables de la Défense, lors d’une réunion, vendredi. 

La campagne sera « conduite » par les Etats-Unis et elle ne sera pas contre l’Etat islamique. Les Etats-Unis ont laissé croître l’Etat islamique délibérément et leur campagne de bombardement actuelle de l’EI est pour le moins timide. Ils empêchent également la milice chiite irakienne d’attaquer l’État islamique à Ramadi et Falloujah. L’attaque qu’ils préparent sera une attaque contre le gouvernement syrien et son peuple. l’État islamique et la « crise des réfugiés » ne sont qu’un prétexte commode.

Pour accentuer l’urgence artificielle de bombarder maintenant, on répand la rumeur que la Russie envoie un grand nombre d’avions de chasse et des troupes en Syrie. On a « rapporté » que de nouveaux avions de combat russes arrivaient en Syrie, même si aucun n’a jamais été vu. Le transport, régulier depuis deux ans, de matériel pour l’armée syrienne par des navires russes est soudain médiatisé. De vieilles photos des médias sociaux de quelques soldats russes en Syrie même fausses sont soudain « découvertes »  et présentées comme « preuves » des mauvaises intentions russes. Les Russes nient tout mouvement d’avions de chasse ou de contingents de troupes vers la Syrie.

Les Russes ont aussi eu des entretiens avec diverses personnalités de l’opposition syrienne et avec plusieurs des pays voisins de la Syrie. Poutine a proposé un nouveau plan qui inclurait la Syrie et la Russie dans une campagne contre l’Etat islamique et ainsi saboterait les projets américains de changement de régime :

Le président syrien Bachar al-Assad a accepté d’organiser des élections législatives anticipées et de partager une partie de son pouvoir avec ses adversaires, une concession qui peut faciliter une coalition internationale plus large contre l’Etat islamique, a dit le président russe Vladimir Poutine.

La Russie envisagerait de participer à la coalition et le président russe a déjà discuté de la question avec le président américain Barack Obama, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président égyptien Abdel Fattah El-Sisi, a déclaré Poutine aux journalistes à Vladivostok, vendredi. La Russie voudrait élargir encore la coalition contre l’État islamique en y incluant Assad, mais les États-Unis et l’Europe s’y opposent.

Les États-Unis n’ont pas donné de réponse officielle au plan de Poutine. Il serait bien sûr tout à fait logique que le gouvernement syrien et la Russie soient partie prenante d’une véritable lutte contre l’État islamique. En annonçant publiquement son plan, la Russie montre que le combat contre l’Etat islamique n’est pas une priorité pour les États-Unis qui préfèrent poursuivre leur plan à long terme de détruire la Syrie.

Poutine a également démenti les rumeurs de mouvements de troupes :

« Il est trop tôt » pour parler d’action militaire russe en Syrie, même si « nous envisageons diverses options », a déclaré Poutine. La Russie aide activement le gouvernement Assad en lui fournissant des armes et des formations militaires, a-t-il dit.

Je pense que le fait que Poutine dise « envisager différentes options » est un avertissement. Mais je ne pense pas que la Russie s’engage pleinement en Syrie. La Russie craint à juste titre que les Etats-Unis ne l’enferment dans un nouveau « piège Afghan ». Mais la Russie  pourrait avoir d’autres moyens de renforcer la défense aérienne de la Syrie ou de saboter les plans d’attaque US. Pour l’heure, semer la peur et le doute sur le projet US est la meilleure façon de procéder.

Mise à jour :

Le département d’État vient de sortir ce communiqué sur l’entretien du Secrétaire Kerry avec le ministre des Affaires étrangères Lavrov :

Le Secrétaire a appelé le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov, ce matin, pour parler de la Syrie et de la préoccupation des États-Unis concernant des rapports suggérant un renforcement militaire russe dans ce pays. Le Secrétaire a dit clairement que si ces rapports étaient exacts, ces actions pourraient aggraver encore le conflit, augmenter le nombre de victimes innocentes, accroître les flux de réfugiés et engendrer une confrontation avec la coalition l’anti-ISIL opérant en Syrie. 

Les deux hommes ont convenu que les discussions sur le conflit syrien se poursuivraient à New York plus tard dans le mois.

« Pourraient engendrer une confrontation avec la coalition anti-ISIL opérant en Syrie « .

Exactement. Et cela rend certaines personnes à la Maison Blanche et au Pentagone vraiment nerveuses. Si nerveuses que Kerry voudrait en « discuter » davantage.

« Hey Sergey, tu n’es pas sérieux. Ah, si ? Alors on en reparle ? »

Moon of Alabama, le 5 septembre, 2015 (via Arrêt sur Info)

Traduction : Dominique Muselet

Rappel :

Depuis les frappes américaines l’Etat islamique a multiplié par trois son territoire

Lire aussi :

L’utilisation de la crise des migrants en Europe pour une intervention de l’OTAN en Syrie…

La fausse « crise des réfugiés »

La fausse « crise des réfugiés »

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Sous couvert de lutter contre ISIS, « l’Occident » se prépare à attaquer ouvertement la Syrie

  1. Nanker dit :

    Fabius en partance pour le Conseil Constitutionnel, qui nommer au Quai d’Orsay pour mener cette guerre du Bien (nous USA+Europe) contre le Mal (tous les autres)? BHL bien sûr!

    1ère déclaration officielle : « nous allons exporter en Syrie les principes de démocratie et des droits de l’Homme »

    Ou quand « exporter » rime avec « bombarder »… 😆

    • ZOUNENE dit :

      Les véritables raisons cachées de toutes ces guerres … Déclaration de BHL au CRIF 2011 (vérifiables mais censurées) : « J’ai participé à l’aventure en Libye en tant que juif … J’ai élaboré des tactiques pour aider mon pays et un autre pays (Israël) …J’ai porté en étendard ma fidélité au sionisme et à Israël ..Je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas été juif » ! Autrement dit, ce type à utilisé la France pour faire une guerre au profit d’Israël .. La guerre d’Irak avait été directement élaborée par les sionistes de la Maison Blanche … Hollande et son gouvernement super sioniste sont bien engagés en Syrie. Mais tous ces gens défendent ils vraiment les intérêts de la France ?????

  2. Alcide dit :

    Plus de 4.000 combattants de l’organisation terroriste Etat islamique (EI) ont pénétré en Europe en tant que réfugiés, annonce le journal Sunday Express citant une source de l’EI. Le transfert a été « réussi », selon cette dernière.
    Les combattants s’intègrent aux flux de réfugiés dans les ports turcs d’Izmir et de Mersin pour arriver en Italie via la mer Méditerranée. Ensuite, ils se dirigent vers d’autres pays européens notamment la Suède et l’Allemagne.

    Deux passeurs ont confirmé cette information. L’un d’eux a confié avoir aidé une dizaine de terroristes à pénétrer en Europe. Certains prétendaient vouloir rendre visite à leurs familles, d’autres voulaient juste y aller pour « se tenir prêt ».

    L’envoi de combattants est le début d’une action de représailles pour les frappes aériennes de la coalition internationale en Irak et en Syrie dirigée par les Etats-Unis, selon la source du Sunday

    « Nous voulons établir le califat non seulement en Syrie mais aussi dans le monde entier », a-t-elle souligné.

    L’Etat islamique est un groupe terroriste qui a instauré un califat autoproclamé à l’été 2014 sur les territoires syriens et irakiens qu’il contrôle. Les troupes loyales envers Damas, les rebelles syriens, l’armée irakienne, les miliciens chiites, les forces d’autodéfense kurdes et la coalition guidée par les Etats-Unis essaient de le combattre. Selon la CIA, l’EI compte plus de 30.000 combattants.

    http://fr.sputniknews.com/international/20150907/1018022589.html

    Donc guerre de l’OTAN/US/Israël contre Assad justifiée aux yeux des abrutis-suiveurs allias Charlie par une vague d’immigration incontrôlée de malheureux qui fuiraient le régime d’Assad (pourtant largement élu ) mais en réalité immigration que les crapules au pouvoir organisent avec leur créature Daesh qui sera le fer de lance du chaos et de la guerre civile en EU.
    Il y aura bien la guerre en Europe comme l’annonçait la CIA qui le sait car ce sont les organisateurs.

    Les traîtres qui nous gouvernent sont d’immondes criminels.

    • ZOUNENE dit :

      Comment 30.000 combattants arrivent à combatre la terre entière ? Ils ont vraiment Dieu avec eux …

    • zorba44 dit :

      Et voilà le travail. C’était prévisible à voir la densité de jeunes hommes …de jeunes monstres qui vont foutre le bordel et répandre le sang partout.
      Quelqu’un peut-il indiquer la marche à suivre pour poursuivre le petit chef de l’Etat pour haute trahison ?

      Merci

      Jean LENOIR

  3. Quoi qu’il fasse, Poutine est quand même acculé à une confrontation ouverte avec l’Occident. Il a épuisé son potentiel de reculade stratégique, que ce soit en Europe ou au Moyen-Orient. Les républiques de Nouvelles Russies ont été sacrifiées sur l’autel de l’entente semi-cordiale avec l’Occident sioniste, au prix de la transformation de ces régions en bantoustans qui ne survivent que grâce à la perfusion de l’aide russe. La même chose vaut aussi pour l’Ukraine de l’Ouest qui est progressivement vidée de ses habitants poussés aux frontières, afin d’éviter que l’exaspération ne dégénère en guerre ouverte contre le gouvernement ukrainien.

    Cette situation n’est pas tenable à long terme et ce d’autant plus que les alliés de la Russie sont très dépendants des liquidités américaines qui ne demandent qu’à retourner dans leur pays d’origine au premier coup de sifflet de la FED. La Chine dépense des dizaines de milliards en réserve de change pour soutenir sa monnaie, dans un contexte d’hémorragie des capitaux que le gouvernement chinois est impuissant à endiguer, coincé qu’il est entre la nécessité de maintenir à zéro ses taux d’intérêts à des fins de relance économique et de soutenir sa monnaie dont la dévaluation aurait des effets catastrophiques sur sa balance des paiements (remboursement en yuans de la dette en dollars).

    Les escarmouches se multiplient entre la Chine et les Etats-Unis, en particulier dans les attaques répétées des réseaux de télécommunication et des systèmes d’information sur le sol américain avec l’emploi d’armes spatiales à pulsation électromagnétiques. La Russie a vendu à la Chine ses équipements de guerre électronique qui lui permettrait de neutraliser les radars américains et ce faisant de paralyser l’US Navy. On se rapproche à grands pas d’une confrontation directe entre les armées des deux camps qui se retrouvent maintenant au contact dans l’imbroglio syrien.

    https://resistanceauthentique.wordpress.com/2015/09/06/usa-pannes-majeures-de-reseaux-de-communications-et-de-internet/

  4. It is tit for tat! C’est la troisième usine d’industrie chimique qui explose en un mois en Chine depuis la « dévaluation » surprise du yuan.

    http://www.zerohedge.com/news/2015-09-07/another-chinese-chemical-plant-explodes-huge-clouds-black-smoke-billow-skyward

  5. Ping : Sous couvert de lutter contre ISIS, « l’Occident » se prépare à attaquer ouvertement la Syrie, et par ricochet …. la Russie ! | Le Blog de la Résistance

  6. T. Meyssan prête beaucoup de mauvaises pensées an patron des patrons allemands. Pourtant ses arguments ne tiennent pas. Les migrants seraient une nécessite pour l’Allemagne qui a toujours comblé son déficit démographique avec l’Allemagne. D’abord il faut rappeler que ce « toujours » ne remonte qu’à 1945, avec la perte d’une dizaines de millions d’Allemands civils ou militaires. Le choc démographique a été suivi du traumatisme moral causé par la seconde guerre mondiale et ses conséquences en matière de transformation des mentalités dénazifiées après avoir déchristianisées par les ingénieux sociaux et autres psychiatres de l’Ecole de Francfort, à pied d’oeuvre dans les différentes zones d’occupation sur le territoire allemand. Après tout la population allemande n’a fait que tripler au XIXème siècle, tout en alimentant une forte émigrations vers les Etats-Unis et l’Amérique du Sud. Certains journalistes allemands tirent prétexte de ces migrations allemandes pour justifier aujourd’hui l’installation sur leur sol de centaines de milliers d’Orientaux.

    Il y a pourtant un facteur qui a radicalement changé depuis la période d’après-guerre, pendant laquelle l’Allemagne a commencé à recourir à la main-d’oeuvre étrangère en provenance de Turquie ou des pays de l’Est, qui est que la donne de la mondialisation a radicalement changé depuis 2008 et plus encore en 2015 avec l’accélération brutale de la destruction monétaire sous la forme de crédits et la brutale décélération économique dans les pays émergents qui restreignent d’autant les possibilités d’endettement de la République fédérale d’une part et ses perspectives de croissance d’autre part par les exportations. Le gouvernement allemand agit comme si le marché russe tirait toujours les exportations automobiles et chimiques allemandes ou comme si la Chine finançait au même rythme ses importations de machine-outils.

    Les exportations allemandes sont très orientées vers la fabrication de biens d’équipement destinées aux industries de transformation localisées dans les pays émergents.
    Or ces pays sont ravagées par une crise monétaire sans précédent accentuée par a fuite des capitaux et l’effondrement des revenus de matière premières. Il est parfaitement anormal que les carnets de commande à l’industrie allemande ne subissent qu’une légère inflexion, alors que tous ses débouchés sont en train de se fermer les uns après les autres. Là aussi, on nous ment sur les chiffres du commerce extérieur allemand. Les besoins en main-d’oeuvre de l’industrie allemande vont forcément décliner, notamment dans les pays de l’Est où les entreprises allemandes ont délocalisé leurs unités de production. Si pression sur les salaires, il y a, ce sera dans le domaine du travail intérimaire peu qualifié où les réfugiés entrent en concurrence directe avec les premiers arrivants en provenance des pays de l’Est (Bulgarie, Balkans, Roumanie, etc), ce qui promet de sérieuses frictions, pour ne pas dire plus, entre les communautés.

    Un autre facteur qui n’est pas pris en compte est le nécessaire et inévitable relèvement des taux d’intérêt du fait de la fonte rapide des réserves de change des banques centrales majoritairement investies en obligations souveraines. On en parle pas beaucoup, mais le « quantitative tightening » devient une réalité autrement plus pressante que les quantitative easing, du fait des ventes massifs de titres obligataires par les Emergents qui doivent faire face aux sorties de capitaux et à la nécessité de se procurer des dollars pour financer leurs importations et rembourser leurs dettes. Dans ces conditions, le Bund allemand ou les OAT français vont nécessairement subir une hausse des taux. Adieu le financement de la dette des pays du coeur de l’Europe à des taux quasi nuls, voire négatifs. C’est le moment que choisit Angela Merkel pour sortir le carnet de chèques, dans l’espoir fallacieux d’investir dans la reconstitution de forces vives dont l’Allemagne aurait le plus urgent besoin, mais qu’elles n’a plus les moyens de prendre en charge. Réaliser que l’Allemagne ne reverra jamais plus les excédents commerciaux du passé est effectivement une réalité qu’une Chancelière, qui a pris une part maîtresse dans le renouveau de l’imperium allemand en Europe, a du mal à appréhender.

    Et portant ce changement radical de la donne économique, du fait de l’effondrement des échanges entre l’Europe et l’Asie, est une donnée susceptible de bouleverser radicalement l’équilibre européen dans le sens d’un éclatement de l’édifice eurocratique. Les faiblesses sous-jacentes à une Union européenne idéologique remontent toutes à la surface. Les tensions monétaires étaient encore résolubles par la falsification des comptes publics et privées grâce à la BCE, sauvant provisoirement la valorisation des actifs monétaires. Il en va tout autrement des tensions sociales provenant de l’écrasement des populations prises dans l’étau de la pression fiscale et des flux migratoires qui précipitent la désagrégation des sociétés européennes et créent les conditions de la guerre civile, là où elle paraissait impossible malgré les politiques d’austérité.

    Cette fois, il y a fort à parier que la coupe est pleine et qu’elle ne demande qu’à déverser son trop plein sur des gouvernants parfaitement inconscients des drames humains qu’ils transforment en bombes sociales.

    • ZOUNENE dit :

      Mais les allemands sont tout de même 80 millions. C’est quand même largement suffisant, non ? C’est juste que le capitaliste a besoin de croissance perpétuelle pour survivre et c’est pour cela que, malgré la catatstrophe démographique et écologique, nous sommes amenés à nous multiplier toujours plus pour assurer toujours plus de croissance … Seul un changement de concept d’économie pourra nous sauver de la disparition de notre civilisation !

      • Un modèle économique n’a jamais créé une civilisation. C’est justement pour avoir confondu structuralisme économique et civilisation que les technocrates ont produit un désastre planétaire. Le siphon de la destruction de la valeur réelle par l’inflation de la dette – inflation qui cache la destruction monétaire de manière très sournoise, mais tout aussi efficace que l’hyperinflation des années trente – s’est mis en marche et rien ne l’arrêtera, pas mêmes les droits de l’homme chers à BHL et Laurent Fabius. Nous sommes entrés dans un cycle de destruction accélérée qui voit la disparition programmée des institutions européennes incapables de faire face aux vagues successives de catastrophes que la répétition accélérée des élections ne peut endiguer plus longtemps. Le temps se resserre fâcheusement pour ceux qui se retrouvent comprimés entre leur incompétence et une réalité rebelle voire carrément hostile. La bombe des migrants va sauter à la figure de l’Allemagne dans un horizon très rapproché. Le Bund s’aperçoit qu’il ne dispose pas finalement des ressources pour financer l’aide aux réfugiés dans les Länder. Et pour cause, puisque les ressources fiscales ont déjà été budgétées pour 2016. D’où des cafouillages à répétition chez une chancelière espérant rassembler les morceaux épars d’une coalition emportée par l’énormité des décisions prises unilatéralement par la chancellerie, sans même consulter la majorité parlementaire, notamment la CSU. La priorité revient comme toujours à la satisfaction des désirs de la CIA, devant laquelle Madame Merkel est aux petits soins, puisqu’elle lui doit sa carrière, depuis que tonton Helmut Kohl est allé la tirer de sa tanière d’Allemagne de l’Est.

  7. Ping : Les tambours de la Guerre battent : La Bulgarie bloque l’accès russe à son espace aérien pour les vols vers la Syrie EN COURS | Le Blog de la Résistance

  8. Ping : Sous couvert de lutter contre ISIS, « l’Occident  se prépare à attaquer ouvertemen t la Syrie | «Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie | Raimanet

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s