L’assurance-vie, requiem pour un placement défunt (Ph. Herlin)

assurance-vie-placement

« Nous avons déjà alerté ici sur les dangers qui pèsent sur l’assurance-vie, l’un des placements préférés des Français et des Européens. Avec des taux d’intérêt à zéro ou presque sur toutes les maturités, avec de très faibles rendements obligataires même sur des échéances longues, il devient impossible d’offrir des rendements attractifs aux produits d’assurance-vie. Pire, cela remet en cause la rentabilité de ce métier : selon le FMI, le quart des compagnies d’assurance européennes seraient incapables de respecter les ratios de solvabilité, et cela constitue une « source potentielle de déstabilisation » du système financier dans son ensemble avertit l’institution internationale.

La plupart des produits distribués en Europe sont en effet « à taux garantis », ce qui signifie que l’assureur s’engage par contrat à un rendement minimal sur toute la durée du produit souscrit par l’épargnant. Cet engagement représente désormais une contrainte financière trop lourde pour les sociétés d’assurance et le FMI préconise carrément de modifier la réglementation pour rompre cette obligation. Nous n’y sommes pas encore, mais une première étape sera bientôt franchie en Allemagne puisqu’à partir de l’année prochaine les nouveaux contrats ne seront plus obligés de comporter cette clause (L’Agefi). L’assurance-vie à taux garanti, en Allemagne, c’est terminé !

L’Allemagne est la première concernée parce que ses obligations souveraines (les « bunds ») sont très proches de zéro : l’emprunt à dix ans rapporte 0,56% par an (cours du 14 octobre), il ne reste donc vraiment plus grand-chose à reverser au souscripteur ! Mais gageons que d’autres pays vont la suivre dans cette voie, comme la France, l’Italie, l’Espagne, l’Europe du Nord. Et si, comme on peut le prévoir, les taux d’intérêt restent scotchés à zéro et qu’en conséquence la situation financière des assureurs se dégrade encore, on peut s’attendre à voir la préconisation du FMI mise en œuvre, c’est-à-dire que l’engagement des taux garantis sur les contrats existants sera cassé. Une telle décision suscitera un scandale chez les épargnants floués, les gouvernements tenteront d’enrober la nouvelle en expliquant qu’il faut sauver les compagnies d’assurance, mais cela voudra surtout dire que la crise financière a encore franchi un palier.

L’assurance-vie a longtemps apporté des revenus confortables aux épargnants, mais désormais cet âge d’or s’achève. Seuls les contrats anciens, souscrits à l’époque où les taux étaient élevés, demeurent intéressants, mais leur nombre s’amenuise. Ce placement ne propose presque plus rien en termes de rendement, tandis qu’il devient de plus en plus risqué en termes de capital à mesure que les Etats continuent de s’endetter. Souscrire un contrat investi dans des bons du Trésor italiens, espagnols, français, voici un sacré risque ! Quant à y inclure une part significative d’actions pour espérer en améliorer le rendement, voici un autre risque important au moment où les marchés boursiers sont au plus haut.

On y revient : pendant longtemps le milieu de la finance s’est moqué de l’or en expliquant qu’il ne rapporte pas d’intérêts. Désormais tout le monde est au même niveau, c’est le moment de prendre sa revanche, non ? « L’or [physique] ne fait pas faillite » dit la formule (qui peut en dire autant ?), et son cours ne manquera pas d’être favorablement impacté au fur et à mesure que les dégâts du taux zéro se répandront dans l’économie. Chacun sait ce qu’il lui reste à faire ».

Philippe Herlin, Goldbroker.fr, le 15 octobre 2015

Rappels :

Risque systémique sur l’assurance-vie : Christian Noyer demande une « baisse significative » du taux de rémunération

Natacha Valla (ex-Goldman Sachs) sur l’assurance-vie : « Moi je n’en ai plus ! »

Ils détruisent sciemment votre retraite, vos assurances vie, votre épargne et votre protection sociale (B. Bertez)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour L’assurance-vie, requiem pour un placement défunt (Ph. Herlin)

  1. zorba44 dit :

    Il y a longtemps qu’on le dit …mais aussi que maintenant il devient vital d’avoir des billets et du métal planqués bien au chaud et surtout pas chez un professionnel …de l’arnaque !

    Jean LENOIR

  2. Nanker dit :

    « Souscrire un contrat investi dans des bons du Trésor italiens, espagnols, français, voici un sacré risque ! Quant à y inclure une part significative d’actions pour espérer en améliorer le rendement, voici un autre risque important au moment où les marchés boursiers sont au plus haut »

    Blasphème! Voila le genre d’horreurs qu’on entendra pas sur BFM-Bizness la chaîne qui aide le petit épargnant… à se faire complètement plumer! 😆

    Ami épargnant médite cette sentence du cinéaste Billy WIlder : « when everybody goes to ze right, I go to ze left ». Cela vaut aussi pour les placements financiers. SI on te dit partout d’aller à droite (assurance-vie, Bourse) va à gauche! Sauve ta peau et ton capital!

  3. cesar tichot dit :

    le respect de la parole donnée et du contrat signé est le fondement de la confiance
    ils se démerdent mais ce n’est pas au client d’en pâtir

  4. Nanker dit :

    « le respect de la parole donnée et du contrat signé est le fondement de la confiance.
    ils se démerdent mais ce n’est pas au client d’en pâtir »

    Oui c’est ce que les gens ruinés iront dire – entre deux sanglots – aux « Auditeurs ont la parole » de RTL quand le big bang financier se sera produit.
    Et les banquiers eux partiront d’un rire gras en entendant le mot « confiance »…

    • zorba44 dit :

      Pas d’accord avec vous, pour une fois. Vu le nombre de suicidés ou de suicidés chez les banquiers il n’est pas sûr qu’ils ne se trouvent pas soumis à la vindicte populaire quand tout partira en compote – la tête au bout d’une pique.

      Jean LENOIR

  5. leducmichael dit :

    Une petite pensée à mes voisins Brésiliens, surtout à ceux qui on acheté de l or il y a 1 an et plus … Le Réal a été divisé par presque 2 … Les goldeux do brazil n’ont pas eu de rendement sur leurs piécettes mais ils ont gardé leur capacité financière intacte …
    Donc proportionnellement presque 2 fois plus riche que le voisin …
    C’est à 300km de chez moi et c’est il y a quelques semaines …
    En avez vous parlé en €urope de la chute du Réal ??? Non car ne pas affoler le pigeon …

  6. Nanker dit :

    4″En avez vous parlé en €urope de la chute du Réal ??? Non car ne pas affoler le pigeon… »

    Non parce que dans la « logique » hollandienne c’est tout bon : avec cette dévaluation les agriculteurs français vont achèter moins cher leur tourteaux de soja (OGM). « Ca leur fera du pouvoir d’achat aux sans-dents bretons, hé hé hé! »

  7. Ping : L’assurance-vie, requiem pour un placement défunt (Ph. Herlin) Actualités

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s