En Suède, la “guerre du cash” fait rage

“La Suède a déclaré la guerre aux espèces”, déclare Business Insider, qui indique que l’argent liquide est en voie de disparition dans le pays nordique, et que beaucoup d’entreprises, pour ne pas dire la plupart, refusent désormais les espèces.

Les distributeurs automatiques de billets sont devenus aussi rares que les cabines téléphoniques, de moins en moins de banques acceptent les dépôts ou les retraits en espèces. Les Suédois utilisent de plus en plus les applications mobiles pour régler leurs transactions ; les SDF qui vendent des journaux disposent de lecteurs de cartes, et même à l’église, les paroissiens emploient des apps pour participer à la quête.

Le site publie le graphique suivant, élaboré la Riksbank et Global Investors, qui montre bien le déclin de la masse de billets en circulation au cours des années.

Suede la guerre du cash fait rage

D’après Business Insider, c’est la banque centrale de Suède qui serait derrière cette tendance, car c’est elle qui profite de cette évolution. En effet, la disparition des espèces, et sa contrepartie, la généralisation des règlements électroniques, implique que toutes les transactions pourront être retracées, mais aussi, qu’elles pourront supporter une commission. De plus, il est impossible de taxer des espèces thésaurisées à domicile.

Depuis le mois de juillet, le taux d’intérêt principal est négatif en Suède, à -0,35%, ce que Nick Giambruno, journaliste du site International Man, qualifie “d’escroquerie”. Les épargnants sont en effet obligés de dépenser leurs économies sous peine de les voir s’éroder :

« Si vous ne pouvez pas procéder au retrait de votre argent en espèces, vous avez deux possibilités : vous pouvez vous accommoder de taux d’intérêts négatifs… ou vous pouvez dépenser votre argent. En fin de compte, c’est ce que nos planificateurs keynésiens souhaitent. Ils utilisent les taux d’intérêt négatifs et la “Guerre du Cash” pour vous forcer à dépenser et à “stimuler” l’économie. La Guerre du Cash et les taux d’intérêt négatifs posent des menaces énormes pour votre sécurité financière. Les planificateurs centraux jouent avec le feu, et risquent de déclencher une catastrophe sur les devises ».

Le Sovereign Man évoque quant à lui “une destruction de la vie privée financière”:

“Désormais, les banques ne sont plus que les espions non payés des gouvernements en faillite, et elles seraient capables de vous interdire l’accès aux économies de toute votre vie en un clin d’oeil si quelque bureaucrate obscur le leur en donnait l’ordre”.

Audrey Duperron, Express.be, le 9 décembre 2015

Rappels :

Société sans cash : la deuxième banque de Norvège renonce à l’argent liquide

Démocratie gratuite ou camp de concentration bancaire (V. Katasonov)

Société sans cash : la citation du jour

La chasse au cash est lancée… Pour combattre le terrorisme, vraiment ?

Lire aussi :

Désormais, les Grecs qui conservent de l’argent et des bijoux chez eux devront le déclarer

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour En Suède, la “guerre du cash” fait rage

  1. Site dit :

    Le seul moyen de conserver de la valeur à titre privé sera de détenir de l’or ou de l’argent.

    • zorba44 dit :

      C’est vrai mais ce n’est pas si simple que cela. En effet, les détenteurs de métaux précieux sont trop rares proportionnellement pour instituer un système de paiement direct entre les agents économiques, et souvent la valeur unitaire du métal détenu est trop importante pour acheter et vendre des biens ou marchandises – imaginez un détenteur de lingots dans quelques mois avec une valeur d’achat unitaire de logements ou de maisons…

      Plusieurs pistes peuvent être étudiées à commencer par stocker, pendant qu’il est encore temps le maximum d’espèces. Trouver des sociétés indépendantes qui fondent les métaux en général à partir d’un gramme. Adosser ses fonds en métaux précieux à des cartes de crédit du style veracartes sachant que les acteurs sont, pour le moment, minuscules par rapport au marché. Enfin généraliser le troc de biens d’occasion ou de nourriture ce qui est un moyen fort de faire la nique aux sociétés commerciales qui se trouvent exclues par le fait qu’elles n’accepteraient plus les espèces. Faire la grève de l’achat des biens neufs en quelque sorte.

      Il me semble que les artisans et les réparateurs seraient trop heureux d’accepter des espèces et de rentrer dans une économie bis souterraine.

      Le signataire a réfléchi car il a lu il y a de cela quelque temps l’article de Simon Black (Sovereign Man) qui avait commencé par le glacer.

      Il est vrai que tout ce qui est bon pour casser dans l’oeuf (nous en avons trop, nos oeufs deviennent des monnaies d’échange) ou bananer (temporairement nous croulons sous une production et un murissement en cellier trop rapide) les banques et le circuit commercial tout électronique.

      Nous avons des tas de choses en trop grand nombre (bocaux en verre ou bouteilles etc etc on ne va pas dévoiler tous nos secrets et tous les bouts de ficelle, de clous, vis et écrous) et nos poules pondent aussi dans le bush et accroissent la population au-delà du raisonnable. D’ici à quelques mois nous pêcherons nos poissons derrière deux barrages naturels, alimentés par un ruisseau.

      Ce n’est pas encore l’Ile Mystérieuse et cela n’aura pas besoin d’être car nous avons des voisins. Et comme nous sommes dans un pays qui est en train d’imprimer de nouveaux billets ça n’en prend pas le chemin.

      Et puis on ne vous dit pas quoi, à la première grande crise ou guerre où l’électricité sera en voie de disparition ainsi que les transactions électroniques;

      Comme le disait le publiciste « Le suédois il est fou ! »

      Jean LENOIR

      • Abroz60 dit :

        Belle Pub pour nos amis d’aucoffre. Moi si j’étais argentin j’en aurai une depuis longtemps

  2. Nanker dit :

    « Plusieurs pistes peuvent être étudiées à commencer par stocker, pendant qu’il est encore temps le maximum d’espèces »

    100% d’accord mais des Euros ou des Dollars. Car si notre « belle » monnaie « commune » explose en plein vol l’USD sera un refuge temporaire certes mais un refuge tout de même. Je n’ignore pas que les USA sont ruinées mais la sphère financière US sera un havre pendant que l’Europe coulera.

    Et puis nous voir sauver les meubles avec du billet vert tels de vulgaires Argentins ou Uruguayens nous permettra de prendre conscience de ce que la « construction » européenne nous aura fait subir : ravaler une grande nation (la France) au rang de pays intermédiaire.

  3. Ping : Revue du web 11-12 : Cash, trésors, exploitation minière

  4. Toto dit :

    « De plus, il est impossible de taxer des espèces thésaurisées à domicile. »

    Tout espèce en circulation est un prêt à l’état à taux zéro. L’état a tout intérêt a ce que vous planquiez vos espèces dans votre jardin et si elles pouvaient être oublié ou perdu, c’est encore mieux.

    Il est vrai par contre que les flux peuvent éviter l’impôt.

    Mais les plus gros perdants des espèces sont les banques et comme elles sont un des plus gros lobby …

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s