La Fed met fin à son mandat original de prêteur de dernier ressort des banques

fed-preteur-dernier-ressort

« En attendant la décision importante de la Réserve fédérale en décembre au sujet des taux d’intérêt, la banque centrale américaine a tenu deux réunions d’urgence au cours des dernières semaines, dont le contenu a peu filtré auprès du grand public. Cependant, une décision intéressante et, peut-être, controversée, a été prise lors de ces discussions : la Fed a édicté une nouvelle loi, le 30 novembre, qui élimine un de ses mandats originaux de 1913, qui est d’être le prêteur de dernier ressort des banques.

Dans une décision basée sur l’expectative d’une nouvelle crise bancaire ou financière, la Réserve fédérale a choisi, lundi, de mettre fin à la doctrine du « too big to fail » et de laisser les banques faire faillite sans qu’elles aient la possibilité d’emprunter de l’argent à la banque centrale en cas d’urgence.

Lorsque la loi sur la Réserve fédérale (Federal Reserve Act) fut adoptée, il y a un peu plus de cent ans, la banque centrale a été créée avec deux mandats principaux, afin de protéger le public et le système bancaire de toute panique pouvant survenir à la suite d’une panique due à un problème de liquidité ou de solvabilité se propageant dans le système financier. Être le prêteur de dernier ressort était le plus important de ces mandats.

« La Réserve fédérale américaine a adopté une loi destinée à limiter ses propres pouvoirs en matière de prêts d’urgence à des institutions financières en difficulté. Selon la nouvelle réglementation, les institutions financières ne pourront plus recevoir des fonds d’urgence de la Fed, et cela en toutes circonstances, même si elles sont menacées de faillite. Cette décision constitue la plus récente mesure d’une série de réformes visant à prévenir la prochaine crise financière. ‘Il existe encore quelques failles que la Fed pourrait exploiter pour sauver des institutions financières gigantesques,’ a déclaré la sénatrice Elizabeth Warren à CNN Money. Durant la crise financière de 2008, la Fed avait refusé de sauver la banque d’investissement Lehman Brothers. Lehman est devenue la plus grosse faillite de l’histoire des États-Unis. » (Russia Today)

De tous les programmes et actions implémentés par la Réserve fédérale depuis la crise du crédit de 2008, celui-ci est celui qui apporte le plus de confusion, puisqu’il va à l’encontre de la principale raison pour laquelle la banque centrale fut instituée en 1913. Changer soudainement de direction sept ans après que la dernière crise financière ait ébranlé le système bancaire mondial, en choisissant de fermer le robinet de liquidité, en dit beaucoup sur la solvabilité de la Fed elle-même et sur ce que pensent les gouverneurs de la Fed à propos de ce qui se profile et qui justifierait le fait de laisser les banques faire faillite.

Avec le Dodd-Frank Banking Reform Act, qui permet maintenant aux banques de ré-hypothéquer l’argent et les comptes de leurs propres clients dans le cas d’une crise de liquidité, cela démontre que la banque centrale américaine n’a désormais plus à suivre son mandat original – être le prêteur de dernier ressort – puisque c’est maintenant le public qui fournira les fonds pour sauver les banques lors des futures crises. Avec cette nouvelle loi, qui n’est pas promulguée par le Congrès, mais par la Fed elle-même, on doit se demander si nous avons encore besoin d’une banque centrale, étant donné que son rôle premier de protéger le système bancaire de la banqueroute ou de l’insolvabilité est abandonné ».

Goldbroker.fr, le 5 décembre 2015

Source: Examiner.com

Rappel :

Janet Yellen ou le symbole d’une Fed qui perd la tête

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour La Fed met fin à son mandat original de prêteur de dernier ressort des banques

  1. Nanker dit :

    En parlant des banques permettez-moi de vous recommander cette émission passionnante dans laquelle apparaît dans toute sa laideur la duplicité maléfique d’un certain… Pierre Moscovici!

    http://www.franceculture.fr/emission-culturesmonde-banques-la-fabrique-de-la-confiance-24-reformer-les-banques-pour-prevenir-les

    « Mon adversaire c’est la finance » avait dit Hollande… 😆

  2. Ping : La Fed met fin à son mandat original de prêteur de dernier ressort des banques Actualités

  3. Ping : La Fed met fin à son mandat original de prêteur de dernier ressort des banques | My Blog

  4. José dit :

    Bonjour,
    Stiglitz estimait qu’en 2008 les banques n’auraient pas dû être sauvées, mais de nouvelles banques plus saines créées sur leurs décombres. La santé déjà bien vacillante du système financier aurait probablement encore permis cette résurrection. Leur sauvetage, selon le principe libéral « privatisation des profits, mutualisation des pertes », a permis de mettre à contribution le bien nommé contribuable, anesthésié au préalable. La prochaine fois, si j’ai bien compris, c’est le même contribuable américain, mais cette fois comme client, qui sera dévalisé. À cette différence près que le diafoirus n’a plus les moyens de fournir le produit anesthésiant. Les masques (chirurgicaux) tombent; quelle sera la réaction du quidam floué, sidération ou – enfin – sursaut?

    • Oui vous avez bien compris. D’abord comme contribuables, puis comme déposants, c’est toujours nous qui réglons la note… de plus en plus vertigineuse. Que ce soit en Europe ou aux Etats-Unis.

      C’est ce que je dénonce sur ce blog depuis des années : les gros (de l’oligarchie politico-financière) sont toujours sauvés et continuent à truander, les petits trinquent.

      Capitalisme de connivence à l’origine de nos malheurs.

  5. auxerrois dit :

    La morale publique et privée a complètement disparu dans ce pauvre pays: une employée de Pôle Emploi qui a détourné 412.000 euros entre 2011 et 2015……ne prend que 6 mois ferme!!!

    Et encore elle fera sa peine d’emprisonnement via le port d’un bracelet électronique!!

    Le vice-procureur de la République avait requis une peine de quatre ans d’emprisonnement dont 18 mois avec sursis….

    http://actu.orange.fr/une/pole-emploi-une-employee-condamnee-a-6-mois-ferme-pour-un-detournement-de-400-000-euros-afp-s_CNT000000gkmr8.html

    • zorba44 dit :

      Pourquoi ne fait-elle pas appel ? Face aux détournements des grands de ce monde (exemple le plus récent clan Erdogan) elle a toutes ses chances de gagner !
      Il lui suffit de crier au complot !

      Jean LENOIR

    • José dit :

      C’est un article à ne pas manquer. Les deux derniers paragraphes sont trop tristement marrants, parce qu’ils montrent que l’employée indélicate a suivi l’exemple des banques « tout le monde le fait, et de toutes façons je ne risque pas grand chose ». Vous avez dit common decency?

  6. Ping : À trier - banques & système bancaire | Pearltrees

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s