Comptes bancaires payants : « Une nouvelle illustration du théorème de Funès » (E. Zemmour)

La fin est assez drôle : « Aujourd’hui, pour choquer, une publicité devrait dire : « Pour parler franchement, votre argent on s’en fiche… On a Mario Draghi qui nous distribue autant qu’on veut et gratuitement ». Pour sauver l’euro, le patron de la BCE déverse en effet une manne inépuisable. Mais la générosité fastueuse du Maestro italien a un revers: les taux d’intérêt n’ont jamais été aussi bas, les crédits immobiliers ne rapportent plus grand-chose (…) En France, le président Hollande a renoncé à sa promesse de séparer la banque de détail et la banque d’investissement. Il a ainsi sauvé l’essentiel de la fortune de nos amis banquiers. Ils condescendent donc à prendre notre argent. Mais c’est vraiment pour nous arranger… et il faudra payer. Nos maîtres sont trop bons ».

(RTL, 10 novembre 2015)

La BNP et la Société Générale ont annoncé qu’elles allaient facturer la gestion des comptes courants, au nom de la sécurisation et la comptabilisation des opérations. Un argument pas vraiment convaincant.

« Voilà une nouvelle et superbe illustration de ce qu’on pourrait appeler le théorème De Funès dans La folie des grandeurs : ‘Les riches c’est fait pour être très riches ; et les pauvres, pour être très pauvres’« , martèle Eric Zemmour, pour qui « les banques jouent sur du velours ». Il note que « leurs clients sont coincés, ligotés, emprisonnés : on ne quitte pas aisément une banque où on a des crédits ». Le journaliste rappelle que « dans les années 60, l’Etat a poussé tous les Français à posséder un compte bancaire« , ce qui les a « contraints à troquer le bas de laine et les Pascal sous le matelas pour le compte bancaire ».

« Cette masse d’argent tomba gratuitement dans l’escarcelle des banques françaises qui, en échange, tenaient les comptes de leurs clients », poursuit Eric Zemmour. Il est vrai qu’à l’époque, les banques étaient soit publiques, soit soumises à l’Etat par la voie des avances à la Banque de France. Le pouvoir gaullo-pompidolien les contraignait ainsi à financer l’industrie nationale qu’il voulait développer. L’argent de tous servait à la prospérité de tous. Mais ce temps-là est révolu ».

Source : RTL.fr, le 10 novembre 2015

 

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Comptes bancaires payants : « Une nouvelle illustration du théorème de Funès » (E. Zemmour)

  1. zorba44 dit :

    A quand une ponction pour insuffisance de niveau de solde ! Tu as 45,77 € sur ton compte en fin de mois on t’applique une « correction » de 50 € et tu commences le mois avec une pénalité de 20 € pour découvert non autorisé et te vois appliquer une commission de dépassement de 30 € et je te passe l’enfer que ça va être le mois suivant avec les intérêts et pénalités sur découvert…

    Jean LENOIR

  2. rodez21 dit :

    Les banques françaises appliquent déjà des frais pour la plupart des opérations (virements, chèques certifiés, retraits au guichet, ect…)
    « A quand une ponction pour insuffisance de niveau de solde ! »
    Mettre en place des frais de tenu de compte, revient exactement au même.
    Avec des frais de 250 euros / mois (ne mégotons pas car ils se font déjà …. à gérer des comptes et à recevoir la clientèle au guichet alors que la BCE rase gratis), et bien dans ce cas, il faudra s’assurer de disposer d’un solde positif d’au moins 250 euros en permanence.
    Avec l’accord dit de résolution des crises bancaires qui prendra effet cette année, il ne manquera plus que la disparition programmée du cash pour que les banquiers se sentent enfin en sécurité.
    Ama, les gros détenteurs d’assurance vie, ne vont pas tarder à avoir quelques surprises, lorsqu’il s’agira de convertir leur patrimoine.

  3. Ping : Comptes bancaires payants : « Une nouvelle illustration du théorème de Funès » (E. Zemmour) Actualités

  4. Momo dit :

    Si .M. Rodez21, voulait bien préciser le sens à donner à sa dernière phrase « ama… … patrimoine » ce serait bien !
    Merci

    • rodez21 dit :

      Bonjour,
      3 options possibles pour sortir d’un contrat d’assurance vie
      En demandant à la Cie une ou plusieurs avances dans ce cas gare au fisc
      En rente (à durée déterminée ou à vie) et dans ce cas on fait une croix sur le capital épargné
      En capital en totalité ou en mix avec l’option précédente.

      L’accord dit de résolution des crises bancaires, semble épargner l’assurance-vie en tant que placement mais qu’advient-il à la sortie, un peu comme quand la brebis sort du bois prête à être tondue.

      La classe d’âge détentrice des plus gros contrats (Mme Bettencourt par ex) arrive à un âge « respectable » pour ne pas dire canonique

      Bon week-end

  5. sophiane dit :

    Il y a longtemps que je ne croie plus ce que me dit mon banquier….

  6. Ping : Ne soyons pas victimes de nous même. Passons à l’action…partout. | FNACAB

  7. Ping : Victimes de nous même. | FNACAB

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s