Pour le gouverneur de la Banque de France, les banques françaises sont « deux fois plus solides » qu’en 2007 !

Comme le souligne Bruno Bertez, François Villeroy de Galhau nous prend pour des imbéciles. Et fait partie lui-même du problème. Rappelons en passant qu’avant d’être gouverneur de la Banque de France, Villeroy de Galhau était directeur général délégué de BNP Paribas. Sa nomination fin 2015 a donc entraîné un grave conflit d’intérêts, dénoncé comme tel par 150 économistes. OD

banques françaises deux fois plus solides qu'en 2007 (Villeroy de Galhau)

(Boursier.com) — Pour le gouverneur de la Banque de France (BdF), la volatilité actuelle des marchés boursiers est « excessive ». Dans un entretien publié par ‘Le Figaro’ de mercredi, François Villeroy de Galhau se veut rassurant sur la santé financière des banques françaises, rudement attaquées en Bourse ces dernières semaines.

Les banques françaises sont « deux fois plus solides qu’avant la crise financière » de 2008, estime ainsi le banquier central, « avec un ratio de capital porté de 6% à 12% de leurs risques pondérés ».

« La volatilité des marchés boursiers est aujourd’hui excessive, face aux fondamentaux de l’économie réelle », explique en outre M. Villeroy de Galhau, qui a succédé le 1er novembre dernier à Christian Noyer à la tête de la Banque de France.

Face aux turbulences de marché, les banques centrales européennes « disposent des instruments macroprudentiels nécessaires pour remédier aux excès du cycle financier », ajoute François Villeroy de Galhau. « Si nécessaire, nous aurions des moyens dits ‘macroprudentiels’ pour remédier aux excès, en imposant par exemple des limites aux achats immobiliers finançables par crédit », explique-t-il.

« Nous surveillons les choses de très près », poursuit-il, soulignant que « tant au niveau de la zone euro qu’en France (…) ce cycle financier n’est pas au-dessus de sa moyenne historique ».

Vers des taux de dépôts encore plus négatifs à la BCE

Concernant les efforts de la Banque centrale européenne (BCE) pour relancer l’inflation dans la zone euro, malgré le plongeon des cours de l’énergie, François Villeroy de Galhau, estime que « la bataille contre la déflation n’est pas terminée ».

Interrogé sur les intentions de la BCE en matière de taux d’intérêts négatifs, M. Villeroy de Galhau laisse entendre que l’institution pourrait aller plus loin en ce sens. « L’expérience récente (…) a appris que le zéro n’est pas une limite pour les taux directeurs des banques centrales ».

La BCE a fixé le 3 décembre dernier à -0,3% son taux de dépôt, qui « rémunère » les banques déposant leurs excédents de liquidités dans ses caisses. Avec un taux négatif (les banques paient pour ce service au lieu d’être rémunérées), la BCE espère encourager les établissements à distribuer davantage de crédit, ce qui devrait contribuer à relancer la croissance européenne et à lutter contre les risques déflationnistes.

Boursier.com, le 9 février 2016

Rappel :

Alerte : la directive BRRD, et donc la ponction des comptes bancaires, est désormais légale en France (Ph. Herlin)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Pour le gouverneur de la Banque de France, les banques françaises sont « deux fois plus solides » qu’en 2007 !

  1. luomo dit :

    « dénoncé comme tel par 150 économistes »….qui n’ont pas été entendus, naturellement, par notre « moi président », « ennemi de la finance » !

  2. zorba44 dit :

    Le signataire a vu la dépêche de Reuters il y a quelques heures.

    Grotesque, Olivier ! C’est une calebasse vide du système !

    Jean LENOIR

  3. Justy dit :

    Sur BFM,le grotesque ne tue pas encore!
    N Doze mais surtout E Lechypre se foutent du monde.Mais ce qui est grave,c’est qu’ils contribuent à tromper les gogos en les encourageant a boursicoter ou a faire confiance aux banques:les banques sont très solides et de toute facon la croissance continue.Bien sur pas un mot sur le Baltic Dry ou sur la Deutsche Bank.Des fumiers.

  4. Nanker dit :

    « pas un mot sur le Baltic Dry ou sur la Deutsch Bank »

    A propos de la DB – plus proche de la faillite que jamais – Pujadas a hier consacré un grand reportage aux banques-zombies… mais en allant regarder du côté de l’italie! Et en évoquant des magouilles et des manifestations d’épargnants ruinés datant de décembre de l’année dernière.

    Questions :
    – pourquoi braquer le projecteur sur un des PIIGS alors que l’actualité « chaude » est du côté des « seigneurs » allemands et de la Deutsch Bank?
    – pourquoi à l’époque (fin décembre 2015) n’avoir pas parlé de ces pauvres épargnants italiens volés par leur banque, qui ont transformé leur épargne en parts d’actions de leur établissement bancaire cad du vent.

    Quant à Villeroy de Zozo et ses taux zéros, JP Morgan annonce que la BCE pourrait abaisser les taux à -4,5%.
    http://www.zerohedge.com/news/2016-02-10/jpms-striking-forecast-ecb-could-cut-rates-45-boj-345-fed-13

    « Le bateau est fou » « le bateau est fou »

    • Justy dit :

      Tous ces journaleux savent ce qu’il faut dire et ne pas dire pour plaire à leurs maitres et ainsi conserver leur « petite » place bien douillette.
      Ils mentent sur le sujet financier ou economique mais également sur le reste.France2 a passé des images de bombardements en Syrie en pretendant qu’il s’agissait d’oeuvres françaises;manque de chance,la television russe avait montré les mêmes images… quelque temps auparavant.

  5. liguane dit :

    Le système marche sur la tête avec des taux sous le zéro et qui vont continuer de descendre…et ce rigolo nous dit que ça va 2 fois mieux pour nos banques???

    Il est payé pour mentir je sais bien; mais il y a des limites quand même!!

    • zorba44 dit :

      Non il n’y a plus de limite avant la révolution …pour l’instant le système est en ligne « avec plus c’est gros, plus ça passe ».
      Bientôt on tentera de nous convaincre que les taux négatifs sont un bien pour « l’économie »

      Jean LENOIR

  6. Ping : Alerte très grave. Bain de sang en vue. « «FNACAB

  7. Ping : Alerte très grave. »Bain de sang »en vue. | FNACAB

  8. Ping : Pour le gouverneur de la Banque de France, les banques françaises sont « deux fois plus solides » qu’en 2007 ! Actualités

  9. marie dit :

    ils nous prennent pour des glands ; vous les voyez nous dire que tout va mal ? y a pas de danger hein ….

  10. brunoarf dit :

    Février 2016 ressemble à septembre 2008.

    Un spectre hante le monde.

    Ce spectre, c’est le spectre de la crise financière.

    Jeudi 11 février 2016 :

    Le spectre de la crise financière plane sur les marchés et l’économie mondiale.

    L’effondrement des marchés depuis le début de l’année ravive le spectre d’une crise financière, avec le risque que cette angoisse se répercute sur l’économie et plombe les espoirs de reprise économique.

    « Si ce n’est pas une crise, c’est tout du moins des mouvements extrêmement violents », résume René Defossez, stratégiste chez Natixis.

    Les marchés craignent « un risque systémique imminent à l’instar de celui causé par la faillite de Lehman Brothers en 2008 », note Sylvain Loganadin, analyste du courtier britannique FXMC.

    Et « plus les marchés font faire baisser les prix des actifs, plus les risques économiques vont s’accroître », prévient M. Defossez.

    Aucun marché n’est épargné par ces secousses qui affectent particulièrement les places boursières et les marchés des matières premières.

    « La volatilité est à des niveaux très élevés, ce qui entraîne souvent des mouvements de panique assez importants », relève Aymeric Diday, gérant de Skylar Group.

    « Le spectre de 2008 est là. Il est difficile de se positionner face à de tels flux vendeurs », selon lui.

    Le ralentissement chinois, la fragilité de certaines banques européennes, les doutes sur la croissance américaine, la chute des matières premières, tout concourt à nourrir la peur des investisseurs.

    « Jamais depuis 2011 le marché n’avait montré de tels signes de nervosité », préviennent les gérants chez Oddo Meriten AM, en référence à la crise de la dette en zone euro.

    Le patron d’un fonds spéculatif américain Hayman Capital Management a notamment mis le feu aux poudres, dans une lettre dévoilée par Bloomberg mercredi 10 février, en indiquant que le secteur bancaire chinois pourrait subir des pertes quatre fois supérieures à celles essuyées par les banques américaines pendant la crise de Lehman Brothers.

  11. Ping : Alerte très grave. « Bain de sang  en vue. | «Ce que les médias ignorent, Taz en parle !

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s