Quand la bulle bancaire éclatera (E. von Greyerz)

egon von greyerz bulle bancaire« Nous venons d’avoir une nouvelle confirmation que les banques gèrent des sommes dont elles ne comprennent pas l’ampleur elles-mêmes. Un employé subalterne de la Deutsche Bank (DB) a payé 6 milliards $ à un hedge fund, ce qui correspondait à la valeur de la position brute, alors qu’il aurait dû payer la valeur nette. Cela démontre l’exposition incontrôlable du système bancaire, ce qui entraînera finalement sa perte.

Comment un employé subalterne d’une grande banque peut-il payer 6 milliards $ sans aucun contrôle ? Ce monde est devenu fou. Les gouvernements impriment des milliers de milliards, les banques émettent des millions de milliards de produits dérivés, et les banques transigent des centaines de milliards chaque semaine. Les zéros ne veulent plus rien dire et n’ont plus de valeur. C’est la routine pour les gens qui échangent ces sommes, et personne n’est au courant des risques de leur exposition réelle.

Souvenez-vous qu’en 1995, la Baring Bank s’est effondrée à Londres après avoir subi une perte de 827 millions de livres (1,3 milliard $). La chute de Barings a failli entraîner avec elle toutes les banques de Londres. L’impression monétaire et la création de crédit, vingt ans plus tard, ont créé un système financier incontrôlable, avec beaucoup trop d’effet de levier, et désespérément sous-capitalisé.

L’exposition de la Deutsche Bank aux produits dérivés est officiellement de 75 000 milliards $. L’exposition est probablement plus près de 100 000 milliards $, mais acceptons leurs chiffres pour le moment. Les fonds propres de la Deutsche Bank se montent à 83 milliards $. Cela signifie qu’une simple perte de 0,1% sur les positions brutes serait suffisante pour faire tomber la banque. Et il est virtuellement garanti que toute perte sur leurs produits dérivés excéderait 0,1% de la valeur brute. La Deutsche Bank est aussi trop grosse pour l’Allemagne : les positions sur les produits dérivés représentent 24 fois le PIB de l’Allemagne et sont égales au PIB mondial. Elle est clairement too big pour être sauvé, too big pour le pays et too big pour le monde entier ! Mais n’ayez crainte, la Bundesbank et la BCE essaieront quand même, et elles créeront ainsi une autre République de Weimar, avec son hyperinflation, pour l’Allemagne.

Quand la prochaine crise arrivera, les pertes sur les produits dérivés pourraient représenter 100% de l’exposition brute. La Grande crise financière qui a débuté en 2007 n’a été que temporairement pansée. L’exposition au risque dans le système financier est aujourd’hui beaucoup plus grande qu’en 2007. Les banques, bien sûr, avanceront que leur exposition nette est beaucoup plus faible… En théorie, cela est juste, mais si les contreparties font défaut, l’exposition brute devient la perte réelle.

Il est fort probable que l’exposition totale aux produits dérivés, d’au moins 1 500 000 milliards $, n’entrainera pas seulement une autre crise financière, mais bien un Grand désastre financier. Les diverses bulles créées par les gouvernements et les banques centrales ces dernières 25 années doivent imploser avant qu’une croissance réelle dans le monde puisse reprendre.

Mais les banques centrales n’abandonneront pas facilement. Elles imprimeront plus de monnaie que nous pouvons l’imaginer… Mais essayer de résoudre un problème en utilisant la même méthode qui l’a créé ne fera, bien sûr, que mener à une plus grosse bulle, un plus grand effondrement, et temporairement à de l’hyperinflation, avant une déflation dépressionnaire. Malheureusement, je considère que ce scénario a de fortes chances de se réaliser. Donc, la préservation de patrimoine est essentielle. La meilleure protection contre l’hyperinflation et la déflation est l’or physique (et l’argent). Souvenez-vous qu’en cas implosion déflationniste, aucun prêt ne sera remboursé, et le système bancaire ne survivra pas. Ainsi, l’or sera encore la monnaie, comme il l’a été durant 5 000 ans ».

Egon von Greyerz, Goldswitzerland, le 20 octobre 2015 (via Goldbroker.fr)

Rappels :

La Grande catastrophe financière (E. von Greyerz)

Deutsche Bank – Le nouveau Lehman Brothers ? (M. Armstrong)

Advertisements

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Quand la bulle bancaire éclatera (E. von Greyerz)

  1. zorba44 dit :

    Tous les jours des millions de personnes perdent qui un portefeuille avec de petites sommes dedans, qui un trousseau de clefs, qui une boucle d’oreille …et se désespèrent.
    Mais ma bonne dame 6 000 000 000 dont vous ne verriez qu’une petite fraction même en vivant sept vies de salariée …c’est pfff …un souffle d’air

    Jean LENOIR

  2. Les analyses financières de Egon von Greyerz sont parmi les plus pertinentes…
    Alors rappelons-nous sa phrase :
    Le monde a heurté un iceberg en 2008, et depuis il coule lentement. L’argent qui a été injecté dans le système fait que le naufrage est plus long qu’il ne devrait

  3. Site dit :

    Dans un tel scénario, s’il se produit l’or sera certainement une valeur refuge mais il y aura beaucoup de pression pour le confisquer et bâtir un nouveau système monétaire. Maintenant tout actif tangible pourrait également devenir une valeur refuge, terrain, maison….

  4. Ping : Quand la bulle bancaire éclatera (E. von Greyerz) Actualités

  5. Nanker dit :

    « Nous venons d’avoir une nouvelle confirmation que les banques gèrent des sommes dont elles ne comprennent pas l’ampleur elles-mêmes. Un employé subalterne de la Deutsche Bank (DB) a payé 6 milliards $ à un hedge fund, ce qui correspondait à la valeur de la position brute, alors qu’il aurait dû payer la valeur nette »

    Je trouverais particulièrement jouissif que la dictature financière qui nous étouffe s’effondre d’un coup parce qu’un « junior trader » confondrait Yen et Dollar ou Yen et Euros sur une position de trading…
    Toi qui a 25-28 ans et qui travaille avenue Kléber (là où est Goldman Sachs France) rends service à l’Humanité : PLANTE-TOI! Deviens le Nick Leeson français! 😆

  6. Ce débat bancaire est passé d’âge. Les migrants se déversent dans l’UE par dizaines de milliers CHAQUE JOUR, tandis que certains pensent encore sauver leurs sous. Mais vous êtes déjà perdus. Non seulement vos sous, mais aussi votre existence physique, qui rentre en concurrence avec celles de millions d’invités qui réclament votre espace vital. Des Allemands sont mis à la porte de chez eux ou perdent leur travail, simplement parce qu’ils faut faire place nette aux nouveaux arrivants. Faute de pouvoir défendre leur territoire, les Européens sont condamnés à en changer, quitte à prendre la place des réfugiés dans les pas qu’ils ont abandonnés.

    Der EU-Gipfel zur Flüchtlingskrise war ein Flop. Die betroffenen Staaten sind restlos überfordert, die Nerven liegen blank. Es ist zu erwarten, dass alle versuchen werden, so viele Flüchtlinge als möglich nach Deutschland zu schicken. Denn Angela Merkel lässt weiter verkünden, dass es keine Obergrenze gäbe.
    http://deutsche-wirtschafts-nachrichten.de/2015/10/26/fluechtlinge-eu-hat-keine-loesung-merkel-lehnt-obergrenzen-ab/

  7. En Autriche se déroulent des scènes de pillage et de désolation, qui ne sont pas sans rappeler des précédents ,lors des invasions balkaniques à l’époque des Ottomans. Apparemment tout le monde s’en fout, même Asselineau, jusqu’au moment où la BCE à Francfort se retrouvera elle-même en état de siège. Alors il ne sera plus temps de quitter ses ordinateurs pour défendre sa vie.

    21. Oktober 2015: Heute ist der schwärzeste Tag in meinem Leben. Ich musste mit eigenen Augen mit ansehen, wie um 11:30 Uhr etwa 5.000, durchwegs junge, durchtrainierte Männer die österreichische Grenze bei Spielfeld, völlig ungehindert und unkontrolliert, durchbrochen haben. Der österreichische Staat hat zur Durchsetzung seiner Souveränität und zum Schutze der österreichischen Bevölkerung seine Polizei- und Militärkräfte vor diesem Ansturm kapitulieren lassen. Ich musste mit ansehen, wie über eine Stunde etwa 5.000 Okkupanten in bedrohlicher, arroganter und auch aggressiver Art und Weise wie selbstverständlich österreichisches Staatsgebiet besetzten, ungeniert ihre Notdurft verrichteten, Müll in völlig unzivilisierter Manier einfach wegwarfen – all das sieht der Durchschnittsösterreicher nicht. Über all diese Ungeheuerlichkeiten berichten unsere Lügenmedien nicht.
    https://www.unzensuriert.at/content/0019082-Bundesheer-Major-Ich-war-der-Grenze-Es-herrscht-Krieg?utm_source=Unzensuriert-Infobrief&utm_medium=E-Mail&utm_campaign=Infobrief

  8. Christ dit :

    Nouvelle hécatombe après la banque Espirito Santo SA, la banque Suisse Hottinger SA crée au 18ème siècle mise en faillite également par la FINMA (encore) ce début de semaine :
    http://www.rts.ch/info/economie/7200261-la-finma-ouvre-une-procedure-de-faillite-a-l-encontre-de-la-banque-hottinger.html

    Commentaires de Pierre Jovanovic :
    http://www.jovanovic.com/blog.htm
    « L’héritage de l’une des plus anciennes banques suisses, la Banque Hottinger (ne pas confondre avec la Banque Hottinguer -avec un « u »- en France) installée à Zurich, Bâle, Genève et New York, a été mise en faillite hier par l’autorité bancaire helvète, provoquant une nouvelle vague de panique dans les milieux financiers mondiaux, sans parler de ses 2000 clients qui ont vu arriver la mort emporter leurs économies avec une faux (LoL). Les clients seront remboursés à concurrence de 100.000 francs suisses. S’ils avaient 2 millions de déposés, eh bien il leur reste les yeux pour pleurer et organiser une veillée funèbre.

    Si les Suisses ont décidé de l’effacer de leurs liste des banques autorisées à agir sur le territoire, il va de soi que la Hottinger était irrécupérable, traduisez « totalement en faillite », traduisez encore par « l’argent des clients a disparu » (d’où mon usage de la « faux »), traduisez encore par « il a été volé par des banquiers suisses ».

    Car personne n’est dupe, même si le régulateur suisse a enveloppé cette faillite avec des mots doux: « le risque de surendettement de la banque est trop important et n’a plus assez de fonds propres »…

    De surendettement? Depuis quand une banque suisse est surendettée au point de finir comme la Lehman Brothers? Parce qu’aucune autre banque n’a voulu la racheter, estimant que c »était du suicide pur ?

    La mort de la Hottinger veut aussi dire la mort de l’industrie bancaire suisse qui avait inventé l’honnêteté bancaire. Mais ça, c’était avant… Lisez bien ce que la Tribune de Genève ose écrire: « Quelques clients disposent d’une somme supérieure à 100.000 francs sur leur compte, et il n’est pas certain qu’ils puissent recouvrer l’ensemble de leurs avoirs. Ils ne le sauront que dans un certain temps »…

    Il n’est pas certain, non plus, que les Suisses retrouvent une quelconque crédibilité bancaire, mais ça les journalistes suisses QUI N’ONT RIEN VU VENIR n’osent pas l’écrire… (c’est vous dire à quel point les journalistes économiques de la Tribune de Genève sont avant tout un ramassis d’incompétents destinés à servir la soupe au pays des banques).

    Pourtant, ce ne sont pas les scandales qui ont manqué dans la galaxie suisse Hottinger, en particulier les 100 millions de francs détournés (LoL) au sein de la filiale Hottinger & Partners SA par Fabien Gaglio au profit d’un compte luxembourgeois…

    Notez au passage que le même Fabien Gaglio et son partenaire de banque Jean-François de Clermont-Tonnerre (hello JF-CT) ont reçu le prix du « Meilleur Banquier de l’Année » en 2011 avant que le détournement soit mis au jour.
    Il va de soi que la banque a été nettoyée en 2008 (comme toutes les autres) par l’explosion de Wall Street le 29 septembre, témoin la transformation soudaine de la banque en SA en 2010, et ensuite sa tentative de fusion refusée en 2012 avec la banque privée Cramer de Genève. Les responsables de la banque ont levé des fonds en catastrophe en 2013 et en 2014, mais les très maigres 7,5 millions de francs récupérés (chez des fous et inconscients), et injectés dans le capital, n’ont évidemment pas suffi.

    Dernier clou (en argent s’il vous plaît) dans le cercueil: en avril 2015, le directoire de la Banque Hottinger a annoncé que le Baron Hottinger (le célèbre Riton, ex-propriétaire du Groupe Drouot vendu à MU-Axa) a été « démis » de ses fonctions à 81 ans…

    Et 6 mois plus tard, octobre 2015 donc, la banque est officiellement « explosée » par le gouvernement suisse qui n’avait pas d’autres choix. C’est vous dire à quel point les clients ont été volés.  »
    Source :Revue de Presse de Pierre Jovanovic

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s